Accueil / Focus / Windman, Sondland : « Timber » Trump coupe quelques branches pourries !

Windman, Sondland : « Timber » Trump coupe quelques branches pourries !

| É-U | Géopolitique | Eber Haddad |

i24News, qu’on a connu, par le passé plus rigoureux déontologiquement parlant, nous a refilé un tombereau d’âneries & de contrevérités pour nous expliquer le départ (sic) précipité mais attendu des sieurs Windman & Sondland de l’administration présidentielle. Témoins peu scrupuleux – pour ne pas dire des complices avérés des forgeries démocrates – les deux ont été remerciés, en fonctions des règles en vigueur au sein de l’administration fédérale. À rappeler que des purges plus massives par le passé (au sein de la CIA, notamment) avaient-elles été qualifiées de « massacres » par les media. Il était temps, me direz vous ! & un grand merci à Eber Haddad pour avoir remis les choses dans leur réalité & leur contexte. Ce aussi vite. Le Titre, comme toujours de la rédaction.

Tout dans cet article est faux… voilà ce que c’est de « reprendre en chœur » les articles de la presse partisane américaine sans vérifier et les copier-coller ou être abonné à l’AFP, véritable usine à propagande…

De dire que cette « vengeance est une action digne des dictateurs et des criminels » montre soit une intention flagrante de désinformer, soit une méconnaissance totale du système américain. Tous les Présidents des États-Unis, TOUS sans exception, une fois intronisés, changent le staff de la Maison-Blanche en embauchant des employés qui correspondent à ses vues (“They serve at the pleasure of the president”…) et ils peuvent en être renvoyés sans préavis si leurs services ne conviennent plus. Quand Trump a pris la succession d’Obama il a, comme tous ses prédécesseurs, gardé une importante partie du personnel car on ne peut pas tout changer pendant la très courte période de transition. Presque toujours ce personnel « s’adapte » au nouveau président et travaille en collaboration avec lui.

Or Obama a « truffé » la Maison-Blanche de personnes qui lui étaient dévolues, les a chargées d’espionner pour lui et de saboter le travail de son successeur. Peu de précédents dans l’Histoire sauf, peut-être, à la succession de Bill Clinton mais en beaucoup plus « léger »… (ceux-ci avaient un peu savonné la planche à Georges W. Bush mais de façon plus humoristique, par exemple en enlevant la touche « W«  des claviers d’ordinateurs et des machines à écrire, il y en avait encore à l’époque). La Maison-Blanche était donc pleine de partisans d’Obama chargés de « nuire » à son successeur, ce que W. Bush n’avait pas fait à son endroit. On garde donc souvent des fonctionnaires qui y travaillent dans l’intérêt du pays sans parti pris ou mauvaises intentions. Obama avait même gardé le ministre de la Défense de Bush qui l’a servi loyalement, même s’il a écrit un livre après son départ décriant le chaos régnant dans l’administration Obama.

Trump a découvert lors des auditions à la Chambre des Représentants que les « frères Vindman », il y en avait deux, l’un travaillait à la NSC (National Security Council) en charge des Affaires européennes, l’autre était avocat faisaient parti de la subversion contre lui. Tous deux partisans inconditionnels d’Obama espionnaient le président et faisait « fuiter » tout ce qui s’y passait sans respecter la moindre confidentialité. Ils sont sortis de leurs tanières pendant la procédure d’impeachment et ont témoigné contre leur boss sans apporter de preuves formelles mais avec leurs interprétations et leurs « sentiments », rien de moins objectif et partial qu’un sentiment. Trump, pour des raisons évidentes, ne pouvait pas les renvoyer pendant la procédure et l’a donc fait de manière spectaculaire au lendemain de la fin de celle-ci. C’est tout à fait dans ses attributions et s’est TOUJOURS passé ainsi sauf que la presse partisane ne s’en était jamais servi comme moyen de propagande. En ce qui concerne ces deux frères d’ailleurs, et pour démontrer à quel point les informations que l’on reçoit des media traditionnels sont fausses, dirigées, partiales et partielles, ne vont pas se trouver au chômage mais sont réassignés à un autre emploi où ils ne pourront plus servir de « taupe » partisane.

Pour ce qui concerne l’ambassadeur à l’Union européenne, Gordon Sondland, nommé par Trump, ses témoignages n’ont, À AUCUN MOMENT, apporté la moindre preuve et il s’était contenté d’être évasif, de dire qu’il avait ressenti, ou avait l’impression, pensait, interprétait, etc… mais RIEN de concluant ; il avait été convoqué par la Chambre des Représentants comme témoin. Il ne l’avait pas été à charge mais n’avait pas montré une détermination folle à défendre son patron. Les Ambassadeurs sont nommés par les Présidents, c’est également le cas de Sondland, et celui-ci peut s’en séparer quand il le veut. Cet ex-ambassadeur a d’ailleurs déclaré sa reconnaissance envers Trump et n’a pas considéré que son renvoi constituait un abus de la part de son boss.

Tout cela montre qu’aujourd’hui, plus que jamais, on ne peut pas faire confiance à la plupart des informations qu’on lit dans les journaux ou qu’on entend à la radio ou à la télévision, et c’est désolant. Une presse objective est un des piliers de la démocratie et celui-ci s’est effondré. Elle a failli à sa mission d’informer objectivement et pas seulement, bien entendu, pour cette affaire mais pour la plupart des informations qu’elle nous fournit, mentant par omission ou par désinformation, interprétant les événements à sa manière, reportant de manière partisane, en ne donnant pas le point de vue adverse, en « sélectionnant » l’information diffusée ou en la manipulant, etc… et c’est lamentable.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Mila : Indifférence des Uns, appel au meurtre des autres ! [2]

| France | Kulturpampf & Nazislamisme | Ils ont dit | BforBORDE | Une jeune …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer