Accueil / Verbatim / Stop Confinement ou le Peuple Vs ses Latins crétins  !… [2]

Stop Confinement ou le Peuple Vs ses Latins crétins  !… [2]

| COVID-19 | Questions à Jacques Borde |

Inexorablement, beaucoup d’entre nous, placés sous la tutelle de régimes européistes aveugles, dépassés, voire complices, allons inexorablement vers l’abime économique, voire géopolitique, l’un allant rarement sans l’autre. Déjà, Jacques Sapir l’a écrit, les régimes de Madrid, Paris & Rome auront les plus grandes difficultés à se remettre de la crise du COVID-19. Mais, désormais, différentes administrations européistes ont un autre souci : jusque-là, dociles ou résignés les peuples remettent de plus en plus en cause la doxa du confinement only de plusieurs d’entre eux. Alors : Stop Confinement pour des peuples face aux Latins crétins (sic) qui les précipitent vers un mur ? À voir. Sous ces régimes de plus en plus autoritaires, le pire est toujours à prévoir… Épisode 2.

| Q. Ce policier qui parle de directives ordonnant de baisser la garde dans les banlieues ?

Jacques Borde. Guère nouveau, en fait, c’est l’éternel deux poids-deux mesures systémique. Quant aux propos en question, ils sont tellement clairs qu’ils ne nécessitent aucun commentaire :

Cf. « On ma donné l’ordre d’être très sévère avec la Manif pour tous, très sévère avec les Gilets jaunes mais pas dans les banlieues ».

| Q. Alors, Macron, respons…

Jacques Borde. … Je vous arrête tout de suite : le dernier homme politique à avoir eu le souci de sa tâche et de ses hommes c’était, avec ses défauts et qualités, Charles Pasqua.

Quant au ci-devant (comme disaient les Révolutionnaires d’après 1789) Nicolas Sárközy de Nagy-Bócsa, dit Nicolas Sarkozy, après ses rodomontades à base de kärcher1 comme ultima ratio pour les zones de non-droit, il s’est proprement couché face à ces mêmes zones de non-droit, aujourd’hui de Charia. Comme tous ses prédécesseurs, de Pompidou à Chirac, et ses deux successeurs après lui : Hollande et Marcron.

Le mal est plus ancien que l’arrivée de Jupi-Atlas à l’Élysée.

| Q. Et ça a un rapport avec la lutte contre le COVID-19 ?

Jacques Borde. Oui. Et pas qu’un peu.

Il est certain que voir des pans entiers d’un territoire national – et si, là, je parle de la France, je pense que celle-ci n’est pas la seule concernée par mon analyse – s’affranchir aussi massivement et durablement du modus operandi du confinement only, a rendu celui-ci largement inopérant.

Il ne vous aura pas échappé que des populations refusant toute forme de contraintes : masques, gestes-barrière, confinement, etc., se déplaçant à quasiment volonté par des transports en commun bondés là où leur bon vouloir les mène, sont par définition le propagateur idéal pour le COVID-19.

Le reste c’est du bla-bla, que je laisse aux idiots utiles du cloaca mediatica maxima. Je vous laisse le choix des noms de ces media-caniveaux et de leurs sycophantes glaireux attitrés.

| Q. Doit-on pour autant, sous estimer ce qui se passe. Je parle là du COVID-19 ?

Jacques Borde. Non, évidemment, comme pour toute maladie infectieuse, il importe d’en circonscrire et d’en juguler la progression, ce dès son apparition et pas au bout de trois mois. Car, arrêtons-là le cinoche que nous servent les caciques de nos voyoucraties européistes qui sont – et, eux seuls – aux commandes : ces Latins crétins savaient, et, par-là, disons-le, savaient tout dès janvier 2020. Au-delà, on est, aussi, en droit de se demander pourquoi on a aussi longtemps envoyé au charbon des personnels de Santé aussi mal équipés. C’est proprement criminel !

Hors ça, je vous laisse méditer ce que je viens de lire sur la page Facebook d’Alexandre Koltchak :

« Gouvernement et media ne cessent d’entretenir une psychose autour du Coronavirus, qui de l’avis de nombreux virologues français et étrangers, est à peine plus dangereux qu’une grippe sévère. Tout est bon pour faire peur et maintenir la population dans un état de sidération. La ficelle est connue, jouer à fond sur l’émotion en usant d’une communication sur le ton du drame, et comme par magie la capacité de raisonner de la majorité disparaît.
« On avance des chiffres, 25.000 décès à ce jour, après quasiment trois mois de crise, dont deux de confinement. Chiffres pour le moins douteux en ce que les critères officiels évoluent sans cesse sans que pour autant les critères soient rendus publics. Mais bon, soyons bons princes, acceptons ce chiffre de 25.000 décès liés à ce virus, objectivement ils correspondent à celui d’une bonne grippe sévère comme la Grippe A que j’avais contractée alors, sans pour autant m’être retrouvé à l’article de la mort.
« Mais alors, que penser des chiffres ci-dessous, dont on ne parle que fort peu et qui ne semblent émouvoir grand monde ?
« Environ 150.000 personnes, dont 84.100 hommes et 65.400 femmes, meurent du cancer par an en France, soit 411 personnes qui meurent chaque jour ou 1 décès toutes les 210 secondes.
« Chaque jour en France, on compte 616 nouveaux cas de la maladie d’Alzheimer, soit 225.000 nouveaux malades par an.
« Chaque année ce sont de 27.000 à 33.000 nouveaux cas de la maladie de Lyme se qui sont détectés, soit l’équivalent de 74 nouveaux cas par jour, mais ce serait loin de la réalité car elle est très difficile à diagnostiquer.
« Chaque année, la leucémie touche environ 20.000 personnes. Dans 10% des cas, ces personnes ont besoin d’une greffe de moelle osseuse or, il n’y a eu que 1.379 greffes en 2007 selon l’Agence de la biomédecine ».

| Q. Autre sujet, avez-vous été surpris par la maîtrise du débat dont a fait preuve le Pr. Raoult lors de sa rencontre avec Appoline de Malherbe ?

Jacques Borde. Oui et non.

Oui, car il est évident que le comportement et les méthodes de hyène dactylographe d’Appoline de Malherbe destinés à piéger Raoult, et non pas à faire, déontologiquement, œuvre de journalisme :

1- étaient indécentes et inqualifiables.
2- ne relevaient pas du journalisme mais du procès politique sauce Tchéka2.

Raoult a su éviter tous les pièges, les retournant contre Malherbe pour sa plus grande humiliation. Et ce, à plusieurs et délectables surprises.

Non, en fait. Ce que les gens oublient c’est qu’on ne devient pas un professeur controversé tenant à bout de bras un institut de recherche honni de l’apparat (au sens totalitaire du terme) de l’intelligenstia parisianiste, sans une certaine expertise et expérience. À de tels postes, Il faut démontrer une grande capacité à se conformer au système, à en jouer. Tout en naviguant près les sphères de pouvoir au sein de l’université.

Non seulement Raoult n’est pas anti-système, au sens classique et militant du terme, mais l’homme est rodé de longtemps à une certaine forme de politique et de dispute – au sens de la célèbre Controverse de Valladolid3, pour reprendre la plus connue d’entre elles4 – et détient une praxis professorale qui l’a empêché de tomber dans les pièges grossiers qui lui étaient tendus par la nullité intellectuelle qui l’agressait. De toute évidence, Appoline de Malherbe n’aura jamais l’once du commencement de la hauteur de vue d’un Juan Ginés de Sepúlveda. Mais ça, qui pourrait honnêtement en douter ?

Comme l’a noté Didier Long : « Ces techniques de journalistes malintentionnés et partisans, soucieux de discréditer la personne qu’ils interrogent plutôt que d’informer leur auditoire sont à la fois perverses et d’une grande naïveté. J’ai tendance à dire que seul un enfant peut se laisser avoir, même si en réalité la tension fait qu’il vaut mieux être rodé à l’exercice ».

Terminons par une de mes boutades postées sur ma page Facebook :
« Face à « Dédé de Phocée » : « Dégouline-de-machin-chose » [a fini] dans le… fossé ! ». Le tout avec, du côté de « Dédé » un flegme désormais légendaire.

Notes

1 Par référence à Alfred Kärcher GmbH & Co. KG plus connu sous son nom abrégé Kärcher, qui est une entreprise allemande fabriquant des nettoyeurs haute-pression. Par antonomase, le nom kärcher désigne un nettoyeur à eau à haute pression, quelle que soit sa marque.
2 Acronyme de Commission extraordinaire (en russe : чрезвычайная комиссия), forme abrégée de Commission extraordinaire panrusse pour la répression de la contre-révolution & du sabotage (Всероссийская чрезвычайная комиссия по борьбе с контрреволюцией и саботажем). Organe créé le 20 décembre 1917 (7 décembre selon le calendrier julien) en Russie sous l’autorité de Félix Dzerjinski pour combattre les ennemis du régime bolchevik. En février 1922, elle fut renommée Guépéou, et fut absorbée en 1934 par le NKVD. Encore aujourd’hui, les hommes du FSB se nomment entre eux Tchékistes.
3 Débat qui opposa essentiellement le dominicain Bartolomé de las Casas et le théologien (jésuite) Juan Ginés de Sepúlveda en deux séances d’un mois chacune (l’une en 1550 et l’autre en 1551) au Collège San Gregorio de Valladolid, mais principalement par échanges épistolaires. Ce débat afin que, selon le souhait de Charles Quint, il « traite et parle de la manière dont devaient se faire les conquêtes dans le Nouveau Monde, suspendues par lui, pour qu’elles se fassent avec justice et en sécurité de conscience ». La question était de savoir si les Espagnols pouvaient coloniser le Nouveau Monde et dominer les indigènes amérindiens, par droit de conquête, avec la justification morale pouvant permettre de mettre fin à des modes de vie observés dans les civilisations précolombiennes, notamment la pratique institutionnelle du sacrifice humain, ou si les peuples amérindiens étaient légitimes malgré de tels éléments et si seul le bon exemple devait être promu au moyen d’une colonisation-émigration. La Controverse eut lieu sous le pontificat du pape Jules III et fit cesser, temporairement, la colonisation de l’Amérique par la monarchie espagnole.
4 Le remarquable téléfilm réalisé en 1992 par Jean-Daniel Verhaeghe, avec Jean-Pierre Marielle (Las Casas), Jean-Louis Trintignant (Sepúlveda) et Jean Carmet (le légat du pape).

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Européiste(s), États-nations : Qui tient vraiment tête au COVID ? [3]

| COVID-19 | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Paraît-il, nous sommes en …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer