Accueil / Verbatim / Ça chauffe entre Delhi & Islamabad : jusqu’où ?

Ça chauffe entre Delhi & Islamabad : jusqu’où ?

| Inde / Pakistan | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

A contrario de leurs appareils de chasse, les relations entre les deux puissances nucléaires de la sous-région asiatique (Inde & Pakistan) n’ont jamais volé bien haut. Mais cela faisait quelques temps déjà que ces-deux-là évitaient d’en venir aussi ostensiblement aux mains. Alors, simple surchauffe ? Voir plus si inimitié ?

| Q. Bon, dogfight indo-pakistanais au-dessus du Cachemire, que s’est-il passé de marquant et comment tout ça a démarré ?

Jacques Borde. Assez classique en fait. Selon l’essentiel des media indiens, cités par nos confrères d’Air & Cosmos, le 26 février 2019 peu avant 4h00 du matin, à l’heure où les plus aguerris des combattants dorment encore sur leur charpoi, des appareils de la Bhāratīya Vayu Sēnā (IAF)1 ont franchi la frontière pakistanaise pour aller tapisser de bombes un camp de terroristes cachemiris pro-pakistanais. L’Inde ayant eu à souffrir d’attaques de ces mêmes terroristes peu auparavant, Delhi a décidé de ne pas laisser ces attaques impunies.

Emmanuel Huberdeau note dans son article majorité des media s’accordent à dire que « les frappes ont été réalisées par des Mirage 2000I de l’IAF. Certains articles affirment que 12 Mirage 2000E/I (2000H) auraient décollé de la base de Gwalior, d’autres articles évoquent cinq Mirage 2000 avec de l’armement air/sol et d’autres chasseurs de Dassault pour l’escorte »2.

Plusieurs sources évoquent « l’emploi de bombes guidées GBU-12 Paveway, d’origine américaine, tandis que d’autre parlant de bombes planantes Spice 2000 de l’israélien Rafael »3. Ce qui fait de l’engin une arme combat proven hors du Moyen-Orient et par les seuls Israéliens.

| Q. Une vraie démonstration de force, alors ?

Jacques Borde. Oui, ce d’autant que le raid aurait également impliqué des Su-30MKI pour l’escorte. Mais également :

1- des ravitailleurs en vol Il-78MKI Midas4.
2- des avions de commandement et de contrôle aéroporté, dont un AEW&C, un Embraer EMB-145AEW équipé de systèmes développés par la DRDO.
3- un drone Heron, de l’israélien IAI.

| Q. Des Mirage 2000, pour des frappes air/sol, c’est normal ?

Jacques Borde. Oui, tout à fait. Les Indiens ont adopté les leurs à ce type de mission.

Historiquement, l’Inde a commandé ses (49) Mirage 2000E/I (ou 2000H) en 1982, initialement fabriqués en France. En 2011, un contrat a été passé avec Dassault Aviation, Thales et MBDA portant sur la modernisation des appareils. Les deux premiers ayant été modernisés en France et livrés en 2015. Depuis, l’avionneur HAL est en charge de la modernisation du reste de la flotte, directement en Inde. La remise à niveau (retrofit) de ces Mirage comprenant l’intégration « d’un nouveau radar RDY-3, d’une nouvelle liaison de données, du système de navigation TOTEM, d’une suite de guerre électronique ICMS Mk4 et d’un nouveau système IFF »5.

Et « Les travaux ont également compris l’intégration d’une capacité de mise en œuvre du missile air/air Mica de MBDA. Le cockpit a été refait à neuf avec l’intégration de cinq systèmes de visualisation »6.

En fait, si cette modernisation a rapproché les Mirage 2000 indiens du Mirage 2000-5 français, contrairement à ce dernier, les appareils indiens ont rajouté une corde à leur arc et ont été optimisés afin d’emporter de l’armement air/sol. Pour la désignation laser, ils sont équipés du pod Litening de Rafael. « Le Spice 2000, lui, est un kit de guidage pour des bombes de 900 kg. Selon Rafael sa portée est de 60 km »7, nous précise encore Emmanuel Huberdeau.

| Q. Et l’implication des Su-30MKI  ?

Jacques Borde. Elle est logique, le Su-30MKI est le meilleur appareil de supériorité aérienne en parc au sein de la Bhāratīya Vayu Sēnā (IAF).

| Q. Mais, il y a eu des appareils abattus ?

Jacques Borde. Oui. Mais le lendemain. Un dans chaque camp.

| Q. Dans quelles circonstances ?

Jacques Borde. Selon le ministère des affaires étrangères indien, la Pāk Fizāʾiyah (PAF)8 aurait lancé un raid de représailles contre des infrastructures militaires indiennes en réponses aux frappes de la veille réalisées par la Bhāratīya Vayu Sēnā.

La réponse du berger à la bergère, en somme.

Toujours selon les Indiens, ce raid aurait été intercepté par des chasseurs de l’IAF. Durant l’engagement, un MiG-21 Bison indien9 aurait abattu ainsi qu’un appareil pakistanais qui se serait écrasé du côté pakistanais de la ligne de démarcation.

À noter que Islamabad a affirmé avoir abattu deux avions indiens et non un seul. Ce qui n’a pu être confirmé de source indépendante.

Selon toute vraisemblance, l’appareil indien abattu serait un MiG-21 Bison, qui est la version optimisée du vénérable MiG-21 encore en parc10 et autorisée à voler. Les autres versions du MiG-21 étant ou stockées ou interdites de vol vu leur âge avancé et un nombre élevé d’accidents ces dernières années.

Le pilote indien s’est éjecté du côté pakistanais de la ligne de démarcation. Les autorités pakistanaises l’ont dûment fait prisonnier. Avant de le remettre à la partie indienne en vue de faire retomber le soufflé. Islamabad parlant, à ce propos, d’un « geste de paix ».

| Q. Quel type d’appareil a été mis en œuvre côté pakistanais ?

Jacques Borde. Le type des appareils pakistanais impliqués dans la lice n’a pas été précisé. Ni d’un côté, ni de l’autre.

La Pāk Fizāʾiyah (PAF) est équipée de F-16, de PAC JF-17 Thunder11, de Mirage IIIEP/OF/RP et 5EF/F/PA mais aussi de Chengdu F-7PG.

Différentes générations de F-16 sont en service.

Les F-16A/B datent des années 1980 mais ont été modernisés par la société turque TAI. Le Pakistan a fini par réceptionner dans les années 2010 ses F-16C/D Block 52 qui avaient été commandés des années auparavant mais ont été longtemps bloqués par le US Congress.

Quant à l’appareil perdu par les Pakistanais, il pourrait s’agir d’un Chengdu F-7PG. Mais à confirmer.

| Q. La tension a bien retombé, en tout cas…

Jacques Borde. Oui. En fait, les deux n’ont pas vraiment intérêt à une vraie guerre entre eux. Pour se toiser et échanger des coups, tant Islamabad que Nouvelle-Delhi ne manquent pas de proxys pour faire le sale boulot.

D’ailleurs, au dernières nouvelles, le Pakistan a complètement rouvert son espace aérien, a annoncé l’Autorité de l’aviation civile (AAC) pakistanaise, après l’avoir fermé, le mercredi du fait des tensions avec l’Inde.

« Tous les aéroports du Pakistan sont opérationnels et l’espace aérien a été rouvert », a notamment déclaré à l’AFP une porte-parole de l’AAC, ajoutant que le processus de réouverture s’était achevé à 13h00 (8h00 TU).

| Q. Mais, là, qu’est-ce qui a dérapé ?

Jacques Borde. Difficile à savoir avec certitude. Probablement le fait que les terroristes cachemiris venaient directement de leur base arrière pakistanaise. Les Indiens ont, alors, voulu marquer le coup.

Mais nous ne possédons pas tous les éléments, qui peuvent être variés et nombreux, pour être affirmatifs.

Le notable c’est la via factis aérienne pour en découdre qui est à relever dans cette affaire. Plus traditionnellement, ce sont les artilleurs qui, des deux cotés de la frontière, sont chargés d’envoyer les messages (sic).

Notes

1 Armée de l’air indienne.
2 Air & Cosmos.
3 Air & Cosmos.
4 Six en dotation.
5 Air & Cosmos.
6 Air & Cosmos.
7 Air & Cosmos.
8 Ou Pakistan Air Force, Armée de l’Air pakistanaise.
9 L’appareil, modernisé, peut emporter les missiles air/air russes R-77 et R-60. Il est aussi équipé d’un canon de 23 mm.
10 Autour de 115 en parc.
11 En fait la version export du CAC FC-1 Xiaolong chinois.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Affaire Skripal ! : Comme Mission Impossible, un beau scénario ! Mais après…

| Occident / Russie | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Jadis, en période …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer