Accueil / Focus / Carola Rackete : Faute d’Agrippa, la Bataille d’Actium.2 n’a pas eu lieu ! [1]

Carola Rackete : Faute d’Agrippa, la Bataille d’Actium.2 n’a pas eu lieu ! [1]

| Italie | Piraterie | Ils ont dit | BforBORDE |

Pour faire la guerre, c’est un peu comme un duel il faut ad minimo être deux. Si, assurément, le Sea Watch-3 avait un commandant à son bord, la décidée Carola Rackete, on est en droit de se demander, si côté romain – SEIZE jours pour UNE arrestation immédiatement annulées : quel fait d’armes ! – quelqu’un a jamais été réellement aux commandes. Du coup : Faute d’Agrippa, la Bataille d’Actium.2 n’a pas eu lieu & déjà un autre navire-pirate (des Espagnols de Proactiva Open Arms) fait chauffer ses moteurs au large de la Libye, prêts à y prendre sa livraison de clandestins. Quant au Captain Rackett1, le magistrat qui (en tout logique judiciaire, aurait dû l’inculper) a jugé que foncer sur une vedette de la Guardia di Finanza était une facétie nautique bien vénielle & ne valait pas qu’on lui cherchât querelle d’Allemand pour si peu. Épisode 1.

| Ouf.
« … nous sommes soulagés que notre capitaine soit libre ! Il n’y avait aucune raison de l’arrêter, car elle était engagée dans la défense des droits de l’Homme en Méditerranée et prenait ses responsabilités là où aucun gouvernement européen ne le faisait ».
ONG Sea Watch, sur sa page Facebook.

| L’espoir fait vivre…
« Elle retournera dans son Allemagne, où ils ne seraient pas aussi tolérants avec une Italienne si elle devait attenter à la vie de policiers allemands (…). L’Italie a relevé la tête: nous sommes fiers de défendre notre pays et d’être différents des autres petits leaders européens qui pensent pouvoir encore nous traiter comme leur colonie ».
Matteo Salvini.

| Par le fond.
« … la vraie seule solution à l’arrogance de certaines ONG. Voyons combien d’autres navires vont acheter George Soros ».
Giorgia Meloni, présidente de Fratelli d’Italia (FdI).

| Chez vous plutôt que chez nous, alors…
« Puisque l’Élysée a déclaré que ‘TOUS les ports étaient ouverts’, nous indiquerons Marseille et la Corse comme destination ». L’Italie n’a « pas de leçons [à recevoir] de qui que ce soit et de la France en particulier ».
Matteo Salvini.

| Pirates avant tout.
« Les nouveaux capitaines de bateaux sont-ils des pirates ne respectant pas le droit international ? Dans le cas de cette allemande, c’est oui ! Les eaux territoriales des États appartiennent à leurs propriétaires et ne sont pas la nouvelle propriété des envahisseurs venus de n’importe quel pays ! Car si par malheur, c’était le cas, la France perdrait sa place de troisième puissance maritime, et l’anarchie détruirait tout le système étatique de toutes les nations du monde ! ».
Alain Richard, sur sa page Facebook.

| Encore raté !…
« Personne ne débarque à moins que quelqu’un ne s’occupe de les emmener à Amsterdam, à Berlin ou à Bruxelles. J’en ai plein de cul ! ».
Matteo Salvini.

| Lieu sûr.
« J’ai décidé d’entrer dans le port de Lampedusa. Je sais ce que je risque, mais les 42 naufragés à bord sont épuisés. Je les emmène en lieu sûr ».
Carola Rackete, capitaine du Sea Watch-3.

| Allo, Allo…
« Au président allemand, nous demandons courtoisement de s’occuper de ce qui se passe en Allemagne et, si possible, d’inviter ses concitoyens à éviter d’enfreindre les lois italiennes ».
Matteo Salvini.

| Nerf de la guerre.
« Si je dois payer par la prison ou par une amende le fait de sauver les vies de quelques personnes, je le ferai »
Oscar Camps, le fondateur de Proactiva Open Arms.

| Mise au point 2.
« Puisque l’Élysée a déclaré que ‘tous les ports étaient ouverts’, nous indiquerons Marseille et la Corse (sud de la France) comme destinations (…) Paris a fermé Schengen, a été au premier rang pour bombarder la Libye, a laissé les immigrants dans les forêts italiennes ».
Matteo Salvini.

| Fonceuse, à l’insu de son plein gré, quoi !
« La capitaine n’avait pas d’autre choix, 36 heures se sont écoulées après l’annonce de l’état de détresse qui a été ignoré par les autorités italiennes ».
Une représentante de l’ONG Sea Watch.

| Une esclavagiste.
« C’est une esclavagiste. Prison. Ça fera réfléchir d’autres qui voudrait débarquer leurs cargaisons. Triste époque, Triste réalité, le MEDEF est satisfait d’avoir des esclaves qu’ils paieront une poignée de figues. Attention au retour de bâton ».
Maria Teresa Ferriol, sur sa page Facebook.

| Retour sur terre…
« Déjà les media mettent un adjectif « la capitaine COURAGE ». Ne vous attendez pas à des années de prison. Et, sachez que nous recevons 10 immigrés…. ».
Nadine Chevalier, sur sa page Facebook.

| Entrée en force assumée.
« Nous sommes fiers de notre capitaine (…). Elle a exactement fait ce qu’il fallait, elle a insisté sur le droit de la mer et a mis les gens en sécurité ».
Johannes Bayer, président de Sea Watch.

| Sachons, aussi, en rire.
« Carola Rackete quel drôle de nom prémonitoire pour s’exercer au chantage de l’humanitaire ! ».
Alain Michel Richard, sur sa page Facebook.

| Assez d’arrogance allemande.
« Un navire d’ONG allemande FORCE l’entrée d’un port italien, mettant en danger la vie de militaires et civils italiens, commettant du fait même tout un chapelet de délits criminels. Ensuite de quoi l’Allemagne met l’Italie en garde et appelle à la libération de la “capitaine” du bateau en question. Mais pour qui se prennent ces gens ? Leur mémoire est-elle si courte qu’ils entendent dicter à leurs voisins leur droit ?! Si l’Italie refuse d’obtempérer, quoi ? Anschluss de l’Italie ? Total soutien au gouvernement italien, qui agit dans le cadre strict de la loi démocratique italienne ! L’Italie cette civilisation n’a aucune AUCUNE leçon à recevoir de ce vague conglomérat de Länder dont les habitants sauvages et barbares vivaient à moitié nus quand Rome était déjà le soleil du monde. Assez de l’arrogance allemande. ASSEZ ! ».
Drieu Godefridi, sur sa page Facebook.

| Méthode(s).
« La seule méthode qui permettra qu’il n’y ait plus de drame en Méditerranée c’est la méthode Salvini, c’est la méthode en Australie, ‘no way’ [‘hors de question’] : vous n’aurez aucun droit. Si vous posez un pied chez nous, vous ne pourrez pas poser le second parce que vous serez expulsé ».
Stéphane Ravier.

[À suivre]

Note

1 Un des surnoms dont l’affublent certains internautes.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Appel du 18 juin

| France | Mémoire | BBC | Charles de Gaulle | L‘Appel du 18 Juin …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer