Accueil / Verbatim / Le Kulturkampt takfirî une forme de guerre ? Mais aux yeux de qui ?…

Le Kulturkampt takfirî une forme de guerre ? Mais aux yeux de qui ?…

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

D’une manière plutôt démonstrative & dialectiquement imagée, le président des États-Unis, Donald J. Teflon Trump, nous aura administré la réalité de l’engagement contre le terrorisme nazislamiste qu’on aura vainement attendu de l’ex-président B. Hussein Obama ainsi que de sa calamiteuse US Secretary of State, HiLIARY R. Clinton. Quid, des autres Occidentaux ? Qui des uns & des autres mouille son treillis pour de vrai ?

« Quand on tue au nom d’Allah, cela n’a rien à voir avec l’islam c’est un déséquilibré, mais quand on blesse deux musulmans là on ne dit pas que c’est un déséquilibré mais un ancien candidat FN »
Éric Zemmour, sur Cnews.

| Q. Les choses ne seraient-elles pas en train de changer, quant au phénomène migratoire, notamment ?

Jacques Borde. Effectivement, le cinoche immigrationniste, en dépit de l’alignement médiatique européisto-centré, connaît de plus en plus de ratés.

Ainsi, le Parlement européen, The big machine réunie en session plénière à Strasbourg a infligé un cinglant revers au Crime organisé immigrationniste et à ses hommes liges de l’appparat de l’UE. En fait, pour être précis, ce sont les ONG de la gauche financiarisée esclavagiste, agissant en Méditerranée, qui ont été désavouées.

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. La résolution Opérations de recherche & sauvetage en Méditerranée, portée par les socialistes et le groupe Renew, alliés de… Emmanuel Macron, a été rejetée sur le fil. La gôôôche et les Libéraux avaient pourtant reçu en grande pompe, début octobre 2019, à Bruxelles, le capitaine du navire-pirate immigrationniste Sea Watch-3, Carola Rackete.

Aujourd’hui, changement de cap, qui sait ? Le Parlement européen a mis Rackete et ses complices en garde. En agissant au plus près des côtes libyennes, parfois jusque dans les eaux territoriales, ces ONG, reconnaît enfin Bruxelles, font le jeu des trafiquants d’êtres humains.

En clair, leur agenda n’est pas humanitaire mais politique : ces tenants du Crime organisé immigrationniste veulent imposer l’immigration massive à l’Europe !…

| Q. Dans vos reproche à la doxa takfirî, diriez-vous qu’elle s’assimile à une forme de racisme ?

Jacques Borde. Plus que ça en fait. Beaucoup de racistes – voir le côté, heureusement exceptionnel, de l’attaque visant la Mosquée de Bayonne, que, biens sûr, tous nous condamnons – parlent, braillent, insultent, mais très peu passent à l’acte.

A contrario, l’adepte de la doxa takfirî, dès qu’il en a la possibilité – voir tous les crimes contre l’humanité amassés par les Jound al-Khilafah1 d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)2 au cours de sa courte existence dans leur califat – passe à l’acte à l’échelle la plus vaste possible.

Pour être plus direct, le terroriste nazislamiste fait plus dans l’épuration ethnique que dans la simple ratonnade ! Ceux qui, dans toute l’Europe, poignardent, écrasent et égorgent ne s’arrêtant que sous les tirs des forces de l’ordre et jamais de leur plein gré.

Sans parler de ceux qui ont l’art et la manière de porter (sic) et galvauder le discours sectaire de la doxa takfirî.

| Q. Et, dans ce registre, vous pensez à quelqu’un en particulier ?

Jacques Borde. Oui et non.

Notez, cependant que, dans le débat, fort intéressant au demeurant, entre Yassine Bellatar et Éric Zemmour chez Praud, ce qui était tout de même choquant dans le discours de Bellatar, c’est son obsession de la race.

| Q. Dans quel sens ?

Jacques Borde. Bellatar a renvoyé Zemmour avec une insistance obsessionnelle à ses supposés traits d’Arabe (???). Que jamais il n’aurait une tête de Français de souche, que jamais il ne pourrait être accepté. Qu’Éric Zemmour lui faisait penser, pour reprendre ses propres termes, à son épicier de quartier.

Remercions, au passage, Yassine Bellatar pour sa définition sociologique ô combien scientifique de l’épicier de quartier. Mais à l’impossible nul n’est tenu.

Pour le reste, cette assignation à une identité raciale fantasmée est :

1- absolument odieuse.
2- plutôt révélatrice.

Bellatar parle en ces termes comme s’ils coulaient de source, allaient de soi. Alors qu’il s’agit de la forme de racisme la plus avérée et la plus nuisible en vigueur dans notre pays. En fait, tous ceux qui font preuve de faiblesse, voire plus, vis-à-vis, du discours takfirî cultivent le racisme, sont les vrais racistes de notre époque.

| Q. Dont Bellatar ?

Jacques Borde. Aucune idée. Il serait intéressant de lui poser la question.

Ce qu’en revanche, j’aimerai que ce monsieur m’explique, c’est ce qu’il entend par : « Nous, les musulmans, ne sommes pas dans un projet d’assimilation. La France doit s’habituer au fait que nous restons. Si vous ne nous aimez pas, nous avons préparé nos enfants ». Préparés à quoi au juste M. Bellatar ?

Parce que quand, je vois ces vidéos récurrentes de ces rejetons de la doxa takfirî égorgeant des prisonniers à la chaîne, je me pose quelques questions !…

Sans parler de ce mépris permanent – en clair de l’antisémitisme – affiché vis-à-vis de nos compatriotes juifs…

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. Oser comparer les échanges acerbes d’élus du RN avec cette femme (dénommée Fatima, ce me semble) – ostensiblement bâchée à la wahhabî et non simplement voilée comme a cru bon de le dire Éric Zemmour, donc violant ostensiblement les lois de le République – avec le drame immense des Juifs européens lors de la 2ème Guerre mondiale est inacceptable, mais révélateur.

Comme l’a justement fait remarquer Kelly Betesh, sur sa page Facebook :

« Ce genre d’image, en plus d’être aberrante, est complètement indécente. Les musulmans ne sont ni dans des camps de concentration ni humiliés comme les Juifs l’ont été en 40 ! Ils s’imposent eux-même le port du voile en France alors que dans de nombreux pays musulmans, les femmes cherchent à s’en émanciper. En France, ‘l’islamophobie’ tant décriée ne tue PERSONNE. Tandis que l’islamisme a réimporté l’antisémitisme et tué de nombreux Français ces dernières années, parce que Français ou parce que juifs. Il faut arrêter d’inverser les victimes. Ça suffit ! »

Il est même étonnant que ces propos n’aient pas davantage attiré l’attention de nos magistrats d’habitude plus réactifs dans leurs rappels à l’ordre et la rigueur républicaine.

| Q. Et, vous êtes toujours aussi critique quant aux modalités de notre lutte contre le terrorisme ?

Jacques Borde. Oui. Et pas qu’un peu.

Un exemple vous éclairera : la vidéo (55 secondes) de l’Interpellation de l’islamiste à Grenoble montre que, pour lui, le tir de LBD n’a pas été dirigé vers la tête… Moralité, vaut mieux :

1- porter deux couteaux.
2- menacer de mort autour de vous.
3- que ces menaces fassent clairement de vous un Unlawful combatant3 qu’un Gilet jaune pour garder ses yeux intacts !…

| Q. Mais, que faire ?

Jacques Borde. Déjà, comme l’a noté Jean-François Touzé :

« Seulement seize déchéances de la nationalité prononcées en dix sept ans, dont treize pour terrorisme. Une goutte d’eau dans l’océan de la dislocation française. Rappelons qu’en raison des conventions internationales qui interdisent de « fabriquer » des apatrides, seuls, en théorie, peuvent être déchus de la nationalité les bi-nationaux. Des conventions que la droite nationale au pouvoir devra dénoncer le jour venu pour retrouver sa liberté d’agir, de déchoir et d’expulser. Ce qui sera d’autant plus aisé que si la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 indique bien que « tout individu a droit à une nationalité », il ne s’agit que d’un texte à portée philosophique et non contraignant, et que si la France a signé la Convention onusienne de 1961 relative à la réduction des cas d’apatridie et celle du Conseil de l’Europe de 1997, elle ne les a pas ratifiées ».

| Q. Ce qui, en clair, signifie ?

Jacques Borde. Un texte non-ratifié n’a aucune valeur contraignante et rien n’oblige qui que ce soit à le mettre en application.

Citons encore Jean-François Touzé :

« Nous aurons ainsi toute liberté de prendre les décisions qui s’imposent. Pas seulement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, mais dans celui, global, de la reconstruction identitaire de notre Pays ».

| Q. Et, l’attentat de la Mosquée de Bayonne ?

Jacques Borde. Je condamne, comme toutes les personnes censées. Mais, ne jamais oublier :

1- le terrorisme takfirî, c’est plus de 263 morts en France entre 2012 et 2019.
2- le terrorisme « blanc ouin-ouin c’est les fachos« , c’est 2 musulmans blessés.

En revanche : quelle réactivité, quelle rapidité de la part de nos media mainstream ! Subito, illico le nom, la photo du quidam !!!

Oui, en temps ordinaire – on se demande bien pourquoi – sont beaucoup moins réactif les media aux ordres !

D’ailleurs j’attends toujours l’identité du dégénéré de Saint-Raphaël qui s’est enfermé dans un musée (dégâts et menaces ) et qui a nécessité l’intervention du GIGN !…

Par ailleurs, comme l’a rappelé Sébastien Bousquet‎, sur sa page Facebook :
« Nous avons pris connaissance que l’auteur des faits a été candidat lors des élections départementales 2015 dans le département des Landes. À l’issu du scrutin, ce dernier a été écarté de sa fédération départementale pour avoir tenu des propos jugés contraires à l’esprit et à la ligne politique du Rassemblement National (RN). Il n’a, depuis, plus participé à la moindre action du mouvement et n’est plus adhérent. Cet acte barbare est contraire à l’ensemble des valeurs portées et défendues par le Rassemblement National, il doit être traité avec la sévérité la plus totale ».

Je ne vois rien à ajouter à ces lignes.

Ah, si une chose : à votre avis, le papy qui a attaqué la mosquée de Bayonne va-t-il être qualifié de « déséquilibré » ?

Notes

1 Ou Soldats du califat. Terme officiel de DA’ECH pour qualifier ses combattants armés. Vient en droite ligne de Jound al-Khilafah fi Ard al-Jazair, groupe armé terroriste salafiste, qui s’est fait connaître par l’assassinat d’Hervé Gourdel. A fait scission d’AQMI (officiellement en septembre 2014) et prêté allégeance à DA’ECH.
2 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
3 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

L’Après-Harpon : Sidération + Incompétence = Rien, nada, niente !… [2]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | De quoi l’Affaire Harpon – pourtant …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer