Accueil / Focus / Back to USSR & Goodbye Mr. Trump !

Back to USSR & Goodbye Mr. Trump !

| États-Unis / Russie | Géostratégie | Jacques Borde |

Si, quelque part, la volée de BGM-109 Tomahawk sur la Syrie était un signe adressé au Kremlin & si son but n’était pas de foutre en l’air la visite de Tillerson en fin de semaine prochaine à Moscou, mais plus simplement de la placer dans un rapport de force plus favorable à l’administration Trump, c’est raté de chez raté & voici pourquoi…

Tout le monde attendait la réaction officielle de la Russie à la récente via factis US sur la Syrie. Elle est venue d’où on ne l’attendait pas. C’est, en effet, le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, qui a été chargé de répondre. Et sa réponse n’est pas vraiment un signe d’ouverture.

Alors que le président russe, Vladimir V. Poutine, avait simplement constaté que les États-Unis « avaient violé la souveraineté » d’un pays indépendant, le Premier ministre va plus loin : c’est l’ensemble des relations américano-russes qui est remis en question,

Qu’a donc dit d’éclairant Dmitri Medvedev ?

« Et voila! Les dernières brumes électorales se sont dissipées. Au lieu de chercher à travailler avec nous contre notre principal ennemi l’État Islamique, l’administration Trump montre qu’elle va avant tout combattre le gouvernement légitime syrien, en pleine contradiction avec la Loi internationale et sans mandat des Nations-unies, en violation de ses propres règlements qui stipulent que le Congrès doit être notifié préalablement à toute opération militaire n’étant pas menée en réponse à une agression contre les États-Unis. Au bord d’un affrontement militaire avec la Russie.
« Personne ne surestime la valeur des promesses électorales mais il devrait y avoir des limites dans l’indécence.
« L’incrédulité est totale. Ceci est réellement dommage pour nos relations, entièrement dévastées. Et c’est excellent pour les terroristes.
« Une chose encore. Cette opération militaire montre parfaitement l’extrême dépendance du Président américain vis à vis de l’ ‘establishment’ de Washington, celui-la même que le Président critiquait vertement dans son discours inaugural. Très vite après son élection, j’avais indiqué que tout dépendrait du temps qu’il faudrait à Trump pour renier ses promesses électorales face à la machine en place. Cela n’aura pris que deux mois et demi »1.

À ceux qui ne trouveront pas la prestation du Premier ministre russe assez pénétrante ajoutons-y les propos de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova :

« Ce qui ce passe aujourd’hui aux États-Unis souligne une fois de plus le fait déplorable que c’est l’État le plus imprévisible du monde. Et s’il y a quelque chose de prévisible aux États-Unis, c’est bien l’imprédictibilité de leur politique extérieure (…).
« Je dirais que ce que nous voyons aujourd’hui, c’est le jeu Games oth Thrones. C’est une guerre entre les clans politiques et les structures militaro-financières et politico-financières qui refusent d’accepter les résultats de la présidentielle.
« Ce que nous avons vu aujourd’hui est vain, inepte et dangereux parce que les objectifs ne sont pas compréhensibles. Les États-Unis sont absolument dépourvus de toute stratégie à l’égard de la Syrie. La frappe est une mesure forcée résultant de cette lutte politique intérieure colossale.
« Compte tenu de l’imprévisibilité absolue des États-Unis comme pays et partenaire. C’est à partir de ces positions que [la Russie] construira ses relations ».

La Russie a annoncé que la ligne directe entre le Pentagone et le Ministère russe de la Défense est désormais coupée à dater du 8 avril 2017, juste après le discours de Dmitri Medvedev.

Ah, oui, en quoi le fait que ce soit le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, qui se soit retrouvé en première ligne est il à relever ?

Je vois trois explications à cela :

Primo. À force de prendre des gifles diplomatiques, la parole du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï V. Lavrov, ne pèse plus bien lourd dans le concert des Nations.

Secundo. Dmitri Medvedev a toujours été vu, à l’Ouest et ailleurs, comme la voix la plus libérale de l’administration Poutine. À défaut d’énièmes jérémiades de la-pleureuse-en-chef Lavrov, le message, diffusé urbi et orbi, par Dmitri Medvedev n’en sera que plus audible.

Tertio. Moscou renoue avec la vieille tradition dialectique communiste du PC-US qui voulait qu’une motion une fois adoptée par les plus hautes autorités de l’État, soviétique hier, russe aujourd’hui, il revenait toujours à un des adversaires de ladite motion de la présenter et de la porter avec la plus extrême rigueur.

C’est exactement ce que Dmitri Medvedev vient de faire.

Alors Back In USSR, comme le chantaient les Beatles et bon courage au US Secretary of State, Rex W. Tillerson2 qui a va avoir du pain sur la planche pour remettre les relations russo-américaines sur les rails. Cela même s’il connaît à peu près tout le monde à Moscou…

Notes

Все. Остатки предвыборного тумана рассеялись. Вместо растиражированного тезиса о совместной борьбе с главным врагом – ИГИЛ («Исламским государством») администрация Трампа доказала, что будет яростно вести борьбу с законным правительством Сирии. В жестком противоречии с нормами международного права, без одобрения ООН. С нарушением собственных процедур, устанавливающих необходимость предварительного уведомления Конгресса о военной операции, которая не связана с нападением на США. На грани боевых столкновений с Россией.Никто не преувеличивает ценности предвыборных обещаний, но все же есть пределы приличия. За ними – абсолютное недоверие. Что совсем печально для наших вконец испорченных отношений. И конечно, отрадно для террористов. И ещё. Своей военной акцией администрация президента США доказала и свою несамостоятельность, свою крайнюю зависимость от мнения вашингтонского истеблишмента, который резко критиковал в инаугурационной речи новый президент. Сразу после его избрания я заметил, что все будет зависеть от того, как быстро сломает предвыборные установки Трампа существующая машина власти. Ей понадобилось два с половиной месяца …
2 Pdg du géant pétrolier ExxonMobil.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Les Armes à feu sauvent des vies

| États-Unis | Société / 2nd Amendement | ARPAC | Excellent article paru sur le …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer