Accueil / Verbatim / Trump Vs Mueller : Teflon Trump remporte la 1ère manche. [1]

Trump Vs Mueller : Teflon Trump remporte la 1ère manche. [1]

| États-Unis | Géopolitique | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Autre affrontement & non des moindres à la tête de l’hêgêmon thalassocratique étasunien : celui qui oppose, depuis son arrivée à l’Oval room, le président des États-Unis, Donald J. Teflon Trump, au Deep State & au Parti démocrate, les deux se refusant à reconnaître leur humiliation électorale. Entre autres forgeries, le Deep State a donc chargé son homme-lige, l’ex-directeur du FBI rhabillé en Special counsel for the US Department of Justice (DoJ), Robert S. Mueller III, de faire tomber Teflon Trump. Ce en l’attaquant, lui & ses proches, sur leurs relations, réelles & supposées, avec Moscou. Las, après de deux ans de turpitudes & de carabistouilles en tous genres, Mueller a dû rendre sa copie : rien qui permette de mettre la tête de Trump sur une pique. Mais les vieux singes du Deep State n’ont pas dit leur dernier mot. Épisode 1.

| Q. À propos de la Syrie, vous pensez que Trump tiendra vraiment ses engagements ?

Jacques Borde. C’est comme tout le reste, nous verrons bien. Notez qu’à la fin janvier 2018, les États-Unis allaient projeter 600 hommes de plus en Syrie. Une manière de dire que le retrait, si retrait il y a, prendra du temps.

Pour le reste, il faut compter avec le Deep State et ses alliés démocrates pour saper tous les efforts de l’administration Trump dans tous les domaines. Vous aurez ainsi noté que les Sénateurs démocrates ont fait passer une loi supposée interdire au président de quitter l’OTAN.

Charlotte Sawyer. Mais, deux événements majeurs viennent de se produire :

1- nous devrions approcher d’une première décision sur ce point, le dernier spot d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)1, venant de tomber. Même si cette chute ne règle qu’une partie de problèmes.
2- notre controversé ex-directeur du FBI devenu Special counsel for the Department of Justice, Robert S. Mueller III, lâché aux basque de Trump et des siens, vient de rendre, enfin, son rapport. Texte qui est loin d’arranger les affaires des adversaires de notre président.

Ensuite, dès qu’on parle de Trump, gardons-nous de la logorrhée des media – et peu importe le côte de l’Atlantique – qui racontent à peu près n’importe quoi.

| Q. Comme quoi ?

Charlotte Sawyer. Le racisme de Donald J. Teflon Trump, en premier lieu.

Notez ainsi, que l’interprète irakien qui a travaillé avec les SEALs (et Chris Kyle, l’ « American Sniper » immortalisé par Clint Eastwood), Riyad Ahmed Khalaf Al-Ahmady est devenu citoyen américain cette semaine après un processus de 10 ans. Il a remercié le président pour son aide et parlé de son propre engagement pour Trump et sa politique… migratoire !

Jacques Borde. Quid, puisque nous y sommes, des interprètes des forces françaises, abandonnés tant par l’armée française que par le Niais d’Orsay, certes fort occupé à se mettre en quatre pour les pov’ migrants ? Les femmes ensuite.

| Q. Quid des femmes ?

Jacques Borde. Oh, simplement ceci : Trump, souvent critiqué pour sa position envers les femmes, emploie plus de femmes en tant que Senior Advisers et Assistants que les anciens présidents B. Hussein Obama, George W. Bush et Bill Clinton à ce point de leurs mandats.

| Q. Et, vous le disiez, l’Affaire russe ?

Jacques Borde. Le flop du Special counsel for the Department of Justice Mueller, vous voulez dire ! Le titre du NYT2 dit malgré lui la vérité de ce qui est en jeu : le Rapport Mueller a fait un méga-bide. En fait, aucune connexion poutinienne n’a favorisé l’élection de Trump. Mais, le ton reste agressif : « Mais nous n’abandonnons pas et d’autres investigations sont en cours pour aboutir au résultat recherché : la destitution de Trump »…

| Q. Et, c’est démocratique, tout ça ?

Charlotte Sawyer. Well, pas tellement.

En fait, nos oligarques étasuniens, les media, une partie de la justice et le Parti démocrate œuvrent ensemble à un golpe qui, malgré les apparences légales qu’on tente de lui donner, reste une tentative de coup d’État.

| Q. Mais, est-ce possible ?

Jacques Borde. Comme tout coup d’État rampant. Comme le note Eber Haddad, « ça peut marcher et ça pourra dégénérer très rapidement si l’injustice triomphe et je crois les autorités judiciaires new-yorkaises suffisamment malhonnêtes pour commettre le pire qui rendra la situation très grave ».

| Q. C’est quoi, au juste, ces poursuites lancée par la justice contre Trump ?

Jacques Borde. En fait, c’est de l’obstruction politique. Pour le reste :

1- le US House Committee on the Judiciary3 présidé par le député de New York, Jerrold Lewis Jerry Nadler, n’est pas le US Department of Justice (DoJ), c’est une instance politique. Autrement dit, ici, politicienne.
2- le chef de la minorité républicaine de ladite chambre, le House Minority Leader Kevin O. McCarthy, n’est pas dupe de la manœuvre : « Je pense que le membre du Congrès Nadler a choisi la voix de l’impeachement contre le président le jour où celui-ci a remporté les élections », a-t-il souligné.

Eber Haddad, qui connaît par cœur les arcanes de vie politiques US a clairement analysé ce nouveau rebondissement :

« Comme il s’avère maintenant, après deux ans d’enquête forcenée, contraignante et coûteuse par Mueller et sa clique, qu’il n’y a pas eu collusion avec la Russie, que le délit, ou plutôt même le crime, a été commis par Obama et sa police politique, que le dossier de ce procureur est une coquille vide et un gigantesque échec et une façon grotesque et pernicieuse de changer les résultats d’une élection démocratique, les attaques contre Trump vont totalement changer de sujets. Les Démocrates vont se ‘préoccuper’ de ses taxes, de ses affaires, de sa famille, ‘d’obstruction’ à la justice et probablement du Titanic et du Hindenburg… ».

Charlotte Sawyer. Bon, c’est vrai que le Vase de Soissons, ou le Maine4 c’est un peu loin. Quoi que !…

| Q. Bon, concrètement, cela signifie quoi, au juste ?

Jacques Borde. Citons encore Eber Haddad :

« … Nadler, a accusé Trump d’entraves à la justice et va convoquer pour cela 60 personnes qui travaillent à la Maison-Blanche, au Ministère de la Justice, à la Trump Organisation ainsi que les dirigeants de cette dernière, Donald Trump Jr. et Allen Weissenberg dans le but d’empêcher le président des États-Unis d’assumer ses fonctions. Le coup d’État rampant continue… ».

Charlotte Sawyer. En fait, appelons un chat un chat, le Deep State essaie de reprendre son jouet : les commandes de l’hêgêmon thalassocratique étasunien.

Jacques Borde. Mais, ne mettons pas de bovidés avant le charroi. Je me méfie beaucoup du tohu-bohu alarmiste toujours autour et contre les mêmes : Trump, Bolsonaro. Quant au dernier, j’attends toujours qu’on me prouve que le l’ex-capitão Bolsonaro est d’extrême-droite.

| Q. Parce que vous en doutez encore ?

Jacques Borde. De plus en plus même. Certes, j’ai vu président du Brésil, candidat du Partido Social Liberal (PSL)5 formation de centre-droit au pire, l’ex-capitão Jair Messias Bolsonaro, menacer de coller une torgnole à l’une de ses adversaires politiques.

Sauf que la dame l’avait aussi agoni d’injures et menacé de le frapper.

| Q. Et ça ne vous gêne pas ?

Jacques Borde. Pas du tout. En toute franchise, les féministes commencent à me courir. Elles nous tannent avec leur égalité, parité & tutti quanti. Mais continuent à exiger des vilains mâles dominants que nous sommes qu’ils les traitent différemment des hommes : égards de langage, galanterie, etc., sauf les bisous qui sont, bien évidemment, d’infamantes agressions sexistes. Désolé : une conne reste une conne. Comme un con reste un con. En plus cette insulte grammaticalement féminisée depuis longtemps devrait leur plaire. Non ?

| Q. Bon, et que dit le Rapport Mueller, au juste ?

Jacques Borde. À en croire la synthèse du Rapport Mueller, rédigée par le 85th Attorney General6, William Pelham Barr, aucun membre de l’équipe de campagne du président n’a collaboré avec la Russie malgré les propositions répétées d’individus associés aux intérêts russes. En voici les quatre points essentiels :

1- pas d’éléments prouvant une entente ou une coordination entre l’équipe de campagne de Trump et Moscou pour influencer les résultats de la présidentielle de 2016.
2- pas lieu de recommander de nouvelles inculpations, en plus des 34 personnes déjà poursuivies jusqu’à aujourd’hui, dont six proches de Donald J. Trump condamnés.
3- Les Russes ont bien mené, de leur côté, des actions dans le but d’influencer le résultat de l’élection présidentielle de 2016. D’abord grâce à une campagne sur les réseaux sociaux visant à désinformer et à créer des divisions chez les électeurs. Ensuite en piratant des ordinateurs de responsables du Parti démocrate et de l’équipe de campagne d’Hillary Clinton en vue de diffuser des informations compromettantes sur la candidate.
4- pas de conclusion définitive sur une possible « entrave à la justice » du président des États-Unis, Donald J. Teflon Trump, qui a notamment limogé en mai 2017 le directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI), qui était, alors,  James B. Comey.

[À suivre]

Notes

1 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
2 New York Times.
3 Ou plus simplement : House Judiciary Committee, Commission des Affaires judiciaires, en français.
4 USS Maine (ACR-1) est connu pour son naufrage dans la Baie de La Havane à Cuba dans la soirée du 15 février 1898. Dépêché sur place pour protéger les intérêts américains (sic) lors de la Guerre hispano-américaine. L’opinion publique américaine, poussée par les articles incendiaires publiés par William Randolph Hearst et Joseph Pulitzer, accusa l’Espagne. Le cri de ralliement Remember the Maine, to Hell with Spain! (Souvenez-vous du Maine, Mort à l’Espagne !) fut utilisé par la faction belliciste de l’opinion américaine et la guerre fut déclenchée le 25 avril 1898.
5 Parti social-libéral.
6 Ou Procureur général des États-Unis, soit le ministre de la Justice.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Christchurh : Tuerie suprémaciste ou 1er Attentat globalisé ? [2]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | Si personne ne nourrissait de …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer