Accueil / Verbatim / Imbécillité(s) + OpEx opportuniste = 2 Morts inutiles ? [1]

Imbécillité(s) + OpEx opportuniste = 2 Morts inutiles ? [1]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Par grandeur d’âme, la France n’a pas pour habitude de laisser ses ressortissants entre des mains ennemies. En effet, la République n’hésite pas à sacrifier les meilleurs de ses fils pour (si nécessaire) sauver les pires d’entre eux. Or, même planifiée à l’extrême, l’activité militaire est l’une des plus hasardeuses qui soient. Cette fois-ci ceux qui ont choisi de mettre en danger nos courageux soldats pour sauver deux indécrottables bobos « solides entre les oreilles », comme disaient les Sud-Afs au temps de l’Apartheid puis, dérouler le tapis rouge-sang à deux fieffés imbéciles libérés au prix fort, ont fait un calcul qui sème le doute aux yeux de beaucoup. À espérer que ce n’était pour glaner quelques suffrages, comme le suggèrent des voix d’opposition ? Épisode 1.

« La mission de nos armées, c’est de protéger les Français. C’est une mission qui n’est pas sans risque. Lutter contre les terroristes, c’est dangereux. Nos hommes, nos femmes y sont préparés. Ils visent tous l’excellence. Et l’excellence était au rendez vous. Ils sont aussi préparés à l’abnégation, au courage. C’est le cœur même de leur engagement. Et donner sa vie pour sauver celle des autres, c’est la forme ultime de l’engagement, celle qui nous dépasse tous. Alors le message de la France est claire : c’est un message qui s’adresse aux terroristes. Ceux qui veulent s’en prendre à la France doivent savoir que nous les rechercherons, nous les traquerons et nous les neutraliserons ».
Florence Parly, ministre des Armées1.

| Q. Que vous inspire ce qui vient de se passer au Burkina Faso ?

Jacques Borde. Beaucoup de colère et d’indignation, en fait.

D’abord, n’oublions pas Fiacre Gbédji, tué par les terroristes takfirî à cause de deux abrutis partis en vacances dans une zone, à l’évidence, peu sûre. Quoi qu’en ait dit, ou pas dit, le Quai d’Orsay. Probablement tué car il voulait les protéger. De France, pensons à sa famille et ses amis. Que Dieu veille sur lui.

Ceci dit, ce qui me frappe le plus à propos de cette opération qui a coûté la vie à deux de nos commandos Hubert, c’est l’immense rejet qu’elle a provoqué sur les réseaux sociaux.

| Q. Rejet, dans quel sens ?

Jacques Borde. Traditionnellement, ces opérations de sauvetage ouvrent des débats qui permettent de rappeler à nos compatriotes l’abnégation & le sens du devoir qui habitent nos soldats. Transparaissent également des réactions de lassitude & d’indignation quant aux sacrifices qu’on exige ainsi de nos forces spéciales pour, trop souvent, ramener des individus ne valant pas le centième de ceux que leurs chefs envoient ainsi à la mort. Depuis que j’anime, ou participe, à des blogs, jamais je n’avais vu une telle unanimité dans les réactions pour dénoncer ces pertes qu’on aurait pu éviter en envoyant ce message simple aux ravisseurs :

1- la France ne négocie pas avec des gens comme vous.
2- libérez vos otages sans attendre.
3- ou gardez-les, à votre convenance.
4- dorénavant, en revanche, vos têtes & celles des vôtres, de tous les vôtres, sont mises à prix.

C’est d’ailleurs, peu ou prou, ce que nous a dit le ministre des Armées, Florence Parly, en rappelant que « Ceux qui veulent s’en prendre à la France doivent savoir que nous les rechercherons, nous les traquerons et nous les neutraliserons ».

| Q. À votre moue, je vous sens un peu dubitatif ?

Jacques Borde. Beaucoup même. Qu’entend Mme. le ministre par « neutraliser » ? Si c’est comme pour l’Affaire du Ponant : capturer les terroristes et les confier à des magistratures scélérates qui vont les libérer et leur accorder des dommages et intérêts conséquents, je ne pense pas que cela va en impressionner énormément2 du côté de terres de djihâd.

Honte à ceux qui ont mis en danger nos courageux soldats, et que ce soit à leurs corps défendant, n’y change pas grand-chose. Honte, encore plus, à ceux qui déroulent ce tapis rouge-sang à des personnes ne le méritant guère pour, comme le pensent beaucoup, glaner quelques suffrages.

| Q. Vous semblez plus remonté contre nos politiques que contre les otages ?

Jacques Borde. Nettement, oui…

| Q. Et, pourquoi ?

Jacques Borde. Primo. Gouverner, c’est prévoir. Aller ainsi faire le beau – là, nos deux zozos étaient en voyage de noces – à proximité de zones à risque devrait être totalement banni.

Secundo. Reconnaissons que notre couple d’écervelés a su faire profil bas et remercier avec beaucoup d’humilité ceux qui sont morts pour eux. Ça ne fera revenir personne, mais bon…

De mon point de vue, et seulement de mon point de vue, j’ai ressenti plus d’affect et d’émotion dans les mots prononcés par Laurent Lassimouillas – Cf. « Leur sacrifice donne un sens à nos vies. Certainement, nous aurions dû prendre davantage en compte les recommandations de l’État et les spécificités de l’Afrique. Nous avons aussi une pensée pour notre guide mort dans des conditions très violentes. Nous remercions la France, l’armée française et ses services ». – que dans la litanie monocorde et convenue du ministre français des Armées, Florence Parly. Mais tout le monde ne peut avoir le verbe puissant d’un Debré accueillant Jean Moulin au Panthéon. O tempora, O mores !

Quitte à reprendre un hommage à nos deux héros, je préfère celui des pilotes du Régiment de Chasse 2/30 Normandie-Niémen, pour qui, « Hier, des frères d’armes ont fait le sacrifice ultime. À travers cette photo, c’est la Chasse dans son ensemble qui rend hommage à ces combattants de l’extrême qui jamais ne tremblent devant l’adversité. Nous nous inclinons devant leur courage et nous envoyons un salut fraternel à ceux qui, aujourd’hui, sont le premier rempart de la Nation. Nous nous joignons à la peine de leurs camarades et de leurs proches. Aux hommes et femmes des forces spéciales, aux Commandos de Marine, au Commando Hubert ».

Ensuite, comme l’a justement rappelé un ami sur Facebook, « Il serait bon d’arrêter de se cristalliser sur ‘tout ça pour sauver deux irresponsables’, parce que ce n’est ni vrai ni important. Ce qui est important est que des assassins islamistes ont enlevés des innocents et ont tué deux de nos courageux soldats ».

À noter que dans cette affaire, comme dans celle du colonel Betrame et bien d’autres, les indifférents (sic), pour ne parler que d’indifférence, sont toujours les mêmes.

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. En quelques jours :

1- j’ai vu passer beaucoup de posts communautaires (sic), se félicitant qu’une liste musulmane sera bien en lice aux Européenne du 26 mai 2019.
2- à ce jour, en revanche, je n’ai perçu aucune voix communautaire (sic) pour pleurer à nos côtés la mort de nos deux soldats. Suis-je sourd ou désespérément mal-informé ?

| Q. Quid de la polémique sur l’accueil présidentiel à Villacoublay ?

Jacques Borde. À noter, mais ça devient une habitude, l’inqualifiable bouillie médiatique servie la chaîne macroniste BFM-TV, qui nous parle, à la fois :

1- d’un accueil minimaliste. Ce qui est exact. Aucune prise de parole extérieure au débarqué de l’avion, n’a été faite contrairement aux habitudes.
2- d’un accueil froid. Ce qui, a contrario, ne tient pas la route. Au vu, en tout cas, des sourires affichés tant par les deux ex-otages, mais également par le ministre de l’Europe & des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Sachant que :

1- les images ont toutes été prises de dos.
2- le président français, Emmanuel Jupi Macron, a décidé de se tenir coi et repassant le bébé à Le Drian, au ministre des Armées, Florence Parly, ainsi qu’au chef d’État-major des armées (CEMA), le général d’armée François Lecointre, chargés de communiquer sur l’affaire. Seuls les deux premiers, d’ailleurs, prenant la parole.

Quant au passage présidentiel, il n’aura pas dépassé les 45 minutes.

| Q. Qui n’a pas apprécié l’accueil fait aux ex-otages ?

Jacques Borde. Beaucoup de monde, en fait. Dont, mais c’était inévitable, l’opposition qui a eu des mots très durs contre le chef de l’État, et par là des armées.

« Je suis mal à l’aise de savoir que le président se déplace pour accueillir deux touristes dont l’inconscience a fait perdre la vie de deux soldats d’élite qui ont fait preuve de courage et de bravoure », a ainsi déclaré la porte-parole des Républicains (LR), Lydia Guirous.

Dernière minute : Paris met un avion de la Nation à disposition des bouffons… combien cela a t il coûté ? Et « en même temps », il se dit que les compagnes des militaires tués, n’auront droit à rien, n’étant pas mariées.

Mais, bien évidemment, il y a aussi de l’argent pour rapatrier (sic) les djihâdistes d’Irak ou de Syrie…

Notes

1 Déclaration faite à Villacoublay.
2 En décembre 2014, la France est condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) à verser des dédommagements de 2 à 5.000 € aux pirates impliqués dans l’attaque du Ponant. La Cour a condamné la France, pour avoir attendu que les suspects aient été interrogés en garde à vue, alors que la France avait l’obligation de les faire présenter à un magistrat sans délai. Mai 2017, l’un des Somaliens acquittés obtient un titre de séjour, la France lui accordant une protection subsidiaire, par un arrêt de la Cour nationale du droit d’asile.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

1955, Rosa Parks. 2019, Élise Bencheikh : Des Civil Rights à la Charia, le recul… [2]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | 1955. En plein Deep South, …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer