Accueil / Verbatim / Entre Défausse & Victimisation : Quand le Régime de Paris (sic) se décidera-t-il à entrer en guerre ? [1]

Entre Défausse & Victimisation : Quand le Régime de Paris (sic) se décidera-t-il à entrer en guerre ? [1]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Décidément, rien n’y fait. Même confrontée au terrorisme takfirî à la Préfecture de police de Paris, l’administration Macron – pourtant à peine lancée l’exhorte élyséenne à propos de l’hydre islamiste (sic) – se refuse toujours à se mettre en ordre de bataille contre l’ennemi intérieur que représentent les 5e Colonnes des Unlawful combatants de DA’ECH. Jusqu’à quand ceux qui font mine de nous (si mal) diriger se vautreront-ils dans cette obscène & indigne défausse, doublée d’une Victimisation communautariste d’inspiration pétrogolfique ?

« Sur les événements à Mantes-la-Jolie, le guet-apens organisé autour d’une petite patrouille de police par une centaine de racailles, moi, vu un peu ce qui se disait sur les réseaux sociaux, les gens de tous horizons étaient absolument unanimes. Vous avez un guet-apens de 100 barbares, la police américaine aurait tiré à balles réelles pour bien moins que ça ».
Zineb El-Rhazoui1, dans L’heure des pros.

| Q. La doxa takfirî est-elle le fait de gens intellectuellement crédibles, voire sains d’esprit ?

Jacques Borde. C’est selon. Mais, il ne faut jamais mépriser ou mésestimer l’autre camp. Comme le font, par exemple, les Occidentaux avec le Cumhurbaşkanı2, le très naqshbandi3 Reccep Tayyip Erdoğan.

Au-delà, Comme l’a relevé le Daily Mail Online, nous rappelle Eber Haddad « … c’est amusant… le Pakistan, le pays le plus homophobe au monde est le nº1 mondial pour la recherche de pornographie homosexuelle sur Google ! Et au Pakistan, c’est la ville la plus stricte religieusement et moralement et la plus conservatrice, Peshawar, qui est en tête pour ce genre de recherche ! Alors que des villes plus cosmopolites comme Lahore ou Karachi sont « moins bien » classées… ».

Pas, non plus, besoin d’aller si loin pour trouver des cas intéressants d’aliénation mentale.

Ainsi, note Jean Messiha, « Sur FranceculturePapiers RadioLivre, Sibeth N’Diaye affirme que « l’Islam est profondément compatible avec la République ». Tellement ‘profondément’ que ça commence à devenir douloureux pour la République ».

Comme quoi !

Mais, hélas, c’est à se demander, s’il n’y pas des cas plus graves que celui de damoiselle Sibeth, la si bien nommée (phonétiquement parlant).

| Q. Là, vous pensez à qui ?

Jacques Borde. Au Premier ministre Édouard Philippe, en tout premier lieu.

Car, comme l’écrit si justement, Jean-François Touzé :

« Après Issy-Saint-Léger, Champigny-sur-Marne, Étampes, Émerainville, Grigny, Les Mureaux, Mantes-la-Jolie, Trappes, en région parisienne, mais aussi Toulouse ou Béziers, les scènes de guérilla urbaine qui viennent de se dérouler à Chanteloup-les-Vignes, dans les Yvelines, ne sont que les premiers feux d’un embrasement général qui viendra tôt ou tard. Qualifier, comme vient de le faire le Premier ministre Édouard Philippe, cette flambée de guet-apens contre la police et les pompiers de « violences commises par de petites bandes d’imbéciles et d’irresponsables » relève au mieux du déni, au pire du foutage de gueule. Dans les deux cas, l’impuissance de l’État à maintenir l’ordre en usant, avant qu’il ne soit trop tard, de tous les moyens de répression nécessaires, est criminelle car elle ouvre grand la porte aux prémices d’une guerre qui, pour se dérouler sur notre sol, ne sera pas, pour autant, une guerre civile. Les bandes ethniques organisées et offensives qui passent désormais délibérément à l’action le font par haine globale et viscérale de la France. Une France qu’ils rêvent de voir à feux et à sang.Nous n’en sommes encore qu’au stade de la répétition générale. Quand la pièce se jouera il sera trop tard pour regretter de n’avoir pas agi a temps ».

Sinon, vous avez Attali qui nous lance que les racines de la France sont… musulmanes.

Sauf que mort de Clovis en l’an 511… Naissance de Mahomet en l’an 570, soit une soixantaine d’années plus tard.. Fin du game. Mais pour Attali, l’Islam aurait été présent en France avant la chrétienté, et ce avant même la naissance de son créateur Mahomet…

Elle est pas belle la farce ?…

Demain l’Attilattali (sic) nous expliquera que l’Islam était déjà présent au temps des dinosaures… Voir même au moment du Big-Bang.

L’Islam est née en 622 à La Mecque, à 6.000km de Paris. Une paille !

Le Christianisme est arrivé en Gaulle en l’an 177. Quand la France est devenue une nation, en 481, cela faisait 304 années que le Christianisme était présent. Chronologiquement, l’Islamisme est né 141 ans après et a fait éruption en France 527 ans après le Christianisme. Ce n’était d’ailleurs pas un apport culturel ou civilisationnel mais une tentative d’invasion échouée.

C’est seulement à la fin de la 2ème Guerre mondiale que se sont installés en nombre des immigrés musulmans, au nombre de 130.000. Et, c’est seulement en 1926, comme rappelé par Éric Zemmour sur CNews, qu’à été inaugurée la Grande mosquée de Paris.

Le plus vieux cimetière musulman (Carré musulman) a été inauguré en 1937.

Non, l’islamisme n’était pas présent en France avant le Christianisme !

Non, les racines de la France ne sont pas musulmanes !

C’est à cause de ce type de discours que les allogènes d’obédience islamiste pensent qu’ils ont le droit d’étaler leur religion dans l’espace public. Par ses déclarations, Jacques Attali est, lui, un danger pour l’ordre public !

| Q. Et, du coup, ce débat lancé par l’administration Macron sur la Seine Saint Denis, vous en dites quoi ?

Jacques Borde. Un écran de fumée, en fait. Quelque part, une forme de Déception, comme disent les Services de Renseignements (SR).

Quant au fond, rappelons à quelques oublieux que la Seine Saint Denis, c’est aussi ce département le plus pauvre de France où vous avez des chômeurs au RSA qui se baladent en Ferrari ou, pour certains plus démunis, en Mercedes-Benz Classe SLK !…

| Q. Le Prexit, sinon, ça vous parle, comme phénomène ?

Jacques Borde. Oui. Et pas qu’un peu.

C’est le phénomène qui pousse de plus en plus de Parisiens à délaisser la capitale : ParisEXIT. Ce que j’ai fait, il y a un ans, sans beaucoup de regrets, je vous le confesse…

| Q. Pourquoi ?

Jacques Borde. Dans mon cas, la lassitude. Celle de vivre dan un mix de Chicago des années trente et de zone de Charia nazislamiste. Avec, notamment ses transporte urbains devenus des fiefs de la doxa takfirî avec le soutien de syndicats de gôôôche corrompus et vendus jusqu’à l’os.

À se demander, d’ailleurs, si des ministères plus régaliens encore ne sont pas tout ayant infectés. Voire plus.

| Q. Et, là, vous pensez auxquels ?

Jacques Borde. Disons que je nourris de plus en plus de doutes quant au ministère de l’Intérieur.

Ainsi, notez qu’invitée sur le plateau de BFM-TV, notre si estimée consœur Zineb El-Rhazoui a démonté le politiquement correct instauré après l’attentat à la Préfecture de police de Paris, perpétré par Mickaël Harpon, technicien des SR de ladite Préf, la DRPP..

Alors que tout le monde tournait autour du pot pour éviter les sujets qui fâchent, Zineb El-Rhazoui, journaliste, menacée de mort par les nazislamistes rappelons-le, n’a pas hésité pas à mettre le doigt sur ce qui dérange : « Le problème c’est aussi l’extrême complaisance envers l’islamisme ».

Voyant le malaise des invités sur le plateau, Zineb El-Rhazoui, a poussé plus avant son argumentaire, en rappelant que la mosquée fréquentée par le Unlawful combatant4 Harpon ne se privait pas d’inviter Youssef Baouendi, le chef du bureau de la Ligue islamique mondiale à Mantes-la-Jolie. Is fecit cui prodest ?

À part ça, l’attentat de la Préf. de police n’aurait rien à voir avec le terrorisme nazislamiste wahhabî !…

Au passage, quid de ces returnees blessés touchent l’Allocation adulte-handicapé (AAH). À quand la pension de guerre ?

| Q. Mais, je me fais l’avocat du diable, ou plutôt de Shaïtan, les invectives et les mises en cause ne font-elles par partie du débat ? Et ce depuis toujours.

Jacques Borde. Certes. Mais, dans le passé on pouvait critiquer le communisme et même le combattre sans pour autant être systématiquement accusé d’être responsable du terrorisme ou des guerres tout autour de la planète, même si bien sûr ce n’était pas facile et qu’on risquait d’être traité de chien (voire de… trotskyste) et de se faire traîner dans la boue. Mais :

1- on n’avait pas le sentiment de risquer sa vie en le faisant.
2- on n’était pas en permanence soumis à une guérilla judiciaire – merci une certaine magistrature kollabo – qui menaçait votre carrière.
3- personne ne vous menaçait de mort. Sauf quelque canidés gauchisants de salon aboyant mais trop lâches pour mordre vraiment.
4- aucun tenant de cette doxa marxiste-léniniste (ou très rarement) – comme cela vient d’être le cas pour Éric Zemmour devant les locaux de CNews – ne venait vous agonir de propos antisémites au pied de votre lieu de travail.

A contrario, il semble bien que parmi les Islamos faisant profession de la promotion de l’Islam en tant que projet politique radical, il y en a qui sont plus susceptibles que les communistes ne l’étaient naguère, plus chatouilleux et plus prêts à recourir à la violence lorsqu’on critique leur courant politico-religieux nazislamiste.

Leurs opposant, qualifiés d’islamophobes par les tenants de cette doxa takfirî et leurs compagnons de route islamo-gauchistes à la sauce Mélenchon, eux, me semblent infiniment moins susceptibles lorsqu’on critique leurs points de vue, et non enclins du tout à la violence.

Last but not least, il ne faut pas inverser les situations. Le score (sic) est de 263 à zéro, ne l’oublions pas.

Ceci sans parler de ceux des nôtres combattant la terreur takfirî.

| Q. Nos militaires ?

Jacques Borde. Oui, notamment. Depuis l’an 2000, au moins 232 soldats français sont morts en OPEX/opérations extérieures.

Chiffres qui ne décomptent que les morts officielles et, par définition, ne prennent pas en compte les décès qui n’ont pas été rendus publics, par exemple lors d’opérations secrètes des forces spéciales… ou des hommes du service Action de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

En cette période de Toussaint, nos pensées vont à leurs familles.

Notes

1 Vraie journaliste ayant échappé au massacre de Charlie-Hebdo.
2 Ou Président de la République de Turquie.
3 Soit membre de haut vol de la Tariqa naqshbandiyya, une des quatre principales confréries soufies. Elle tire son nom de Khwaja Shâh Bahâ’uddîn Naqshband, qui est considéré comme son maître, bien que ne l’ayant pas fondée. Abû Ya’qûb Yûsuf al-Hamadânî, né en 1140, et ‘Abd al-Khâliq al-Ghujdawânî, né en 1179, sont les fondateurs des principes de cette voie soufie. Le soufisme compte 41 branches initiales de confréries soufies, dont 40 tirent leurs secrets spirituels de Ali ibn-Abi Talib, le gendre du prophète. Les Soufis expliquent ce fait par cette tradition prophétique (hadith) rapportée par Tirmidhi où Mahomet dit : « Je suis la cité de la science et Ali en est la porte ». L’initiation d’Ali a été faite par le dhikr (évocation, mention, rappel, répétition rythmique, du nom de Dieu) Lâ ilâha illa-llâh, en français : Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité autre que Dieu (tawhid).
4 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

L’Après-Harpon : Sidération + Incompétence = Rien, nada, niente !… [3]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | De quoi l’Affaire Harpon – pourtant …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer