lundi , 23 octobre 2017
Home / Focus / Suprémacisme & Terrorisme ! Pas nécessairement la même chose…

Suprémacisme & Terrorisme ! Pas nécessairement la même chose…

| États-Unis | Terrorisme intérieur |  Jacques Borde |

Avatar du Trump Bashing, les propos de Miss Texas, Margana Wood, auront fait le bonheur du Boboland. Outre qu’ils permettront, qui sait, à Miss Wood de lancer sa carrière, à Hollywood & ailleurs, ils sont, surtout, révélateurs de deux choses : 1- l’abyssal analphabétisme géopolitique de la jeune dame ; 2- la complicité trop évidente des media & lobbies démocrates.
Encore une fois, rappelons deux choses : 1- le Suprémacisme (qu’il soit blanc ou noir) n’est pas en soi une forme de terrorisme ; 2- le terrorisme intérieur est repéré de longue date aux États-Unis & les groupes identifiés comme terroristes sont bien sous surveillance ou monitoring (plus ou moins) efficace des agences fédérales. Petit RetEx de notre part sur ce sujet.

« Il reste quoi ? 6.000 membres du Ku Klux Klan dans notre pays et vous voulez que je considère cela comme une menace ? Les media sont en train de créer ce récit de A à Z et je trouve cela fou que les gens n’aient pas encore compris cela (…). Pourquoi croyez vous que nous n’avons pas entendu parlé de David Duke, du suprémacisme blanc, du KKK durant toute la présidence d’Obama ? Vous croyez qu’ils se cachaient sur terre ? Vous croyez qu’ils n’organisaient pas de meetings ? Ou peut être que les media ne les couvraient pas (…). Les media sont littéralement en train de simuler une réalité et c’est fascinant de voir que les gens tombent dans le panneau (…). Si j’avais su, je n’aurai bien évidemment choisi aucun camp, les loosers. Franchement, tous ces gens impliqués dans cette fausse guerre raciale sont des loosers. Épargnez moi vos statuts, votre culpabilité blanche et votre fierté noire, parce que j’en ai vraiment rien à foutre (…). Je pense que le président a eu raison d’appeler un chat un chat, c’est à dire deux groupes extrémistes. Personne n’est venu pour faire des câlins ».
Candice Owens, blogueuse afro-américaine.

Allons droit au but : la liste (non exhaustive) des organisations relevant du terrorisme intérieure étasunien est disponible sur Internet. Elle évolue à tout moment. Citons-en les principaux avatars :

1- Alpha 66 et/ou Omega qui sont des organisations cubaines anti-castristes ;
2- Animal Liberation Front ;
3- Anti-Fascist Action, ou par abréviation Antifa, la mouvance est bien répertoriée comme adeptes de « violent domestic terrorism activities » par le FBI et le US Department of Homeland Security (DHS)1, classification datant de l’administration Obama est-il utile de le rappeler ;
4- Army of God (AOG), chrétiens radicaux ;
5- Aryan Nations ;
6- Black Liberation Army (BLA), scission radicale du Black Panther Party ;
7- The Covenant, The Sword & Arm of the Lord, groupes radicaux chrétiens ;
8- Earth Liberation Front ;
9- Jewish Defense League (JDL) ;
10- Ku Klux Klan. Le terme KKK est un terme générique. Il ne signifie nullement que toutes les entités s’y référant soient toutes terroristes ;
11- May 19th Communist Organization ;
12- The Order ou Brüder Schweigen ou encore Silent Brotherhood, groupe suprémaciste blanc.
13- Phineas Priesthood, groupe suprémaciste blanc & chrétien ;
14- Symbionese Liberation Army ;
15- United Freedom Front ;
16- Weathermen, ou Weather Underground Organization (WUO).

Juridiquement et légalement, les termes suprémacisme ou suprémacistes ne sont en rien constitutifs de la moindre activité terroriste.

Que Miss Texas ou Bécon-les-bruyères considère le suprémacisme blanc (et lui seul) comme terroriste n’a aucune espèce de valeur ni même d’intérêt. Pas plus d’ailleurs ce qu’en disent des media caniveau ou des personnalités politiques à la recherche d’un retour de notoriété. Les qualifications de terrorisme, terroriste sont définies par les administrations fédérales en fonction d’activités, de prises de position et d’actes délictueux ou criminel précis.

À rappeler par ailleurs que le US Departement of Justice (DoJ), le Departement of Defense (DoD) ou encore le Departement of State ne partagent pas la même définition du terrorisme.

Les groupes à vocations et pratiques terroriste les plus connus ont également été répertoriés par Jacques Baud dans ses ouvrages2. Libre à tout un chacun de les consulter.

À noter que le Southern Poverty Law Center (SPLC), une ONG ayant pignon sur rue, a établi sa propre liste des organisations et groupes sectaires racistes made in USA. Là encore, cela ne signifie nullement que tous les groupes répertoriés soient impliqués dans dans des activités terroristes. Il serait illusoire de vouloir vous les lister sur l’instant.

En revanche, leur nombre par catégorie est assez éloquent, les chiffres que nous citons sont ceux de 2016 :

1- KKK : 130.
2- Néo-nazis : 99.
3- Skin Heads : 78.
4- Néo-Confédérés 43
5- White nationalist hate groups (groupes sectaires) : 100.
6- Groupes chrétiens : 21.
7- Suprémacistes noirs : 193.

À ce stade, plusieurs choses sont à noter :

1- les sources sérieuses nous confirment bien que la réalité des choses n’a que peu de rapport avec les élucubrations anti-Trump de Miss Texas ou même des media mainsteam ;
2- a priori, les groupes suprémacistes blancs présents à Charlottesville, pour étroits du bulbe qu’ils soient, n’apparaissent pas sur les listes officielles des organisations terroristes des différentes administrations.
3- à eux seuls, les groupes et organisations suprémacistes noirs représentent un gros quart du terrorisme intérieur US.
4- Rien de grave ne se serait produit à Charlottesville, sans la volonté manifeste des autorité démocrates locales de voir la situation déraper en laissent les groupuscules des deux bord s’affronter physiquement. Les premiers à porter des coups étant les Antifas. Assez logique au demeurant puisqu’ils étaient venus pour une seule chose : en découdre avec l’Alt-right.

Las but not least, Candice Owens a parfaitement raison de rappeler que derrière la kyrielle de noms, de sigles et de grigris, plus grotesques les uns que les autres, la mouvance sectaire étasunienne (les mouvements se partageant souvent les mêmes militants) est extrêmement minoritaire.

À tout prendre, les relations glauques de tel ou tel politicien US, pour l’un au passé militaire prétendument élogieux, avec des groupes ouvertement antisémites au sein de la Contra syrienne sont beaucoup plus alarmants…

Notes

1 Créé officiellement le 27 novembre 2002 par le Homeland Security Act (Loi sur la sécurité intérieure) à l’initiative du président George W. Bush, en réponse aux attentats du 11 septembre 2001. Son objectif est d’organiser et d’assurer la sécurité intérieure du pays. Il regroupe 22 agences fédérales liées à la sécurité du pays, notamment la US Coast Guard, le Secret Service, la Federal Emergency Management Agency (FEMA, Agence fédérale des situations d’urgence), la Transportation Security Administration (TSA, Administration de sécurité du transport, le US Customs & Border Protection (CBP, à la fois les douanes & les gardes-frontières)…
2 Encyclopédie des terrorismes, Paris, Lavauzelle, 1999, 270 p. (ISBN 2702504493) et Encyclopédie des terrorismes & violences politiques, Panazol, Lavauzelle, 2003, 752 p. (ISBN 270251135X). Lus par l’auteur de ces lignes, évidemment.

 

About Jacques Borde

Consulter aussi

Affaire Weinstein : Silence des Agneaux ou des salauds ?

| États-Unis | Politique & 7e Art | Ils ont dit | BforBORDE | O …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer