Accueil / Verbatim / Le Takfir, Tel qu’il se parle ! Ou la Novlangue de la Dhimmîtude médiatique ! [1]

Le Takfir, Tel qu’il se parle ! Ou la Novlangue de la Dhimmîtude médiatique ! [1]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Depuis un certain temps, voire un temps certain, il est à noter que le cloaca mediatica occidental – ou nos dhimmî de plume (ou de clavier, si vous préférerez) – nous imposent, a contrario de la réalité des faits, des bizarreries de langage pour le moins surprenantes. Ainsi, un terroriste nazislamiste ayant participé aux sanglants attentats du métro de Moscou devient, sous leur plume pervertie mais experte (je cite) : « un ancien combattant séparatiste ». Nommer l’ennemi – & par effet miroir, ses alliés & voire commanditaires – fait partie de l’art de la guerre. Alors, bienvenue, wilkommen, welcome à la novlangue de notre Dhimmîtude médiatique. Apparemment, c’est comme pour le préfet Machin : nous ne sommes vraiment plus dans le même camp ! Épisode 1.

« Eh bien ! quoi de plus agréable que de rire au dépend d’un ennemi ? ».
Ajax de Sophocle.

| Q. Un petit mot sur la victoire de Boris Johnson ?

Jacques Borde. Pourquoi pas, cela me semble d’actualité. Là aussi, pas de véritable surprise : la dhimmîtude (servitude) médiatique, née des coucheries de la gauche financiarisée, nous a sorti ses énormités et forgeries en tous genres ad usum Bruxelli, si je puis dire. Las, l’électeur grand-breton (sic) n’en a eu cure et Alexander Boris Bojo de Pfeffel Johnson1, aussi dit Boris ho Mégas2, ex-Secretary of State for Foreign & Commonwealth Affairs3, occupera bien le 10 Downing Street. D’où cet homme de grande culture conduira nos amis britanniques, est-on en droit de l’espérer, à bon port. Comprenez hors de portée des griffes de la voyoucratie prédatrice des Vieillesses junckeriennes (sic) de Bruxelles.

Au passage, une pensée émue pour les sycophantes glaireux4 de C-dans-l’air qui, depuis des mois et des mois, mentent éhontément, émission l’une après l’autre, sur les réalités de la vie politique britannique. Et, de ce fait, ont pris le bouillon dans leur propres turpitudes. Ce, sur toute la ligne, dans leurs analyses (sic) successives. À rappeler ce que cette émission de (supposée) information, se passe dans 99,99% des cas, sans jamais inviter qui que ce soit opposé, même de très loin, à la ligne éditoriale de la chaîne – pro-Trump, pro-Poutine, pro-Bojo, représentants républicains ou conservateurs etc., pour être clair n’y ont pour ainsi dire jamais eu leur place et leur mot à dire –.

Ou, alors, de manière tellement épisodique que cela ne compte guère.

On en voit le résultat !…

| Q. Sinon, un authentique terroriste takfirî, changé en ancien combattant séparatiste (sic). Comment en est-on arrivé là ?

Jacques Borde. Médiatiquement ? Oh, c’est assez simple. En l’espèce c’est la manière dont Challenges a rendu compte de la fin, brutale il est vrai, de Zelimkhan Khangoshvili, « un ancien combattant séparatiste en Tchétchénie âgé de 40 ans, de nationalité géorgienne, a été tué de deux balles dans la tête dans un parc du centre de la capitale allemande alors qu’il se rendait à la mosquée… ».

| Q. Qui a tué Zelimkhan Khangoshvili ?

Jacques Borde. Allez savoir !

Évidemment, beaucoup pensent aux SR russes. Soit dans l’ordre :
1- le Fédéralnaïa Sloujba Bézopasnosti Rossiyskoï Fédératsii (FSB)5, qui aurait été à la manœuvre.
2- ou le Glavnoyé Razvédyvatel’noyé Oupravléniyé (GRU)6, les SR militaires russes.

Zelimkhan Khangoshvili défuncté sur un ordre du Kremlin ? Pourquoi pas ? Bravo, au passage, aux Russes qui, au moins eux, ne laissent pas impunis les crimes des nazislamistes commis dans leur pays et contre leur population…

| Q. Zelimkhan Khangoshvili : des précisions sur le personnage ?

Jacques Borde. Oui, pas de souci.

Zelimkhan Tornike Khangoshvili était un ressortissant géorgien de nationalité tchétchène, ancien commandant militaire de la République (illégale) d’Ichkérie pendant la 2ème Guerre de Tchétchènie et Unlawful combatant7 de haut rang durant la Guerre russo-géorgienne de 2008.

Or, effectivement, Zelimkhan Khangoshvili n’est pas n’importe qui. Le Contre-espionnage russe le tient pour un des responsables d’une partie des attentats terroristes tchétchènes perpétrés dans le métro de Moscou.

| Q. Que doit-on en déduire, selon vous ?

Jacques Borde. Que nous sommes typiquement dans le champ lexical de la bien-pensance victimaire réductrice de la portée des actes des terroristes takfirî par ceux dont le métier est pourtant de nous informer avec un minimum d’objectivité. En fait, ce qui est gênant pour un medium là encore supposé nous informer, tout simplement, c’est que nous somme en plein dans le discours partisan. En l’espèce, Challenges est passé dans l’un des camps – au sens militaire – de la tension dialectique entre nous et la mouvance terroriste.

Quant à savoir, s’ils s’en rendent comptent. À eux de répondre à cette intéressante question…

| Q. Et, vous en avez d’autres comme ça ?

Jacques Borde. Bien sûr. Vous aurez noté qu’à propos de ce qui se passe au Levant syrien, sont systématiquement (ou le plus souvent possible) escamotés des faits essentiels…

| Q. Quoi donc ?

Jacques Borde. Principalement, ceux-ci !

Primo, le fait que les Hêzên Sûriya Demokratîk (HSD)8 et leurs milices armées, soit :

1- le Yekîneyên Parastina Gel (YPG)9.
2- le Yekîneyên Parastina Jin (YPJ)10, sont des projections du Partiya Karkerên Kurdistan (PKK)11. Ce qu’en passant, eux-mêmes ne nient pas.

Secundo, le fait que le PKK fait partie de la liste des organisations terroristes de l’Union européenne (UE).

Pourquoi de tels manquements déontologiques, direz-vous ?

Simple : le narratif occidentalocentré vis-à-vis de la guerre imposée à la Syrie – pour être vendable à un public généraliste et supposé peu averti des choses inhérentes à l‘Orient compliqué – devait être présenté sous une forme édulcorée et épurée de ses angles saillants. En clair, ceux que nous Occidentaux armons, encadrons et soutenons devaient être être retirés du champ lexical terroriste.

Qu’un SR, ou même un gouvernement, use de tels stratagèmes, est monnaie courante et, in fine, géopolitiquement parlant est dans l’ordre des choses.

Ce qui l’est beaucoup moins, c’est que des media en usent de même et se vautrent dans le mensonge et la forgerie sans guère de limites pour accréditer des thèses officielles.

Évidemment, concernant le volet syrien, c’est un peu raté avec les mises au point glaciales – mais factuelles, hélas – du Cumhurbaşkanı12, Reccep Tayyip Erdoğan, qui n’a pas manqué de rappeler urbi et orbi, les liens unissant les miliciens des HSD à leur maison-mère du PKK. Et, par là, le fait que le régime de Paris (sic), dans sa détestation de celui de Damas, ne se privait pas de s’appuyer sur des gens pourtant labellisées par sa propre diplomatie et celle de l’UE comme d’authentiques poseurs de bombes !

Ah, la main de Macron dans la culotte du PKK, pas top !

Remarquez, les politiciens de bas-étage – là, je me réfère à un néologismes de mon invention, celui de pléonècesse (pour pléonasme nécessaire) – ne valent pas mieux !

| Q. Des nom, des noms ?

Jacques Borde. Celui de Jean-Luc Mélenchon, bien sûr. Le primus inter pares de La France insoumise (LFI), qui a réussi à nous sortir à propos du leader travailliste Jeremy Corbyn que celui-ci, par sa défaite, a subi « les oukases des communautaristes du CRIF ».

Délire antisémite qui à fait dire à notre consœur Eugénie Bastié : où est « le rapport [du CRIF] avec les élections britanniques ? ». Effectivement, on se le demande…

Notes

1 Dit Boris Johnson, qui est (souvent) présenté comme un excentrique sorti du néant mais est issu d’une vielle famille de la haute société britannique. Donc, avant tout un homme du sérail.
2 Boris-le-Grand. Capable de réciter en grec ancien des chants entiers de l’Iliade d’Homère.
3 Ou de manière raccourci : Foreign Secretary. Autrement dit le chef de la diplomatie britannique.
4 Citation tirée (sauf erreur de ma part) des Barbouzes. Film de Georges Lautner, sorti en 1964. Dialogues, évidemment, de Michel Audiard.
5 Ou Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie, Федеральная служба безопасности Российской Федерации, ФСБ),
6 Ou Direction générale des Renseignements de l’État-Major des Forces Armées de la Fédération de Russie (Главное разведывательное управление Генерального штаба Вооружённых Сил Российской Федерации).
7 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
8 Ou Forces démocratiques syriennes (FDS) en français.
9 Ou Unités de protection du peuple.
10 Ou Unités de protection de la femme.
11 Parti des travailleurs du Kurdistan.
12 Ou Président de la République de Turquie.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Kulturkampf & « french Deep State » (sic) : Les Racines de quel mal, au juste !… [3]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | Entre mensonges, forgeries, victimisation & …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer