Accueil / Verbatim / Idiotes utiles de Christchurch : Sidération ou… Trahison ?

Idiotes utiles de Christchurch : Sidération ou… Trahison ?

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Christchurch, restera comme l’une des plus radicales & rapides avancées de la doxa takfirî en terre de conquête, Dār al-Harb en droit musulman. Ceci sans que la moindre Kamiz brune (à moins que…) de DA’ECH, ou simple proxy ou copycat1, ait eu à y dégainer une arme à feu ou à sortir son couteau. Au premier rang des (ir)responsables de cette défaite de la civilisation face à la terreur takfirî : la Prime Minister of New Zealand2, Jacinda Ardern, idiote utile comme on en compte peu dans l’Histoire des guerres, classiques ou asymétriques.

« Quant à la Nouvelle-Zélande, un paradis terrestre jusqu’à la semaine dernière, elle prend elle aussi le chemin de la Charia mais surtout, se sert du prétexte de l’horrible attentat de la semaine dernière contre la mosquée pour, non seulement, inciter les néo-zélandaises à porter le foulard islamique, obliger les policières à le faire, mais aussi interdire les armes aux citoyens qui respectent les lois… ce qui fait que seuls les hors-la-loi et les terroristes en posséderont et que les civils dans ce pays sont désormais des futures victimes qu’on pourra tirer comme des lapins sans qu’ils puissent se défendre. La Nouvelle-Zélande n’a pas de Constitution et le ou la première ministre peut gouverner par décrets. Comme Jacinda Adern, la Première ministre est de gauche et bien-pensante, elle est en train de procéder à des changements irréversibles dans son pays ».
Eber Haddad.

| Q. Comment résumeriez-vous ce qui, en terme de mobilisation, s’est passé à Christchurch ?

Jacques Borde. Oh, c’est simple :nous sommes en plein totalitarisme victimaire. La porte-ouverte – ou plutôt la dernière étape avant une collaboration à la fois de jure et de facto avec les tenants de la doxa takfirî.

Avec comme acteurs de premiers plan, comme l’a noté Olivier Milza de Cadenet, sur sa page Facebook, « La bêtise superlative d’une population féminine grégaire qui, pour montrer sa solidarité avec la « communauté musulmane », arbore le signe le plus réactionnaire, le plus ségrégatif et le plus anti-féminin qui puisse être, devenant, en quelques jours, « l’idiote utile » du fascislamisme mondial.Et jamais la posture victimaire n’aura autant rapporté à un totalitarisme qui est passé maître dans l’instrumentalisation de ses « martyrs » ».

| Q. Vous me disiez que la soumission aux idées de l’ennemi n’a guère plus de limites qu’entendez-vous par là ?

Jacques Borde. Oui. En fait, je me réfère, là, à la soumission des dhimmî vagino-takfiristes (sic), pour reprendre une expression qui commence à sepropager sur la Toile et qui n’est pas de moi, ingénues, ou plutôt idiotes utiles, néo-zélandaises qui, à l’instar de la super-idiote utile Jacinda Ardern (la Prime Minister of New Zealand, pour ceux qui l’ignoreraient encore) qui n’ont de cesse d’adopter les signes de dhimmîtude (soumission) à l’égard d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)3 et consorts au prétexte de la tuerie de Christchurch.

| Q. À quoi, faites-vous allusion ?

Jacques Borde. Au fait que nos idiotes utiles néo-zélandaises, non seulement, revêtent le voile prescrit par la Charia, mais, en plus elles font ce geste d’allégeance qui est le doigt pointé vers le ciel. Qui est un signe de ralliement pour les affidés de la doxa takfirî. Bravo Mesdames !

Au lieu d’être solidaires des victimes en votre nom et avec votre personnalité propre, vous vous donnez en spectacle de soumission prosélyte. Ce qui évidemment comble d’aise les nazislamistes et sert, à l’envie, leur propagande sur la Toile.

| Q. Volontairement ?

Jacques Borde. Oui, Je le pense. Hélas. Je parle, là, de celles le plus élevées dans la pyramide décisionnaire. Exécutif et société civile confondus.

| Q. Et elles se trompent ?

Jacques Borde. Oui, du tout au tout. Elles commettent même un faute peu pardonnable. En effet, nos néo-zélandaises voilées et doigtées (si je peux dire), les accumulent même :

1- elles ne doivent pas avoir le sens du calcul, ces dames, sinon elles sauraient qu’au décompte des attentats, ceux des nazislamistes se comptent par milliers, tandis que ceux contre les musulmans ne sont qu’une poignée. Certes, condamnables mais peu nombreux. Pour le nombre de victimes, c’est pareil. Mais il ne faut pas en parler, voyons, ça stigmatise.
2- elles ne connaissent pas davantage l’actualité. Sinon, nos idiotes utiles sauraient que des femmes de cœur et de tête meurent pour leur combat contre le port du voile dans les pays musulmans, mais il ne faut en parler, ça stigmatise.
3- elles ne connaissent pas non plus la communauté (sic) à laquelle elles rendent ainsi hommage. On n’a jamais vu l’un de ses membres porter la kippa en signe de solidarité avec les enfants juifs tués par Merah, à Toulouse, mais il ne faut pas en parler, ça stigmatise.
4- enfin, elle ne doivent pas connaître un certain nombre de pays musulmans dans lesquels les femmes ne sont que des citoyennes de seconde zone, cantonnées aux tâches ménagères et à la reproduction, sans pouvoir aller à l’école suffisamment pour devenir premier ministre de Nouvelle-Zélande…

Cette cohorte d’idiotes utiles me fait penser à des dindes qui se présenteraient d’elles-mêmes en cuisine un soir de Noël.

| Q. Est-ce la faute d’un modèle anglo-saxon du vivre-ensemble arrivé au bout de ses possibilités ?

Jacques Borde. Oui et non.

Oui, dans la mesure ou comme l’a souligné Zineb El-Rhazoui, « L’attentat d’extrême-droite de Christchurch qui a fait des dizaines de victimes est le signe de quelque chose de pourri dans le modèle multiculturaliste anglo-saxon où les communautés vivent côte à côte, mais ne se parlent pas. Le meilleur ennemi du terrorisme, c’est le débat. Le terrorisme, qu’il ait pour maître à penser Breivik ou Bin-Lāden, fleurit là où l’humanisme universaliste recule. Plus que jamais, le modèle universaliste français doit nous tenir à cœur, car il est notre bouclier contre les extrémistes de tous bords. Les sociétés multiculturalistes créent des murs entre les gens sous faux couvert de tolérance. Le communautarisme, s’il est tolérant, considère l’autre au mieux comme son prochain. Seul l’universalisme permet de considérer l’autre comme son semblable. En voyant ces images de terreur, je ne puis m’empêcher de repenser aux attentats qui ont endeuillé la France, et où nous sommes nombreux à avoir perdu des êtres chers. Toutes mes pensées vont vers les victimes de Christchurch ».

Non, parce que ce modèle était biaisé dès le début. Ah, oui ! Une précision…

| Q. Laquelle ?

Jacques Borde. De mon point de vue : nous parlons là du modèle britannique de la chose. Les États-Unis, heureusement pour eux, c’est autre chose.

Modèle dont la faillite est consommée depuis longtemps. Des cités entières du Royaume-Uni sont désormais régies par la Charia. Au point que :

1- des gangs asiatiques4 y ont semé, en toute connaissance de la British police qui laissait faire, une terreur sexuelle meurtrissant et brisant à jamais de milliers de jeunes Britanniques. Ce pendant plus de dix ans. Et, en toute impunité, je le redis.
2- désormais, une police de la charia, en uniforme5 s’il vous plaît, s’y est substitué aux patrouilles de Constables6, déjà eux-mêmes complètement gangrenés par le sectarisme et la criminalité nazislamiste.
3- cette police de la charia recourt sans retenue à une violence rarement appliquée par la vraie7 précédemment.
4- elle œuvre en collaboration permanente avec les gangs asiatiques cités plus haut. Dont seule une partie d’entre eux ont été démantelés. Gangs qui, sans cette police de la charia, n’auraient pu y perpétrer autant d’horreurs pendant si longtemps.

À rappeler, que, contrairement à la légende dorée qui l’environne, la police britannique a toujours été la plus corrompue de toutes les polices occidentales.

| Q. Sombre tableau que celui que vous nous dressez-là?

Jacques Borde. C’est peu ou prou celui qui attend la Nouvelle-Zélande, nouveau front du djihâd de cette partie du monde. Sort réservé, aux yeux des tenants de la doxa takfirî – et probablement ceux et, surtout, celles qui roulent pour eux – aux territoires du Dār al-Harb

| Q. Qu’entendez-vous par Dār al-Harb ?

Jacques Borde. Dialectiquement, le Dār al-Harb se caractérise par rapport au Dār al-Islam. Soit le domaine de la soumission à Dieu par rapport aux domaine de la guerre.

Juridiquement, Dār al-Islam désigne initialement les pays où s’applique la Charia puis, par extension, ceux à majorité musulmane et/ou gouvernés par des musulmans, et qui devraient, selon les mouvements et les partis religieux, être gouvernés selon la Charia.

Quant au Dār al-Harb, c’est simple : c’est tout le reste !

| Q. Et par « tout le reste »…

Jacques Borde. Le reste de la planète. L’ensemble des pays où l’Islam reste à s’implanter de gré ou de force. Le mot Harb signifiant « guerre » dans divers sens du terme, soit :

1- « guerre » de conquête classique.
2- mais aussi « guerre » religieuse aux autres cultes et croyances, c’est-à-dire effort prosélyte, de corruption et d’aliénation des modèles préexistants. Quels qu’ils puissent être.

La boite de pandore de la géhenne nazislamiste est, maintenant, grande-ouverte en Nouvelle-Zélande.

Shame on you8 pour tout ce qui attend désormais votre si beau pays, Jacinda Ardern9

Notes

1 Imitateur.
2 Et en maori : Te Pirimia o Aotearoa.
3 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
4 Entendez indo-pakistanais, pour leur origine géographique.
5 Pas une si grande nouveauté quant au fond. Mais, auparavant, opérait plus discrètement.
6 Agents de police.
7 Pourtant, peu avare de coups, contrairement à se réputation de bonhommie.
8 Honte sur vous.
9 Par ailleurs, ancienne présidente de l’International Union of Socialist Youth (IUSY). Ce qui, probablement explique beaucoup de choses.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Christchurh : Tuerie suprémaciste ou 1er Attentat globalisé ? [1]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | Si personne ne nourrissait de …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer