Accueil / Focus / Démocrates : Mots choisis & Posture(s) suicidaire(s)…

Démocrates : Mots choisis & Posture(s) suicidaire(s)…

| É-U | Primaires | Eber Haddad |

Après sa galerie de (quelques) portraits démocrates, Eber Haddad de nous régaler avec quelques citation choisis des candidats Démocrates aux présidentielles & une analyse du conditionnement de l’électorat démocrate. Entre rires, désolation & turpitudes. Le titre est de la Rédaction.

Les candidats Démocrates aux présidentielles de cette année sont une cuvée particulièrement spéciale, grotesque et même burlesque. On a une série de mythomanes, de menteurs et de mégalomanes comme on n’en a rarement vus jusqu’à présent. Même un scénariste à l’imagination délirante n’aurait pas pu inventer un tel cas de figure.

Quelques exemples « au hasard » :

1- Biden qui s’invente une arrestation en Afrique du Sud dans les années 70. Il a écrit plusieurs livres depuis et n’en avait jamais fait mention. Il est vrai qu’il est non seulement mythomane mais aussi un plagiaire avéré qui avait été attrapé la main dans le sac durant la campagne des primaires présidentielles de 1988 et obligé d’abandonner la course après moultes excuses et un mea-culpa public. On pensait sa carrière terminée à l’époque mais en politique on a plusieurs vies ! Par charité humaine, on passera sur le fait qu’il est de plus en plus inintelligible, semble avoir de gros problèmes de mémoire et butte sans cesse sur les mots, parfois utilisés à tort et à travers.

2- Bloomberg, Bloomberg, Bloomberg… on ne sait même pas où commencer pour lui. Il a réussi à se mettre à dos, les fermiers, « il suffit de faire des trous et planter des graines, ça pousse tout seul », les ouvriers, « métier facile, ils n’ont qu’à faire coïncider deux flèches et appuyer sur une manette », les personnes âgées, « leur refuser les soins pour les traitements lourds et chers des maladies graves », les femmes, les LGBTQ, les Noirs et les Hispaniques, la base supposée du parti Démocrate. Par qui pense-t-il être élu ? Peut-être a-t-il des chances avec les pingouins sur la banquise maintenant que Ségolène n’est plus là ! Jamais $500 millions n’ont été dépensés aussi stupidement par un seul homme ! Il faisait peine à voir sur le podium pendant le débat à Las Vegas, le visage momifié, se faisant attaquer à l’artillerie lourde par tous les autres candidats et subissant passivement sans même pouvoir répondre… un jeu de massacre grandeur nature !

3- Elizabeth Warren : outre son hystérie et son agitation pathologiques qui sont devenues ses marques de fabrique, s’était inventé des origines amérindiennes (Cherokee) totalement démenties par un test ADN. Celui-ci lui donne entre 0,1 et 1,5%, soit 1/556 de sang amérindien, la moyenne d’un très grand nombre d’Américains. Elle s’est excusée elle aussi, alors qu’elle avait utilisé ce mensonge, pendant toute sa carrière, pour accéder gratuitement aux universités, obtenir des bourses destinées aux « minorités » et profité de ce statut pour bénéficier de la « discrimination positive ».

Ça lui a servi également dans ses campagnes électorales comme députée puis sénatrice du Massachusetts. Manque de bol, Trump qui l’a surnommée depuis Pocahontas, l’a dénoncée à plusieurs reprises et malgré la presse qui la soutenait inconditionnellement, elle a été obligée de reconnaître sa supercherie. Elle pensait pouvoir continuer encore à l’utiliser dans cette campagne des Primaires. De plus elle a affabulé au sujet d’un renvoi de son poste de professeur d’université, à cause d’une grossesse, qui s’est aussi avéré un hoax, un de plus.

4- Sanders, vieil apparatchik communiste, qui fait plus trembler ses alliés Démocrates que ses adversaires Républicains, montre une méconnaissance confondante des dossiers, de l’économie, de l’Histoire et de la géographie, à chacune de ses déclarations ou interviews. Il se contente donc de généralités démagogiques irréalisables mais qui font sautiller d’extase ses jeunes supporters encore plus ignorants que lui. Il faudrait qu’il prenne des cours particuliers d’additions et surtout de soustractions pour apprendre qu’on ne peut pas tondre un œuf, ni enrichir les électeurs en ruinant le pays. Si on en juge par les subventions touchées par lui et sa femme pour la création d’une école et qui se sont perdues en chemin, on a à faire ici aussi à un bel hypocrite qui n’hésite pas à se remplir les poches surtout quand c’est « l’État qui paye » comme dirait Hollande.

5- Buttigieg, 37 ans, expérience très limitée de gouvernement, il est maire de la quatrième ville de l’Indiana, très mal gérée, et peut parler une heure sans avoir exprimé quoi que ce soit. Il aurait pu être camelot sur les boulevards et vendre n’importe quelle bimbeloterie. Embrasser son mari en public et sur les estrades ne passe pas encore très bien dans le grand public pour un candidat à ce poste même si c’est totalement admis et respecté partout ailleurs. En outre, il devrait savoir que la majorité de la communauté noire et hispanique, le fond de commerce du parti Démocrate, ne votera jamais, ou tout le moins jusqu’à présent, pour un gay surtout quand il s’affiche aussi ouvertement.

6- On ne dira pas grand chose sur ceux qui ont abandonné en chemin, il ne faut pas parler en mal des absents qui, eux aussi, donnaient fortement dans la mythomanie, la démagogie et la fantasmagorie comme Beto O’Rourke, longtemps considéré comme favori et un « nouvel Obama », d’origine irlandaise et qui s’était décrété « latino » en hispanisant son prénom, un banal « Albert » est devenu « Beto », ou encore Cory Booker qui se voyait en Spartacus

Quand on pense que le parti Démocrate se targue d’être celui des « minorités » noires et hispaniques, des femmes, des jeunes et de la classe ouvrière, on ne peut qu’être médusé par le choix offert ! Ce parti est représenté par des hommes blancs ayant dépassé le 75 ans, le plus « pauvre » étant millionnaire… ça ne s’invente pas!

On va laisser le mot de la fin à Chris Matthew, le journaliste vedette de MSNBC, très certainement le plus grand détracteur de Trump qu’il débine et attaque tous les jours depuis bientôt 5 ans. Après avoir comparé hier la victoire de Sanders au Nevada à l’invasion de la France par les nazis, il a déclaré, totalement dépité, qu’il valait mieux pour les Démocrates de garder Trump 4 ans de plus qu’avoir Sanders comme président ! J’espère qu’il ne s’est pas fait hara-kiri après avoir sorti une telle phrase.

(…).

Le parti Démocrate est entré en guerre ce week-end, non pas comme on pourrait s’y attendre contre Donald Trump mais contre leur propre « éventuel » candidat… Bernie Sanders. Ce parti peut compter sur la complicité et l’aide active des media–propagandistes qui ne cherchent même plus à montrer un tant soit peu de neutralité ou de cacher leur partialité et leur soumission à la gauche. Comme des caniches obéissant à leurs maîtres, les media se sont mis en besogne immédiatement après avoir digéré la victoire de Sander aux primaires du Nevada dans le but de dérailler sa candidature. Ils le font avec d’autant plus de zèle que lors d’une interview ce dimanche dans l’émission légendaire 60 Minutes, Sanders a chanté les louanges de Fidel Castro ce qui fera certainement perdre aux Démocrates, la Floride, état très riche en « grands électeurs » et donc indispensable à la victoire aux présidentielles, à cause de la très nombreuse communauté cubaine qui hait le régime castriste.

Ce n’est pas la seule raison bien sûr. Sanders qui est un cryptocommuniste ne pourra jamais être élu aux États-Unis malgré l’enthousiasme inconditionnel de ses jeunes supporters. Celui qu’on pensait être un candidat viable et solide, Michael Bloomberg, ressemble de plus en plus à un faisan canardé ou un canard faisandé… On parle déjà d’une candidature surprise de Michelle Obama, ou ressortir du placard à squelettes, Hillary Clinton. La campagne de diffamation contre Sanders a déjà commencé en déterrant un essai datant de 1972 où il est question d’un fantasme sur un viol, essai d’une page pourtant destiné à promouvoir l’égalité hommes-femmes. Tous les coups bas sont permis et seront utilisés par l’artillerie lourde conjointe des media et de la mafia à la tête du parti Démocrate.

Cette stratégie risque aussi d’avoir l’effet boomerang et contraire au but recherché en ayant pour conséquence que la frange d’extrême gauche du parti n’aille pas voter en Novembre pour le candidat choisi par l’establishment. S’ils n’ont pas réussi à bloquer la candidature de Sanders par les élections primaires, les Démocrates le feront par un tour de passe-passe lors de la Convention de ce parti au mois d’août prochain à Milwaukee, Wisconsin. Il faut s’attendre à ce que ce soit au mieux très tumultueux.

(…).

Dans les derniers sondages, 3 Démocrates sur 4 au moins, voteraient pour un socialiste/communiste en 2020. Vous avez bien lu, cela se passe en 2020 aux États-Unis…

J’ai très récemment parlé à un de mes amis américains « Démocrate inconditionnel » et lui ai posé la question de savoir si malgré sa situation confortable financièrement, il était prêt à voter pour un socialiste qui casserait tous les ressorts économiques du pays, le ruinerait et en conséquences ruinerait sa propre situation, tout ce pour quoi il a durement travaillé toute sa vie, tout en hypothéquant l’avenir de ses enfants, etc… et sa réponse a été « OUI » sans hésitation.

Quand je lui ai demandé pourquoi, il m’a répondu « Trump »… j’ai ri et lui ai demandé si son antipathie pour une personne valait « l’apocalypse » ou qu’il se fasse hara-kiri ? Il a hésité à répondre pour finalement reconnaître ses contradictions, desquelles il n’arrivait pas à se dépatouiller. Au fond il n’en pensait pas un mot et est victime de ses propres turpitudes. Le pire c’est qu’il est tout à fait capable de voter pour sa propre destruction sans que ça n’améliore la situation de qui que ce soit ! Le « progressisme » est une maladie mentale…

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Mila, Zemmour Vs Schiappa & Griveaux : Choc des Kulturkampf [1]

| France | Kulturkampf | Ils ont dit | BforBORDE | Le choc était attendu …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer