Accueil / Verbatim / Le COVID-19 au quotidien : Rien qui rassure, hélas… [2]

Le COVID-19 au quotidien : Rien qui rassure, hélas… [2]

| Guerre Vs COVID-19 | Questions à Jacques Borde |

Le Coronavirus a beau être une pandémie mondiale (pardonnez le pléonasme), le moins qu’on puisse dire est que ceux qui la combattent – ne parlons pas de ceux qui se voilent la face, notamment en l’hexagone anti-Chloroquine – le font en ordre dispersé, sous le regard bovin d’une OMS, confiée à un apparatchik communiste recyclé & totalement dépassé comme le machin1 qu’il dirige (sic). Alors ne parlons surtout pas de lendemains qui chantent & apprêtons nous plutôt aux répliques à venir. Ça sera toujours ça de pris. Épisode 2.

« On [la France] va finir par être le dernier pays où on ne prescrit pas de chloroquine ».
Pr. Philippe Douste-Blazy.

« Mener une guerre sans armes ni stratégie revient à planifier la déroute d’une armée et d’un peuple. Quand Marc Bloch écrit L’Étrange Défaite, parlant de juin 1940, sa description des archaïsmes du commandement français pourrait être reprise pour analyser les œillères d’élites incapables d’anticiper la menace, tout en s’enorgueillissant de garder la France ouverte. La raison est impuissante à comprendre l’entêtement mis par Macron à refuser d’avoir recours à la protection des frontières nationales, au prétexte de promouvoir Schengen, l’Union européenne et son propre rôle de leader d’une UE en débandade. Lundi, l’Allemagne à son tour a fermé ses portes à cinq de ses voisins dont la France, suivant en cela les autres pays européens. D’ailleurs, mardi, le ministre de l’Intérieur reconnaissait lui aussi, du bout des lèvres, avoir mis en place un contrôle aux frontières intérieures. Mais seule la défense d’une idéologie mondialiste et européiste a poussé le président à s’accrocher à une position indéfendable et dangereuse (…). Le virus sera vaincu. Il est déjà des pays – la Corée, Taïwan, etc  – qui ont gagné la bataille. Comment ? Ils ont fermé leurs portes, généralisé les masques, les tests, les quarantaines. Naufrage de la France donneuse de leçons ».
Ivan Rioufol, in Le Figaro (29 mars 2020).

| Q. Diriez-vous qu’en cette affaire de lutte contre la pandémie, il y a de si grosses différences entre la France et l’Italie ?

Jacques Borde. En fait, pas tant que ça. Rappelez-vous que Rome et Paris sont sous la coupe de régimes européistes pur jus. Or, comme l’a souligné Fratelli d’Italia (FdI), « … en dix ans, on a fermé 175 hôpitaux et ouverts 9.282 centres d’accueils pour migrants… C’est pour ça qu’on meurt ! ».

Sinon à Paris, le régime sait aussi établir des différences entre les Français.

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. Alors que les contrôles de police ont été renforcés pour empêcher les départs en vacances du Français lambda, Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique, aurait elle-même transité (sic) en Avignon, le 3 avril 2020, pour une « visite privée ».

Donc, si je résume bien : Confinement pour tous sauf Monsieur et Mme. Macron (et quelques autres) en vacances à Brégançon ! L’exemple il est où ? Finalement, je ne vois (mais, ça n’est qu’une opinion) qu’un domaine où la France aurait de l’avance (sic) sur l’Italie…

| Q. Lequel ?

Jacques Borde. Les experts (sic) des conseils scientifiques (sic) chargés d’éclairer l’administration Macron pendant la crise du Coronavirus auraient touché 450.000€ des firmes pharmaceutiques ces cinq dernières années.

| Q. Doit-on s’inquiéter pour leur indépendance ?

Jacques Borde. Bien que ces pratiques ô combien rémunératrices soient, dans leur principe et dans leurs us, légales (du moins, semble-t-il) ; on est en droit de se poser quelques questions. Car, ces relations-là entre labos et professionnels de Santé ont de quoi donner le tournis. Rien que pour 2018, l’industrie pharmaceutique a versé quelques 1,36 Md€ d’avantages (sic) aux professionnels de Santé.

Dans l’affaire qui nous préoccupe, à savoir l’applicabilité du Protocole Raoult, le conflit d’intérêts n’est jamais bien loin. Hors les cas emblématiques de MSD et Roche, l’ensemble (ou presque) des dix premiers donateurs de Big Pharma ont les mains dans le pot de confiture de la recherche contre le Coronavirus : Johnson & Johnson (22.487€ d’avantages versés), Sanofi (18.551€), Abbvie (14.706€), GSK (15.412€) ou Gilead (9.096€).

Coté professionnels de Santé, à propos du Pr. Karine Lacombe, critique acérée du Protocole Raoult, sa fiche sur Transparence santé indique qu’elle aurait reçu des avantages (sic) de la part du laboratoire américain Gilead (20.486 €, en cinq ans), mais, pour être complet sur le sujet, également des largesses (sic) d’Abbvie (23.111€) et MSD (57.932€).

Ça en fait des sous tout ça !

| Q. En France, plus généralement, quelle est la ligne directrice du gouvernement ?

Jacques Borde. Difficile à dire. À lire les propos de certains locuteurs macronistes, on peut même douter sincèrement qu’il en existe une d’assurée. À titre indicatif, citons les propos successifs de la porte-parole du régime, Sibeth N’Daye :

Première mouture, Sibeth N’Daye, sur LCI (5 mars 2020) : « Il faut avoir conscience que 80% des malades ont un gros rhume, une grosse grippe au maximum. Il y a 20% de cas qui sont compliqués. On ne va pas arrêter le pays ».

Seconde mouture, Sibeth N’Daye, in Le Parisien (1er avril 2020) : « On peut s’étonner de voir certaines personnes parler en ce moment de la gravité de l’épidémie, alors qu’elles se gaussaient il y a encore quelques semaines de cette grosse grippe ».

Pour le reste, comme l’aura relevé Vincent Sparenberg :

« … A ce jour nous en sommes à 55.000 morts du Coronavirus en 4 mois dans le monde , et si la maladie évolue de la même manière , nous arriverons à 165.000 morts sur l’année, alors que la grippe d’après les chiffres OMS fait à elle seule 650.000 morts par an ! Alors qu’on m’explique un peu pourquoi les media ne parlent pas du tout de tous les cas de morts que fait la grippe dans le monde, et que pourquoi tous les États du monde ne bloquent pas les pays également pour la pandémie annuelle de grippe qui fait bien plus de morts ».

Sur TF1, le directeur de plusieurs cliniques (privées) en Région parisienne rappelle qu’elles sont :

1- vides depuis trois (3) semaines.
2- prêtes à recevoir des malades.
3- ignorées par les autorités du régime.

| Q. Triste bilan ?

Jacques Borde. Oui. Comme l’a écrit, à juste raison, Myriam Crosta :

« Depuis une dizaine d’années, le néo-libéralisme a littéralement envahi les services de Santé. Réduction des personnels, fermeture des lits, enfermement dans une logique comptable, bureaucrates placés à la tête des établissements hospitaliers, l’idéologie qui veut transformer l’hôpital en entreprise comme une autre, a fait son œuvre. Avec les conséquences désastreuses que l’on observe actuellement. De 2013 à 2018, 17.500 lits d’hospitalisation ont ainsi été fermés. Entre le 31 décembre 2017 et le 31 décembre 2018, 4.172 lits supplémentaires ont disparu ». Et, « À l’automne 2019, en réaction à la grève des hospitaliers, Agnès Buzyn dégele 415 millions d’euros. Son successeur Olivier Veran dégele à son tour 260 millions d’euros face à l’épidémie de Coronavirus ».

Trop peu, trop tard.

| Q. Au fait, qu’a fait l’UE pour faire reculer le Coronavirus ?

Jacques Borde. Pour l’instant, relativement peu. Certes, la présidente de la Commission européenne, l’ex-Bundesminister der Verteidigung (BMVg)2, Ursula G. von der Leyen, parle et promet beaucoup, mais il est à noter que si la nomenklatura bruxelloises a quelques décisions à son actifs, ce ne sont guère les Européens qui en profitent. Eh oui, comme toujours les faits sont têtus.

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. Voici quelques engagements financier pris par l’Union Européenne depuis le début de la crise du Coronavirus :

19 février 2020 : Bruxelles débloque 1 million d’euros d’aide initiale d’urgence pour contenir l’invasion de criquets pèlerins en Afrique de l’Est.
20 février 2020 : l’UE mobilise 21 M€ en faveur des réfugiés afghans au Pakistan et en Iran.
25 février 2020 : l’UE mobilise 232 M€ d’appui à la lutte mondiale contre le COVID-19.
27 février 2020 : Bruxelles annonce 11,45 M€ d’aide d’urgence en réponse à la crise humanitaire et sécuritaire au Burkina Faso.
28 février 2020 : l’UE débloque 10 M€ d’aide supplémentaire pour combattre l’invasion de criquets pèlerins en Afrique de l’Est.
3 mars 2020 : Bruxelles annonce 130 M€ de soutien à la transition civile et au peuple soudanais.
25 mars 2020 : l’UE confirme qu’elle soutiendra les pays « les plus vulnérables » (???) à hauteur de 129 M€ via l’OMS.
27 mars 2020 : la Commission européenne annonce plus de 400 M€ à destination des pays de la région des Balkans pour faire face au Coronavirus.
1er avril 2020 : l’UE annonce une aide de près de 240 M€ aux réfugiés syriens dans les pays voisins.

Soit un total cumulé de 1,174,45 Md€. Sans commentaires.

[À suivre]

Notes

1 Une référence au terme de machin, usité par de Gaulle lorsqu’il parlait des Nations-unies.
2 Ou ministre allemand de la Défense.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Entre Nullité & Trahisons : Notre « Drôle de guerre » Vs le COVID-19 [2]

| COVID-19 | Questions à Jacques Borde | Les belles âmes qui président de manière …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer