Accueil / Verbatim / Kulturkampf & « french Deep State » (sic) : Les Racines de quel mal, au juste !… [3]

Kulturkampf & « french Deep State » (sic) : Les Racines de quel mal, au juste !… [3]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Entre mensonges, forgeries, victimisation & inversion permanente du discours, rien n’arrête les tenants, partisans & idiots utiles de la doxa takfirî, alors que les Unlawful combatants alignent les victimes, des trottoirs de nos villes aux couloirs de la Préfecture de police. À les entendre, a contrario c’est, bien sûr, la communauté musulmane de France qui est victime de discriminations (sic). Quid, au juste, de ceux cibles de coups de couteaux, sabres, cutters ou haches ? Ah, oui, c’est vrai, ceux-là sont les victimes – un brin provocatrices, bien souvent – de déséquilibrés !… Épisode 3.

« On a présenté cette manifestation comme étant contre l’islamophobie. Moi j’y ai surtout vu une invitation à faire la promotion de la religion musulmane ! ».
Michel Onfray.

« Des personnes qui ne sont pas invitées sur notre sol défoncent la porte de la maison France, ont accès au frigo, à la pharmacie et à la carte bleue des Français et quelques fois nous mettent un coup de couteau pour nous remercier de notre hospitalité ».
Julien Odoul, sur Cnews.

| Q. Bon. Et que faire au sujet du voile ?

Jacques Borde. L’interdire purement, simplement et totalement. Après si des jeunes filles et des femmes veulent porter des casquettes, bonnets, bandanas, etc., libre à elles !

| Q. La Manif contre l’islamophobie du 10 novembre 2019, votre opinion, si vous en avez une ?

Jacques Borde. Quelle Islamophobie ? De quoi nous parle-t-on à la fin ?

Savez-vous que dans ce pays les juifs se font agresser 49 fois plus que les musulmans et les chrétiens 10 fois plus ? Que nos 11 compatriotes juifs tués depuis 2006 l’ont tous été par des musulmans ! Alors, soyons francs : parlons plutôt de Marche pour l’islamisation.

Mais, cette controverse sur l’Islamophobie nous aura réservé des surprises auxquelles je ne m’attendais pas…

| Q. Quoi donc ?

Jacques Borde. BHL, qui, sur CNews, a estimé :

1- qu’il n’a pas l’islamophobie en France.
2- que le CCIF ne devait pas être dans la manifestation contre une islamophobie qui n’existe pas.
3- qu’il s’agissait d’une manifestation anti-républicaine.
4- que la religion musulmane doit être comprises comme les deux autres religions révélées et non pas traitée comme sil elle leur était supérieure.
5- que la manifestation en question prônait bien un Islam politique radical.
6- qu’il y a beaucoup plus d’actes anti-juifs et anti-chrétiens que d’actes antimusulmans.

Du coup – à croire que la France est officiellement terre de Charia – le dhimmî médiatique1 de service s’entretenant avec BHL (qui ne s’attendait pas à ça) a coupé la parole à l’icône de la Nouvelle philosophie.

| Q. Que pensez-vous de la participation de ladite manifestation ?

Jacques Borde. Au bout du compte, bien qu’inquiétante, plutôt décevante. Donc un échec relatif.

Ce happening ad usum wahhabî avait bénéficié :

1- de la retape de toute la bien-pensance droit-de-l’hommiste.
2- du soutien de la gauche financiarisée.
3- du travail en amont de toute la dhimmîtude médiatique, communiquant comme un seul janissaire.

En sus, toutes les gagneuses du syndicalisme stipendié2 avaient décidé d’y faire le trottoir en compagnie de tous les idiots utiles de l‘islamo-gauchisme germanopratin rameutés au coup de sifflet des porte-voix de la doxa takfirî.

Et, malgré tout ça, seulement 13.000 personnes dans la rue. Moins qu’un seul syndicat crypto-communiste à lui tout seule en temps normal. À noter la présence plutôt réduite de manifestants issus de la diversité (sic) comme on dit et l’absence, totale, de Black blocs. Et – rapport de cause à effets, sans doute – pas de pillages en règle.

À ce stade, évidemment, se (re)demander pour qui roulent les Black blocs.

| Q. Carrément ?

Jacques Borde. Tout à fait.

Sinon, je pense que des personnalités de gauche authentiques (si, si, ça existe), échaudées par de précédentes expériences, ont dû préférer rester chez elles. Comment ne pas leur donner raison, compte tenu :

1- des soutiens affichés à des organisations terroristes.
2- de la présence de groupies de Tariq Ramadan.
3- des cris de haine antisémites entendus tout au long du cortège.
4- l’omniprésence de slogans usités par les organisations terroristes nazislamistes.

| Q. À ce propos d’antisémitisme, quid de cette mère voilée ayant affublé sa petite fille d’une étoile jaune ?

Jacques Borde. Encore et toujours ce mépris pour nos compatriotes juifs et ce qu’ils ont enduré.

Là encore, soyons redevable à Zineb El Rhazoui qui, à plusieurs reprises sur nos plateaux TV a, seule, dénoncé la réalité de cet antisémitisme takfirî. Qui, en revanche, ne semble guère préoccuper nos rédactions de la la dhimmîtude médiatique.

| Q. Ces images de policiers contribuant au bon déroulement de prières de rue ?

Jacques Borde. Les bras m’en tombent. Depuis quand la Charia a-t-elle remplacé les lois la République ?

Pour la forme, rappelons que les prières de rue sont illégales en France. À quand des motards de la Gendarmerie (encore?) nationale ouvrant la route à des go fast transportant des chargements de drogue ? Ou à des truands après un braquage ?

Mais le Kulturkampf takfirî c’est, pour beaucoup de nos compatriotes surtout un quotidien de population occupée…

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. Ces agressions gratuites (sic), « pour rigoler », notamment.

En fait, ce sont des agressions sectaires qui visent quasi-exclusivement des non-musulmans. Ce sont clairement des micro-attentats dont l’objectif est de terroriser la population pour asseoir une domination par la violence, à défaut de pouvoir l’asseoir par des véritables valeurs ou qualités.

Un livreur de Presse Portage, ainsi agressé et humilié, a finalement déposé plainte. Il a eu une journée d’ITT après l’agression. Il a été insulté, frappé et ses lunettes cassées. Évidemment, il ne se passera rien judiciairement parlant. Pas damalgam et tutti quanti.

| Q. À propos de l’Europe de Bruxelles, vous parlez souvent de Munich et de dirigeants munichois, vous pourriez développer ?

Jacques Borde. Mieux que ça, je vais vous donner un exemple :

Janvier 1933 : le NSDAP (les nazis, pour les incultes) arrive au pouvoir.

Octobre 1933 : Hitler, désormais chancelier, fait sortir le Reich de la Société des nations (SDN, l’ONU de l’époque en aussi peu compétente et pourrie), et lance un vaste programme de réarmement, en violation patente du Traité de Versailles, ce conformément à son programme politique énoncé dans Mein Kampf.

Réaction de la bourgeoisie réformiste française, selon vous ?

Le 14 novembre 1933 : devant l’Assemblée nationale, Léon Blum – que l’opposition de droite accusera de trahison – défend la politique de désarmement et rejette tout forme d’action préventive. Décidément se coucher devant Berlin est une vieille habitude pour la gauche financiarisée française !…

| Q. Quand vous dites qu’en France, on marche sur la tête, vous pensez à quoi ?

Jacques Borde. Là encore, un exemple sera très parlant : la mère de Mohammed Merah, le terroriste nazislamiste de Toulouse pour ceux qui l’auraient oublié, bénéficierait d’un logement payé par la justice. Ce afin d’être à côté de son second fils, incarcéré en Région parisienne. Qui a dit que le crime ne paie pas ?

Question subsidiaire : l’a-justice française (sic) a-t-elle été aussi généreuse avec les familles des militants nationalistes corses ?

Pour le reste, lorsqu’un journaliste, nettement identifiable par la mention « Press » inscrite en gros caractères sur sa poitrine, reçoit une grenade (LBD40?) au visage qui fait exploser son masque de protection, il n’y a que deux explications possibles :

1- le tir est volontaire et ciblé, en quel cas les responsables hiérarchiques de l’opération doivent être sanctionnés.
2- c’est un accident, les balles de LBD et les grenades assourdissantes frappent au hasard, dans quel cas il faut interdire tout usage de ces armes de guerre car ce sont des innocents, la plupart du temps, qui en sont victimes.

Déjà, jeune étudiant, le tir tendu avec ce type d’arme était déjà prohibé (quoique fréquemment appliqué).

En fait, ces armes de guerre sont, de toute évidence, inappropriées au maintien de l’ordre et devrait être réservées à la lutte contre la vraie criminalité. En clair celle des zones de Charia et de non droit.

Dans tous les cas l’administration Macron endosse la responsabilité totale de toutes les blessures occasionnées lors des manifestations des Gilets jaunes.

Notes

1 Au siècle dernier avait court le terme de journaliste.
2 Pléonasme, diraient certains.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Le Gambit des Trois Lunes : jusqu’où ira Erdoğan ? [4]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | Avec la stupidité (désolé, je …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer