Accueil / Focus / COVID-19 : La Trahison des élites mondialistes [4]

COVID-19 : La Trahison des élites mondialistes [4]

| COVID-19 | Ils ont dit | BforBORDE |

De l’Europeist Circus aux Démocrates laquais du Deep State étasunien, en passant par les Lib-dems britanniques, le camp des idiots utiles du COVID-19 ne manque pas de bras. Comme quoi la bêtise la plus crasse reste probablement la chose la mieux partagée en ce bas-monde. Sans parler d’un big business pharmaceutique qui en arrange beaucoup. Jusqu’à quand ? Épisode 4.

| La coupe est pleine.
« Pendant que nous gardons les Italiens enfermés à la maison, le navire Alan Kurdi, de l’ONG allemande SeaEye, continue à prétendre faire débarquer en Italie des immigrants provenant de pays sans aucun contrôle. La mesure de notre patience est pleine ».
Giorgia Meloni.

| Préférence sanitaire.
« Alors que chaque jour meurent des centaines de Français touchés par le COVIDー19, que notre PIB vient de reculer de 6 points — ce qui n’était pas arrivé depuis 1945 — et que se dessine une crise sociale majeure, l’aide promise par la France et annoncée par le ministre des Affaires étrangères Le Drian, de verser 1,2 Md€ à l’Afrique pour sa lutte supposée contre le coronavirus est une infamie. Aujourd’hui la France a un seul devoir: l’égoïsme national ».
Jean-François Touzé.

| Sus au Raoult & Raoultiens.
« L’immonde quotidien vespéral ne lâche pas le morceau et continue à tirer à boulets rouges contre le Professeur Raoult et son traitement. Rien que dans l’édition d’aujourd’hui, vous trouverez ci-dessous un article peu étayé sur « le désamour de la Suède pour la chloroquine », mais vous y trouverez aussi un reportage sur « la visite surprise d’Emmanuel Macron au SULFUREUX infectiologue Didier Raoult ». Fichtre ! ça commence à sentir le soufre tout ça ! Le bûcher n’est pas loin ! Mais ce n’est pas tout ! Au cas où vous n’auriez pas encore compris que l’hydroxychloroquine, bande de sans-dents, était réservée à l’élite et pas aux manants comme vous et moi, il y a encore le reportage qui tue, l’ultima ratio, l’argument princeps à travers cet autre article intitulé : « Coronavirus : les effets indésirables graves s’accumulent sur l’hydroxychloroquine ». Si après tout ça vous êtes encore « raoultiens », c’est à désespérer d’être un désinformateur patenté au journal l’Immonde ».
Emmanuel Leroy, sur sa page Facebook.

| Enjeux.
« Oui ! J’ai le sentiment qu’il y a de très gros enjeux derrière cette affaire, et pas seulement une question d’égo entre « l’élite parisienne » et les petits « provinciaux » ».
Emmanuel Leroy, sur sa page Facebook.

| Conflit(s) d’intérêt(s).
« Je me marre… après avoir publié, le 26 mars un décret autorisant la Chloroquine pour le traitement du COVID-19 et donné l’impression que le gouvernement entendait les bons résultats de Raoult, Édouard Philippe avait, dès le lendemain, précisé que le traitement serait uniquement destiné aux personnes en état grave, là où il est le moins efficace. Et de doucher ainsi les espoirs des soignants. La décision est passée par le président de la commission du Haut Conseil de la Santé publique, Christian Chidiac, explique Marianne, à qui Chidiac n’a pas souhaité répondre. Chidiac a déclaré des intérêts, avantages, rémunérations, conventions, avec de nombreux groupes pharmaceutiques, dont Gilead, celui qui fabrique le Remdésivir, médicament concurrent de la Chloroquine dans les essais cliniques contre le Coronavirus. Sur les cinq dernières années, ce sont plusieurs milliers d’euros d’avantages et surtout des rémunérations pour l’écriture d’études scientifiques en tant qu’ « expert » au service de Gilead, explique la Base Transparence Santé. Christian Chidiac a siégé au board de Gilead, avec Bruno Hoen, membre lui-aussi de la commission. La vice-présidente de cette commission, Céline Cazorla, déclare elle aussi des liens avec Gilead. Mais rassurez-vous, il n’y a pas le moindre conflit d’intérêt… tout baigne ».
Pierre Duriot, sur sa page Facebook.

| La science utile.
« On se perd, pour des raisons qui ne sont pas scientifiques, et on abandonne la science. Ce qui compte pour les politiques, c’est que les pays européens coopèrent. Mais moi, je m’en fiche, que les pays européens coopèrent ! C’est de la politique ! Ce qui m’intéresse, c’est la science, c’est de produire de la science qui sert à quelque chose ! ».
Pr. Didier Raout, sur Radio Classique.

| Onanisme germanopratin.
« 2.000 morts dans un pays de 335 millions d’hab. (USA) c’est un désastre, mais 1.000 en France 67 millions d’hab.), c’est un « léger mieux » ».
Alain Attal, sur sa page Facebook.

| Merci pour elles.
« … un test coûte trop cher pour le faire pour une simple caissière ».
Un élu LREM, sur sa page Facebook.

| Les labos ne sont pas nos amis.
« Les labos pharmaceutiques sont engagés dans un processus de compétition (Cf. les travaux des économistes Katz et Ordover). Ils ont investi une blinde en R&D pour un vaccin contre le COVID-19. Le 1er à trouver rafle la mise. La Chloroquine à 2 balles est leur pire ennemi ».
Jean Messiha, sur Twitter.

| Toujours les mêmes.
« En 1940, la « meilleure armée du monde » s’est effondrée en 3 semaines. En 2020, le « meilleur système de santé du monde » en est à mendier… des sacs poubelles. Ils devront rendre des comptes et nous y veillerons. Le monde d’après, oui, mais … #SansEux ! ».
Jean Messiha, sur Twitter.

| Prix à payer !…
« Une politique catastrophique des trois derniers mandats de nos présidents français : On a tué l’hôpital, l’industrie pharmaceutique, tout ce qui pouvait avoir un rapport avec une politique sanitaire responsable. Nous n’avons pas tous les éléments. Combien y a t il vraiment de patients positifs au COVID-19 ? Combien vont mourir de séquelles irréversibles ? Nos politiques devront à terme rendre des comptes. Depuis des années règne la rivalité entre public et privé. L’industrie pharmaceutique était montrée du doigt par les autres industriels car elle avait des évolutions bien souvent à deux chiffres. Nous payons aujourd’hui, par un très lourd tribut en terme de vies humaines, toutes ces rivalités et cette politique irresponsable ».
Patou Jisy, sur sa page Facebook.

| Dictature.
« Je me marre… le confinement tout en contraste. Des rues parisiennes encore bien peuplées, des quartiers sensibles qui s’embrasent chaque nuit, des flics qui tirent sur des bagnoles qui leur foncent dessus et des hélicoptères qui traquent le promeneur isolé à grand frais. Quel risque sanitaire quand un type se promène sur une plage, prend un bain de mer, fait un petit tour avec sa chère moto, fait ses courses avec son conjoint ? Non, il faut être seul, pas d’activité ludique, même non contaminante. Par contre, on peut aller travailler, même sans la distance sociale réglementaire, ou rejoindre peinard sa résidence de vacances, quand on en a une, prendre un bain de foule dans le 93. Trop de contradictions, le but n’est pas de nous protéger. Le pouvoir expérimente notre degré de résistance à la brimade, à l’oppression, notre capacité à supporter l’insupportable et l’injustice quotidienne, il essaie la sidération. Il teste aussi ses forces de l’ordre, voit s’il trouve des types suffisamment inhumains et obéissants pour verbaliser un papy qui n’achète qu’une baguette, une mère célibataire qui sort détendre ses mômes, pendant que leurs collègues bataillent dur dans une cité. Souvenez-vous, il avait dit, mot pour mot : « Essayez la dictature et vous verrez »: nous y sommes ».
Pierre Duriot, sur sa page Facebook.

| Vide élyséen.
« Je me marre… rien sur l’interdiction faite aux pharmaciens de vendre des masques, rien sur l’opposition systématique au seul remède qui marche, rien sur le sous-équipement chronique des soignants, rien sur les inégalités flagrantes dans l’application du confinement, rien sur ceux qui en profitent pour mettre le feu et tirer sur les flics, rien sur l’abandon des Ephad, rien sur l’éthique de ces élus et sommités, qui gèrent depuis leurs maison de campagnes. Une ode mal jouée sur ces petites mains indispensables, que l’on a fait cogner et gazer, au fil des semaines passées, une leçon de morale sur le respect des consignes dont on sait qu’il sera verbalisé à géométrie variable. Un couplet flou sur le redressement économique. Ne restent que les obsessions habituelles, pour lesquelles on ira jusqu’au choc final avec le mur : le vaccin et l’intérêt des laboratoires, aux actionnaires amis et l’Afrique adulée, dans laquelle il déverse 10 à 20 milliards par an, de l’argent de ces contribuables, qui manquent désormais d’à peu près tout en matière de services publics et de fonctions régaliennes. Au delà de l’acharnement coupable, cela vire à la trahison nationale, avec un masque de cire et des trémolos dans la voix… ».
Pierre Duriot, sur sa page Facebook.

| Sens unique.
« C’est bel et bon de s’afficher généreux, mais il me semble qu’avant de vouloir aider l’Afrique, si nous pouvions déjà avoir quelques masques en moins de six mois pour nos propres citoyens, et des soignants non contraints de se protéger avec des sacs poubelles, cela nous distinguerait vaguement d’un pays du Tiers-Monde. A vrai dire, c’est nous que la communauté internationale devrait aider depuis que ce pays a été livré par des amateurs malfaisants, à la découpe et à la prédation d’une République bananière ».
Anne-Sophie Chazaud.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

COVID-19 : La Trahison des élites mondialistes [1]

| COVID-19 | Ils ont dit | BforBORDE | De l’Europeist Circus aux Démocrates laquais …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer