Accueil / Verbatim / Ça bouge (enfin) en Méditerranée ! Grazie qui ? [2]

Ça bouge (enfin) en Méditerranée ! Grazie qui ? [2]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Depuis, disons, une bonne dizaine d’année, Mare nostrum, cette bonne vieille Méditerranée, était devenu l’Open bar d’un Crime organisé immigrationniste multiforme ayant mis en place son système de piraterie, de prédation & de trafic d’êtres humains. Le rôle en cette affaire des ultra-gauches européennes, de leurs vice-passeurs & de leurs navires-corsaires (ou pirates, c’est selon) Mare Jonio, Sea Watch, etc., étant, bien évidemment, à éclaircir. Las, rien ne semblait pouvoir endiguer, ni même menacer, le business de nos Néo-Barbaresques du XXIe siècle. Sauf que les dernières élections italiennes ont porté au pouvoir une administration Conte-di Maio-Salvini1 (& leurs alliés) qui a décider de purger Mare nostrum de cette engeance, de ses proxys, amis & obligés. Au grand dam de Bruxelles, de ses Vieillesses junckeriennes, de l’ONU & du… Pape. À se demander pourquoi ? Épisode 2.

| Q. Donc, pour vous, les Libyens retrouvent leur souveraineté ?

Jacques Borde. Ils font tout pour, en tout cas, sauf que le pays est, merci qui ?, au beau milieu d’une guerre. Guerre direct résultat de la via factis infâme imposée à ce pays par les deux âniers de l’Apocalypse Cameron et Sarkozy, alors aux affaires (sic), dans tous les sens que ce mot peut évoquer. Et qui explique, aussi, le refus de l’administration Sarraj trop affaiblie pour accepter le moindre spot de ces clandestins métastasés de cellules terroristes sur le sol libyen.

Sur ce point précis, Fayez Al-Sarraj, avait réitéré, le 20 juillet 2018, le refus catégorique d’installer en Libye des centres d’accueil pour migrants (sic) que cherche à lui imposer la nomenklatura bruxelloise.

« Nous sommes absolument contre le fait que l’Europe veuille tout à fait officiellement installer chez nous les migrants illégaux dont on ne veut pas dans l’UE »2, rappelait Sarraj dans un entretien au quotidien allemand Bild. « Nous ne ferons pas non plus de “deals” avec l’UE, comme prendre en charge des migrants illégaux en échange d’argent »3, avait-il ajouté lors de cet entretien réalisé à Tunis.

« Je suis très étonné qu’en Europe plus personne ne veuille accueillir de migrants mais qu’on nous demande d’en accueillir des centaines de milliers ici », avait poursuivi Sarraj, appelant les Européens à exercer « plus de pression sur les pays d’origine des migrants plutôt que sur la Libye, où les passeurs ont mis en place leur juteux trafic »4, profitant du chaos né de l’agression franco-britannique qui a renversé le gouvernement de feu le Guide de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne Populaire & Socialiste, Mouammar Kadhafi5.

Bon, depuis les choses ne se sont pas arrangées avec l’offensive lancée par le maréchal Ḫalīfa Bilqāsim Ḥaftar6. Là, comment de pas noter combien le Crime organisé immigrationniste et les ONG islamo-gauchistes proxys de la gauche financiarisée tirent un profit honteux de cette guerre. À s’interroger également sur le rôle de certains pays européens, dont la France, dans cette nouvelle montée aux extrêmes.

| Q. Mais, du côté italien aussi la donné a changé ?

Jacques Borde. Tout à fait. Rome coopère, de manière très proactive avec les autorités libyennes.

Comme lorsqu’un bâtiment commercial italien avait reconduit en Libye 108 migrants récupérés dans les eaux internationales. Plus précisément, l‘Asso Ventotto qui avait récupéré ces migrants sur un canot à environ 60 milles nautiques au nord-ouest de Tripoli.

Jusqu’alors, la Guardia costiera italienne coordonnait les opérations de ce type et les migrants étaient déportés en Italie. Mais depuis juin 2018, Rome, à juste raison, a passé la main aux Gardes-côtes libyens, qui ont demandé, comme c’est de leur droit, au navire de ramener les migrants à Tripoli.

Une façon de faire critiquée par le ô combien controversé Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (UNHCR), aux yeux de qui « La Libye n’est pas un port sûr et cela peut conduire à une violation du droit international ».

| Q. Et, selon vous, ces critiques tiennent la route ?

Jacques Borde. Passez-moi l’expression, ce discours onusien, c’est de l’encul… de mouches. Et rien d’autre.

Sur ce sujet, Matteo Salvini7, avait aussitôt précisé que « … les Garde-côtes libyens ont secouru et ramené 611 migrants en Libye (…). Les ONG protestent et les trafiquants perdent leur business ? C’est bien, nous continuons ». Et de répéter son slogan : « Ports fermés, cœurs ouverts » ! Qui reste sa ligne de conduite quant à la tragédie humaine qui se déroule en Méditerranée.

| Q. Avec certaines difficultés tout de même, comme le prouve encore l’Affaire du Sea Watch ?

Jacques Borde. Tout à fait. À ce point du débat, il est à souligner que le ministre italien de l’Intérieur est confronté, un peu la manière de Donald J. Teflon Trump aux États-Unis, à la fronde d’un Deep State refusant de se plier aux règles de base de la démocratie qui veut que les personnels en place, suivent les ordre du pouvoir sorti des urnes.

Au point que Salvini doit batailler comme un beau diable pour imposer ses décisions régaliennes à cet ennemi de l’intérieur.

Ce qui, par ailleurs, l’oblige passer une partie de son temps à combattre les forgeries et les mensonges qui le visent. Comme lorsqu’il avait dû rappelé que la Guardia costiera « n’a ni coordonné, ni participé à cette opération, comme l’a faussement déclarée une ONG et un député de gauche mal informé ».

À souligner que :

Primo. Si la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) avait condamné l’Italie en 2012 après qu’un navire militaire italien eût ramené des migrants en Libye en 2009, la Libye était alors dirigée par Kadhafi.

Secundo. Si ce pays a plongé dans le chaos depuis sa chute en 2011, c’est du fait de l’agression concoctée par Paris et Londres.

Tertio, le gouvernement Conte n’a que huit mois d’existence. Alors, festina lente.

2019. Autres mœurs et autres temps surtout. Celui d’éradiquer, par la force si nécessaire, les Néo-Barbaresques wahhabî et le Crime organisé immigrationniste qui va avec ! À condition, bien sûr, que les magistratures censées rendre la justice, adeptes du droit-de-l’hommisme, ne sombrent pas, munichoises qu’elles sont, dans la trahison et l’intelligence avec l’ennemi : Ce nazislamisme pur et dur qui, désormais, ronge l’Europe de l’intérieur comme un cancer vert et brun.

| Q. Et ces navires qui tiennent tête à Rome ?

Jacques Borde. Mare Jonio, Sea Watch, etc., sont tous le revers d’une même pièce. Sorte de pantomime ou de comedia del’Arte où se profilent les intérêts particuliers du Crime organisé immigrationniste et de cette gauche financiarisée qui ne se fait pas à sa perte du pouvoir et son éloignement des caisses de l’État où elle puisait sans vergogne ni retenue. Comme le prouvent d’ailleurs, la liste de tous ceux passés du statut d’Onorevoli à celui de repris de justice. Hommes honorables (sic) me faisant penser aux assassins de César, visés par la longue diatribe de Marc-Antoine !…

| Q. Mais l’ONU a aussi Salvini dans son viseur ?

Jacques Borde. Ah, oui, l’ONU. Cette chose dont le général parlait en usant du sobriquet mérité de machin.

Ôtez-moi ce doute : nous parlons bien de cette entité qui, en ordre décroissant :

1- laisse crever à petit feu le peuple yéménite. Au motif peu avouable que celui-ci est dans la ligne de mire de l’excellent client des puissances occidentales qu’est la dyarchie wahhabî : les ho

1- laisse crever à petit feu le peuple yéménite. Au motif peu avouable que celui-ci est dans la ligne de mire de l’excellent client des puissances occidentales qu’est la dyarchie wahhabî : les honorables (décidément) roi d’Arabie Séoudite, Salmān Ibn-ʻAbd al-ʻAzīz Āl-Séʻūd, et prince héritier, SAR Mohamed MBS Ibn-Salmān Āl-Séʻūd.
Une affaire qui, au passage, commence à embarrasser Paris. En effet, à noté sur son blog Secret Défense, notre estimé confrère Jean-Dominique Merchet : « Vendredi 10 mai, le cargo séoudien Bahri Yanbu devait faire escale au Havre pour y charger des canons Caesar de 155 mm – fabriqués par Nexter – à destination de l’Arabie Séoudite. Mais, alors qu’il mouillait au large du port, le cargo a finalement fait demi-tour, mettant le cap sur Santander (Espagne). L’association ACAT8, avait déposé un référé... »9.
2- assista sans quasiment broncher au 3ème génocide du monde moderne (sic) au Ruanda.
3- imposa pendant pratiquement une décennie son blocus génocidaire au malheureux peuple irakien. Bilan : 1.500.000 morts (dont 500.000 enfants).

À ce sujet, si ma mémoire ne me fait pas défaut, c’est à peu près ce chiffre que lors de son premier mandat, le Premier ministre israélien, Binyamin Bibi10 Nétanyahu, dévoila lors de la pose d’une plaque commémorative au camp d’extermination d’Auschwitz.

Alors, excusez-moi, si j’ai le plus grand mal à gober sans broncher les attaques du machin visant Matteo Salvini, à propos d’une loi, par ailleurs, non-encore en application !…

| Q. Et le débat, plus général, sur le fascisme renaissant, vous en dites quoi ?

Jacques Borde. Éternel fantasme de cette gauche financiarisée voulant nous détourner de l’examen de ses propres turpitudes. Je vous répondrais, par cette petite phrase lue sur la Toile :

« Il est moins dangereux de se dire chasseur de loups (à mains nues) quand il n’y a pas de loups... ».

Notes

1 Pour ne vexer personne, ces trois hommes méritants sont cités par ordre alphabétique.
2 Bild (20 juillet 2018).
3 Bild (20 juillet 2018).
4 Bild (20 juillet 2018).
5 Titulature officielle.
6 Promu à ce grade en septembre 2016 par le Parlement de Tobrouk.
7 Par ailleurs, vice-président du groupe Europe des nations & des libertés.
8 Action des Chrétiens contre la torture.
9 Secret Défense.
10 Surnom donné, tant par ses adversaires que ses partisans, à Binyamin Nétanyahu, et guère apprécié par celui-ci. Qui se consolera en se disant que feu le maître-espion, Rafaël Eitan Hanitman, plus connu sous le nom de Rafi Eitan, lors de son passage dans la Pal’Mach, suite à sa chute malencontreuse dans un trou d’égouts, reçut, à cette mémorable occasion, le surnom de Rafi, le puant. Surnom dont il ne réussira jamais à se défaire.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Imbécillité(s) + OpEx opportuniste = 2 Morts inutiles ? [1]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | Par grandeur d’âme, la France …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer