Accueil / Verbatim / Européennes : Derniers tirs de barrage pour un campagne hors-bornes

Européennes : Derniers tirs de barrage pour un campagne hors-bornes

| UE | Géopolitique | Questions à Jacques Borde |

Fin d’une campagne politique décidément hors-normes & hors-sol. Exceptionnellement, pas de repos pour les braves, il y aura un papier posté sur ce blog, un samedi matin. Sinon, pour revenir au sujet, à peu près tous les coups possibles auront été échangés, donnés & reçus. & les règles de droit bafouée & piétinées. & pour quels résultats ? Probablement moins de choses qu’attendues par la plupart. En revanche, plus beaucoup de temps à attendre pour s’en assurer.

| Q. Derniers feux, d’une campagne peu glorieuse diriez-vous ?

Jacques Borde. Peu digne, surtout. Et encore, une élection électorale ne fait qu’en chasser une pour l’autre. Donc pour le pire, attendons plutôt… la prochaine.

Commençons par une chose (presque) drôle bien que de très mauvais goût, mais pas plus que des caricatures défendues bec et ongles par beaucoup : On a eu , parmi une litanie de sang et de larmes, aussi l’information, abondamment relayée par nos media, qui voudrait que le secrétaire général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, aurait découvert… une tranche de jambon dans sa boîte aux lettres. Odieuse agression islamophobe. Sans vraie victime heureusement. Sauf le… cochon, tout au début.

Quel étrange emballement des media.

Alors que 870 églises et bâtiments religieux chrétiens – sans parler de ceux du judaïsme, des biens (et des vies de nos compatriotes juifs) – ont été dégradés et incendiés en France pour la seule année 2018 sans provoquer un tel émoi de leur part. Sans oublier ces media d’État, où les journalistes présents sur le plateau ont choisi de pousser la chansonnette pour se réjouir de l’incendie de Notre-Dame-de-Paris…

| Q. Le nationalisme : c’est la guerre, a encore martelé Macron ?

Jacques Borde. Ah ! L’ultime pique du cloaca maxima européiste ! Le président français, n’a fait là que reprendre un vieux truc qui a beaucoup servi avant lui. Mais qui marche de moins en moins. Il est temps que tout ça s’arrête, les spin doctors de l’Élysée sont fatigués.

Faisons court, et rappelons au chef de l’État, ces propos de Roland Hureaux :

« Les guerres qui ont ensanglanté le Proche-Orient au cours des dernières années, dont celle de Syrie, ont fait près de cinq millions de morts. Elles se sont toutes faites avec l’appui des instances de l’Union européenne, qui a ainsi subventionné largement l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), officine de propagande djihâdiste basée à Coventry, voix des opposants à Assad. Elle a aussi imposé un embargo qui a fait souffrir presque autant le peuple syrien que les combats. Cette machine inhumaine se refuse à les abroger alors que la guerre est pratiquement terminée. Même chose au Yémen, où les famines dues aux sanctions tuent encore plus que les bombardements séoudiens »1.

À ceux qui croiraient encore que les sanction internationales (ou pas) sont une peccadille, rappelons-leur, pour l’autre embargo imposé à l’Irak, ce chiffre : 1.500.000 morts. Soit autant qu’Hitler à… Auschwitz !

| Q. Ces ministres qui vont faire du phoning électoral pour LaREM, ça vous parle ?

Jacques Borde. J’avoue que lorsque j’ai vu passer la nouvelle pour la première fois, j’ai cru à une vanne, style le Gorafi. Mais, non, à trois jours des Européennes, plusieurs ministres macronistes se sont bien présentés au QG de campagne de La République-en-marche (LaREM), pour participer à une opération de démarchage téléphonique.

Une simple et seule question : ministre, c’est pas plein-temps au service de la France ? Ah, si une autre [question] : leur babil sera ou ne sera pas déduit du temps de parole du parti macroniste ?

| Q.Comment réagissez-vous à ce qui accusent la France d’être désormais une République bananière ?

Jacques Borde. Le vrai problème serait plus de savoir si ceux qui portent de telles accusations affabulent – ou, pour reprendre une citation d’Audiard, sont des « sycophantes glaireux » – ou bien disent, tout simplement, la vérité.

Or, comment ne pas noter que :

1- lorsque l’ex-White House Chief Strategist & Senior Counselor to the President, Stephen Kevin Steve Bannon2, venu à Paris pour ses affaires (comme il l’a confirmé à Bourdin sur RMC), les entretiens qu’il a accordé aux media, qui sont venus le questionner dans sa chambre au Bristol, seront décomptés du temps de parole du Rassemblement national (RN)3 de Marine Le Pen.
2- en revanche, quatre (4) mois de grand débat (sic) à 12 M €, passent à la trappe.
3- les one man show à répétition imposés à la nation (parfois sur toutes les chaînes d’infos à la fois) de Jupi Macron, n’entreront ni dans les comptes de campagne de LaREM ni dans le temps de parole du parti présidentiel.
4- La Voix du Nord – qui se souvient qu’être journaliste implique une certaine éthique et refuse d’interviewer Macron à cinq (5) jours des élections, surtout avec relecture (sic) par l’Élysée – se fait aussitôt remonter les bretelles.
5 – La journaliste Ariane Chemin (plus quelques autres, semble-t-il) est convoquée par la DGSI, coupable d’en avoir trop dit sur l’Affaire Benalla.

Là, j’ai plus l’impression que la France est le dernier survivant du totalitarisme tombé, à ce qu’on nous affirmait, avec le Mur de Berlin

| Q. Quel est l’argument avancé ?

Jacques Borde. À propos de Bannon ? Je vous le livre brut de fonderie, tel que confirmé à l’AFP :

« Marine Le Pen a eu beau assurer qu’il [Bannon] ne jouait aucun rôle dans la campagne pour les Européennes, le CSA n’est pas de cet avis. Les déclarations de l’ex-stratège de Donald Trump, Steve Bannon, sur les élections européennes, devront donc être décomptées du temps de parole de la liste du Rassemblement national, en tant que soutien à celle-ci ».

| Q. J’entends bien, mais juridiquement, ça fonctionne comment ?

Jacques Borde. En fonction d’une disposition prise le 27 mars 2019, qui prévoit notamment que les media audiovisuels « relèvent (…) les temps de parole des listes candidates et de leurs soutiens dans l’ensemble de leurs programmes (…). En vertu de ces règles, la durée des interventions émanant de personnes exprimant un soutien explicite à une liste de candidats est prise en compte et agrégée au temps de parole de cette liste ».

La recommandation affecte aussi bien des propos qui peuvent être tenus par de simples citoyens, des militants, des artistes, des sportifs ou des intellectuels, ainsi que par des personnalités étrangères. Donc, « dès lors que M. Steve Bannon tient des propos répondant à cette définition sur l’antenne d’un media audiovisuel, ces propos sont relevés puis affectés au temps de parole de la liste concernée ». CQFD.

Incroyable ! Compte tenu des interventions du président français, ou de personnalités de la société civiles ou politique, comme Raffarin, Guigou, Bayrou, sans parler de membres du gouvernement – comme le Premier ministre Édouard Philippe, qui était jeudi matin sur CNews avant de participer à une réunion publique en soirée dans le Loiret – la liste Renaissance devrait avoir un temps de parole négatif !

Quid des dizaines d’interviews et autres passages des conseillers et soutiens de Macron que sont – et ce ne sont pas les seuls – BHL et Cohn-Bendit ? Plus que jamais, la France ressemble désormais au premier Soviet laïciste pro-wahhabî d’Europe.

| Q. LaREM nous a, aussi, parlé de Bannon ?

Jacques Borde. Oui, par l’entremise du président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand. Il faut dire que la majorité présidentielle commence à être à court de munitions dans son mano à mano avec la liste Bardella.

L’attaque a fait réagir, Louis Aliot, député du Rassemblement national (RN) : « Pensez donc : la France est menacée par une personne privée, un Américain à Paris répondant au nom de Steve Bannon. Grand-marionnettiste présenté en personnage de roman d’espionnage – mi KGB mi CIA –, il serait à lui seul l’artisan de la destruction programmée de l’Union européenne. Serions-nous si faibles qu’un simple lobbyiste en séjour dans notre capitale nous effraie au point que le Président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, et plusieurs de ses prédécesseurs, se trouvent dans l’obligation d’alerter les Français dans une tribune où le grandiloquent rivalise avec la caricature ?(…) Pour nous qui luttons depuis tant d’années pour que la France retrouve la place qui fut la sienne dans le concert des nations, il s’agit d’une injure grave. Nous n’avons pas négocié avec Google et Facebook qui volent les données privées des Français, les espionnent et les censurent. Nous n’avons pas soumis la France au commandement intégré de l’OTAN. Nous avons encore moins vendu Asltom ou l’aéroport de Toulouse Blagnac à des intérêts économiques étrangers qui se révèlent par ailleurs défaillants. On aimerait que Monsieur Ferrand fasse montre de la même détermination à l’égard des proches du Président de la République qui, pour certains d’entre eux, ont effectivement entretenu de troubles liens avec des proches de grandes puissances étrangères. Ainsi d’Alexandre Benalla et de l’affaire des contrats russes révélée par Mediapart, ou de Jean-Pierre Raffarin pour les relations très étroites qu’il a nouées avec la Chine de Xi Jinping ».

Les campagnes électorales se soldent toujours par des flots d’amabilités (sic) entre ceux qui y prennent part.

Celle-cl n’a pas dérogé à la règle.

| Q. Rien ne nous aura été épargne. Y compris l’appel aux mânes de Jean Moulin ?

Jacques Borde. À l’évidence, certains ne reculent devant rien pour essayer de gagner des suffrages. Hélas, ce genre de racolage est récurrent. Ainsi, après nous avoir sorti les cadavres des malheureuses victimes d’Oradour-sur-Glane, il y a deux ans, les mêmes Fouquier Tinville4 de bas-étage nous ressortent maintenant celui de Jean Moulin.

Quelle honte !

Surtout venant d’un establishment de gauche qui a, souvent, fait ses classes à Vichy. Au point, d’y gagner francisques et autres babioles, qui faisaient très chic au revers. Enfin jusqu’en 1944. Après, il a fallu retourner sa veste du mieux possible.

Ce sont, peu ou prou, les mêmes qui, aujourd’hui, baissent la tête devant le nazislamisme qu’ils n’ont pas le courage (ou l’envie soldée) de combattre. Lorsqu’ils ne trouvent pas que celui-ci, en Syrie, faisait « du bon travail ».

Désormais, ces bonnes âmes rémunérées à l’or golfique, accueillent – en vue de prochaines élections ? – tous les Returnees, ces traîtres et leurs familles qui sont partis combattre aux côtés d‘Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)5, après avoir brûlé leurs passeport français.

Returnees : sorte de LVF du pauvre ad usum nazislami. Le bouillon de culture munichois a les héros qu’il peut se payer…

Notes

1 Boulevard Voltaire.
2 A servi comme lieutenant (O-3) dans la Navy. A été affecté à bord du USS Paul F. Foster. À ce titre, il a pris part à la catastrophique Operation Eagle Claw, durant la crise des otages avec l’Iran. Bannon a aussi été Special assistant to the Chief of Naval Operations au Pentagone. Ses connaissances géostratégiques sont indubitables.
3 Ex-Front national (FN).
4 Antoine Quentin Fouquier de Tinville, dit Antoine Fouquier-Tinville,un homme de loi et révolutionnaire français, accusateur public du Tribunal criminel extraordinaire ou Tribunal révolutionnaire.
5 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Élections ou pas & si l’Homme malade de l’Europe c’était l’UE ?

| UE | Géopolitique | Questions à Jacques Borde | Assurément, il y aura un …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer