Accueil / Verbatim / Kaboul, Idlib, Villeurbanne : Quand allons-nous choisir le «bon» camp ? [1]

Kaboul, Idlib, Villeurbanne : Quand allons-nous choisir le «bon» camp ? [1]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

N’en déplaise à beaucoup, Villeurbanne n’est qu’une étape de plus dans une descente aux enfers amorcée il y a des décennies, lorsque par anticommunisme primaire, nous autres Occidentaux, avons décidé (une fois de plus) de nous mêler d’une affaire qui ne nous regardait en rien : la 1ère Guerre d’Afghanistan, opposant Moudjahiddin & Chouravi (Russes). Eh, oui, c’est bien nous qui avons commencé cette partie du Grand jeu. Ce, c’est important de le dire, sans que le plus petit communiste afghan eût commis le moindre acte hostile à notre égard ! Le souci est que de l’aveu même de la CIA, nous (les Occidentaux) y avons formé plus de 4.000 terroristes tout court qui, le premier épisode de l’affaire afghane terminé, ne se sont pas mis au tricot. Algérie, Égypte, Philippines, Balkans, etc., puis, Afghanistan & Irak, de manières répétées & tout aussi inutiles, au prix de la vie de nos jeunes soldats, ont été les terrains d’aguerrissement de générations successives de Unlawful combatants1. Alors, Kaboul, Idlib, Villeurbanne : Quand allons-nous choisir le «bon» camp ? Épisode 1.

« A Fréjus, au cours de la cérémonie de commémoration de la glorieuse Bataille de Bazeilles, Édouard Philippe a exhorté nos officiers et soldats de l’Infanterie de Marine à la résistance contre l’obscurantisme. OBSCURANTISME : substantif masculin désignant une attitude, doctrine, système politique ou religieux visant à s’opposer à la diffusion, notamment dans les classes populaires, des « lumières », des connaissances scientifiques, de l’instruction, du progrès. Faut-il le préciser, ce n’est pas, à l’évidence, l’islamisme dont l’obscurantisme n’est qu’un élément de combat qu’Édouard Philippe a appelé nos troupes à combattre, mais l’obscurantisme en général, conçu comme mal absolu dans une vision républicaine totalitaire. Pour le Premier ministre, la mission de nos armées est donc de défendre une option philosophique précise. Pas de défendre la France. Pas de défendre nos valeurs de civilisation. Pas de défendre le ciment chrétien de notre édifice national. Pas de défendre les Français face aux menaces planétaires qui s’accumulent. Édouard Philippe est un Premier ministre montagnard et jacobin. Bientôt des commissaires aux armées ? ».
Jean-François Touzé

| Q. Le drame de Villeurbanne…

Jacques Borde. Au point où nous en sommes arrivés, une seule phrase : Mea culpa ! En Afghanistan, « on », c’est à dire l’Occident, aurait dû soutenir les laïques et donc, par la force des choses, les Russes. Où, plus simplement, parce que les soutenir était impossible, les laisser faire le boulot.

Rappelons que, de l’aveu même de la CIA, nous (les Occidentaux, toujours) avons assisté, formé et armé en Afghanistan plus de 4.000 terroristes tout court qui, le premier épisode de l’affaire afghane terminé, ne se sont pas mis au tricot. Et, parmi nos premiers terroristes nourris à cet Islam radical wahhabî, on a eu notre lot d’Afghans. Entendez des vétérans de cette 1ère Guerre d’Afghanistan.

| Q. Sinon, je note que vous êtes aussi inflexible à l’égard des femmes de DA’ECH qu’à l’égard des hommes

Jacques Borde. Oui. Aucune pitié pour ces terroristes takfirî. Lâchons sur elles nos chiens de guerre comme disait Marc-Antoine2 à propos des assassins de César. Ces femmes, si ce terme a encore un sens à leur égard, furent souvent pires que leurs homologues masculins. À l’exemple des kapos féminins3 de la Brigade al-Khanssaa, gérant les esclaves sexuelles yézidies de la Prison de Badoush. Parmi leur besogne : commerce, achat et revente, de femmes et de fillettes. Notamment à de riches acheteurs du Golfe.

Par ailleurs, je croyais que l’une des revendications majeures des féministes était l‘égalité de traitement. Alors, oui, qu’Até prenne soin d’elles !…

| Q. Une pratique ancienne ou nouvelle cette présence d’une clientèle golfique ?

Jacques Borde. Ancienne, en fait. Parmi mes contacts, j’ai eu un des rares vrais Moudjahiddin français à avoir combattu les Chouravi4 en Afghanistan. Il m’avait parlé de ces Séoudiens venus faire leurs emplettes de chair fraîche sur, pas fous, les lignes arrières du djihâd afghan. Qui sait, y-ont-ils croisé notre philosophe de cour préféré ?

Peu ou prou, on rencontrera les mêmes tycoons pétrogolfiques croisés par d’autres sources (sic) en Bosnie, toujours à la recherche de captives (serbes) blondes aux yeux clair de préférence. Et aussi jeunes que possible, évidemment.

C’est étrange ce penchant des Occidentaux d’aller se battre pour des ordures ?

| Q. Cet attrait pour les très jeunes filles, c’est étayé ?

Jacques Borde. Oui, par Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)5 tout simplement. Sa note de service n°178, du 21/Dhu al-Hijâ 1435, fixait même les tarifs de ces prises de guerre, selon leur âge :

« 75.000 dinars [60 $US] pour une femme yézidie ou chrétienne de 30/40 ans ». « 200.000 dinars [160 $US] pour une femme yézidie ou chrétienne de 1 à 9 ans »6. Quant aux acheteurs étrangers, ils apparaissent clairement dans la note qui précise que « Aucun consommateur n’est autorisé à acheter plus de trois marchandises, exceptés les étrangers comme les Turcs, les Syriens et les ressortissants des pays du Golfe »7.

Difficile de faire plus précis.

| Q. Rentrons en France, comment peut-on encore persister à ne pas voir dans ces attaques incessantes, Strasbourg, Villeurbanne, etc., autre chose que du terrorisme ?

Jacques Borde. L’éternel débat. Il convient de prendre en compte deux positions.

Primo. Celle de la société civile, donc des media. Ce dans la mesure où l’on considère que les media mainstream relèvent toujours de la société civile et non des cercles de pouvoir. Sans parler du cloaque immigrationniste.

Secundo. Si l’on prend les seconds, la qualification, disons tardive, de faits terroristes, peut se comprendre dans la mesure où c’est à la justice de trancher. Donc dire que la causalité terroriste n’était « pas établie » au lendemain des faits pour Strasbourg, comme l’a fait le secrétaire d’État à l’Intérieur, Laurent Nuñez, est logique en l’état du respect des procédures.

Ce qui l’est moins, c’est ce refus de l’a-justice française de qualifier ces tueries comme des attaques terroristes.

| Q. Cela a du mal à passer ?

Jacques Borde. Difficilement. Y compris auprès de juristes.

Ces gesticulations pour attribuer, ou non, une intention terroriste aux actes de l’Afghan de Villeurbanne sont symptomatiques du ridicule et des œillères de notre époque. Mais et individu, qui a tué, blessé, mutilé aujourd’hui à Villeurbanne n’est pas le seul coupable de ces crimes…

| Q. Dures paroles, vous pensez à qui ?

Jacques Borde. Très clairement au Janus bifrons derrière la doxa remplaciste, soit :

1- le Crime organisé immigrationniste.
2- la gauche financiarisée esclavagiste.

| Q. Mais cette progression, y compris par les prières de rue, de l’Islam takfirî reste récente ?

Jacques Borde. Vous plaisantez ? Pas du tout.

Désolé de le dire à certains, mais, MOI (et quelques autres), les premiers Islamistes que j’ai vu squatter l’espace public – la rue en plein Paris, en l’espèce – pour y faire en toute illégalité la… prière, c’étaient des militants de… feu Shah Massoud. J’étais, alors, responsable étudiant nationaliste. Après mon travail a fait que j’en ai beaucoup croisé (sic) de l’Islamo pur et dur. Que ce soit à Paris. Ou en plein Londonistan où, déjà, on ne se sentait plus beaucoup en Angleterre.

Alors, je le dis et le répète : à cette époque nous nous sommes trompés de camp. Les laïques républicains, respectant les femmes soit dit en passant, étaient du côté russe !

[À suivre]

Notes

1 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
2 « Le sang, la destruction seront des choses si communes, et les objets effroyables deviendront si familiers, que les mères ne feront plus que sourire à la vue de leurs enfants déchirés des mains de la guerre. Toute pitié sera étouffée par l’habitude des actions atroces : et conduisant avec elle Até, sortie brûlante de l’enfer, l’ombre de César promènera sa vengeance, criant d’une voix puissante dans l’intérieur de nos frontières : Carnage ! et alors seront lâchés les chiens de la guerre, jusqu’à ce qu’enfin l’odeur de cette action exécrable s’élève au-dessus de la terre avec les exhalaisons des cadavres pourris, gémissant après la sépulture ». Marc-Antoine, Scène 1, Acte 3, Julius Caesar, William Shakespeare.
3 Toutes Britanniques.
4 Les Russes.
5 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
6 In Le Martyre des Chrétiens d’Orient, Portraits & témoignages, Frédéric Pons, p.34, Calmann-Lévy, 2017, ISBN. 978-2-7021-5891-3.
7 In Le Martyre des Chrétiens d’Orient, Portraits & témoignages, Frédéric Pons, p.34, Calmann-Lévy, 2017, ISBN. 978-2-7021-5891-3.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Gouverner avec le «Parti de Bibbiano» ! 5 Stelle au bout de ses contradictions…

| Italie | Géopolitique | Questions à Jacques Borde | Les alliances politiques – realpolitik …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer