Accueil / Focus / Terrorisme au Burkina Faso : Nébuleuse rauferienne ou Pétaudière ?

Terrorisme au Burkina Faso : Nébuleuse rauferienne ou Pétaudière ?

| Guerre Vs DA’ECH | La Rédaction |

En assez peu de temps finalement, le Bukina Faso est devenue partie prenante du Front du djihâd sahélo-saharien. Les formations relevant de la doxa takfirî & de ses enseignements s’y ébattent avec de plus d’audace. Comment & pourquoi ?

Dans des temps pas si anciens que cela, le Burkina Faso était considéré comme un pays ouvert et tolérant où coexistaient pacifiquement des fois et des ethnies différentes. Aujourd’hui, en une poignée d’année, le pays est devenu une lice fertile pour des groupes terroristes takfirî  en mesure de perpétrer des actions militaires toujours plus complexes et lointaines. Ce qui, clairement, signifie une logistique et une expertise permettant de se projeter au loin.

Et, de gérer d’abondants trafics illicites, comme l’a expliqué à l’Agence Fides le Père Mathieu Bere SJ, qui a conduit des recherches sur la galaxie du fondamentalisme islamique au Burkina Faso.

Les principaux groupes terroristes qui opèrent au Burkina Faso, explique le Père Bere, « sont Islam Ansarul, Jama’at Nusrat al-Islam wal-Muslimin » et « Islam Ansarul est principalement actif en province de Soum et dans les provinces limitrophes du nord du pays ».

L’État islamique dans le grand Sahara, de création somme toute récente et rallié à Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)1, sévit « dans les zones frontalières entre le Niger et le Burkina Faso alors que les groupes qui dont désormais partie de la coalition Jama’at Nusrat al Islam wal-Muslimin (Ansar Dine, Macina Liberation Front, Al-Mourabitoun) ont leur siège dans le nord u Mali d’où ils planifient les attaques sur territoire burkinabé ».

Certains de ces groupes takfirî ont prêté allégeance à Al-Qaïda comme, par exemples ceux qui constituent la coalition JNIM sous la conduite d’Iyad Ag Ghaly. Parmi ceux-ci se trouve également Malam Dicko, fondateur d’Ansarul Islam, disciple de Hamadoun Koufa, prédicateur radical et fondateur du Front de libération de la Macina.

« Les rapports entre ces groupes sont complexes et pas toujours stables », reconnaît le le Père Bere. « Cependant, tous ont explicitement revendiqué la responsabilité d’attaques aux Burkina Faso et certaines de ces attaques, dont les auteurs n’ont pas été clairement identifiés, leur ont également été attribuées ».

Par exemple, Ansarul Islam a revendiqué des attaques contre des écoles et des enseignants en province de Soum et les a justifiées en affirmant « que dans ces écoles continue à être enseigné le français au lieu du Coran et de l’islam ».

« Derrière cette affirmation », souligne le jésuite, « se trouve la conviction que l’éducation moderne occidentale corrompt les jeunes et que si une personne ne connaît pas le Coran et ne reçoit pas une éducation islamique son âme ne pourra se sauver ».

Ansarul Islam (littéralement Défense de l’islam) partage donc la même idée de fond2 que Boko Haram, « sévissant au Nigeria, au Niger, au Tchad et dans le nord du Cameroun ». À rappeler, comme le fait, Père Bere, le sens du nom Boko Haram, « dont le nom en langue hausa signifie le livre (boko) est illicite (haram) ».

Le Sahel est la région la plus touchée. Et en particulier « les provinces de Soum et d’Oudalan qui ont subi à elles seules 60% du total des attaques. Ont également été enregistrés des attentats dans la région limitrophe du Niger, dans le nord, le centre-nord et le sud-ouest, proche de la frontière malienne ».

« Toutefois », remarque le Père Bere, « la capitale, Ouagadougou, a, elle aussi, été prise pour cible par des groupes terroristes dans le cadre de complexes attaques coordonnées, par exemple celles ayant frappé le café Cappucino et l’hôtel Splendid en 2016 et les doubles attaques contre le siège central des forces armées et l’Ambassade de France en 2018 ».

Les motifs religieux ne sont cependant pas les seuls à pousser les groupes takfirî à l’action.

« Certaines recherches », conclut le Père Bere, « ont démontré que les groupes terroristes de la région du Sahara Sahel sont impliqués dans des activités économiques illicites comme le trafic de drogue, d’armes, les enlèvements en vue d’extorsions et la contrebande de marchandises. S’ils ne gèrent pas directement les trafics, ils les tolèrent notamment parce qu’ils en tirent la majeure partie du financement de leurs activités ».

À peu de choses près, on se croirait, 4×4 et Kalach en moins (mais pour combien de temps?), dans les cités et zone de Charia de Londres et de Grenoble, pour ne citer qu’elles.

Notes

1 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
2 Que je qualifierai plus de doxa nazislamiste.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

H160M Guépard : 1 Hélico à la place de 5 & 2 ans plus tôt que prévu !

| Bourget 2019 | Jacques Borde | C’était un projet, c’est désormais une maquette. C’est …