Accueil / Focus / Rome, 2019 : Chute du 1er Triumvirat. Quid de la suite ? [3]

Rome, 2019 : Chute du 1er Triumvirat. Quid de la suite ? [3]

| Italie | Géopolitique | Ils ont dit | BforBORDE |

Quinze mois, la Coalition Lega/M5S nous aura offert une fin de vie attendue & inévitable, mais dans les règles, pour ainsi dire normales (sic), de la vie politique de ce pays. In fine, la chute attendue de ce 1er (faux) Triumvirat, tant Giuseppe Conte, Presidente del Consiglio dei Ministri, disons sortant-rentrant (sic) n’était que le figurant obligé de cet attelage incertain, est plutôt une bonne chose. La seule vraie surprise étant justement que Conte sauve sa place. Alors : Urne aperte & porti chiusi ou urne chuise & porti aperti ? Mattarella a tranché ! Épisode 3.

| Prête à tout ?…
« Après avoir gouverné avec la Lega, je pense pouvoir faire un accord même avec Belzébuth ».
Roberta Lombardi, élue 5 Stelle.

| Dans le texte…
« Moi avec le parti de Bibbiano je ne veux rien avoir à faire ».
Luigi Di Maio. Il y a à peine un mois.

| Pas touche au décret sécurité-bis.
« Le problème de l’immigration est sérieux, concret et il doit être affronté avec compétence dans le respect des sensibilités exprimées par l’opinion publique »
Luigi Di Maio.

| Trop tard.
« Je ne comprends pas pourquoi la Lega s’obstine à chercher un dialogue avec le M5S, le même M5S qui est en train de se battre avec PD et avec l’extrême gauche. Pour les Fratelli d’Italia (FdI), une seule route : non aux jeux de palais, élections tout de suite ! Pour donner à l’Italie un gouvernement souverain qui défend les intérêts et les frontières de notre nation ».
Giovanbattista Fazzolari, sur sa page Facebook.

| Débuts de regrets ?
« Je suis fier du choix de liberté fait par la Lega. On peut échapper aux élections pendant un mois, un an, mais le jugement du peuple arrive tôt ou tard ».
Matteo Salvini, sur sa page Facebook.

| Le Cave se rebiffe.
« Le cave Gigino (Luigi di Maio, leader du M5S) se rebiffe face au PD (Partito Democratico). Les décrets Salviniens « sécurité & immigration » restent. Ne seront supprimés que les deux articles suggérés comme excessifs par le président Mattarella (la mise en prison du capitaine et l’amende jusqu’à 1 million d’euro). Mais les ports restent fermé. Et comme si la bombe lancée se suffisait pas, le PD doit accepter tous les 10 points du programme M5S qui sont devenus 20 entre temps ou on retourne voter… Il est chouette Gigino quand il s’énerve ! Il a déjà terminé son stock de patience envers le PD ? Cela devient de plus en plus juteux ! ».
Hélène Sadaune, sur sa page Facebook.

| Conte pas content !…
« Di Maio… qui a aujourd’hui mis en péril les négociations pour le gouvernement ».
Guiseppe Conte.

| Gare au réveil .
« Salvini est encore à l’Intérieur tant que le parlement n’est pas dissous. Ce bateau ONG avec 101 clandestins a été bloqué par lui, signé également par ses deux collègues. Mais après, qu’en sera t il ? Ports ouverts ? Alors que personne en Italie ne veut qu’ils rouvrent ? Cela va être difficile à gérer l’après Salvini pour le gouvernement fantoche M5S-PD…. Ils auront la désapprobation générale sur le dos. Les tomates pourries vont voler... ».
Hélène Sadaune, sur sa page Facebook.

| 2 poids, 2 mesures.
« Chaque jour, nous sommes assaillis par des images en larmes de péniches remplies de migrants que la gauche voudrait recevoir sans se soucier des conséquences. La même gauche qui est restée silencieuse quand Pamela a été violée et assassinée avec une férocité indescriptible ».
Marco Valerio Verni, oncle d’une jeune fille italienne violée, démembrée et assassinée par un migrant nigérian.

| Démos ou Ploutos, Rome a choisi !
« Sans surprise, on aura un gouvernement choisi par les pouvoirs forts (UE, USA) et non par les électeurs. Pas de vote mais un gouvernement jaune rouge des perdants aux dernières élections municipales, régionales et européennes. On enterre la démocratie ».
Hélène Sadaune, sur sa page Facebook.

| Conte bis.
« Nous avons annoncé au président de la République que nous avions un accord politique avec le Parti démocrate afin que Giuseppe Conte puisse à nouveau être choisi comme chef du gouvernement et former un gouvernement durable ».
Luigi Di Maio, leader du M5S.

| Di Maio affaibli.
« L’éclatement de la coalition est une bonne nouvelle pour le M5S, qui entend désormais peser sur la répartition des ministères. Selon Le Point, le Parti démocrate en aurait tout de même demandé un certain nombre, dont l’Économie et les Affaires étrangères, en échange d’une alliance. Luigi Di Maio, le chef du M5S, se voit quant à lui très affaibli. Il aurait demandé le ministère de l’Intérieur, ce que le M5S a démenti. De son côté, le Parti démocrate exige que le numéro deux du gouvernement soit issu du camp social-démocrate. Mais finalement, c’est le président de la République, Sergio Mattarella, qui aura le dernier mot. Il recevra les différentes formations et ne donnera son feu vert qu’en cas de « majorité solide ». Le cas échéant, les Italiens seront appelés aux urnes ».
Valeurs actuelles (28 août 21019).

| Mariage arrangé.
« Si je comprends bien le « mariage de raison »… Les italiens vont voir revenir au gouvernement le Parti démocrate, rejeté à 70%, sans passer par des élections et cela grâce au M5S qui l’a toujours critiqué… Magie de la « démocratie » ! ».
Nicolas Niemas, sur sa page Facebook.

| La Gamelle avant tout ?
« … des millions d’italiens sont otage de 100 parlementaires intéressés seulement à se partager les fauteuils par peur de se trouver un travail ! Un gouvernement qui va naître pour servir Paris et Berlin ».
Matteo Salvini, sur sa page Facebook.

| Tout reste à faire.
« Reste que la cohabitation risque d’être compliquée car si les démocrates n’ont pas beaucoup d’affinités avec les 5 étoiles, ils ont également peu d’affection pour Giuseppe Conte. Oublier que ce juriste, qui cultive un langage raffiné et une allure de dandy avec ses costumes trois pièces et sa petite pochette blanche bordée d’un liseré, n’a pas contredit Matteo Salvini pendant une bonne année, sera difficile. La chose risque d’être également compliquée pour cet Italien âgé de 54 ans, originaire d’un petit village des Pouilles et fils d’un fonctionnaire municipal et d’une institutrice. Car en un an, l’homme a changé et n’a plus rien à voir avec le petit avocat réservé qui était entré à la présidence du Conseil sur la pointe des pieds et par la porte de service en mai 2018, après avoir été indiqué par le mouvement pour prendre la tête du gouvernement « giallo-verde », les couleurs du M5S et de la Ligue. Enfin, la tête, c’est beaucoup dire. Car sous l’exécutif précédent, Giuseppe Conte, pressenti au départ par le M5s pour le portefeuille de l’Administration publique, a surtout joué les notaires en signant les décrets et les propositions du tandem. Ou encore les représentants de commerce durant les sommets internationaux. La considération chez ses interlocuteurs n’était pas grande pour cet homme arrivé au pouvoir par hasard et parce que le M5S et la Ligue n’avaient pas beaucoup d’autres candidats potentiellement malléables en magasin. Mais cette époque appartient désormais au passé ».
Ariel F. Dumont, correspondante à Rome de Marianne.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

« Liar » CETA Greta, colporteuse du Crime organisé environnementaliste…

| Occident | Kulturkampf | Ils ont dit | BforBORDE | Mentir est un art …