Accueil / Verbatim / COVID-19 : L’Europe de l’Indicible peur… [3]

COVID-19 : L’Europe de l’Indicible peur… [3]

| COVID-19 | Questions à Jacques Borde |

… Qui sera notre Sainte Urodèle dans notre Europe de « l’Indicible peur » ?1. Qui nous aidera à comprendre la lâcheté de ceux qui, dans notre hinterland européiste, font mine de combattre la Bargeasque du Coronavirus, mais qui, en réalité, détruisent à petit feu notre tissu économique. Retour sur la trahison bien consommée de nos élites du nouveau monde (sic). Épisode 3.

« Ce pays est devenu Versailles au XVIIIe siècle (…). On se pose des questions franco-françaises et même parisiano-parisiennes. Mais Paris est complètement décalé du reste du monde. Prenez l’exemple de la Corée du Sud et la Chine, où il n’y a plus de cas. Dans ces deux pays, ils ont décidé depuis longtemps de faire des tests à grande échelle pour pouvoir diagnostiquer plus tôt les patients infectés. C’est le principe de base de la gestion des maladies infectieuses. Mais on est arrivé à un degré de folie tel que des médecins sur les plateaux télé ne conseillent plus de faire le diagnostic de la maladie, mais disent aux gens de rester confinés chez eux. Ce n’est pas de la médecine ça ».
Pr. Didier Raoult, à propos du confinement & du suivi des malades, in Le Parisien (23 mars 2020).

« J’espère être démenti mais aujourd’hui je suis convaincue que la ligne de crédit sans conditionnalité du MES pour les frais de santé risque d’être un « cheval de Troïka ». Si vous ne renvoyez pas l’argent que vous empruntez comme ils disent et dans les temps qu’ils établissent, Et indépendamment de la difficulté que vous avez, vous pouvez quand même retrouver la Troïka à l’intérieur de la maison. Si nous ne faisons pas attention, c’est ce qui peut arriver… ».
Giorgia Meloni

| Q. Au fait, question qui fâche : Paris et Pékin, ont-ils collaboré dans la mise en place du laboratoire de type P4 de Wuhan ? Le Pr. Montagnier a raison ou pas ?

Jacques Borde. Point 1. Oui, tout à fait, il suffit de se référer au discours du Premier ministre Cazeneuve à la cérémonie d’accréditation du laboratoire, le 23 février 2017, à Wuhan.

Cf. « La France est fière et heureuse d’avoir contribué à la construction du premier laboratoire de haute sécurité biologique P4 en Chine (…). Ce laboratoire que nous avons bâti ensemble sera un fer de lance de notre lutte contre les maladies émergentes. Il accroîtra considérablement la capacité de la Chine à conduire des recherches de pointe et à réagir efficacement à l’apparition de maladies infectieuses qui menacent les populations de l’ensemble du globe. La France sera aux côtés de la Chine pour répondre à ces menaces, conformément aux engagements scellés par l’accord de 2004 et son avenant de 2006. L’INSERM et l’Académie des sciences de Chine ont en outre signé en juin 2016 un mémorandum d’entente prévoyant que des programmes conjoints associent les laboratoires P4 de Lyon et de Wuhan.Cette coopération repose également sur l’accord signé en 2014 entre L’INSERM, l’Institut Pasteur, la fondation Mérieux et le Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), ainsi que sur les rapprochements entre l’institut Pasteur en France, l’institut Pasteur de Shanghai, la fondation Mérieux et l’Institut de virologie de Wuhan ».

Point 2. Au-delà, évitons toute extrapolation que nous serions pas à même de prouver. Mais, affaire à suivre, évidemment.

| Q. Il y a des années une ministre de gauche nous sortait son fameux « responsable, pas coupable », c’est un peu vers quoi on s’achemine ?

Jacques Borde. Il y a de ça, effectivement. Le ministre de l’Action & des Comptes publics, Gérald Darmanin, invité d’Europe1, vient déjà de nous sortir que « Si des crises comme celle-ci peuvent rappeler aux Français que l’État est indispensable, que la politique est indispensable, c’est une bonne chose malgré tout ».

Bonne chose ? Les familles des victimes du COVID-19 apprécieront.

Au niveau des responsabilités, le porte-parole du Syndicat professionnel infirmier (SNPI),Thierry Amouroux, estimai, lui, « Depuis fin février, nous avons entendu des annonces du Premier ministre, du ministre de la Santé, du directeur général de la santé et à la date d’aujourd’hui, nous n’avons encore rien vu arriver. Nous serons rassurés le jour où ces masques seront distribués dans les hôpitaux. Agnès Buzyn, qui raconte avoir compris avant tout le monde la portée de l’épidémie en Chine en décembre, qui prétend avoir alerté le premier ministre sur le risque de pandémie, ne s’est même pas renseignée sur le stock de masques de la réserve sanitaire ! Elle nous a fait perdre deux mois décisifs ».

Trois mois, en fait. Et combien de morts ?

| Q. Du coup, certains évoquent des suites judiciaires à la crise du COVID-19 ?

Jacques Borde. C’est une possibilité, effectivement. Pour Michel Onfray : « Trahison ? Haute trahison ? Haute cour de justice ? Quand sera venue l’heure des bilans, ceux qui auront failli auront des comptes à rendre ».

D’ores et déjà, il est à noter que Me. Fabrice Di Vizio, avocat d’un collectif de plus de 600 médecins, a porté plainte contre Agnès Buzyn et Édouard Philippe qu’ils accusent de « mensonge d’État » dans leur gestion chaotique de la crise.

J’y suis favorable. Lorsque la ligne de Défense que sont les professionnels de Santé a hurlé sa détresse, le régime de Paris n’a absolument rien fait et s’est astiqué intellectuellement le poireau comme dirait Benjamin Griveaux, spécialistes toutes catégories de la chose.

| Q. Au passage, vous n’épargnez guère celui que vous appelez le bobo ?

Jacques Borde. Un être méprisable. Ou comme le dit Pierre Rodolphe Tran-Van :

« Le problème du bobo, une des sous-espèces les plus méprisables du genre bourgeois, ce n’est pas qu’il soit la lie de l’humanité, ce n’est même pas qu’il ne soit pas conscient de cela. Non, le problème c’est qu’il pense réellement être le phare de l’humanité. Même en se comportant comme la dernière des merdes de la dernière latrine, il continue de te faire sa morale péremptoire en se drapant dans un pseudo humanisme hypocrite ».

| Q. Mettons les pieds dans le plat : masque ou pas de masque ?

Jacques Borde. Toute mesure, même de portée limitée, ne doit pas être écartée. Mais, pas de manière isolée, comme le font, hélas, certains régimes européens, se leurrant sur cette fausse panacée. Par ailleurs, comme l’a brillamment souligné Pierre Rodolphe Tran-Van et si, comme le répétait une série télévisée, la vérité était ailleurs :

« J’allais souligner une contradiction du capitalisme : il fait don de masques.
Soit il est a déjà, donc le stock existait, donc qu’est-ce qu’il foutait jusqu’à maintenant ?
Soit il ne les a pas, mais va les faire fabriquer, donc que l’outil de production existe, donc qu’on a la capacité des les fabriquer, donc qu’est-ce qu’il foutait jusqu’à maintenant ?
Soit il va les importer, donc il y a les capitaux,donc qu’est-ce qu’ON foutait jusqu’à maintenant ?
Bref; le capitalisme, c’est attendre le bon vouloir d’une minorité parasite pour qu’elle nous rende ce qu’elle nous a pris.
Oui, quand on contribue à la fraude fiscale, le véritable nom de « l’optimisation » fiscale, sauf que la c’est autorisé car on est assez riche pour se payer les bons comptables et avocats, on a participé a la diminution du budgets des hôpitaux. Rappelons le=100 milliards de fraudes par an ».

Rien d’autre à ajouter. Si : le souci, ça n’est pas le débat sur l’utilité des masques, mais l’incurie totale de certains régimes européens, ou plutôt européistes.

Tenez un exemple, Sanofi a proposé 300.000 doses de Chloriquine gratuites… Mais l’administration Macron, dans un premier mouvement, a dit non…

Et, en France, la pesanteur de l’establishment mandarinal parisien.

À rappeler que la Corée du Sud a réussi à juguler la propagation du COVID-19 sans fermer ses magasins ni confiner ses villes. Mais, car il y a un mais, et pas un petit :

1- grâce à un nombre phénoménal de tests.
2- de monumentaux efforts de traçage.
3- et au civisme de sa population.

Nous, on a que le « 3 ». et encore !…

| Q. Un mal français, encore ?

Jacques Borde. Là, vous me posez une colle, mes lumières ne me permettent pas de statuer quant aux autres systèmes de santé.

Ceci dit, il semblerait que Paris et Rome sont frappés d’un même mal : le retard à l’allumage. En effet, le gouvernement du Presidente del Consiglio dei Ministri1, Giuseppe Conte, aurait su dès janvier 2020 de quoi il retournait. Pourquoi tant d’actes manqués et de verbiage ?

À noter, aussi, ces propos du président de l’Association belge des syndicats médicaux (ABSYM), le Dr. Philippe Devos, rejoignant l’avis du Pr. Didier Raoult, sur le traitement à adopter :

« On recommande maintenant de donner l’hydroxychloroquine pour tous les patients hospitalisés, pas uniquement pour les patients en soins intensifs. Aujourd’hui, il n’y a pas assez d’hydroxychloroquine en Belgique pour pouvoir traiter toute la population et il n’y en a dans aucun pays en suffisance. Même les États-Unis doivent se faire aider par Israël, qui est en train de produire pour eux des millions de doses. J’espère que l’État belge est en train de faire la même chose que les États-Unis et qu’ils essaient donc de trouver des accords avec les producteurs pour créer plus de doses ».

Apparemment, nos amis belges sont logés à la même misérable enseigne que nous et les Italiens. J’en suis désolé pour eux.

| Q. Où en est-on des poursuites visant l’administration Macron que vous évoquiez en début d’entretien, pour sa gestion de la pandémie ? Possible de faire le point, ou non ?

Jacques Borde. À ce qu’on en sait, il semble bien que représentés par le cabinet Di Vizio, des médecins du Collectif C19 auraient saisi la Cour de Justice de la République contre Olivier Véran, le controversé ministre de l’A-Santé (sic). En effet, les membres de ce collectif mettent en doute la réalité des commandes des moyens de protection destinés aux personnels soignants. Et, au-delà de la logorrhée des uns et des autres exigent des preuves.

| Q. Pourquoi, au juste ?

Jacques Borde. Parce que, malgré leurs demandes répétées, le gouvernement n’a toujours pas présenté, jusque-là, de preuves de commandes ou de contrats pour les équipements indispensables, tels que les masques, annoncés pourtant à plusieurs reprises dans les media du régime.

En même temps, force médecins, et Me. Di Vizio en personne, reçoivent de nombreux messages d’entreprises qui déclarent, preuves à l’appui, avoir proposé au gouvernement de produire ou d’importer des masques, et qui, eux aussi, attendent toujours un quelconque retour…

 

Notes

1 Pour bien interpréter cette entrée en matière : Voir d’urgence : La Cité de l’indicible peur de Jean-Pierre Mocky.
2 Ou Premier ministre italien.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Trump & Mohammed VI : Des Commanders-in-Chief aux manettes…

| Guerre Vs COVID-19 | Questions à Jacques Borde | Versants oltramarins (sic) de la …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer