Accueil / Verbatim / Après 26 mai : Poussée certaine, mais pas de « Dies irae» populiste !…

Après 26 mai : Poussée certaine, mais pas de « Dies irae» populiste !…

| UE | Européennes | Questions à Jacques Borde |

Les combattants, de tous côtés, n’ont pas démérité, mais les résultats sortis des urnes, confirment deux choses : 1- la défaite des Européistes n’a pas été celle que beaucoup pronostiquaient. 2- corollaire : la poussée tant attendue – ou crainte, c’est selon – du vote populiste n’a pas eu l’ampleur prédite par nos haruspices de bazar. Reste, maintenant, le principal : la cuisine entre les listes. C’est, peut-être, de là que pourrait sortir, telle Athéna Nikè vêtue d’airain, une victoire plus décisive que celle des urnes elles-mêmes. De qui ? Nous verrons bien ! Quant à l’honnêteté du scrutin, n’ayant pas d’éléments factuels sous la main…

| Q. Que d’émoi et de coups portés pour si peu, non ?

Jacques Borde. À voir. Première leçon : nos bookmakers de la vie politique, sortes d’haruspices1 du pauvre, n’ont guère été inspirés par l’empyrée2. La foudre n’est pas tombée de l’Olympe pour foudroyer qui que ce soit et la percée populiste, si elle a bien eu lieu, n’a pas été ce tsunami dont tous parlaient.

Seconde leçon : tout reste à faire.

| Q. Vous parlez des négociations pour les groupes ?

Jacques Borde. Ah, ah, oui bien sûr ! Les choses sérieuses commencent dès maintenant et tout est ouvert.

Comme le prouvent ces propos du député RN des Pyrénées-Orientales et vice-président du parti, Louis Aliot, « À ce jour, nous avons un grand groupe puisque nous sommes 70. Le groupe de Monsieur Farage qui ne peut pas être constitué est à une soixantaine de députés. Nous sommes en négociation, y compris avec Farage, pour bâtir un groupe plus important ».

Après, les ego et les hommes !

| Q. Le vote a-t-il autant qu’on le dit marqué par l’immigration ?

Jacques Borde. Ça, oui.

Deux exemples qui parleront à tous :

1- Italie, les Îles pélagiques, Lampedusa et Linosa, qui sont le point d’entrée/invasion des migrants (sic) ont donné à la Lega 45,85% contre 21,01% au Partito démocratico (PD). Ce alors que, comme en France, les media munichois ont fait une campagne 200% à charge contre la liste du ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini3. Jusqu’au dernier instant et sans trêve.
2- l’Outremer française, à Mayotte, où le score de la Liste Bardella a été 45,6% loin devant LaREM à 8,9%.

Mais le RN crée aussi la surprise en arrivant en tête en Guadeloupe (23,7%), terre traditionnellement de gauche, alors que les Antilles étaient jusqu’alors considérées comme un rempart face au vote (dit) d’extrême droite. Plus de 28% à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, îles touchées par le cyclone Irma en 2017.

À 31,2% à la Réunion, le territoire le plus important en nombre d’habitants, le RN est en première place dans toutes les communes.

Comme a dû le reconnaître l’ancien délégué ministériel Patrick Karam (LR), « Alors qu’ils ont longtemps été une digue infranchissable, les Outre-mer sont aujourd’hui touchés comme le reste du territoire national par cette montée du parti d’extrême droite ».

Résultats en cascade qui démontent l’onanisme fétide des Je Suis Partout et Gringoire4 germanopratins et leur proskynèse5 pro-takfirî, quant au racisme qu’ils prêtent au Rassemblement National (RN).

Mais, on aura eu aussi de burlesques surprises.

| Q. Comme ?

Jacques Borde. Le vote dans les prisons. Bardella y fait plus dedans (23,6%) que dehors (23,3%). Mais, il serait idiot de s’en étonner.

| Q. Pourquoi ?

Jacques Borde. Parce que :

1- la population carcérale, c’est, peu ou prou, comme le reste des votants. Il y avait donc peu de surprise à en attendre.
2- les spin doctors de l’Élysée, toujours aussi finauds, pensaient que la part de population non-indigène – Indigentes signifiant, rappelons-le aux analphabètes de LaREM, les gens du lieu et non les étrangers6 – dans les prisons françaises allait voter pour la liste Loiseau. Ils ont eu tout faux.
3- le vote (dit) musulman n’existe pas. C’est un fantasme journalistique. Les votants mahométans ne votent pas en bloc. Mais, comme les autres groupes sociologiques, en fonction de leurs idées politiques. Musulman n’est pas automatiquement synonyme de Jound al-Khilafah (combattant de ISIS/DA’ECH). Même si la proportion des partisans de la doxa takfirî sont plus nombreux en diaspora qu’en terre d’Islam.
4- par exemple, peu de chance qu’un soufi soit tenté par un vote aussi sectaire.

| Q. D’autres nouveautés, selon vous ?

Jacques Borde. Dans l’immédiat, non. Mais une confirmation, en revanche.

| Q. Laquelle ?

Jacques Borde. Quelque part, essayer le RN c’est, aussi, l’adopter. Il y a donc un enracinement réel du vote national, tel que représenté par le Rassemblement National (RN).

Ce que démontrent les résultats des Européennes dans une douzaine des villes gérées par le RN :

1- Hénin-Beaumont : 55,9%.
2- Beaucaire : 47,83%.
3- Cers : 47,46%.
4- Crèvecoeur-le-Grand : 46,24%.
5- Le Luc : 45,82%.
6- Camaret-sur-Aigues : 42,22%.
7- Le Pontet : 39,43%.
8- Villers-Cotterêts : 38,49%.
9- Fréjus : 39,18%.
10- Hayange : 38,73%.
11- Béziers : 37,6%.
12- Mantes-la-Ville : 26,47%.

Toutes sont au-dessus de la moyenne nationale.

| Q. Et, aux périphéries de la droite molle, ou ce qu’il en reste, que dire ?

Jacques Borde. Une défaite consommée et sévère, je dirai. Mais, sur ce point, je préfère vous laisser lire ce qu’en dit le brillant esprit qu’est Jean-François Touzé, lorsqu’ils nous dit que : « Les Républicains, quant à eux, malgré la nouveauté talentueuse et l’image ‘droitière’ de leur tête de liste François-Xavier Bellamy essuie en n’arrivant avec moins de 10% qu’en quatrième position derrière les Verts un échec cuisant qui ne sera pas sans conséquences et sont loin, très loin, de retrouver leurs électeurs perdus après le naufrage Fillon. Le ‘centre droit républicain’ paye ainsi des décennies de mensonges, d’ambiguïté, de laxisme, de faux semblants, de renoncements, d’aveuglement et d’erreurs tactiques. Ce n’est que justice ».

Quant aux souverainistes, l’aventure n’est guère plus glorieuse pour un Nicolas Dupont Aignan qui « n’enverra aucun député à Strasbourg et perd, à l’issue d’une campagne brouillonne, son pari, à vrai dire bien hasardeux, d’incarner une union des droites dont, à aucun moment, il ne s’est donné les moyens de la réaliser, multipliant les erreurs, les signes de faiblesse à l’égard du Système et faisant parfois preuve d’égotisme et de déloyauté à l’égard de ceux qui l’avaient soutenu. En politique, on est jamais mort. Mais il arrive que l’on soit très durablement blessé ».

Et, tout au bout du spectre « Florian Philippot, quant à lui tout comme son concurrent en Frexit, François Asselineau conserveront sans doute, malgré leurs résultats dérisoires, l’espoir d’entretenir le dernier pré carré de leurs amis et l’illusion d’une gauche chevènementiste sans avenir, sans base militante ni réalité politique. Nous sommes là, il est vrai, dans l’infinitésimal… ».

Bon, pour l’instant, rien à ajouter de plus.

Notes

1 Ou aruspice, pratiquant de l’haruspicine, art divinatoire de lire dans les entrailles d’un animal sacrifié (notamment l’hépatoscopie, l’examen du foie censé représenter l’univers) pour en tirer des présages. Mot de racine étrusque haru, (entrailles), et de spicio, (je regarde), haruspex en latin.
2 Partie du ciel la plus élevée, que les anciens regardaient comme le séjour des divinités célestes.
3 Par ailleurs, vice-président du groupe Europe des nations & des libertés.
4 Titres phares de la Collaboration avec l’Occupant de 1940 à 1944. L’Humanité (communiste) a tenté, Pacte germano-soviétique oblige, de négocier sa reparution avec l’occupant nazi. En vain.
5 Du grec proskynesis (προσκύνησις), rituel d’origine perse qui consiste à s’incliner ou se prosterner devant une personne de rang supérieur. Fort mal vu des Grecs : introduits devant le Roi des rois Xerxès, les Spartiates Sperthias et Boulis refusent de s’y plier arguant que ce n’est pas dans leur coutume de se prosterner devant un homme. Alexandre le Grand tente de l’imposer vers 327 av.J.-C. mais il est confronté à la résistance des Macédoniens, Callisthène en tête, lors de l’affaire de la Proskynèse de Bactres. Alexandre abandonne par la suite l’idée.
6 Les personnes, des coutumes ou des formes d’art issus du pays (région) considéré. Étymologie, du latin indigena, de indu forme renforcée archaïque de in « dans », et gena « né de », de genere « engendrer ».

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Ça bouge (enfin) en Méditerranée ! Grazie qui ? [2]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | Depuis, disons, une bonne dizaine …