Afrique, ou le Sakoku nécessaire

| Afrique | Éco | Laurent Ozon |

Beaucoup – moi le premier – en sont à dire ce qu’il ne faut plus faire avec/pour l’Afrique. Que faire pour, alors ? Laurent Ozon réfléchit sur ces questions depuis quelques temps déjà. Quelques débuts de pistes de sa part…

« Nous avons perdu nos moyens de puissance et c’est pour cela que nous sommes malheureux aujourd’hui ».
Dicton Douala.

C’est la conjonction de la déstructuration culturelle et identitaire sous l’influence de l’occidentalisation, couplée avec une démographie conflictuelle (Bouthoul) et la destruction méthodique de l’immunité de l’Europe qui est au cœur du problème.

Des points de PIB supplémentaires mesurés sur l’échelle de l’occidentalisation ne pousseront pas une population qui explose à rester chez elle. Il faudra conjuguer simultanément une volonté politique de fer en Europe pour bloquer le glissement tectonique de population. Volonté couplée à une politique puissante de pacification et de renforcement des structures traditionnelles d’inclusion sociale et économique en Afrique. En clair il faudra faire du Lyautey et du Latouche plus que du Attali .

Et parce que les codes, images, valeurs du système occidental sont le premier outil de démoralisation identitaire des Africains, il serait indispensable de limiter l’influence médiatique occidentale en Afrique.

Il faudra isoler l’Afrique noire du reste du monde pendant trois génération (un Sakoku1 imposé de l’extérieur) tout en organisant une administration à l’échelle continentale pour aider l’Afrique à reconstruire ses équilibres millénaires perdus.

Sans cela, ce continent provoquera par ricochet et à coup sûr une déflagration mondiale qui engloutira une grosse partie de l’Europe, du Maghreb et du Machrek. Hypothèse aujourd’hui la plus probable.

Pistes : V.Y. Mudinbé, Hubert Lyautey. Serge Latouche. Eric de Rosny. Emmanuel Ndione. Gérard Grellet. Jacques Godbout. Etc.

Note

1 Littéralement « fermeture du pays ». nom donné à la politique isolationniste japonaise, instaurée lors de la période Edo (précisément entre 1641 et 1853) par Iemitsu Tokugawa, shogun de la dynastie des Tokugawa.

© Laurent Ozon .

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Accord Russie-Arménie-Azerbaïdjan

| Artsakh / Arménie | Géostratégie | Kremlin | Le Kremlin a publié, en intégralité, …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer