Accueil / Verbatim / Kaboul, Idlib, Villeurbanne : Quand allons-nous choisir le «bon» camp ? [2]

Kaboul, Idlib, Villeurbanne : Quand allons-nous choisir le «bon» camp ? [2]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

N’en déplaise à beaucoup, Villeurbanne n’est qu’une étape de plus dans une descente aux enfers amorcée il y a des décennies, lorsque par anticommunisme primaire, nous autres Occidentaux, avons décidé (une fois de plus) de nous mêler d’une affaire qui ne nous regardait en rien : la 1ère Guerre d’Afghanistan, opposant Moudjahiddin & Chouravi (Russes). Eh, oui, c’est bien nous qui avons commencé cette partie du Grand jeu. Ce, c’est important de le dire, sans que le plus petit communiste afghan eût commis le moindre acte hostile à notre égard ! Le souci est que de l’aveu même de la CIA, nous (les Occidentaux) y avons formé plus de 4.000 terroristes tout court qui, le premier épisode de l’affaire afghane terminé, ne se sont pas mis au tricot. Algérie, Égypte, Philippines, Balkans, etc., puis, Afghanistan & Irak, de manières répétées & tout aussi inutiles, au prix de la vie de nos jeunes soldats, ont été les terrains d’aguerrissement de générations successives de Unlawful combatants. Alors, Kaboul, Idlib, Villeurbanne : Quand allons-nous choisir le «bon» camp ? Épisode 2.

| Q. Et, si je vous dis, musulman modéré

Jacques Borde. Au Levant, à voir le combat acharné des Syriens, Irakiens et Libanais – saluons ici le président syrien, le Dr. Bachar el-Assad, et l’Al-Jayš al-’Arabī as-Sūrī (AAS)1 pour leurs efforts acharnés pour libérer leurs pays respectif et la sous-région, de la terreur takfirî – oui.

Mais, je parlerai, là, plutôt de vrais musulmans.

C’est en diaspora, comprenez dans nos cités de non-droit et autre villes de plus en plus hors-contrôle, de ce côté-ci de la Méditerranée, que se pose le vrai problème.

Qui est celui du nazislamisme takfirî et sa doxa remplaciste. Au sujet de ceux-là, n’oublions pas l’Histoire et, oui, posons-nous la question : Y avait il des Nazis modérés (sic) parmi tous ceux, Allemands et non-Allemands, adhérant aux principes de Mein Kampf et vénérant le führer et pas tout simplement des Allemands sous bannière du Reich troisième du nom ? Eh, oui : entre les SA (vite liquidés), Hitler et l’Ahnenerbe2, le régime national-socialiste en place à Berlin avait plusieurs visages ?

Idem pour l’hostis takfirî, aujourd’hui. Faut-il s’en préoccuper comme le font nos intelligentsia munichoises et victimaires ? Bien sûr que non.

Croyez-vous que Bomber Harris3 se soit posé la question de savoir qui se qui se trouvait sous les bombes de ses Lancaster dévastant l’Allemagne. La guerre, c’est la guerre ! Et nous sommes en guerre avec le Takfir et sa doxa génocidaire. Alors, comme l’a fait le Marshal of the Royal Air Force Harris, tuons et rasons !…

| Q. J’ai l’impression que pour vous, plagions Hannah Arendt, c’est plus la propagation du mal que la banalité et la nature du mal, qui vous préoccupe ?

Jacques Borde. C’est un peu ça, oui.

Ce qui a démarré en Afghanistan ne s’est pas arrêté en Afghanistan. Remarquez, ce fut la même chose pour le IIIe Reich.

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. On se focalise beaucoup sur la 13e Waffen-Gebirgs-Division der SS Handschar. Les « musulmans du führer« , disent certains Dont la participation à la 2ème Guerre mondiale, si elle fut d’une rare férocité, restera stratégiquement anecdotique. On nous parle moins des divisions indiennes qui combattirent, même après la Bataille d’Imphal, aux côtés de la Dai-Nippon Teikoku Rikugun4, qui se solda par un désastre pour les forces japonaises, et leur retraite (Birmanie).

| Q. Des troupes indiennes ?

Jacques Borde. Oui. Pas pas seulement, sans vouloir rabaisser les troupes alliées, cette guerre d’Asie, fut autant :

1- côté alliés, celle des contingents indiens se battant sous uniforme britannique.
2- coté Axe, celle des effectifs de l’Armée nationale indienne, se battant du côté japonais, qui se montaient à environ 40.000 hommes, répartis en trois divisions, essentiellement des partisans de Subhas Netaji5 Chandra Bose, l’un des principaux dirigeants indépendantistes indiens à l’époque de la colonisation britannique.
2- face à eux, temporairement côté brit, celle de l’Armée nationale birmane du Bogyoke (major-général) Aung San, le père d’Aung San Suu Kyi.
3- celle de la Guómín Gémìng Jūn6, les forces nationalistes chinoises.

À noter que les Anglo-américains firent toujours peu de cas des pertes et des sacrifices des combattants locaux. Comme ils le firent en Corée et en Asie du Sud-Est, par la suite.

| Q. Bon revenons à nos djihâdistes, selon vous, que faut-il en faire, concrètement ?

Jacques Borde. Déjà, pour prendre un exemple précis : laissons Russes et Syriens faire ce qu’il faut à Idlib. Ce sera un bon début.

Plus généralement, ce qu’en a fait, en Birmanie, Tatmadaw7. Liquider un maximum des Unlawful combatants8 du Harakah al-Yaqin-ARSA9, qui n’est qu’une filiale de DA’ECH. Voir tous, si possible. Et ne jamais laisser revenir ceux qui auront fui. Même si tel est le souhait de la gauche financiarisée esclavagiste. À la recherche de bras par eux supposés dociles

Et, de grâce, laissons Irakiens, Syriens, Tchadiens, etc., user des moyens qu’ils jugeront opportuns pour paver la via sacra de leur salut. Qui, soit dit en passant, est aussi le nôtre.

| Q. Donc, quelque part, les djihâdistes ne seraient pas des musulmans ?

Jacques Borde. Si. Et après ? Comme les Nazis étaient catholiques et protestants notamment. Est-ce que ça nous a empêché de les tuer de toutes les manières possibles ? Y compris souvent après leur capture et/ou reddition ? Sans parler de l’Empire du Soleil Levant et de ces deux astres de mort ! Mais, je n’aime pas le terme de djihâdiste, qui ne veut pas dire grand-chose.

Oui, ce sont des musulmans. Mais d’un Islam génocidaire et donc inacceptable. Point final.

Je m’étonne de cette volonté absurde à ne vouloir qu’un Islam en face de nous. N’avons-nous pas dans ceux qui suivent les enseignements de Paul et de Jésus, déjà, trois courants historiques : le Catholicisme, le Protestantisme et l’Orthodoxie ?

Ensuite, désolé, je me contrefiche totalement de catégoriser et de sous-catégoriser l’Islam takfirî. Celui-ci doit disparaître et ses fidèles avec. Pour y parvenir, ce sont pas les armes de destruction massive qui font défaut à nos arsenaux. Si besoin était. Ou, plutôt, lorsque nécessité sera.

| Q. Laisser faire à Idlib, jusqu’où ?

Jacques Borde. Jusqu’où le commandement militaire en charge des opération jugera bon d’aller. Sans restriction aucune.

Quand je vois les mines épanouies et heureuses de ces jeunes Syriennes filmées par Thierry Mariani et sa délégation du RN à Damas, cela ne peut que me conforter dans ce que je vous dis. Ya Bachar ! Ya Asma ! Ya Suriya ! Ya Loubnan !

Allons plus loin : si on (l’Occident, toujours lui) ne s’était pas mêlé de la question afghane sous prétexte d’anticommunisme primaire et soutenu n’importe qui, en serait-on là ? Ah, oui, un dernier mot pour la route : Bientôt, les détenus condamnés pour terrorisme pourront demander un aménagement de peine, ainsi en a décidé le Conseil constitutionnel made in Macronia !…

Notes

1 Armée arabe syrienne.
2 Plus exactement l’Ahnenerbe Forschungs und Lehrgemeinschaft (Société pour la recherche & l’enseignement sur l’héritage ancestral), institut de recherches pluridisciplinaire nazi, créé par le Reichsführer-SS Heinrich Himmler, Herman Wirth et Walther Darré le 1er juillet 1935. Intégré à la SS en janvier 1939.
3 Arthur Travers Harris (13 avril 1892-5 avril 1984), surnommé Bomber Harris (Harris le bombardier) ou, pire, Butcher Harris (Harris le boucher), fut le commandant du Bomber Command pendant la 2ème Guerre mondiale. Il ordonna des campagnes intensives de bombardements stratégiques visant des infrastructures civiles sur le territoire du IIIe Reich et inventa le concept de morale bombing (ou bombardement ciblant le moral) : des bombardements massifs de populations civiles et de réfugiés dans le but de les démoraliser, en violation des lois de la guerre. Les opérations menées contre les populations civiles désarmées en exécution de la Directive sur le bombardement de zone du 14 février 1942 (ou Directive générale N°5 (S.46368/111. D.C.A.S) n’ont pas été poursuivies comme crimes de guerre.
4 Ou Armée impériale japonaise.
5 Ou Chef respecté.
6 Ou Armée nationale révolutionnaire (ANR), constitua d’abord la branche armée du Kuomintang, avant de devenir l’armée officielle du gouvernement national de la 1ère République de Chine (non-communiste).
7 Ou Forces armées de la République de l’Union du Myanmar. Placées sous l’autorité du ministère birman de la Défense, elles se composent comme suit : Tatmadaw Kyee (armée de Terre), Tatmadaw Yay (marine), Tatmadaw Lei (armée de l’Air), Myanmar Yae Tat Phwe (police militaire), et des Na Sa Kha (Forces frontalières).
8 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. Défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
9 Ou Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), mouvement terroriste takfirî lié à DA’ECH et dirigé par Ataullah Abou Ammar Jununi.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Le Gambit de Di Maio en trois questions…

| Italie | Géopolitique | Questions à Jacques Borde | Un dernier petit suspense, le …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer