Accueil / Verbatim / Le Kulturkampf remplaciste est-il aussi une «drôle de guerre» ? [2]

Le Kulturkampf remplaciste est-il aussi une «drôle de guerre» ? [2]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Parfois, à se repasser les événements, comme :1- les arrivées, les uns à la suite des autres, des navires-passeurs des ONG-pirates proxys de la doxa remplaciste wahhabî. 2- l’obligeance de la Marine militare italienne qui, au lieu de repousser de ses eaux territoriales, les navires en question, se fait un devoir de les accompagner (du moins le Alex) jusqu’à l’entrée du port de Lampedusa, on en vient à se demander si, pour certains, la guerre qu’ils livrent à Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH), ne serait pas davantage une forme, à peine plus aboutie, de jeu vidéo, ou de ce qu’on a appelé en 39-40 la Drôle de guerre1. Peu de rapports, en tout cas avec le combat sans merci que nous sommes supposés mener contre DA’ECH. Épisode 2.

« Gli insulti dei chiacchieroni Macron e Saviano non mi toccano, mi fanno forza. Mentre loro parlano, io oggi sto lavorando per bloccare il traffico di clandestini nel Mediterraneo e per restituire agli italiani le ville sequestrate ai mafiosi. C’è chi parla, c’è chi fa. Bacioni ».
Salvini, dans un tweet rageur à Macron, VF en fin d’article.

| Q. Parler, comme vous le faites, de Crime organisé immigrationniste ça n’est pas exagéré ?

Jacques Borde. Même Bruxelles, pourtant d’une timidité de rosière sur le sujet, affirme que les criminels passeurs et leurs complices produisent un chiffres d’affaires de près de six (6) milliards d’euros. Si ça, ça n’est pas du Crime organisé qu’est-ce donc au juste ?

Sinon, enfin, trois bonnes nouvelles : le procureur d’Agrigente, Luigi Patronaggio :

1- a officiellement inculpé le capitaine du navire-passeur Alex, Tommaso Stella.
2- idem pour le chef de mission de l’ONG Mediterranea, le député LeU Erasmo Palazzotto.
3- a confirmé la séquestre du Alex.

| Q. Vous mettez en doute le sérieux de Berlin quant à la lutte contre les clandestins ?

Jacques Borde. De Berlin entre autres, tout à fait. Je pense que, pour être clair, Merkel – sur ces questions, mais aussi sur les questions de Défense – ment comme on lui a appris de mentir lorsque la Bundeskanzlerin2 qu’elle est (par miracle et rouerie) devenue était une jeune pionnière de feu la très communiste RDA.

| Q. Donc, pour vous les Allemands ne font rien ?

Jacques Borde. Je n’ai pas dit ça. Ils font, certes. Mais à peu près n’importe quoi, histoire de détourner l’attention. Et de ne pas s’attaquer aux vrais problèmes. Dernier miroir aux alouettes merkelien, Berlin vient de créer une commission sur les… causes d‘exode (sic). Ou, comme l’a écrit sur son site, l’Auswärtiges Amt (AA):

« Pour quelles raisons migrants et réfugiés quittent-ils leur pays ? C‘est ce que va examiner en détail une commission créée cette semaine par le gouvernement allemand. Ses 24 membres ont reçu pour mission de décrire les causes politiques, économiques, sociales et écologiques des déplacements de populations, ainsi que les conditions d‘accueil et de transit dans les pays voisins. Ils devront proposer des mesures concrètes pour réduire ces flux et améliorer la coopération avec l‘Union européenne et les organisations internationales ».

Bla, bla, bla. Tout ça pour un rapport attendu à la fin de 2020. S’il est terminé à cette date , bien sûr.

En fait, la réalité européiste germano-centrée est tout autre…

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. Sous ses travers prussiens et rigoureux, la Germanie merkeliennne à des allures d’asile de fous. En août 2017, le Tribunal d’instance de Munich a condamné le journaliste Michael Stürzenberger à six mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir publié sur sa page Facebook une photo du Grand mufti de Jérusalem, Mohammed Hadj Amin al-Husseini, serrant la main d’un dignitaire nazi à Berlin en… 1941.

Fait d’une banalité déconcertant pour celui qui fut un des alliés les plus sûrs du IIIe Reich au Levant, au point d’être poursuivi par les Britanniques en tant que collaborateur et par les Yougoslaves en tant que criminel de guerre. En mai 1942, Hadj Amin al-Husseini collabora à la campagne de recrutement pour la 13e Waffen-Gebirgs-Division der SS Handschar. Des musulmans modérés, sans doute ? Et Berlin poursuit un de nos confrères pour une poignée de main !

Pas gêné aux entournures, le procureur a accusé Stürzenberger d’avoir « incité à la haine contre l’islam » et d’avoir « dénigré l’islam ». Du coup, le tribunal a déclaré Stürzenberger coupable de « diffusion de propagande d’organisations anticonstitutionnelles ».

Bon, en décembre 2017, la Cour d’appel de Munich a acquitté Stürzenberger de toutes les charges retenues contre lui, estimant que ses propos étaient protégés par lois qui fondent la liberté d’expression. Néanmoins, l’impression demeure aujourd’hui dans la société allemande que même les faits historiques les plus établis sont devenus tabous.

Remarquez, les Allemands ne sont pas les seuls à marcher sur la tête. Plus récemment, le candidat Liberal Democrat pour Manchester, Daniel Tóth-Nagy, a été suspendu par les instances dirigeantes de son parti pour :

1- avoir soutenu que « le concept d’islamophobie est une aberration ».
2- avoir twitté à un contradicteur : « Et les mutilations génitales féminines ? Les crimes d’honneur ? Les mariages forcés ? Que pensez-vous de la protestation des femmes en Iran, en Arabie Séoudite et dans d’autres pays islamiques contre le port obligatoire du hijab ? Et la charia en Grande-Bretagne ? Les droits des LGBT et le refus d’éducation par les musulmans à Birmingham ? ».

En fait, sous couvert d’humanitarisme, il s’agit, bel et bien, de la dictature d’une minorité agissante (les ONG immigrationnistes) s’exerçant sur la majorité de la population, hostile à cette minorité, mais sans influence réelle car insuffisamment voire peu organisée.

Et si Salvini a été majoritairement élu par les Italiens, c’est pour endiguer l’invasion et non pour plaire à l’Union Européenne et à son primus inter pares germanique…

| Q. Et les Européennes ont changé quelque-chose ?

Jacques Borde. Quasiment rien, en fait.

Comme l’aura noté Jean-François Touzé, « L’élection du socialiste italien David Sassoli à la présidence du Parlement européen avec la bénédiction de la prétendue droite PPE et des libéraux en témoigne une fois de plus: en Europe, il y a bien d’un côté les nationaux/identitaires adversaires du libre-échangisme, de l’immigrationnisme et de l’universalisme totalitaire, et, en face, les autres. Tous les autres... ».

Salvini, s’est une nouvelle fois emporté contre l’ingérence de Paris dans les affaires de l’Italie. Dans son tweet, le chef de la Lega, a été plutôt direct, affirmant que « Les insultes de ces gros bavard de Macron et de Saviano ne m’atteignent pas, mais me renforcent. Pendant qu’il cause, moi je travaille à bloquer le trafic de clandestins en Méditerranée. Il y a ceux qui parlent et ceux qui agissent ! Bisous ! ».

| Q. Mais les migrants fuient bien quelque-chose ? La guerre, non ?

Jacques Borde. Ah bon. Je ne savais pas que le Maroc, la Tunisie, l’Algérie étaient des pays en guerre. Bon, hypothèse d’école : admettons que ce soit le cas.

Dans ce cas précis, nous assistons donc à l’exode de gens si peu courageux qu’ils fuiraient leurs pays en guerre en laissant femmes, enfants et vieillards pour venir dans un pays, y imposer leurs modes de vie ainsi que leur religion et, surtout, refuser d’y suivre les lois des pays qui les accueillent.

Franchement, vous trouvez que nous avons besoin de pareils arrivants (sic) ?

| Q. Et ces voix qui s’élèvent contre la fermeture du plus grand centre d’accueil de migrants d’Europe, situé à l’est de la Sicile…

Jacques Borde. Ça, c’est le bouquet ! Je vous rappelle que nous parlons du Centre de Mineo, près de Catane, visé par plusieurs enquêtes judiciaires, impliquant notamment l’ancienne maire de la commune de Mineo et l’ancien directeur du Centre. Carrément.

Pêle-mêle : Corruption dans l’attribution de marchés, création de faux badges pour gonfler les chiffres car chaque migrant avait droit à une somme journalière fixe de l’État.

Janvier 2019, la police avait même démantelé une cellule mafieuse nigériane basée au cœur du centre, gérant un trafic de cocaïne et de marijuana ainsi qu’un réseau de prostitution.

| Q. Mais les populistes anti-immigration sont aussi très isolés tout de même ?

Jacques Borde. Ça c’est la fable à laquelle le propaganda staffel européiste essaie de nous faire croire.

Sauf que l’immense majorité des pays d’Asie n’a pas suivi, ne serait-ce qu’une nanoseconde, les Européens suite à l’exil musclé des Rohingyas. Ou les opérations militaires du Pangulo ng Pilipinas4, Rodrigo Rody5 Duterte, conduites contre les terroristes takfirî ou les cartels philippins de la drogue.

Et lorsque le président des États-Unis, Donald J. Teflon Trump, veut défendre sa politique de tolérance zéro sur l’immigration clandestine auprès de ses concitoyens, c’est bien à la politique migratoire de la… Vieille Europe qu’il s’en prend.

Cf. « Si vous regardez ce qui se passe en Europe, si vous regardez ce qui se passe ailleurs, on ne peut pas laisser cela arriver aux États-Unis. Pas sous ma responsabilité ».

Alors qui est isolé et qui ne l’est pas.

Ensuite, il convient de savoir la différence entre les propos d’estrades (paroles, paroles..) et les actes. D’où les propos, souvent amers, de Donald J. Teflon Trump, à propos de dirigeants européens dont il met en cause le sérieux des engagements…

Notes

1 Nom donné à la période du début de la 2ème Guerre mondiale qui se situe entre la déclaration de guerre par le Royaume-Uni et la France à l’Allemagne nazie le 3 septembre 1939 et l’offensive allemande du 10 mai 1940 sur le théâtre européen. L’origine de l’expression drôle de guerre est revendiquée par le journaliste Roland Dorgelès, mais pourrait provenir d’une mauvaise compréhension de l’expression phoney war, confondue avec funny war. Elle s’applique au front occidental, où les hostilités se réduisaient à quelques escarmouches après la modeste offensive de la Sarre.
2 Chancelière fédérale.
3 Ministre allemand des Affaires étrangères.
4 Président des Philippines.
5 Aussi surnommé Digong.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Salvini=1, Sea Watch=2 ! Où la Traite négrière.2 ne lâche rien & progresse [2]

| Italie Vs Traite négrière.2 | Questions à Jacques Borde | « Gouverner, c’est prévoir », disait …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer