Accueil / Verbatim / Christchurh : Tuerie suprémaciste ou 1er Attentat globalisé ? [1]

Christchurh : Tuerie suprémaciste ou 1er Attentat globalisé ? [1]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Si personne ne nourrissait de doutes quant à l’occurrence d’actes de violence extrême, dans le courant de l’année 2019, pour ainsi dire personne ne s’attendait à ce que : 1- cette violence explose à l’autre bout du monde, en Nouvelle-Zélande ; 2- elle soit le fait de suprémacistes autoproclamés de (pour l’un d’entre eux, en tout cas) nationalité… australienne, un des rares pays au monde qui a su juguler les vagues migratoires qui frappent l’Europe. Premiers éléments de réflexion sur une tragédie amenée à faire date & sur laquelle les Européens que nous sommes auraient tout intérêt à faire, une fois n’est pas coutume, un RETEX sérieux. Épisode 1.

« La réponse à la guerre civilisationnelle qui nous est faite par l’islamisme ne peut, en aucun cas, être le terrorisme aveugle, méthode de sauvages qu’il convient de laisser aux sauvages. La réponse n’est pas non plus dans les marches blanches, les bougies et les nounours. Elle est dans l’accession au pouvoir par une action politique déterminée menée par des hommes neufs, et la mise en œuvre des moyens sécuritaires, militaires et moraux d’éradiquer la menace en en combattant aussi bien les effets que les causes ».
Jean-François Touzé, sur sa page Facebook.

| Q. La Nouvelle-Zélande touchée par le terrorisme, doit-on seulement s’en surprendre ?

Jacques Borde. Pas plus que ça, hélas. D’entrée, clarifions certaines choses. À savoir que :

1- les auteurs, complices, soutiens etc., de l’attaque terroriste de Christchurch méritent tous de se balancer au bout d’une corde, en espérant que leur mort soit la plus longue et plus douloureuse possible.
2- les auteurs, complices, soutiens etc., de l’attaque terroriste de Christchurch ont d‘autant moins de chances de se balancer au bout d’une corde, que ce pays est sous tutelle travailliste. Pour être précis celle de la Prime Minister of New Zealand1, Jacinda Ardern, un monument d’incompétence et de laxisme.
3- contrairement au propaganda staffel islamo-gauchiste, notoirement ad usum nazislami, plus de 90% des attaques violentes Vs des mosquées, Hosseiniyeh2, etc., ont toujours été le fait du terrorisme takfirî d’inspiration wahhabî, ce depuis les années 90. Lire mon livre Pourquoi l’Amérique, 11 septembre, paru en… 2001 chez Avatar.

| Q. Si j’ai bien compris, vous tenez le gouvernement néo-zélandais pour responsable de ce qui s’est passé à Christchurch ?

Jacques Borde. Oui. Toute autorité, où que ce soit, est – parce qu’elle tient entre ses mains les rênes de la justice et de la violence d’État, la seule légitime, relisez donc la Cité grecque de Glotz et ses pages sur Dracon – responsable de tout ce qui advient en bien ou en mal sur son sol. Strictement de la même manière que les forces d’occupation étasuniennes, en Irak, étaient responsables des crimes, vols et pillages qui se déroulaient dans des zones tenues pas les forces à leur disposition, que celles-ci leur soient régnicoles, liges ou alliées de quelque manière que ce soit.

Eh bien, un pays en paix c’est strictement la même chose.

Ajoutons, d’ailleurs, que la Nouvelle-Zélande n’est, stricto sensu et au plein sens du terme, pas un pays en paix, dans la mesure où elle fait partie de la coalition occidentalo-centrée en guerre contre la terreur takfirî. Et dans toute guerre, on encaisse des pertes. Dernier exemple en date : les 28 Chrétiens coptes assassinés en Égypte par des proxys de DA’ECH.

| Q. Et par rapport au terrorisme, dans la mesure où vous nous dite que ce qui vient de se passer à est bien du terrorisme ?

Jacques Borde. Hélas, oui. Et, à ce sujet, il est particulièrement grotesque, pour ne pas dire inapproprié, de la part de la Prime Minister Ardern, de se rendre à une simple réunion avec des familles de victimes le chef ainsi voilé. Se couvrir la tête ne s’impose que dans le cadre de cérémonies religieuses. À cet égard, Ardern devrait s’inspirer de ce que font mesdames Rania de Jordanie et Asma de Syrie, dont le comportement est exemplaire sur ces sujet. Et non stupidement incantatoire comme celui dont fait montre Mme. Ardern.

Ensuite, contrairement à ce que nous déballent comme un mantra détraqué la plupart des autoproclamés spécialistes de la question, il est totalement faux de nous sortir que la Nouvelle-Zélande ne serait pas concernée directement par le terrorisme. Alors, nommons les choses aussi précisément que possible :

1- oui, la Nouvelle-Zélande n’avait pas, jusqu’alors, été victime sur son propre sol d’un attentat de type terroriste.
2- a contrario, prétendre que ce pays n’a pas été touché par la terreur takfirî est d’un égoïsme eurocentrée inqualifiable, dans la mesure où dans leur efforts pour combattre le terrorisme en Afghanistan et en Irak, les Néo-Zélandais, très engagés par leurs forces spéciales, y ont subi des pertes humaines (morts et blessés).
3- la Nouvelle-Zélande est, militairement parlant, l’un des plus efficaces acteurs de la lutte contre la terreur takfirî. Cent fois plus que la velléitaire Germanie merkelienne et son opulente Bundesbank.
4- prétendre que Christchurch marquerait, comme le soutiennent certains, « la fin de l’innocence », est d’une effroyable bêtise. Être membre de la coalition pro-étasunienne en l’Orient compliqué est la marque de tout ce qu’on voudra au point de vue géostratégique, mais certainement pas d’une quelconque « innocence ».
5- être partie prenante au grand jeu, ce qui est le cas de tous les membres de la coalition pro-étasunienne, veut dire en être acteur et pas seulement victime.

Donc, la seule spécificité à laquelle peuvent, hélas, prétendre les Néo-Zélandais est que les premiers à avoir réagi aussi loin du Levant auront été des adversaires de la terreur takfirî (sa doxa et son kulturkamp, plus précisément) et non ses partisans.

| Q. Donc pour vous ce qui vient de se passer à Christchurch est à relier à la guerre contre le terrorisme ?

Jacques Borde. Sans aucun doute possible, oui.

Même s’il eût été moins surprenant que cette explosion de violence frappe l’Australie qui ne manque ni de groupes radicaux, ni d’activistes takfirî, fort à même de se haïr l’un l’autre. D’une manière générale les éléments radicaux et/ou suprémacistes blancs australiens sont plutôt bien répertoriés par une communauté du Renseignement particulièrement développé. Du moins à en juger par la ribambelle de SR existants (ou ayant existé) dans le pays :

  • Australian Secret Intelligence Service (ASIS)3.
  • Australian Security Intelligence Organisation (ASIO)4.
  • Australian Transaction Report & Analysis Center (AUSTRAC)5.
  • Defence Imagery & Geospatial Organisation (DIGO)6.
  • Defence Intelligence Organisation (DIO)7.
  • Defence Security Branch (DSB)8.
  • Defence Signals Directorate (DSD)9.

Comme quoi, le nombre, ici davantage la redondance, ne suffit toujours pas.

| Q. Que pensez-vous des premières décisions prises par les Néo-Zélandais ?

Jacques Borde. Imbéciles et inappropriées. Là, je me place, bien sûr sur le terrain de l’efficacité opérationnelle. Or, le Prime Minister of New Zealand, Jacinda Ardern, une indécrottable travailliste insistons bien sur ce point, a décidé de serrer la vis aux possesseurs d’armes. Mesure qui n’a jamais empêché le moindre terroriste de s’en procurer. Voire de passer à l’acte sans arme à feu.

Or, deux choses sont à noter :

1- en dehors de la tragédie de Christchurch, où sont la nécessité et l’urgence pour un pays où les homicides violents de ce type ne dépassent pas les 50 morts/an. Ceci alors que les Néo-Zélandais sont, statistiquement parlant, d’importants détenteurs légaux d’armes.
2- surtout, la troisième personne interpellée (et relâchée depuis) était justement un tireur civil en règle sorti avec une arme pour se mettre, en bon citoyen qu’il est, à la disposition. des forces de police.

| Q. Sinon, les groupes suprémacistes sont nombreux ?

Jacques Borde. En Australie ? Aucune idée. Ça n’est pas un milieu sur lequel je possède des lumières particulières.

Remarquez, je ne suis pas le seul. Sur France-24, l’expert (sic)10 convoqué pour nous éclairer sur la droite radicale australienne n’a pu nous donner un seul nom (individu, entité, courant, etc.) à son propos. Et ça n’est pas le niveau pitoyable du journaliste présent sur le plateau qui allait relever le niveau ! Bla, bla, bla, comme bien souvent sur cette chaîne se voulant d’information. Dommage.

| Q. On en sait plus ?

Jacques Borde. Évidemment.

À noter que le tireur de Christchurh arborait clairement des référence aux viols en réunions de fillettes et jeunes filles britanniques perpétrés à Rotherham par des gangs nazislamites pakistanais pendant des années et ce en toute impunité. Un des plus gros scandales de ce type au Royaume-Uni.

Quant à l’Australie, oubliez les clichés sur les kangourous et les plages, elle est, depuis des années, un pays violent.

On parlera aussi de la violence endémique lié au crime organisé des Bikers11. Un phénomène typiquement australien qui a réussi à dépasser celui des bandes de Bikers US, qui sont le plus souvent liés à des communautés ethniques : Aryan Brotherhood (Blancs), centro-américaines, latino-américaines, asiatiques (triades désormais), etc. !
À rappeler, bien évidement, que 99% des Bikers sont des gens parfaitement normaux, respectueux des lois et, la plupart du temps, extrêmement cordiaux. Exceptée une tolérance inhabituelle aux décibels !…

| Q. Mais, alors, pourquoi un endroit isolé comme Christchurh, plutôt qu’en Australie même ?

Jacques Borde. Parce que passer et/ou s’installer en Nouvelle-Zélande est chose particulièrement aisée pour les Australiens. Mal-intentionnés ou pas ! Et que s’y fondre dans la masse pour y préparer ses turpitudes ne pose aucun problème : langue (accent légèrement différent) identique, communauté australienne, culture similaire.

Pour finir, rappelons que Australie et Nouvelle-Zélande forment, à de nombreux points de vue, une entité pour ainsi dire unique. Les deux marines sont pour ainsi dire intégrées et jusqu’à la Royal Australian Air Force (RAAF)12, qui assure les missions de défense aérienne auparavant dévolues à la Royal New Zealand Air Force (RNZAF)13. Les Néo-Zélandais n’ayant tout simplement plus du tout d’avions de combat.

[à suivre]

Notes

1 Et en maori : Te Pirimia o Aotearoa.
2 Lieux de culte chî’îte.
3 SR civil australien.
4 SR civil australien.
5 SR civil australien, sorte de NSA, les moyens colossaux en moins.
6 SR civil australien, sorte de NSA.
7 SR civil australien, sorte de FBI.
8 SR militaires australiens.
9 SR militaires australiens.
10 Le Dr. Jean Bogais, mais qui n’est absolument pas un spécialiste du terrorisme.
11 Motards.
12 Ou armée de l’air australienne.
13 Ou armée de l’Air néo-zélandaise.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Grand jeu ! Les Taliban ennemis ou proxys de l’Occident ?

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | Fi de n’avoir, jusqu’à présent …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer