Accueil / Verbatim / Sea Watch : Le Glaive cède devant la Toge & le Romain au Germain…

Sea Watch : Le Glaive cède devant la Toge & le Romain au Germain…

| Italie Vs Traite négrière.2 | Questions à Jacques Borde |

Bizarrement, l’épisode du Sea Watch-3, pour grave qu’il ait été, n’aura guère servi de leçon à l’administration Conte, qui, à part se payer de mots, n’arrive toujours pas à suivre les conseils de Giorgia Meloni (ou du generale Santo), pourtant plutôt limpides. Bon, à défaut de résoudre quoi que ce soit, nos amis de la Lega se consoleront en se disant qu’ils ont offert à leurs compatriotes leur feuilleton de l’été. Comme quoi : on s’amuse de peu dans la botte qui nous botte. Sauf que, dorénavant, c’est la Miss du Sea Watch qui porte plainte contre… Salvini & un voilier rikiki, le Alex, qui accoste les doigts dans le nez à Lampedusa !…

« Salvini dans la bataille sur l’immigration clandestine a raison et il n’est pas seul ! ».
Ammiraglio Nicola De Felice.

« Dieux et déesses qui habitez les terres et les mers, rendez-nous possible la résistance contre ceux qui nous veulent du mal et ceux qui nous font la guerre ; et tout le mal que le peuple de Carthage s’est efforcé de faire à notre État, donnez-nous, au peuple romain et à moi, le pouvoir de le faire, de façon exemplaire, à l’État carthaginois ».
Publius Cornelius Scipio Africanus (Scipion l’Africain).

| Q. Le geste de soutien de la Loire-Atlantique à SOS Méditerranée, vous êtes pour ou contre ?

Jacques Borde. En fait, la situation est plus complexe, donc, soyons précis :

Le Conseil départemental de Loire-Atlantique a décidé de verser un million d’euros à deux organismes donnés pour porter secours en mer :

1- à la SNSM d’abord, après le naufrage des Sables-d’Olonne.
2- à SOS Méditerranée ONG de passeurs. Proxy de facto du Crime organisé immigrationniste.

Donc, pour la SNSM, qui s’occupe pour de vrai de secours en mer, j’applaudis évidemment des deux mains.

Pour SOS Méditerranée, là, ça ne passe pas. Je dénonce ce choix qui est constitutif d’un appel d’air en faveur de la Traite négrière.2. Bon, certes, la traite négrière, historiquement et économiquement, la Loire-Atlantique en connaît un rayon ! Mais de là à remettre ainsi le couvert…

| Q. Sinon à part FRONTEX, qui se préoccupe réellement de la situation ?

Jacques Borde. Parfois, on se pose des questions. À se demander si, en Italie, les San Marco, Lagunari1, etc., c’est juste pour les défilés…

Remarquez, quelque part, le débat dépasse largement les ânes munichois de Bruxelles qui se regardent le nombril. De Rome, où il était en visite officielle, le président russe, Vladimir V. Poutine, a fait part de sa préoccupation à l’arrivée en Libye de militants armés en provenance de la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie.

Probablement, mais pas seulement, des Jound al-Khilafah2. Pas des touristes désœuvrés en tout cas.

Pour Poutine, il est clair que la situation se dégrade en Libye. Moscou a donc demandé aux parties prenantes au conflit libyen de s’entendre sur un cessez-le-feu et d’engager un processus politique adéquat. Propos tenus à l’issue de son entretien à Rome avec le Presidente del Consiglio dei Ministri3, Giuseppe Conte.

À ce stade, quatre choses à noter :

1- la facilité qu’ont à se déplacer dans les deux sens – Syrie > Libye, aujourd’hui, et Libye > Syrie, auparavant – les Kamiz brunes takfirî en direction ou à partir de zones supposément sous contrôle (sic) des forces de la coalition pro-US.
2- le fait que ces projections à répétition d’éléments terroristes concernent fréquemment des hommes se déplaçant avec armes, munitions et véhicules. Donc, appelons un chat un chat, avec quelles assistances et complicités occidentales ?
3- qui nous dit que la destination finale de tous ces terroristes takfirî est bien la seule Libye ?
4- combien de ces Kamiz brunes (merci les vice-passeurs de la gauche financiarisée immigrationniste et les magistrats assez niaiseux pour valider leurs forgeries et les hommes politiques qui parlent beaucoup et ne font rien, ou presque) ont pour objectif l’Europe ?

| Q. Sinon, passons en Italie : vous trouvez que Salvini parle trop ?

Jacques Borde. Qu’il parle ne me gêne pas outre-mesure. Le vice-président du Conseil & ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini, sait parfaitement occuper le terrain médiatique et il a, cent fois, raison de le faire.

Non, ce qui me gêne, même si je comprends qu’il n’est pas seul au gouvernement, c’est la permanente et affligeante persistance de Rome à ne pas arriver à régler un problème simple : s’emparer et mettre à la raison une poignée de bâtiments dont ce gouvernement n’a de cesse de nous dire que ce sont des navires-pirates. Je sais bien que le Divin César fut lui-même dans sa jeunesse captif de ce genre d’individus4 et que la République a eu du mal à s’en débarrasser, mais les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Le Alex n’est pas le USS Abraham Lincoln (CVN-72)5 ou le USS America (LHA-6)6 que je sache.

| Q. Le Alex qui a a été placé sous séquestre ?

Jacques Borde. Oui. Mais une décision non définitive que le premier magistrat anti-Salvini venu peut casser à tout moment.

| Q. Dites-donc, le SOS Méditerranée avait récusé La Valette comme port sûr  ?

Jacques Borde. Oui, j’ai vu ça, c’est du grand n’importe quoi. Mais, surtout, cela prouve et confirme tout ce que le monde sait : ces ONG ne font pas du secours en mer, qui en droit fait obligation de débarquer au port le plus sûr et le plus proche, elles font du business.

Or, en l’occurrence, Malte est tout aussi sûr que Lampedusa et plus proche. Tout comme l’ont toujours été les ports tunisiens et égyptiens, d’ailleurs.

| Q. Du business, pour qui ?

Jacques Borde. Pour elles-mêmes, d’abord. Faut bien croûter. Ensuite, celui du Crime organisé immigrationniste. Qui est de la traite humaine ad usum les entreprises de la gauche financiarisée esclavagiste.

Reste maintenant à Rome de prendre, enfin, les décisions de bon sens que tous attendent. Et pas seulement se payer de mots au seul fait que ça fait grimper dans les sondages.

| Q. Lesquelles ?

Jacques Borde. Comme l’a dit et redit la présidente de Fratelli d’Italia (FdI), Giorgia Meloni : arraisonner, contrôler, évacuer et couler. Ni plus, ni moins.

C’est d’ailleurs, plus ou moins, ce que celui qui fut l’ancien patron des troupes italiennes en Afghanistan et le Commander, Multinational task Force West de la KFOR, le generale di corpo d’armata, Vincenzo Santo, qui complète le propos de Meloni en disant que le « blocus naval des côtes libyennes, des incursions de nos forces spéciales pour détruire les embarcations des passeurs et le démantèlement des spots de regroupement des migrants sur le territoire libyens sont la seule manière d’arrêter l’invasion migratoire de l’Italie. Tout le reste, c’est de la blague ».

Or, comme l’a si bien dit Pour Sébastien Chenu, du RN, « certaines ONG humanitaires ressemblent souvent à des passeurs », « dans le cas présent il s’agit souvent de commerce ». « On peut très bien porter secours à des migrants et les raccompagner là d’où ils viennent (…). Si nous ouvrons cette possibilité d’accueil supplémentaire, ce sera 10, 15, 20 bateaux demain ».

Le reste, se balader de plateau TV en plateau TV, ça commence, comme disait Céline, à faire enculage de mouches généralisé. Et, pour l’instant, si l’on parle de résultats, à Rome (et les Mama Mia et incantations des uns et des autres n’y changent rien) le glaive a cédé devant la toge et le Romain devant le Germain !

| Q. Comme vous y allez ?

Jacques Borde. Alors, laisser moi vous rappeler l’ordre lancé de Berlin par Heiko Maas, le Staatsminister de l’Auswärtiges Amt (AA): « De notre point de vue, une procédure judiciaire ne peut aboutir à la fin qu’à la libération de Carola Rackete (…). Nous nous opposons à la criminalisation du sauvetage en mer ».

Résultat : SEIZE jours à ne rien décider mais UNE journée pour libérer Carola Rackete. Quod erat demonstrandum

| Q. Au stade où nous en sommes, Carola Rackete en a-t-elle fini avec la justice italienne ?

Jacques Borde. Non, pas encore, la capitaine du Sea Watch-3 doit faire face à deux enquêtes distinctes :

1- une pour « résistance à un officier ».
2- une pour « aide à l’immigration clandestine ».

Mais, là où les choses prennent un tour intéressant, c’est que la Miss compte aussi porter plainte pour diffamation contre le ministre italien de l’Intérieur.

« Nous avons déjà préparé la plainte contre le ministre Salvini » a, notamment, déclaré Me. Alessandro Gamberini, prétendant que ce n’était « pas facile de faire l’inventaire de toutes les insultes formulées par Monsieur Salvini ces dernières semaines (…) Dans le circuit de ces lions du clavier habitués aux insultes, c’est lui qui remue les eaux troubles de la haine. Une plainte pour diffamation est un moyen de lancer un signal ».

Et, évidemment,  Salvini, qui ne nous a toujours pas dit comment, il comptait bloquer les prochains navires-passeurs, a aussitôt réagi, verbalement, je veux dire : « Elle enfreint les lois et attaque des navires militaires italiens, en ensuite elle porte plainte contre moi (…). Je n’ai pas peur des mafieux, alors imaginez une communiste allemande riche et gâtée… Gros bisous ».

Bon, à défaut d’autre chose, la Commedia del’Arte continue de plus belle…

| Q. Une première dans l’histoire maritime : une pirate qui porte plainte…

Jacques Borde. Eh bien, non. La France a même été condamné aux dépends dans une affaire l’opposant à des pirates somaliens, traités avec insuffisamment d’égards.

| Q. À quoi faites-vous allusion ?

Jacques Borde. En décembre 2014, la France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) à verser des dédommagements de 2 à 5.000 € aux pirates impliqués dans l’attaque du Ponant. La Cour a condamné la France, pour avoir attendu que les suspects aient été interrogés en garde à vue, alors que la France avait l’obligation de les faire présenter à un magistrat sans délai.

Et ça n’est pas fini : en mai 2017, l’un des Somaliens acquitté a obtenu un titre de séjour, la France lui accordant une protection subsidiaire, par un arrêt de la Cour nationale du droit d’asile.

Oui, je sais : on marche sur la tête !…

Notes

1 Unités d’élite italiennes.
2 Ou Soldats du califat. Terme officiel de DA’ECH pour qualifier ses combattants armés. Vient en droite ligne de Jound al-Khilafah fi Ard al-Jazair, groupe armé terroriste salafiste, qui s’est fait connaître par l’assassinat d’Hervé Gourdel. A fait scission d’AQMI (officiellement en septembre 2014) et prêté allégeance à DA’ECH.
3 Ou Premier ministre italien.
4 En Mer Égée en 75 av. J.-C., par des pirates Ciliciens qui réclament une rançon de vingt talents d’or. César déclare en valoir cinquante, et promet de revenir exécuter les pirates après sa libération, ce qu’il fait effectivement, il les capture dans leur repaire et les fait crucifier.
5 Porte-avions de la Classe Nimitz.
6 Navire d’assaut des Marines, les Classe America remplacent les Classe Tarawa.
7 Ministre allemand des Affaires étrangères.

.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Guerre des drones & Guerre des mots ! & Après ?… [3]

| É-U / Iran | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer