Accueil / Verbatim / Le 2nd Amendment expliqué aux Nuls & aux idiots utiles… [2]

Le 2nd Amendment expliqué aux Nuls & aux idiots utiles… [2]

| Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

La tragédie de Minneapolis aura eu des conséquences pour le moins surprenantes : 1- Face aux émeutes, une partie de l’establishment militaire US refuse aux Américains l’aide déployée à la Nouvelle-Orléans en 2005. 2- face à cela, d’honnêtes citoyens se fondant sur leurs droits constitutionnels ont décidé d’appliquer sans faiblir le 2nd Amendment & de se déployer armés dans leurs villes & comtés. Ce, avec une rare efficacité. 3- nullement effrayés par ces agissements, le Dow jones s’envole & l’économie repart de plus belle ! Comme quoi. Épisode 2.

« Comment voulez-vous que des gens qui ont peur des mots soient courageux devant les terroristes ».
Xavier Raufer, criminologue.

« On s’indigne de certaines violences policières. Par exemple, je n’ai pas lu de tribunes de Omar Sy, rédigées du fond de sa villa à Los Angeles pour s’émouvoir de la répression parfois violente et disproportionnée envers les Gilets jaunes et autres manifestants. On s’indigne d’un racisme. Mais pas de tous les racismes. Quand une vieille dame juive, Sarah Halimi se fait torturer pendant des heures avant d’être défenestrée ou quand Merah traîne par les cheveux une petite fille de 5 ans, avant de lui tirer dessus à bout portant, je n’ai pas vu les remuants Taha Bouhafs ou Mehdi Meklat dans la rue pour protester. Même l’année dernière, à l’occasion de la CAN, lorsque le Franco-Guinéen Mamoudou Barry a été frappé à mort aux cris de « on va tous vous crever, sale nègre », le silence a été assourdissant chez les antiracistes. Il faut dire que la victime était un jeune et brillant universitaire en costume, pas un dealer en sweat à capuche et claquettes Nike, et que son assassin n’était pas un sanguinaire policier mais un supporter turc. Bref, je ne me mettrai pas à genou. Je ne baisserai même pas la tête. Au contraire. Je vais rester debout, et garder les yeux bien ouverts ».
Nathalie Bianco, sur sa page Facebook.

| Q. Tout ceci n’influence guère les marchés, apparemment ?

Jacques Borde. Visiblement, non. Le Dow Jones monte de plus de 700 points malgré les tensions et les émeutes. Et 2,5 millions d’emplois de plus que prévu ont été créés (ou, pour partie, recréés) au mois de mai 2020. L’économie repart à la hausse.

| Q. Judiciairement, où en est-on du dossier ?

Jacques Borde. Pour revenir au sujet principal, le racisme, on ne peut pas affirmer qu’il y en ait nécessairement en l’affaire.

À noter que le policier, Derek Chauvin, qui est inculpé pour ce drame :

1- n’a aucun antécédent à ce sujet, alors qu’il en a sur d’autres.
2- était marié à une Asiatique.

Charlotte Sawyer. C’est la raison pour laquelle, le chef d’inculpation de hate crime qu’on utilise pour un crime raciste, et qui en fait tout de suite un crime fédéral, n’a toujours pas été retenu. Et le ne sera certainement pas.

Jusqu’à aujourd’hui, personne n’a apporté la moindre preuve que George Floyd a été tué pour des motifs raciaux. C’est juste une hypothèse émise par des gens qui n’ont pas accès au dossier.

Jacques Borde. Quant la technique de blocage utilisée, c’est celle qui était en vigueur au sein des Forces de l’ordre (FDO) locales, au moment des faits.

Comme l’a noté Eber Haddad : « Qu’elle soit bonne ou mauvaise dépend de beaucoup de facteurs et même si je suis contre, je ne suis pas flic et je ne risque pas ma peau tous les jours. Quand tu arrêtes quelqu’un pour trafic de drogue et de fausse monnaie, ce n’est plus une simple contravention. Quand tu sais que c’est un repris de justice qui a fait plusieurs fois de la prison et qui a pointé son revolver sur une femme enceinte (une noire en l’occurrence) lors d’un vol à main armé dans une maison, et la police a tout de suite accès à ces infos, tu es obligé de faire ce qu’on t’a enseigné je suppose. Comme ni toi, ni moi ne nous sommes retrouvés dans des situations similaires, on ne peut pas juger ».

Par ailleurs, ajoute Eber Haddad, « j’ai été à 2 reprises membre d’un jury, dont une fois pour un mois avec séquestration, on nous apprend à être beaucoup plus rigoureux que ça et surtout d’oublier ce qu’on a pu voir à la télé ou lire sur la presse au sujet du crime qu’on juge. D’ailleurs il n’est pas dit que le procès soit gagné par le procureur. Entre les avocats, les expertises, les contre-expertises et toutes les démonstrations il est très difficile d’obtenir l’unanimité du jury si le dossier n’est pas en béton ».

Et, à ce qui filtre du dossier, George Floyd serait mort « par homicide » en raison de la « pression exercée sur son cou ». Mais, était aussi drogué au Fentanyl, un puissant opiacé, a estimé lundi le médecin légiste de Hennepin County en charge de son autopsie. Il a donc fait un « arrêt cardiaque et pulmonaire » à cause de son immobilisation. Dans son rapport, le médecin légiste liste « d’autres paramètres importants : artériosclérose et hypertension artérielle ; intoxication au Fentanyl ; usage récent d’amphétamines ».

| Q. Et cette justice, qui avance, elle va prendre corps comment ?

Charlotte Sawyer. Elle avance. De son pas, forcément plus lent que celui des émeutiers.

L’accusation vient de passer de 3rd degree murder à 2nd degree murder. C’est presque de la sémantique. Et ce n’est toujours pas homicide volontaire. En fait, c’est plus une tentative d’apaiser la rue. Sans grand succès pour le moment.

Par ailleurs, les chances de réussite du procès s’amenuisent et Chauvin peu aussi s’en sortir.

| Q. De quelle manière ?

Jacques Borde. Plus on met la barre haut et plus il est difficile de convaincre un jury. Les avocats de Chauvin vont déjà commencer par aborder le changement de qualification de l’inculpation après avoir demandé un dépaysement pour le procès (change of venue) à cause des risques de partialité. Ensuite, il faudra convaincre 12 jurés qui doivent voter la culpabilité à l’unanimité.

Charlotte Sawer. Dans le Minnesota, le 2nd degree manslaughter se définit comme suit : « by the person’s culpable negligence whereby the person creates an unreasonable risk, and consciously takes chances of causing death or great bodily harm to another ». Soit en français : « par la négligence coupable de la personne, par laquelle la personne crée un risque déraisonnable et prend consciemment des risques de causer la mort ou des lésions corporelles graves à une autre ».

Et, à rappeler que la peine maximale pour le 2nd degree manslaughter est de 10 ans d’emprisonnement.

Jacques Borde. De toute manière, ce sera un procès éminemment politique.

| Q. Se laisse-t-on, pour beaucoup, emporter par l’émotion ?

Jacques Borde. Oui. Mais surtout par la manipulation permanente du cloaca mediatica maxima.

En France notamment. Laissons, ici, la parole au général de corps d’armée Bertrand Soubelet1, que je salue cordialement :

« Oui les membres des forces de sécurité qui franchissent les limites doivent être sanctionnés mais c’est infiniment plus rare que ceux qui sont blessés et perdent leur vie dans la gendarmerie et la police. En 2018 ( derniers chiffres connus) 25 policiers et gendarmes ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions et plus de 20.306 ont été blessés. Et depuis trois ans l’augmentation est constante de plus de 10% par an. Les réactions émotionnelles que nous constatons dans les commentaires et les rassemblements qui débouchent sur de la violence ne doivent pas guider notre vie publique et notre modèle de société. Les vrais problèmes sont ailleurs mais cette dérive finit de fissurer ce qui reste de notre cohésion nationale ».

| Q. Vous, cette émotion ne vous submerge pas ?

Jacques Borde. Non pas du tout, désolé. Sans doute est-ce parce que beaucoup ceux qui portent et veulent nous imposer à tout prix cette doxa repentante, racialiste et biaisée ne m’inspirent aucune confiance.

Tenez un exemple : le porte-parole et fondateur de la Ligue de défense noire africaine (LDNA), Egountchi Behanzin, de son vrai nom Sylvain Afou (31 ans), sans emploi. Mais, surtout condamné en 2014 à 7 ans de prison pour un viol commis sur une personne vulnérable en 2007. Ça vous tente comme modèle ?…

| Q. Cette affaire de Minneapolis va-t-elle influer sur les votes communautaires ?

Jacques Borde. Comment le savoir ? Ce qui, pour le moment, est factuellement exact c’est que la popularité de Donald Trump explose chez les Afro-américains. Ils sont désormais 41% à approuver le président démocratiquement élu.

-29 mai 2020 : 38%
-01 juin 2020 : 34% (-4)
-02 juin 2020 : 31% (-3)
-03 juin 2020 : 33% (+2)
-04 juin 2020 : 36% (+3)
-01 juin 2020 : 41% (+5)

| Q. Ça n’a pas l’air de vous surprendre ?

Jacques Borde. Pas tant que ça. Ce retournement étant largement prévisible. Je pense que les Afro-américains ont compris que dans l’Affaire Floyd, les Démocrates sont à la manœuvre pour déstabiliser Trump et ont tout intérêt à laisser se développer des émeutes des pillages et le chaos.

Charlotte Sawer. Or, quelque part, cette communauté afro-américaine se retrouve souvent en première ligne face aux émeutiers et à leur ultraviolence. Qui s’en soucie au juste ? Pas ceux qui pillent leurs magasins, rouent de coups leurs propriétaires et tuent des policers… noirs !

| Q. Les BLM s’en prennent aussi aux Afro-américains ?

Jacques Borde. Oui. De toutes les manières possibles.
Ainsi, le monument à la gloire du 54th Infantery Rgt du Massachusetts vient d’être vandalisé par des activistes se revendiquant de activistes Black Lives Matter (BLM)

Or, le 54e régiment d’infanterie du Massachusetts est un des tous premiers régiments noirs de l’armée yankee. Créé en 1863 il a été dissous en 1865. Ils participèrent à de nombreuses batailles, avec à la fin de la guerre entre les États des pertes de 50% des effectifs.

Doit-on penser, au vu des dégradations apportées au monument célébrant leur engagement, que les Noirs auraient dû rester esclaves dans les États du sud ? Ce qui fut longtemps le fond électoral ségrégationniste du Parti démocrate dans ce Deep South étasunien.

Notes

1 Ex-numéro 3 de la Gendarmerie nationale.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Minneapolis : Racisme ou Kulturkampf US pur & dur ? [1]

| États-Unis | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Que s’est-il …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer