Accueil / Verbatim / Affaire Romano : Péripétie ou « Rainbow Warrior » pour Conte ? [2]

Affaire Romano : Péripétie ou « Rainbow Warrior » pour Conte ? [2]

| Corne d’Afrique / Italie | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Redorer son blason politique sur des fronts extérieurs est un truc vieux comme Hérode. Ça n’a pas toujours grand intérêt, comme lors de la Guerre des Malouines qui a coûté si cher au contribuable britannique & sa tête à la junte argentine. Ou ça peut sauver la peau de certains : l’hélicoptériste Bell, proche du dépôt de Bilan, sauvé par la Guerre du Viêt-Nam. Ça peut aussi virer à la cata ! Voir le plantage de Paris lors de l’Affaire du Rainbow Warrior : terriblement mal montée (sur ordre du pouvoir politique socialiste), exécutée à la va-vite & donc très mal terminée (1 mort…). Qu’en sera-t-il pour la rocambolesque affaire Romano : 1- Péripétie vite oubliée ? 2- Rainbow Warrior (sans victime) de la squadra Conte ? 3- coup de maître des Chebabs en voie de Talibanisation ? Épisode 2.

| Q. Vous évoquiez l’Accord UKUSA ?

Jacques Borde. Oui. Plus complètement le United Kingdom-United States Communications Intelligence Agreement1, qui est le traité (secret) signé le 5 mars 1946 entre les États-Unis, avec la National Security Agency (NSA) ; le Royaume-Uni : Government Communications Headquarters (GCHQ) ; l’Australie : Defence Signals Directorate (DNS), et la Nouvelle-Zélande : Government Communications Security Branch (GCSB).

Pour les malheurs des spookies de la DGSE, UKUSA mettait en œuvre la collaboration des signataires en matière de Renseignement d’origine électromagnétique (ROEM). Et, pour ce qui nous concerne ici, la coopération dans le domaine de l’Interception des communications (COMINT). Les zones de responsabilité de l’Australie étaient ses pays voisins (dont l’Indonésie), le sud de la Chine, et l’Indochine. Le Canada était chargé des régions polaires de l’URSS, tandis que la Nouvelle-Zélande supervisait sa périphérie et plus largement l’ouest de l’Océan Pacifique. Les missions de COMINT étant dévolues aux 6 Lockheed P-3K2 Orion2 en dotation au sein de la Royal New Zealand Air Force (RNZAF)3.

| Q. Le rapport entre la RNZF, UKUSA et l’Affaire du Rainbow Warrior, c’est du sûr ?

Jacques Borde. En tout cas, le fait qu’une partie des coms de l’Ouvéa, le voilier utilisé pour acheminer explosifs et matériel de plongée sur Auckland aient été passées en clair – donc écoutable par les P-3K2 Orion néo-zélandais – m’a été confirmé, de vive voix, par le skipper de l’Ouvéa, Xavier Maniguet4. Pas du tout ravi, d’ailleurs, que je lui pose la question…

| Q. Di Maio qui affirme qu’aucune rançon n’a été payée. Ça vous semble crédible ?

Jacques Borde. C’est Di Maio qui le dit ! Dont acte. Mais, pour plagier Cyrano de Bergerac : un peu court jeune homme ! Même si la somme évoquée, 4 M€, peut prêter à sourire…

En ce cas, il serait intéressant pour le ministro degli Affari esteri & della Cooperazione internazionale5, Luigi Di Maio, de dire aux Italiens en échange de quoi, le Cumhurbaşkanı6, le très naqshbandi7 Reccep Tayyip Erdoğan, a bien voulu aider l’Italie à récupérer la verdâtre Silvia-Aïcha Romano. La Sublime porte n’a pas une franche réputation de désintéressement et d’humanisme. Même s’il est fréquent que les SR coopèrent dans les affaires d’otages.

| Q. Comment jugez-vous la communication de Rome sur cette affaire ?

Jacques Borde. Franchement, pas terrible.

| Q. Pas terrible, de quelle manière ?

Jacques Borde. Quelque-part, l’argumentaire du ministro degli Affari esteri & della Cooperazione internazionale me semble pêcher sur plusieurs points et non des moindres :

Primo, un groupe terroriste peut aussi bien – il suffit que cela soit conforme à ses intérêts du moment – dire la vérité que mentir.

Secundo, les groupes de Unlawful combatants8 comme ceux du ‘Ḥarakat ash-Shabāb al-Mujāhidīn’ (HSM)9 n’ont ni la réputation ni l’habitude de lâcher leurs assets, avantages ou otages sans la moindre contrepartie.

Tertio, les États peuvent aussi mentir à longueur de journée lorsque cela sert leur politique. Les États-Unis l’on fait depuis des décennies à propos du Proche et Moyen-Orient.

Par ailleurs, je le répète : je ne vois pas le Millî İstihbarat Teşkilatı (MİT)10 mouiller sa chemise en cette affaire pour seulement 4 M€. La facture a dû être bigrement plus salée11. Même si l’Afrique est un terrain de jeu pour ces derniers. Rappelons qu’en mars 2018, le MİT avait enlevé au Gabon trois membres présumés du Gülen Hareketi (Hizmet)12. Les trois hommes avaient été transférés de Libreville à Ankara en jet privé.

On prête aussi aux barbouzes turques des actions plus musclées.

| Q. Comme ?

Jacques Borde. Dans la nuit du mercredi 9 au jeudi 10 janvier 2013, les corps de Fidan Doğan, Sakine Cansız, co-fondatrice du Partiya Karkerên Kurdistan (PKK)13 et Leyla Şaylemez sont retrouvés dans les locaux du Centre d’information sur le Kurdistan situé au 147 rue La Fayette à Paris14. Chacune d’entre elles a été abattue de plusieurs balles dans la tête.

| Q. Comment expliquez que beaucoup doutent de la captivité même de Silvia-Aïcha Romano ?

Jacques Borde. Parce que beaucoup de choses apparaissent sur la Toile à son sujet. Donc beaucoup de remises en cause de la version officielle.

Ainsi cette photo, datée du 27 septembre 2018, montrant Silvia-Aïcha Romano, en… bikini sur une plage à une date où elle était supposée être bel et bien aux mains de ses ravisseurs. Que ladite photo ait été, ou pas, retouchée étant un tout autre sujet.

Il faut aussi compter sur l’effet ravageur des posts sur la Toile de ces Italiens et Italiennes comme Samantha réduits à manger « une salade pour laisser de la viande à mon fils et je pense que je ne suis pas la seule, savez-vous où vous pouvez mettre vos larmes ? ».

Il est moins que certain que ces Italiens-là, qui sont souvent aussi ceux qui subissent quotidiennement agressions, vols et violences, soient particulièrement heureux d’apprendre que l’État italien en vienne à accorder une escorte policière à Silvia-Aïcha Romano pour de simples invectives sur la Toile. Qui plus est, comme dit l’autre : ça, ça va coûter bonbon !…

| Q. À propos d’argent, pourquoi dites-vous que la somme de 4 M€, peut prêter à sourire ?

Jacques Borde. Parce que, je sais que je vais en choquer quelques-uns, la somme me semble plutôt faible. De fait, la diplomatie parallèle, ou le jeu de l’ombre si vous préférez, n’est pas nécessairement la moins chère dans ce cas d’espèce. Il y a toujours des intermédiaires à rétribuer, des indicateurs, des fixers à rémunérer, des personnels à soudoyer.

Je vous rappelle que, selon certaines sources, les SR italiens auraient travaillé sur le dossier depuis décembre 2019. Donc, des dépenses certaines et non compressibles.

| Q. Pourquoi pas une opération militaire ?

Jacques Borde. Toujours du domaine du possible. Mais, là encore, jamais gratuit. Notamment en Somalie. Demandez aux Américains et aux Français, les deux en savent quelque-chose.

| Q. Mais Renseignements et forces spéciales ont l’habitude de ce genre de prise de risques ?

Jacques Borde. Je vous l’accorde, mais relisez Sun Zu, le VRAI chef de guerre est celui qui atteint ses buts de guerre sans avoir à livrer combat. N’ayant pas accès au dossier et en l’état des infos dont je dispose, je ne peux qu’approuver le fait que les SR concernés ont pu mener sans casse la mission qui leur était confiée. Mog15, j’ai plein d’amis qui l’ont fait, ça n’a jamais été une sinécure. Alors je préfère à avoir à traiter les côtés rocambolesques de l’Affaire Romano qu’à tenter d’expliquer pourquoi et comment des types seraient restés sur le carreau. Job done et c’est très bien comme ça.

Après, que des politiques aient aussi à rendre des comptes, ça fait partie du contrat, non ?

| Q. Les SR italiens : lesquels ?

Jacques Borde. A priori, l’Agenzia Informazioni & Sicurezza Esterna (AISE), les SR militaires, en charge du Renseignement extérieur depuis 2007. D’excellents professionnels. Ont été redoutablement efficaces en Irak et en Afghanistan.

| Q. Et, là ?

Jacques Borde. Aucune perte. Paquet ramené au pays en, étrangement très, très bonne santé. Job done. Après…

Plus généralement, SR et forces spéciales, en Italie comme dans les autre pays, sont des outils de géostratégie et de projection. Ils sont en charge de l’exécution des tâches et opérations qu’on leur confie. Ce sont tout ce qu’on vaudra sauf des pistoleros ou des cow-boys. Les décisionnaires – donc les responsables et éventuellement, les personnes à blâmer – sont les politiques. Et, eux seuls.

Évidemment, lorsqu’on parle de Renseignements, comme ne pas penser à la vieille formule prussienne : « Nachrichtendienst ist Herrendienst »16.

[À suivre]

Notes

1 Aussi appelé Traité UKUSA.
2 Devraient être retiré vers 2025.
3 Ou armée de l’Air néo-zélandaise.
4 Auteur, notamment, de French bomber : Enfin la vérité sur le Rainbow Warrior, Michalon, 2007.
5 Ou ministre des Affaires étrangères & de la Coopération internationale.
6 Ou Président de la République de Turquie.
7 Soit membre de haut vol de la Tariqa naqshbandiyya, une des quatre principales confréries soufies. Elle tire son nom de Khwaja Shâh Bahâ’uddîn Naqshband, qui est considéré comme son maître, bien que ne l’ayant pas fondée. Abû Ya’qûb Yûsuf al-Hamadânî, né en 1140, et ‘Abd al-Khâliq al-Ghujdawânî, né en 1179, sont les fondateurs des principes de cette voie soufie. Le soufisme compte 41 branches initiales de confréries soufies, dont 40 tirent leurs secrets spirituels de Ali ibn-Abi Talib, le gendre du prophète. Les Soufis expliquent ce fait par cette tradition prophétique (hadith) rapportée par Tirmidhi où Mahomet dit : « Je suis la cité de la science et Ali en est la porte ». L’initiation d’Ali a été faite par le dhikr (évocation, mention, rappel, répétition rythmique, du nom de Dieu) Lâ ilâha illa-llâh, en français : Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité autre que Dieu (tawhid).
8 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
9 Ou Mouvement des jeunes combattants, groupe takfirî somalien créé en 2006 lors de l’invasion éthiopienne. Nom généralement résumé en Chebabs.
10 Ou Organisation du Renseignement national, SR intérieurs turcs.
11 Probablement plus géopolitique que financière.
12 Ou Gülen Cemaati, mouvement Gülen ou confrérie Gülen, en français.
13 Parti des travailleurs du Kurdistan.
14 Connu de l’auteur.
15 Mogadiscio.
16 En français : « Le Renseignement est un métier de seigneur ».

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

COVID : État des lieux d’un Nouveau monde plutôt ancien… [1]

| COVID-19 | Jacques Borde | 8 mai ! Pour combien d’entre-nous, cette date n’est rien …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer