Accueil / Verbatim / Terreur takfirî Vs Monde (dit) libre : Les Chrétiens de plus en plus en 1ère Ligne. [2]

Terreur takfirî Vs Monde (dit) libre : Les Chrétiens de plus en plus en 1ère Ligne. [2]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Certains l’assument (DA’ECH notamment), d’autres non ou à reculons (l’administration Macron, mais la présidence italienne également…) : un Kulturkampf, doublé d’une guerre sans merci, sont bien en cours contre la Chrétienté de par le vaste monde. Ce de manière de plus en plus violente & répétée. Un modus operandi, qu’ignorent, en toute connaissance de cause, les esprits munichois de la planète, marqué d’une implacable montée aux extrêmes clausewitzienne. L’étonnant, dans cette histoire, est que les plus tenaces (à quelques exceptions) à s’opposer à cette géhenne sont nécessairement pas chrétiens & que, en revanche, de l’autre côté de la barricade, se détachent, peu à peu, l’ombre d’une gauche financiarisée renouant de plus en plus ouvertement avec son antisémitisme des années noires de l’Europe. Épisode 2.

« Attentats au Sri Lanka contre des églises en ce jour de gloire christique… Le Pape condamne, Macron condamne, l’UE condamne… Et ? Et, rien ! Tant que l’Occident ne lancera pas une offensive généralisée et planétaire contre ceux qui ont juré sa mort, des centaines, des milliers, des dizaines de milliers des nôtres seront massacrés ».
Jean-François Touzé, sur sa page Facebook.

« Il y a eu une série de faits: la cathédrale de Saint-Denis a été saccagé – et on a arrêté un Pakistanais. Saint-Sulpice a brûlé et la police sait que c’est criminel. La cathédrale de Paris, je n’ai pas de certitudes mais je ne vois pas pourquoi on se précipite pour dire que ce n’est pas criminel, surtout avec la série qu’on a eue (…). Celui qui n’est pas ému aux larmes devant l’incendie de Notre-Dame n’est pas français ».
Éric Zemmour.

| Q. Et l’argument : « Les musulmans, premières victimes » qu’ont avancé certains media ?

Jacques Borde. C’est un figure de rhétorique. Vrai et faux à la fois. Ou comme disait Dumézil, à propos de l’Histoire de Rome : « Un mélange de faux, de faits et de fables ».

Statistiquement, il est donc exact qu’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)1, a tué davantage de musulmans que de chrétiens. Comment pourrait-il en être autrement, ses front de guerre principaux ayant été, ou étant, l’Irak et la Syrie, pays dont les populations sont majoritairement musulmanes ?

Donc, dans leurs massacres à outrance, DA’ECH et autres ont violenté, réduit en esclavage et tué, tous ceux qu’ils exécraient tombant sous leur coupe : Soufis, Chî’îtes, Alaouites, Sunnites non-takfirî (l’immense majorité au Levant), Communistes, Ba’athistes, etc. ! Et, bien sûr Chrétiens d’Orient. Sans parler des Yézidis qui ne sont ni l’un ni l’autre.

Et gageons que si les proxys de DA’ECH et d’Al-Qaïda au Sinaï, parvenaient à étendre leurs opération en Israël même, Juifs, Druzes et Chrétiens arabes seraient massacrés avec la même énergie et la même haine.

Idem pour Boko Haram et consorts qui ont rasé tout ce qui relevait d’un Islam africain trop déviant, là encore, à leurs yeux. Mais au Sahel, le ratio des victimes de la terreur takfirî est largement composé de Chrétiens.

| Q. Mais pourquoi user d’un tel argument, alors ?

Jacques Borde. Parce que ce discours obscène du « Les musulmans, premières victimes », est une des dernières cartouches des media municho-takfirî et des islamo-gauchistes pour tenter de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas : des démocrates. Une approche résolument révisionniste de l’Histoire, en fait. Comme ceux qui s’amusent à séparer nos compatriotes juifs, des homosexuels, des gitans, et des Résistants et/ou combattants de la France Libre2 dans leurs décomptes infâmes.

A contrario, qui n’a pas noté, au passage, l’indignation de nos compatriotes juifs Yves Mamou, Éric Zemmour, ou encore Me. Goldnagel au drame des Chrétiens d’Orient et aux flammes de Notre-Dame ?

| Q. Donc, à vous yeux, ce deux poids, deux mesures, que dénoncent certains, est bien réel ?

Jacques Borde. Au lendemain de l’attaque de Christchurch en Nouvelle-Zélande, l’ensemble de la bien-pensance munichoise s’était précipitée pour nous affirmer que l’auteur de cet attentat avait été guidé dans son acte par les livres de Renaud Camus et d’Éric Zemmour. Bigre.

J’attends donc avec impatience leurs déclarations suite aux attentats au Sri Lanka. On aimerait bien que nos bien-penseurs munichois nous disent, aussi rapidement, quel livre a bien pu influencer le groupe islamiste derrière ces attaques. Pas les Malheurs de Sophie, de toute évidence ?

| Q. Mais peut-on, pour autant, accuser des instances et/ou gouvernements européens de partialité ?

Jacques Borde. D’entrée, deux petites corrections à votre propos.

Primo. Parlons, pour que les choses soient plus claires pour ceux qui nous liront, d’entités et de gouvernements européistes.

Secundo. À ce stade, je parlerai davantage d’hostilité que de partialité.

| Q. Carrément…

Jacques Borde. Oui, tout à fait. J’en veux pour preuve l’édifiante analyse de Raymond Ibrahim3, pour le Gatestone Institute. Que, nous remet à l’esprit Raymond Ibrahim ?

Que, comme l’a rapporté le Fonds Barnabas « [Sur] les 4.850 Syriens acceptés comme réfugiés par le Home Office en 2017, onze seulement étaient chrétiens, soit 0,2% du total »4. Alors qu’« au même moment, le Home Office a autorisé un extrémiste religieux pakistanais, Syed Muzaffar Shah Qadri, – extrémiste au point qu’il est interdit de séjour au Pakistan – à donner des conférences5 dans des mosquées britanniques »6.

| Q. Un problème de fond, selon vous ?

Jacques Borde. Oui. Et comme l’a souligné le Dr. Martin Parsons, du Fonds Barnabas, « Le problème devient systémique quand des dirigeants islamistes, chauds partisans de la persécution des chrétiens, s’entendent dire que leurs demandes de visas seront accueillies favorablement, alors que des demandes de visas de court séjour pour des visites pastorales au Royaume-Uni sont refusées aux dirigeants chrétiens dont les églises affrontent un génocide »7.

Le Dr. Martin Parsons, parle même d’une « venimeuse partialité du Home Office envers les chrétiens ». Un journal cite même le cas d’un prêtre catholique rabroué et interdit d’entrée en raison de son… célibat. Pour le Barnabas Fund, le constat est clair, la politique d’asile du Royaume-Uni « discrimine les chrétiens » et favorise « les musulmans ».

Ce au point que Lord David Patrick Paul Alton8, Life peer (pair) de la Chambre des Lords, a écrit au ministre de l’Intérieur, le très controversé Sajid Javid9 :

« Il est largement admis que les chrétiens, qui constituaient environ 10% de la population syrienne d’avant-guerre, étaient spécifiquement visés par les rebelles djihâdistes et qu’ils continuent de courir un risque (…). Les statistiques de l’année dernière démontrent une politique d’accueil plus que déséquilibrée [en faveur des réfugiés musulmans au détriment des réfugiés chrétiens] et ce déséquilibre n’a rien d’une curiosité statistique. Nous sommes en face d’une politique discriminatoire et le gouvernement est légalement tenu de prendre des mesures concrètes pour remédier à cette situation »10.

| Q. Diriez-vous qu’il s’agit, en l’espèce, d’une politique d’accueil volontairement pro-muslim ?

Jacques Borde. C’est, en tout cas, ce qu’a relevé Raymond Ibrahim dans son étude. Notant que les « refus de visas aux représentants des minorités chrétiennes persécutées, y compris les prêtres et les religieuses, sont-ils la conséquence d’une politique d’asile restrictive du Home Office ? La question tombe d’elle-même au regard de la facilité avec laquelle le Home Office accorde visa et statut de réfugié aux musulmans extrémistes. Aucun demandeur d’asile musulman ne s’est vu refuser un visa parce que le Coran est trop violent ou parce que ‘sa foi en Mahomet est plutôt tiède’ »11.

Ce qui est souvent présenté comme un motif de refus aux impétrants chrétiens.

A contrario, Ahmed Hassan, qui, lui, n’avait pas de papiers et avait même reconnu « avoir reçu une formation militaire dans les rangs de l’État islamique », quand le ministère de l’intérieur lui a accordé l’asile. « Deux ans plus tard, en septembre 2017, il montait une attaque terroriste qui faisait 30 blessés dans une gare de Londres »12.

Pour être complet, je suis persuadé que la même enquête dans la majorité des pays européens aboutirait aux mêmes conclusions.

| Q. Vous trouvez ?

Jacques Borde. Les faits sont têtus ? Vous aurez noté que la photo de Zahran Hashim, l’un des terroristes takfirî des attentats du Sri Lanka, passe en boucle sur les télévisions étrangères. Beaucoup moins, voire pas du tout pour certains, dans les media français. Media qui étaient nettement plus réactifs pour diffuser l’identité, le profil et les écrits du tueur de Christchurch (dix fois moins de morts). Pourquoi donner plus d’importance aux victimes quand elles sont musulmanes ?

Munich est dans nos têtes.

Jamais la phrase Winston L. Churchill à Arthur Neville Chamberlain à propos des Accords de Munich, n’a été autant d’actualité qu’en ces jours d »infamie et de trahison que nous connaissons, que ce soit à Paris ou Colombo :

« L’Angleterre avait le choix entre le déshonneur et la guerre. Elle a choisi le déshonneur, et elle aura la guerre ». Bon, je vous l’accorde, la guerre nous l’avons déjà !

| Q. Pourquoi les Sri-lankais nous assurent-ils d’implications internationales dans les attentats ?

Jacques Borde. En raison de l’ampleur de l’opération et le degré d’organisation de l’attaque qui apparaissent comme très au-delà de la portée du seul NTJ. Comme l’a dit un porte-parole du gouvernement on a « du mal à voir comment une petite organisation dans ce pays peut faire tout cela ».

Effectivement, nous sommes plus prêts des attentats de Bombay que du Takfir distributeur de coups de machette.

| Q. Comment les SR pakistanais ont-ils pu si mal fonctionner ?

Jacques Borde. Mais il n’ont pas failli. C’est en aval que ça n’a pas suivi.
Remarquez, ça n’est certainement pas aux à la France de leur donner de leçons dans ce domaine…

| Q. Pourquoi ?

Jacques Borde. Nos SR font parfaitement leur boulot. Très bien, même ! En témoigne la longue liste de nos Fichés S. Mais comme au Sri Lanka : avertir ou ficher ne sert à rien. Il faut agir. Préventivement, si nécessaire.

| Q. Que voulez-vous dire par là ? Et comment ?

Jacques Borde. Allons droit au but : la prévention ciblée. Sikul memukad13, pour reprendre la terminologie israélienne.

| Q. C’est-à-dire ?

Jacques Borde. Pour faire simple : terminer avec un extrême préjudice (si l’on reprend le vieux terme prêté au SR de la Guerre froide pour désigner leurs exécutions hors du cadre judiciaire), des terroristes.

Ce qui me semble, et je pèse mes mots, une excellente chose. Soyons clair : plus nous tuerons de Kamiz brunes de DA’ECH, moins nous en aurons sur les bras.

Puisque nous sommes aux temps des Pâques (juive, catholique, orthodoxe), rappelons tout de même qu’on ressuscite assez peu ces derniers temps14. Quant à mon avis sur l’aspect juridique de la chose : tout chef d’État ou de gouvernement ayant recours à ce modus operandi de prévention ciblée ne saurait relever de la Cour pénale internationale (CPI).

| Q. Elle vient d’où votre Sikul memukad ?

Jacques Borde. En fait, ce qui deviendra la Sikul Memukad ou prévention ciblée15, si l’on se réfère à la terminologie officielle, a été mise en place à la suite de la Tragédie de Munich qui vit la disparition, dans des circonstances non entièrement encore élucidées à ce jour16, de l’équipe des onze athlètes israéliens venus participer aux Jeux Olympiques de 1972. Là, c’est bien le Ha’Mossad Ley’Modi’in u-lé Tafkidim Méyuh’Adim (MOSSAD)17, qui, sur instruction expresse du Premier ministre israélien de l’époque, Golda Meir, va mettre sur pied un groupe, issu de son service action, le Kidon, appelé la Colère de Dieu. Mission de ces hommes de l’ombre : éliminer physiquement les responsables palestiniens impliqués18 dans la Tragédie de Munich.

Notes

1 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
2 Qui, par ailleurs incluaient sans y faire différence : juifs, chrétiens, athées, etc. …
3 Distinguished Senior Fellow du Gatestone Institute et Fellow du Judith Rosen Friedman au Middle East Forum. Auteur de Sword & Scimitar, Fourteen Centuries of War between Islam & the West (L’Épée & le cimeterre : Quatorze siècles de guerre entre l’islam & l’Occident).
Gatestone.
5 Pas le seul.
6 Gatestone.
7 Gatestone.
8 Baron Alton of Liverpool, KCSG, KCMCO, a siégé comme Crossbench member of the House of Lords, en tant que membre du Liberal Party puis des Liberal Democrats (Lib Dems).
9 Ancien de la Chase Manhattan Bank, mais, surtout, de la Deutsche Bank, soutien de la politique migratoire merkelienne…
10 Gatestone.
11 Gatestone.
12 Gatestone.
13 La plupart du temps traduit par éliminations ciblées.
14 Et pour Jésus, les Juifs n’y croient pas.
15 Deviendra, parce qu’à l’évidence, la traque des responsables de la Tragédie de Munich était autant réactive que préventive.
16 Le rôle de la police et des autorités allemandes, notamment.
17 Ou Institut Central de Renseignements & des Opérations Spéciales, Mossad signifiant l’Institut.
18 Réellement ou réputés tels.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Libye-Irak : L’Initiative (militaire) échapperait-elle aux Occidentaux ?

 | Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | C’est peu de dire que …