Accueil / Verbatim / Kulturkampf & Macronie : Quelle(s) liberté(s) après la Loi Avia ? [2]

Kulturkampf & Macronie : Quelle(s) liberté(s) après la Loi Avia ? [2]

| France | Kulturkmapf | Questions à Jacques Borde |

La Loi Avia, officiellement destinée à combattre les contenus haineux (sic) sur la Toile, qui été adoptée à l’Assemblée Nationale, est une loi émanant de la controversée Commission Européenne (CE). Récemment amendée pour passer en loi « anti terroriste » (oui, oui…), elle exige le retrait sous 1h (& non plus 24h…) de contenus signalés comme tels par la seule police, sous peine de blocage du site auprès des fournisseurs d’accès. Il s’agit d’une loi de censure pure & dure s’asseyant sur la séparation des pouvoirs. La police n’a pas à être la police de la pensée. Pendant ce temps, bien sûr, tueries, crimes ou attentats nazislamistes se poursuivent de plus belle. Locke (1632-1704) & Montesquieu (1689-1755), réveillez-vous : ils sont devenus fous ! Épisode 2.

« C’est effrayant de voir comment petit à petit les libertés sont restreintes en France. On a l’impression que le gouvernement, et ce gouvernement en particulier, est une force dont le but principal est de contrôler, souvent sous prétexte de le protéger, le peuple dans tous les aspects de sa vie tout lui faisant croire que c’est pour son bien. Mais ce que je trouve le plus dangereux et qui porte en lui les germes d’une dictature, c’est le contrôle de l’information et les restrictions à venir qui font plus penser à la Roumanie de Caucescu, à la Pologne de Jaruzelski ou encore à la Turquie d’Erdogan. La France est un pays où 100% de l’information est déjà contrôlée par l’état que ce soit par l’intermédiaire de France-2, 3, 4, 5, etc… ou des radios publiques. Quant aux chaînes privées elles sont encore pire, parce que pour ne pas déplaire au pouvoir, elles font de l’excès de zèle et souvent pour des raisons qui ont plus à voir avec l’intérêt financier et économique de leurs propriétaires qu’avec l’information… Alors que le pouvoir contrôle la quasi totalité de l’info il veut maintenant, sous prétexte de « fake news », contrôler les réseaux sociaux, ce petit espace de liberté qui reste encore et qui se réduit comme une peau de chagrin ! En en plus ce sera aux juges de décider ! Ce sont eux qui vont décider de ce qui est bon pour nous ou pas, ces juges qui sont au service de leur idéologie pour grand nombre d’entre eux vont avoir la mainmise sur l’information !!! J’ai écouté Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’Etat au numérique, et j’ai eu l’impression d’entendre Torquemada et McCarthy en plus suave. Bon, mais lui n’est que la voix de son maître alors il défend le principe de censure subtile que le gouvernement veut promulguer. Les dictateurs en ont rêvé, Macron l’a fait... ».
Eber Haddad.

| Q. Mais, il existe de vraies violences ?

Jacques Borde. Oui, mais la plupart du temps celles dites d’extrême-droite – qu’elles soient verbales ou physiques – conduisent leurs auteurs en prison.

Quant aux autres (sic), je le répète : c’est selon.

Vous aurez ainsi noté la destruction de la Croix du Pic Saint-Loup. Elle ne semble affoler ni les pouvoirs publics, ni les instances moralisatrices et/ou donneuses de leçons, ni les media. Et, cet acte haineux ô combien ne préoccupe pas du tout Me. Laetitia Avia, évidemment.

Étrange chape de plomb, qui est celle des instances et des idiots utiles de la gauche financiarisée. Ce alors qu’après les Taliban et la destruction des Bouddhas de Bâmiyan, après Al-Qaïda et la destruction des Mausolées de Tombouctou, après Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)1 et la destruction de la cité antique de Palmyre, les destructions de monuments chrétiens s’installent durablement de ce côté-ci de la Méditerranée, comme elles prospèrent en ce Levant où s’exercent les violences des alliés nazislamistes des Deep State étasunien et européistes…

| Q. Diriez-vous qu’il existe un certaine catophobie dans ce pays ?

Jacques Borde. De toute évidence, oui. À ce détail près qu’il ne s’agit pas d’un phénomène national, mais d’une doxa politique. Celle de cette gauche financiarisée supranationale, qui se déploie des deux côtés de l’Atlantique. Une doxa qui explique, pour partie, le soutien accordé par ces puissances occidentales à la terreur takfirî qui a mis en place une épuration ethnico-religieuse méthodique du Christianisme de l’Orient où celui-ci avait vu le jour et a toujours préexisté à l’Islam.

Or, à juger un arbre à ses seuls fruits, c’est bien l’invasion des forces occidentales en Irak qui a provoqué la disparition à 99,99% de l’araméen, la langue du Christ, de cette partie de l’Orient. Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH) n’a eu qu’à finir le travail.

| Q. Si j’ai bien compris vous accusez directement les États-Unis ?

Jacques Borde. Exactement. L’hêgêmon thalassocratique étasunien, à l’époque sous le contrôle du seul Deep State, n’a rien fait, bien au contraire, pour ralentir la progression de ISIS/DA’ECH.

D’où l’extrême popularité en Irak de feu le major-général Qassem Soleimani, qui a la tête du Nirouy-é Ghods2 a aidé une armée irakienne au bord de la syncope à stopper la progression des Unlawful combatants3 de ISIS/DA’ECH. Ce qui, malheureusement, n’a pas ramené à la vie les dizaines et dizaines de milliers de Chrétiens massacrés dans l’indifférence générale des Occidentaux. Et tout particulièrement de la France et son extrémisme laïcard.

| Q. Et, selon vous, la cataphobie qui se propage actuellement en France est de même nature ?

Jacques Borde. Bien sûr. Même doxa gauchiste internationaliste, mêmes effets.

Une doxa à peu près aussi radicale désormais que l’antisémitisme nazislamiste qui vise nos compatriotes juifs.

Sans parler du crétinisme galopant de certains, qui n’arrange rien.

| Q. Là, vous pensez à qui ?

Jacques Borde. Notamment à la « cathophobie bête et méchante » de la macroniste Laurence Haïm qui s’est cru autorisée à gloser sur la croix que porte la nouvelle White House Press Secretary, Kayleigh McEnany4.

On pourrait simplement dire à Mme. Haïm d’aller se faire voir, tellement sa posture discriminatoire atteint des sommets de stupidité. Mais, comme l’a noté, Julien Odoul : « Cette prétendue spécialiste ignore-t-elle que les présidents américains prêtent serment la main gauche posée sur la Bible depuis 200 ans ? ».

Mais, ne nous leurrons pas : Kayleigh McEnany n’est pas, Kulturkampf encore, ciblée par hasard par la voyoucratie médiatique des deux côtés de l’Atlantique.

| Q. Que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Belle et Banche, conservatrice et combattive, mère de famille et catholique, intelligente et pugnace, elle suscite outre-Atlantique la haine des media cosmopolites et des laiderons progressistes.

Trump ne s’est pas trompé : au pays de la communication, la montée de Kayleigh McEnany en première ligne, combattante affirmée, donne le ton implicite de la confrontation.

| Q. Finalement : la Loi Avia une vraie nouveauté ?

Jacques Borde. Pas tant que ça, en fait. Comme l’a expliqué David Duquesne : la Loi Avia « n’est que le prolongement légal de pratiques politiques, judiciaires, médiatiques et numériques déjà bien place. Une loi devient souvent l’aboutissement de pratiques officieuses admises par le commun des mortels. Nous savons tous que critiquer l’islam et son prophète peut entraîner une condamnation morale et tuer socialement l’insolent qui s’y risquerait, la menace de mort physique est loin d’être une option. La jeune Mila qui avait été menacée de mort, a vu des criminels en puissance être soutenus par une grande partie de la classe politique et médiatique qui condamnait les menaces physiques du bout des lèvres mais faisait beaucoup de bruit pour dénoncer les propos de la jeune fille. Aucun des milliers de jeunes qui a menacé Mila n’a été poursuivi ».

Donc, de jure, poursuit David Duquesne, la Loi Avia « vient entériner cette pratique. Il est évident que le blasphème ne sera pas permis pour tout le monde et que Jésus, Odin ou Bouddha ne bénéficieront pas du bouclier totalitaire de la Loi Avia, puisque ces entités théologiques ne représentent rien dans l’agenda de l’hybridation du monde ».

In fine, quelque part, Laurence Haïm peut délirer en toute tranquillité.

Le reste, comme la lâcheté d’une certaine fausse droite, ça devient vite de l’enc… de mouches.

| Q. Et, les violences physiques ?

Jacques Borde. Ah, les violences physiques. On pourrait en parler à Me. Laetitia Avia, qui a quelque expérience, un certain mordant même, sur le sujet.

Plus sérieusement, Le Parisien a réalisé une enquête selon laquelle la plupart des agressions sexuelles dont sont victimes les Parisiennes seraient le fait d’hommes « n’ayant pas la nationalité française ». En bon français : des étrangers !

Selon le quotidien, « C’est dans le secteur Folie-Méricourt (XIe) et à proximité de la station de métro Belleville (Xe, XIXe, XXe) que l’on enregistre le plus grand nombre de viols commis ».

Mais le quartier des Halles, de République, les gares du Nord et de Montparnasse ou encore les places Clichy et Pigalle figurent aussi parmi les zones les plus dangereuses pour les femmes. C’est d’ailleurs la nuit (dans 73% des cas), le week-end (40% des cas), ainsi que dans des espaces privés (seules 12% des agressions sexuelles ont lieues sur la voie publique) que ces dames risquent le plus de se faire violer.

Sont attendus avec une vive impatience les commentaires éclairés des lobbyistes féministes issues de la gauche financiarisée européiste.

[À suivre]

Notes

1 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
2 Ou Force de Jérusalem, une branche à part entière du Sêpah-é Pâsdâran-é Enqelâb-é Eslâmi (en français Corps des Gardiens de la révolution islamique). Force spéciale en charge des opérations extérieures dévolues aux Pâsdâran, historiquement commandée par feu le major-général Qassem Soleimani. Elle dépend exclusivement du Rahbar-é Enqelâb (guide de la révolution), l’Ayatollah Sayyed Ali Hossaini Khâmeneî (et non du président), un peu comme le Kidon du Mossad reçoit ses ordres du seul Premier ministre israélien (la ressemblance s’arrêtant là).
3 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
4 ou Porte-parole de la Maison-Blanche. En fait, 31st White House Press Secretary en exercice et 4ème à occuper ce poste depuis l’arrivée de Trump à la présidence. Une battante du camp présidentiel. Commentatrice politique, essayiste politique, cette ancienne chroniqueuse de CNN, a déjà été Spokesperson for the Republican National Committee (porte-parole du Comité national républicain), en 2017, puis, en février 2019. Kayleigh McEnany est également l’auteur de The New American Revolution: The Making of a Populist Movement.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Affaire Romano : Péripétie ou « Rainbow Warrior » pour Conte ? [1]

| Corne d’Afrique / Italie | Géostratégie  | Question à Jacques Borde | Redorer son …