Accueil / Verbatim / Stop Confinement ou le Peuple Vs ses Latins crétins  !… [1]

Stop Confinement ou le Peuple Vs ses Latins crétins  !… [1]

| COVID-19 | Questions à Jacques Borde |

Inexorablement, beaucoup d’entre nous, placés sous la tutelle de régimes européistes aveugles, dépassés, voire complices, allons inexorablement vers l’abîme économique, voire géopolitique, l’un allant rarement sans l’autre. Déjà, Jacques Sapir l’a écrit, les régimes de Madrid, Paris & Rome auront les plus grandes difficultés à se remettre de la crise du COVID-19. Mais, désormais, différentes administrations européistes ont un autre souci : jusque-là, dociles ou résignés les peuples remettent de plus en plus en cause la doxa du confinement only de plusieurs d’entre eux. Alors : Stop Confinement pour des peuples face aux Latins crétins (sic) qui les précipitent vers un mur ? À voir. Sous ces régimes de plus en plus autoritaires, le pire est toujours à prévoir… Épisode 1.

| Q. Les media français qui, 1er mai [2020] oblige, ont glosé sur l’affaire Brahim Bouarram ?

Jacques Borde. En fait, c’est Marlène Schiappa qui a tweeté sur « M. Brahim Bouarram » qui le 1er mai 1995, « était tué à Paris, jeté à la Seine par des militants d’extrème-droite ».

Je note d’abord que pour nous faire son numéro sur l’extrêêême-droâââte, dame Schiappa est obligée de remonter plus de 20 ans en arrière pour trouver une victime. Je dirai que c’est plutôt rassurant quant à l’État de droit en ce pays face à ce type de crimes.

Fors cela : rappelons, c’est important de le dire, que les auteurs dudit crime ont été retrouvés, jugés, condamnés et ont purgé (ou purgent encore, ce qui de mon point de vue, serait mieux) leur peine. Pour le reste, l’usage, la récup pour utiliser un terme ancien, de cette affaire, est, en fait, un de ces amalgames (sic) qui, d’ordinaire, révulsent notre cloaca mediatica maxima et ses hyènes dactylographes

En effet, on mélange un fait divers odieux (et justement réprimé) à la guerre terroriste livrée sur notre sol par les Unlawful combatants1 projetés par Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)2 sur notre sol.

| Q. Autre ficelle : mettre, comme l’a fait LCI, Raoult et Véran sur pied d’égalité, du point de vue de l’audimat…

Jacques Borde. Votre ficelle à la discrétion d’un câble transatlantique fluorescent et radioactif ! En l’espèce le truc est une Défèque niouze (sic) de LCI ad usum LCI. Comme quoi dans cet univers impitoyable du 4ème pouvoir, on n’est jamais si bien servi que par soi-même.

De l’onanisme médiatique, une fois encore. Car lorsque LCI titre : « Audiences : Carton pour la soirée Didier Raoult de BFMTV, Olivier Véran booste LCI ». Le titre est volontairement trompeur car le nombre de téléspectateurs pour Véran est ridicule comparé au nombre de ceux qui ont regardé Raoult. Qu’on aime l’un ou l’autre n’y change rien…

Or, pour LCI : « … l’interview du professeur par Apolline de Malherbe a elle été suivie par 1,20 million de Français, soit 4,2% du public. De son côté, la soirée « 11 mai : mode d’emploi » de LCI, présentée par David Pujadas avec Olivier Véran en invité, enregistre un bon score pour la chaîne avec 318.000 personnes, soit 1,1% du public ».

1,20 million pour le Pr. Raoult contre 318.000 pour le ministre de l’A-santé Véran, comme dit l’autre ! Y a pas photo !…

| Q. Les avez-vous regardé ?

Jacques Borde. En direct ? Non, certainement pas, il ne manquerait plus que ça !

D’une manière générale, je ne regarde pas les programmes de propagande des régimes européistes. Encore moins lorsqu’ils sont biaisés et confiés à l’expertise (sic) d’idiot(e)s utiles patentés de ces mêmes régimes.

Par ailleurs, comment ne pas s’affliger du piètre niveau professionnel de nos lecteurs et lectrices de prompteurs (le terme de journaliste me semblant inapproprié à leur endroit), lors de ces émissions.

| Q. Que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Je vous livre (de mémoire) ce petit extrait de la rencontre Apolline de Malherbe-Pr Raoult. À ce stade, ça sera plus simple :

– Apolline de Malherbe : « On vous prend pour un génie, pour un gourou, pour un fou. Si l’on vous proposait la légion d’honneur, l’accepteriez-vous ? ».
– Pr. Raoult : « Non ».
– Apolline de Malherbe : « Pourquoi ? ».
– Pr. Raoult : « Je l’ai déjà ».

Sacrebleu, Tonnerre de Brest ! Touchée, coulée, la plumitive ! Encore une journaliste (sic) bien renseignée…

| Q. Vous avez parlé, plus haut, d’État de droit, ce terme a-t-il encore un sens en 2020 ?

Jacques Borde. Beaucoup en doutent. Ainsi, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (DLF), avait dit être « très choqué que le gouvernement ait fermé le compte FaceBook de Génération Identitaire qui n’a mené aucune action violente, et ait fermé ce compte sans aucun fondement juridique. Nous sommes dans un État de droit, quand il y a violence il doit y avoir action de l’État, quand il n’y a pas violence, il doit y avoir liberté de parole ».

Je pense que cette citation répond à votre question.

Nicolas Dupont-Aignan, qui, par ailleurs fermement dénoncé l’agression dont a été victime Eric Zemmour.

Cf. « Tout mon soutien à Eric Zemmour, agressé dans la rue par un jeune voyou qui a préféré la lâcheté de l’insulte au courage de la discussion. Que cette agression haineuse ne reste pas impunie, n’en déplaise aux bienpensants pour qui la liberté d’expression est à géométrie variable ! ».

| Q. Sinon, toujours autant de défiance médiatique vis-à-vis du Protocole Raoult ?

Jacques Borde. Oui, effectivement, le régime de Paris n’a toujours pas changé d’avis. Donc, rien de nouveau sous le soleil de nos Je Suis partout3 cuvée 2020.

Mais, comme l’a, si justement fait remarquer Bernard Floriot : « Si la Nivaquine (Chloroquine) est « extrêmement dangereuse pour la santé », alors je propose à tous ceux à qui l’État nous a obligé d’en prendre quand on se rendait en Afrique, de porter plainte contre le gouvernement pour « Mise en danger de la vie d’autrui » car apparemment l’État le savait, et en plus pertinemment… Et que chacun demande des indemnités outrancières… On verra bien ensuite si ce gouvernement de baltringues va oser continuer sa propagande mensongère sur ce médicament, étant en plus l’un de ceux à avoir le moins d’effets secondaires, si des dizaines de milliers de personnes demandent des centaines de milliers d’euros d’indemnités à l’État… ».

| Q. Quelle morale tireriez-vous ce cette affaire ?

Jacques Borde. L’affaire Raoult, vous voulez dire ? Deux choses :

1- le Pr. Raoult, n’en déplaise à ses détracteurs (y compris la hyène dactylographe Dégouline-de-machin-chose), bosse dans son coin depuis des lustres et n’a jamais rien demandé au mandarinat affairiste parisianiste. Heureusement pour nous !
2- comme l’a noté Nelson Surjon : « Après avoir craché en masse sur un médicament à 5 €, les media commencent à vendre celui a 800 € ».

Autrement dit : dis-moi qui sont tes actionnaires, je te dirai qui es !

| Q. Et pendant ce temps à Washington, Trump nomme une dure comme porte-parole de la Maison-Blanche ?

Jacques Borde. Commençons par une bonne nouvelle : l’hôpital de campagne installé à Central Park est sur le point d’être démantelé. Job done, merci POTUS !

À propos de Kayleigh McEnany, celle-ci est surtout une battante du camp présidentiel. Commentatrice politique, essayiste politique, cette ancienne chroniqueuse de CNN, a déjà été Spokesperson for the Republican National Committee4 en 2017, puis, en février 2019.

Elle est donc désormais le 31st White House Press Secretary en exercice et la quatrième personne à occuper ce poste depuis l’arrivée de Trump à la présidence des États-Unis.

Kayleigh McEnany est également l’auteur de The New American Revolution: The Making of a Populist Movement5. Autre chose que la lamentable Sibeth, pitre (dit-on pitresse?) officiel de la Macronie.

| Q. Trump met le paquet face au péril. Est-ce là la vraie différence entre Paris et Washington ?

Jacques Borde. La différence de moyens n’explique pas tout. Bis repetitas : quand on veut, on peut. Que veut Macron ? Sauver des vies ? Beaucoup en doutent. Quant au Presidente del Consiglio dei Ministri6, Giuseppe Conte, il a, à plusieurs reprises, reconnu qu’il ne savait plus quoi faire ! Alors pourquoi reste-t-il aux affaires ?

Les gestes ont aussi leur importance : Pour saluer le personnel médical… la France – enfin, une partie d’entre elle – applaudit sur les balcons alors que le régime Macron refuse de lui accorder la moindre prime. Aux États-Unis, c’est l’US Air Force qui fait des survol et les dollars qui pleuvent.

[À suivre]

Notes

1 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. Défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
2 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
3 Hebdomadaire publié par Arthème Fayard. Il devient, à partir de 1941, le principal journal collaborationniste et antisémite français sous l’Occupation.
4 Ou Porte-parole du Comité national républicain.
5 Publié chez Threshold, en 2018.
6 Ou Premier ministre italien.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Européiste(s), États-nations : Qui tient vraiment tête au COVID ? [3]

| COVID-19 | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Paraît-il, nous sommes en …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer