Accueil / Verbatim / UE : Cieux couverts pour les «Vieillesses junckeriennes» bruxelloises ?

UE : Cieux couverts pour les «Vieillesses junckeriennes» bruxelloises ?

| UE | Populistes Vs Européistes | Questions à Jacques Borde |

De Londres à Rome, c’est à se demander si les cieux ne sont pas en train de se couvrir durablement pour les Vieillesses junckeriennes à l’œuvre à Bruxelles. Petit à petit, les administrations eurosceptiques & populistes – têtes de pont de la Révolution conservatrice.2, qui progresse, vox populi, vox Dei, partout sur la planète – s’organisent & marquent des points face aux Deep States locaux & au Reich européen pour mille ans, tel que rêvé par une poignée de nostalgiques de l’Axe européistes. Ceux que le général [de Gaulle, NdlR] tenait, à juste raison, pour de fieffés traîtres.

« Habemus decretum (…). Il y a eu une exhortation du Saint-Père à sauver des vies : c’est ce que nous faisons (…). Depuis le 1er janvier [2019] jusqu’à ces dernières heures, il y a eu 2.000 arrivées en Italie à travers la Méditerranée, via mer, via chaloupe, via bateau à voile, via pédalo, via montgolfière, via ce que vous voulez, par rapport aux 14.000 de l‘an dernier. Et sur le front des morts et des disparus, l’information la plus orgueilleuse et que j’offre au Saint-Père comme témoignage concret de mon travail pour sauver des vies, les chiffres de l’UNHCR nous disent qu’entre 2015 et 2018 ils sont 15.000, tandis qu’en 2019 seuls deux corps ont été récupérés et parmi les morts et disparus déclarés par l’ONU, nous sommes à 500 (…). Donc la politique de contrôle et de sévérité porte à la réduction du nombre des débarquements qui est en baisse de 87% mais aussi à une réduction du 100% du nombre de morts ou disparus en mer (…). Tous les bateaux pirates illégaux abusifs ou complices des passeurs, qui se retrouvent à opérer dans les eaux libyennes, encouragent de nouveaux départs et sont donc complices de nouveaux morts et de nouveaux disparus ».
Matteo Salvini, en réponse aux propos du pape sur l’immigration.

| Q. Lorsque Boris Johnson menace de ne pas honorer la facture du Brexit, il est sérieux ?

Jacques Borde. Oui, comme un pape. Et à raison, en fait. Relisez calmement ce qu’a dit l’ex-Secretary of State for Foreign & Commonwealth Affairs1, Alexander Boris Bojo de Pfeffel Johnson2, lors de son entretien au Sunday Times.

Que « Nos amis et partenaires doivent comprendre que l’argent sera conservé jusqu’à ce que nous ayons plus de clarté sur le chemin à prendre (…). Dans un bon accord, l’argent est un excellent solvant et un très bon lubrifiant ».

Juridiquement Bojo ne refuse pas de payer ex abrupto, il indique que Londres refusera de s’acquitter du moindre picaillon européiste, jusqu’à ce que l’Union européenne accepte de meilleures conditions de retrait.

Bien ficelé par de bons juristes – et, ça n’est certes pas ce qui fait défaut à nos amis Brexiteurs – ce genre de manœuvre porte un nom : moratoire. Ça peut faire très mal et, surtout, c’est parfaitement légal.

| Q. Mais est-ce de l’intérêt des Britanniques de passer à ce type de bras-de-fer ?

Jacques Borde. Face à la morgue des maîtres-chanteurs de Bruxelles, ça peut l’être. Ce qui, en revanche, n’est pas de l’intérêt des Vieillesses junckeriennes européistes, c’est de :

1- se retrouver confronté à un moratoire qui pourrait durer.
2- voir ce modus operandi faire des… petits. De Budapest à Rome, en passant par Vienne, ça serait un tir de missile antinavire dans la barcasse européiste.

Quelque part, Bojo a cent fois raison, il est temps de traiter les appparatchiks de l’Union pour ce qu’ils sont : une bande de voyous de la pire espèce. Il est donc plus que temps pour Londres de jeter aux oubliettes les lâchetés diplomatiques du Premier ministre sortant, Theresa M. May3, brexiteuse d’opérette. Et, de passer aux choses sérieuses.

| Q. Mais, vous ne trouvez pas que les Brexiteurs, les vrais comme Farage et Johnson tiennent une place à part dans cette Révolution conservatrice.2 dont nous ne cessez de nous parlez ?

Jacques Borde. Oui, nous sommes aussi si différents. Et après ? cette Révolution conservatrice.2, n’est pas un ensemble, figé, dogmatique.

C’est un souffle de liberté – comment, ici, ne pas penser à tous les martyrs de la Révolution conservatrice, tombés de 1940 à la Chute du Mur de Berlin –. Tout le contraire de la doxa européiste, totalitarisme rance alimenté par des gens trop souvent passés, prenons la France4, par les ornières de la Kollaboration et de Vichy. Comment peut-on oublier :

1- la Francisque de Mitterrand.
2- son temps à protéger Bousquet et quelques autres.
3- la SFIO et ses pleins pouvoirs votés à Pétain.
4- la condamnation à mort du Général5.
5- le PCF si peu présent dans la Résistance jusqu’en juin 1941, Pacte germano-soviétique oblige. Comme le disait feu mon grand-père, le Dr. Albert Borde, à quelques-uns d’entre eux : « Tout de même, on vous a attendu un bon moment ».
6- les lois raciales vichystes appliquées à outrance contre nos malheureux compatriotes juifs, par une magistrature félonne quasiment pas (à tort, selon moi) épurée.
7- Georges Marchais, que son statut d’assembleur d’avions de combat (Me. 109) en Allemagne, et hors-STO6 s’il vous plaît, n’empêchera pas de devenir secrétaire-général du PCF.

Etc., etc. !

| Q. Bon, à Rome, le Decreto sicurezza bis, vient d’être promulgué…

Jacques Borde. Non, approuvé. Une excellente chose : Habemus decretum, enfin ! Le Décret sécurité bis tant critiqué a été approuvé en Conseil des ministres.

Première étape pour le rendre effectif. À être validé, ensuite, par les deux chambres. Dans ce décret, des amendes – un peu trop légères à mon goût, mais bon ! – de 10.000 € à 50.000 € sont prévues pour l’armateur, le capitaine et le propriétaire des bateaux ONG avec séquestration dudit navire :

1- si chargé de plus de 100 clandestins.
2- ou si récidive en la matière.

Sur le sujet, le vice-président du Conseil & ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini7, a estimé qu’« il n’y a pas de répression des libertés publiques. Je suis tranquille quant à la constitutionnalité » du décret.

À voir, le problème en sera aussi l’application au jour-le-jour. N’oublions pas tous ces magistrats félons à la solde du Deep State et de la gauche financiarisée. À noter l’appel immédiat de caciques onusiens de ne pas le mettre en application.

| Q. On a aussi un premier cas devant la justice de cette traite négrière en Méditerranée : Pia Klemp qui risque 20 ans de prison ?

Jacques Borde. Aussi, une très bonne nouvelle, même si la peine encourue, 20 ans, est ridiculement grotesque !

Désolé, mais lorsqu’on va embarquer des naufragés (sic) au large des côtes libyennes pour leur faire traverser la Méditerranée et les débarquer en Italie, on ne sauve pas des vies, on transporte des illégaux. Autrement dit, on fait le passeur.

Pia Klemp, ancienne capitaine du Iuventa puis du Sea Watch-3, est donc accusée par la justice italienne de « suspicion d’aide et de complicité à l’immigration illégale ».

Notez que cette affaire n’a rien à voir avec l’administration Conte. En effet, c’est en août 2017 que les autorités italiennes confisquent le navire Iuventa au large de Lampedusa. Les ordinateurs et les téléphones portables qui étaient à bord sont saisis. Une enquête était, en fait, en cours depuis 2016.

La décision de justice de pouvoir lire les contenus des appareils du Iuventa — repoussée plusieurs fois — a été finalement prise en mai 2018 par le procureur ayant ordonné la saisie, Ambrogio Cartosio. Le gouvernement ayant autorisé la procédure est celui de Paolo Gentiloni, le successeur de Matteo Renzi du Parti démocrate (PD), deux ans avant l’arrivée au pouvoir de l’alliance entre la Lega, Fratteli d’Italia (FdI) et 5 Stelle.

L’enquête qui a mené au procès actuel doit donc déterminer si Pia Klemp a bien « collaboré » avec des passeurs libyens. Cette « complicité », si elle était démontrée par la justice, transformerait le statut de l’ex-capitaine du Sea Watch « d’humanitaire sauveteuse de milliers de personnes en mer » (sic) à « complice d’immigration illégale ».

| Q. Selon vous, ce dossier est solide ?

Jacques Borde. Plutôt. Rappelons que le droit maritime veut qu’on amène les naufragés recueillis à la terre la plus proche, donc l’Afrique du Nord. Ce que n’a jamais fait, ou cherché à faire, le capitaine Klemp.

Par ailleurs, comme l’avait reconnu Christophe Castaner, « Les ONG jouent un rôle essentiel pour apporter une aide aux migrants, cela ne fait aucun doute ».

Affaire à suivre donc.

| Q. Mais, vous pensez vraiment qu’il y a urgence en ces matières de trafics humains ?

Jacques Borde. Hélas, oui. Il faut couper le cordon ombilical immigationniste avant qu’il ne soit trop tard. Avec Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)8 et consorts sur le sentier de la guerre, les Oradours se succèdent à intervalles réguliers sur le continent africain. Et, ce de façon de plus en plus rapprochée.

Comment, par ailleurs, ne pas voir que les viols, en réunion ou pas, qui eux-aussi, grimpent en flèche sur le continent européen, font partie d’une asymétrie militaire remplaciste voulue et appliquée de manière méthodique. Et sur ordres la plupart du temps, par ceux qui s’y livrent. Voir, en Allemagne, cette épouvantable affaire d’une petite fille de 9 ans violée par un migrant nigérien de 27 ans.

Alors, oui, il est plus que temps de vraiment réagir. Les Birmans l’ont bien fait…

Notes

1 Ou de manière raccourci : Foreign Secretary. Autrement dit le chef de la diplomatie britannique.
2 Dit Boris Johnson, qui est (souvent) présenté comme un excentrique sorti du néant mais est issu d’une vielle famille de la haute société britannique. Donc, avant tout un homme du sérail.
3 Qui fut pourtant une redoutable Secretary of State for the Home Department. Autrement dit la patronne du Renseignement intérieur britannique.
4 Et tout aussi sûrement la Belgique et l’Allemagne, selon des noms et des filiation remontant à la surface.
5 Par Général, formulé de la sorte, Jacques Borde entend toujours le général de Gaulle.
6 Ou Service du travail obligatoire, durant l’Occupation, la réquisition et le transfert vers l’Allemagne travailleurs français contre leur gré, afin de participer à l’effort de guerre allemand. Il fut instauré par la loi du 16 février 1943.
7 Par ailleurs, vice-président du groupe Europe des nations & des libertés.
8 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Le Juridisme forme avérée du Kulturkampf remplaciste ?

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | Le droit a toujours été …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer