Accueil / Verbatim / D-Day(s) 2019 : Jour(s) de mémoire ou de Honte ?

D-Day(s) 2019 : Jour(s) de mémoire ou de Honte ?

| Europe | Mémoire | Questions à Jacques Borde |

« Un mélange de faux, de faits & de fables », disait Dumézil à propos de l’Histoire romaine, telle que, pourtant, narrée par Titus Livius Patavinus (Tite-Live, le Padouan) dans son imposant Ab Urbe condita libri (AUC). Le Politique, lui, a toujours voulu imprimer sa marque au récit historique. Avec force, sévérité & talent, comme le fit César – Caius Iulius Caesar IV à sa naissance, Imperator Iulius Caesar Divus après sa mort, aux Ides de mars, le 15 mars 44 av. J.-C – dans ses De Bello Gallico1, De Bello Civili2, De Bello Alexandrino3, De Bello Africo4, De Bello Hispaniensis5. Les trois derniers étant (faisons court) apocryphes &/ou partiellement césariens. Tous, évidemment, lus (et relus) par l’auteur de ces lignes. César, lorsqu’il couche les siennes, écrit pro domo, notamment relativement au Grand Pompée (Cnaeus Pompeius Magnus). Hélas, se placer, même très partiellement, dans les pas du divin César n’est pas donné à tout le monde. Ça n’est assurément pas le talent de notre Jupi Macron, qui a, une fois encore piétiné l’Histoire à des fins personnelles, faisant fi, cette fois, du sacrifice suprême d’Henri Fertet, jeune Résistant de 16 ans fusillé par les Allemands. Alors, ce D-Day 2019 : Jour de mémoire ou de Honte ? À vous de juger…

| Q. Grand tumulte suite au discours de Macron, aux coupes difficilement acceptables pour beaucoup ?

Jacques Borde. Oui, le président français, Emmanuel Jupi Macron, fidèle en cela à cette détestable habitude qu’il a fait sienne (pas le seul en vérité, en ces sommets) d’instrumentaliser l’Histoire, a amputé la lettre d’Henri Fertet, ce jeune lycéen résistant de 16 ans fusillé par les Allemands en 1943, de plusieurs de ses passages essentiels pour comprendre la démarche du jeune homme.

1- le « Dites-leur ma confiance en la France éternelle », a tout simplement été supprimé.

2- idem les adieux poignants au curé et à l’évêque dont le « Quelle mort sera plus honorable pour moi que celle-là ? Je meurs volontairement pour ma Patrie. Nous nous retrouverons tous les quatre, bientôt au Ciel ».

3- les derniers mots de la lettre, ceux que le jeune homme a voulu laisser de son passage sur terre, « Henri Fertet. Au Ciel. Près de Dieu ».

Amen.

Or, comme l’a rappelé, Anne-Sophie Chazaud, « Le colonel Beltrame et Henri Fertet ne se sont pas sacrifiés pour l’Union européenne ou pour la paix entre les peuples ou pour l’abolition des méchantes nations, non, ils l’ont fait par foi en la France éternelle, très précisément ancrée dans leur propre foi catholique, celle qui fait actuellement l’objet de si nombreuses attaques polymorphes »6.

En toute honnêteté, je crains que ces caviardages qui dégagent des fragrances de forgerie ne finissent par laisser des marques difficilement effaçables dans l’opinion. Ce, en des temps où l’unité nationale est plus que nécessaire face à la terreur takfirî et au kultturkampf nazislamiste qui progressent de jour en jour.

| Q. Autre manque de rigueur, mais de l’autre côté du Channel : Merkel invitée à Portsmouth et pas Poutine. Drôle de D-Day, non ?

Jacques Borde. Comme vous le dites ! Je vous passe toutes les réactions indignées à ce sujet. Mais, il y a aussi l’oubli des morts de la Grande guerre patriotique, par millions pour nos frères russes. Ainsi que ceux de nos valeureux pilotes du, à nouveau, Régiment de chasse 2/30 Normandie-Niémen, qui livra les batailles suivantes :

– Bataille d’Orel.

– Bataille de Smolensk.
– Bataille d’Orcha.
– Bataille de Vitebsk.
– Bataille de la Berezina.
– Bataille du Niémen.
– Bataille d’Insterbourg.
– Bataille de Königsberg.

Y gagnant, quelques médailles :

– Croix de la Légion d’Honneur.
– Compagnon de la Libération.
– Médaille militaire.
– Croix de Guerre (6 palmes).
– Croix de Guerre TOE (2 palmes)
– Héros de l’Union soviétique.
– Ordre de Lénine.
– Ordre du Drapeau rouge.
– Ordre d’Alexandre Nevski.
– Ordre de la Guerre patriotique.
– Ordre de l’Étoile rouge.
– Médaille de la Victoire.

Donc, honte à tous ceux qui font mine de les ignorer aujourd’hui.

| Q. L’absence russe a été remarquée, évidemment ?

Jacques Borde. Oui. À ce propos l’historien spécialiste de la 2ème Guerre mondiale, le Pr. Denis Peschanski, aura noté que « L’absence d’invitation est un signe fort qui va à l’encontre de la réalité historique. C’est une humiliation pour les peuples russes et anciennement soviétique, compte tenu de l’ampleur des souffrances et de la force de la contribution des troupes soviétiques en juin 1944, sur le front de l’Est, avec une offensive commençant en Biélorussie quelques jours après le Débarquement, bloquant massivement les troupes allemandes, qui ne pourront plus se dégager sur l’ouest ». En fait, on mélange des genres en un temps qui devrait être celui de l’unité. Or, « Poutine n’a pas été invité pour des raisons politiques: compte tenu de son offensive de déstabilisation des démocraties européennes et américaines, en jouant sur les élections et sur la déstabilisation des équilibres mondiaux ».

| Q. Mais, ce sort fait à la Russie et à ses morts, ne vous surprend même pas ?

Jacques Borde. Même plus, vous voulez dire. Puisque nous sommes au beau milieu de l’Histoire, la vraie, quelques rappels. Éclairants pour certains :

1- la monarchie britannique est d’extraction… allemande : des Saxe-Cobourg-Gotha en fait, devenus Windsor pour ne pas tempérer le patriotisme du bon peuple qu’on envoyait se faire hacher menu sur le Continent.
2- à titre indicatif, les fameux Habits rouges de la Guerre d’Indépendance US sont largement un mythe historique. En effet, le drap rouge (pas de cotonnades à l’époque) passait très vite et virait au… rose. Ensuite, la plupart des régiments allemands (hessois, hanovriens, etc.) soldés à la Couronne portaient, de manière dominante du vert et non du rouge

Tout comme les vilains Dragoons du film The Patriot.

| Q. Mais vous m’aviez dit que ce film était remarquablement reconstitué…

Jacques Borde. Oui. Mais l’erreur de la production est volontaire. Pour coller, justement au mythe habit rouge. Seuls les revers sont verts

| Q. Des Habits roses, alors…

Jacques Borde. Oui, mais une excellente affaire pour le combattant, majoritairement un fantassin de ligne.

1- le rouge est voyant et facilite grandement l’acquisition de la cible. Or le fantassin doit à tout prix, tenir la ligne. En dépit des salves et des pertes.
2- le rose pâle impressionne moins la rétine. En milieu aride et/ou désertique, on ne le voit quasiment pas.

Il était la couleur dominante des véhicules du LRDG au Levant pendant la 2ème Guerre mondiale.

| Q. LRDG, je m’en souviens vous m’en aviez parlé. Vous pouvez (re)éclairer nos lecteurs ?

Jacques Borde. Oui, le Long Range Desert Group (LRDG) du (futur) brigadier-général Ralph A. Bagnold, qui opéra à partir de juillet 1940 sur le théâtre d’opérations d’Afrique du Nord.

En fait, les LRDG opéreront avec les (plus connus) SAS de David Stirling. À rappeler que les SAS – Britanniques et… Français libres, ne l’oublions pas – effectueront des raids éclairs et destructeurs, notamment sur les aérodromes des forces de l’Axe, au moyen de véhicules légers hérissés de mitrailleuses de divers calibres. Comme ces 4×4 que tous les combattants, quel que soit leur bord, utilisent à outrance au Levant et au Sahel.

| Q. Comme DA’ECH, vous voulez dire ?

Jacques Borde. Oui, mais avant eux, les LRDG-SAS ont inspirés la plupart des forces spéciales modernes. Y compris les Sayerot7 israéliens. Guère étonnant, d’ailleurs. Je vous rappelle que Moshé Dayan8 a perdu son œil lors d’une mission en Syrie occupée face aux forces pro-allemandes de Vichy.

| Q. Une influence étonnante pour un groupe peu connu du grand public, finalement…

Jacques Borde. Oui. À beaucoup de plans d’ailleurs.

Un rose pâle quasiment indécelable pour un avion même à basse altitude. Vous noterez, d’ailleurs, que les tenues portées par les forces spéciales et personnels au sol russes au Levant actuellement s’en approchent terriblement. Comme quoi.

Autre anecdote : comment surnommait-on les Paramilitaires syriens levés par Rifaat el-Assad, les Saraya ad-Difa9 ? Les Panthères roses. En raison de leurs treillis contenant, cette couleur dominante. L’aspect rose pâle ressortant de plus en plus à chaque lavage.

En Europe, question lavage (de neurones), c’est plutôt la chaux vive de la doxa takfirî que La Pléiade en ce moment ! Combien de coquelicots sur un rocher devront être arrachés avant d’être débarrassés de cette engeance ?

Notes

1 Commentaires sur la Guerre des Gaules, relatant la campagne de César en Gaule.
2 Commentaires sur la Guerre civile, relatant la guerre civile contre Pompée.
3 Sur la guerre d’Alexandrie, relatant la campagne de César à Alexandrie.
4 Sur la guerre d’Afrique, la campagne de César en Afrique du Nord.
5 Sur la guerre d’Hispanie, la campagne de César dans la Péninsule Ibérique.
6 In Causeur.
7 Forces spéciales israéliennes, singulier Sayeret.
8 Détaché auprès de la la 7e Division d’infanterie australienne.
9 Elles jouèrent un rôle prépondérant, aux côtes des forces spéciales syriennes et de la 3e Division de l’AAS, dans la libération de Hama, dont s’étaient emparés des terroristes takfirî en 1980-1981.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Des Missiles & des Hommes ! Le Sol/air (russe) dans la tension dialectique au Levant.

| Levant [ Défense | Questions à Jacques Borde | Traditionnellement, ce qu’on demande aux …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer