Accueil / Verbatim / « Captain Rackett », etc. Vs Salvini ! La Copie reste à revoir… [3]

« Captain Rackett », etc. Vs Salvini ! La Copie reste à revoir… [3]

| Italie Vs Traite négrière.2 | Questions à Jacques Borde |

Une guerre, généralement, ne finit que si un des camps jette le gant. Ou, que les buts de guerre (affichés ou occultés) en sont, peu ou prou, atteints par les belligérants. Je dis LES parce qu’une guerre peut parfaitement avoir DEUX vainqueurs. Ce fut le cas de la Guerre d’Octobre (1973) entre Jérusalem & Le Caire, où ces deux-là, purent, à juste raison, estimer avoir atteint leurs buts de guerre respectifs. Coté hiérosolymitain : avoir confirmé sa suprématie régionale & raccompagné les troupes égyptiennes à leur point de départ. Côté égyptien : avoir (après négociations post-conflit) récupéré ses territoires perdus & obtenu une VRAIE paix avec Israël. Paix qui dure toujours. Quelle fin aura la lice qui oppose, durablement n’en doutons guère, Rome à : 1- son propre Deep State. 2- le Crime organisé immigrationniste. 3- l’imperium européiste bruxello-merkelien. 4- la gauche financiarisée esclavagiste ? Il est, évidemment, trop tôt pour le dire. Dommage, mais c’est comme ça ! Épisode 2.

| Q. Diriez-vous, comme certains, que Rome en fait trop peu pour aider la Libye ?

Jacques Borde. Premier point : c’est totalement faux. Il y actuellement plus de 300 militaires italiens en Libye, chargés de :

1- protéger un hôpital de Misrata.
2- l’ambassade à Tripoli.
3- d’apporter un soutien logistique aux Garde-côtes libyens.

Ensuite, excusez la forme de mon propos, ceux qui accablent l’administration Conte, pourraient, un moment, arrêter de se foutre de notre gueule. Ils ne peuvent pas exiger de l’Italie, à la fois :

1- d’aider la Libye, au gré de leurs fantasmes et de leur propres lâchetés : combien de troupiers de la poisseuse Merkel à se mouiller vraiment le treillis ? Pour ne citer que ceux-là !
2- de baisser les bras sur la question migratoire, ce alors que Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)1 n’a de cesse de nous dire qu’il utilise ces flux comme instrument de projection de ses Jound al-Khilafah2 de ce côté-ci de la Méditerranée.

Décidément, la lâcheté est une valeur toujours aussi bien partagée chez les Européistes.

| Q. Et pourquoi selon vous ?

Jacques Borde. Pour deux raisons essentielles, en fait :

Primo, par nature, je dirai. Surtout chez les Européistes de droite molle. On s’y couche par habitude. C’est comme ça depuis 1968.

Secundo, parce que la gauche systémique, les gardiens de la bien-pensance et du droit-de-l’hommisme sont aux aguets.

Un exemple : Le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, dirigé (sic) par Laurent Wauquiez, avait, pour une fois, prévu de financer à hauteur de 22.000 € l’ONG SOS Chrétiens d’Orient, si courageusement engagée en Irak et en Syrie. Suite aux protestations (sic) de la gauche PS (l’élu Stéphane Gemmani, notamment) la délibération a tout simplement été retirée.

Encore un bel exemple, s’il en était besoin de la couardise congénitale de la droite LR.

| Q. Pour vous, dans tout ce qui se déroule au large de Lampedusa, rien n’est dû au hasard ?

Jacques Borde. Évidemment que non. On peut y deviner les mêmes mains à l’ouvrage, je le crains.

Des mains plutôt généreuses, en tout cas. Voir la Mairie de Paris : 10.000 pour SOS Méditerranée.

| Q. Qu’entendez-vous par là ?

Jacques Borde. Qu’apparemment, ce dont semblent le moins se soucier la ribambelle de fripouilles immigrationnistes qui sillonnent la Méditerranée à bord de leurs navires si magnifiquement entretenus et maintenus en condition opérationnelle (MCO), pour parler comme les militaires, c’est de manquer d’argent. Ce qui, pour toute personne qui a tant soit peu fait dans l’engagement militant, semblera un tantinet étrange.

Ainsi, lors de sa conférence de presse à Berlin, le 2 juillet 2019, Ruben Neugebauer, l’un des responsables de Sea Watch (l’organisation pas le bateau) nous a, tout de même, assuré que « Nous allons continuer de faire respecter les droits de l’Homme en Méditerranée et surveiller de près l’Union européenne, si nécessaire avec un nouveau navire si notre navire reste sous séquestre ».

| Q. Et, au niveau des solutions ?

Jacques Borde. Elles existent, bien évidemment. Tout est une question de courage politique.

« Si nous ne prévoyons pas d’arrêter aussitôt chaque clandestin qui arrive illégalement en Italie, nous ne mettrons jamais un terme au phénomène », a ainsi estimé le général de corps d’armée Vincenzo Santo.

La proposition choc du général Santo n’a rien une mesure illibérale. L’entrée illégale sur le territoire national est considérée comme un délit fédéral aux États-Unis. Et la détention est prévue dans l’attente de la constatation du statut de réfugié ou de la mesure d’expulsion. En Australie, les migrants illégaux sont même déplacés dans des îles extraterritoriales à l’Australie et y sont détenus sans limites de temps. Dans le cadre européen, le Danemark, où le centre-gauche est à la tête du pays, est en projet le placement des migrants illégaux sur une île en Mer du Nord.

| Q. Mais, à vous écouter, les Italiens ne sont plus libres de leurs choix, en matière migratoire ?

Jacques Borde. Tout à fait, mais je vous fais remarquer que ça n’est pas moi qui le dit.
Laissez-moi donc vos citer deux Messieurs bien notés, propres sur eux et toutes ces sortes de choses :

1- Jean-Claude Junker, alors, président de la Commission européenne, mai 2018 qui disait qu’« Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ».
2- Günther Oettinger, Commissaire européen allemand (PPE), janvier 2015 pour qui « … les marchés financiers vont apprendre aux Italiens comment voter ».

Là, franchement, qu’ajouter de plus ?

| Q. Mais, alors, pourquoi l’Europe ne fait rien, ou si peu, contre la traite négrière en Méditerranée ?

Jacques Borde. La réponse est dans la question, pardi ! Parce qu’actuellement – demandez donc à Frau. Merkel et à sa Buba3 déjà – elle y trouve plus d’avantages que d’inconvénients. Autrement dit : les Européistes donneurs de leçons s’en foutent plein les fouilles.

Sinon, elle mettrait fin, une bonne fois pour toutes, aux réseaux du Crime organisé immigrationniste qui, eux aussi, s’en mettent plein les poches sur le dos des migrants. Et qu’on n’aille pas me dire que c’est parce qu’on, respecte les eaux territoriales libyennes (que violent régulièrement les navires-pirates de la gauche financiarisée esclavagiste). Sarkozy lui, n’a pas hésité à enfreindre l’espace aérien libyen en mars 2011.

| Q. Par défaut de consensus, peut-être ?

Jacques Borde. (Éclat de rire) Qui s’en soucie, je veux dire pour de vrai ?
Par exemple, la France, le pays qui, soit dit en passant le pays a le plus l’habitude de projeter ses forces en zones de guerre, intervient bien depuis des années au Mali et en Centrafrique, avec aussi des troupes dans d’autres pays africains et même dans le Golfe persique.

Alors, qui peut croire un seul instant que Paris aurait peur de se faire bobo en allant terminer avec un extrême préjudice4 les passeurs sur la côte libyenne avec le concours de nos amis italiens ?

Ah, oui ! Ça a déjà coûté un « pognon de dingue » à l’Occident de refaire passer des Jound al-Khilafah d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH) d’Idlib en Libye.

Oups ! Ça non plus allait pas le dire ?…

Notes

1 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
2 Ou Soldats du califat. Terme officiel de DA’ECH pour qualifier ses combattants armés. Vient en droite ligne de Jound al-Khilafah fi Ard al-Jazair, groupe armé terroriste salafiste, qui s’est fait connaître par l’assassinat d’Hervé Gourdel. A fait scission d’AQMI (officiellement en septembre 2014) et prêté allégeance à DA’ECH.
3 Ou Deutsche Bundesbank, la banque centrale de la République fédérale allemande.
4 Liquider physiquement, dans le sabir prêté aux SR occidentaux dans les années 80-90.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

L’Immigration : Bien ou Mal ? Demandez donc à ceux qui la subissent… [1]

| Éco & Défense | Questions à Jacques Borde | L’Immigration : Un Bien ou un …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer