Accueil / Verbatim / États profonds dans les cordes : Un peu, beaucoup, ou plus ? [1]

États profonds dans les cordes : Un peu, beaucoup, ou plus ? [1]

| Kulturkampf / Deep State | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Novembre 2020 sera assurément une date-clé dans l’affrontement des peuples Vs leurs États profonds (Deep State), Trump entamera-t-il ou pas un second mandat ? En attendant, les coups échangés sont de plus en plus violents. Que ce soit au levant, sur le front viral, Ou encore le front du suprémacisme africaniste. À rappeler, également, l’étonnante alliance anti-Trump unissant le marais démocrate & ces agences fédérales US, qui ont en mémoire ce qu’une administration peu leur infliger en matière de purge : remember the Halloween Massacre. Texte pour partie écrit avant l’affaire de Minneapolis. Épisode 1.

| Q. Des nouvelles alarmantes du front d’Idlib (Syrie) ?

Jacques Borde. Oui, tout à fait. La Türk Hava Kuvvetleri (THK)1 y dispose désormais d’une batterie de défense surface/air moyenne portée MIM-23 Crochet2, positionnée sur l’aéroport de Taftanaz, au nord-est d’Idlib.

Déploiement qui signifie qu’Ankara se prépare activement à la reprise des hostilités dans le nord syrien, et essaie d’anticiper la menace que représentent l’Al-Qūwāt al-Jawwīyä al-Arabiya as-Sūrī (FAAS)3 et la Vozdushno-Kosmicheskiye S’ily (VKS)4.

Par ailleurs, le ministre turc de la Défense, le Tuğgeneral5, Hulusi Akar, le premier militaire ministre au sein d’un gouvernement civil en Turquie, en présence du 30ème TSK Genelkurmay Başkanı6, Yaşar Güler, a visité le jour de l’Aid el-Fitr les soldats turcs déployés à la frontière syrienne, ainsi que des équipements et des unités militaires récemment positionnés aux points d’observation turcs sur zone.

À cela s’ajoute une période de tension avec Moscou, en raison du soutien turc aux forces de la GNA en Libye, pays pourtant toujours sous embargo militaire.

À rappeler qu’à aucun moment, à l’exception notable de l’Italie, aucun pays occidental n’a empêché le débarquement de matériels et personnels turcs en Libye7. Quant à la Russie, contrairement à une rumeur répandue :

1- le Groupe Wagner8, Société militaire privée (SMP) russe, n’a pas quitté la Libye.
2- Moscou n’a pas davantage lâché le maréchal Ḫalīfa Bilqāsim Ḥaftar9 et a même déployé 6 MiG-29 Fucrum et une paire de Su-24M Fencer ou Su-25 Frogfoot pour l’appuyer à partir, la base d’Al-Jufrah dans le nord de la Libye. Des photos satellites diffusées depuis le 21 mai 2020, en ont confirmé l’arrivée. Les appareils sont donnés par certaines sources comme dépourvus de marquages, mais sur une photo prise en Libye et diffusée le 27 mai 2020, ils arborent clairement une cocarde de l’Al-Jayš al-’waṭaniyy al-Lībii (LNA)10. les équipages pourraient être biélorusses…

Le 21 mai 2020, la LNA avait clairement prévenu qu’elle s’apprêtait à recevoir cet appui aérien, afin de cibler les forces turques projetées en Libye.

Ce sont donc très probablement ces MiG-29 qui ont attaqué une colonne de véhicules blindés turcs se dirigeant vers Syrte, ville contrôlée par les forces de la LNA du général Haftar. La colonne aurait été détruite avec des dizaines de morts parmi les militaires turcs.

Du moins au vu des vidéos publiées sur la Toile.

| Q. Certaines sources parlent de Su-35 ?

Jacques Borde. Pas crédible. Le Soukhoï Su-35S, qui est un chasseur multirôle de génération 4++, est trop récent pour être déployé dans des conditions aussi hétérodoxes, hasardeuses et rustiques.

Ceci sans parler des 6 à 9 Mirage 2000-9 de l’Al-Quwwāt al-Jawwīyä al-Imārātiyya (UAEF)11 opérant à partir de Sidi Barrani Air Base (Égypte).

| Q. Et, la piste de MiG-29 syriens ?

Jacques Borde. Impossible, le MiG-29 n’a tout simplement pas l’allonge nécessaire pour aller taper aussi loin.

À peu près aussi sérieux que les accusations du Cumhurbaşkanı12, Reccep Tayyip Erdoğan, affirmant à Trump que les émeutiers antifas qui agissent sur le sol américain seraient des militants du Partiya Karkerên Kurdistan (PKK)13. Je suis d’ailleurs surpris que Erdoğan n’ait pas tenté de faire porter le chapeau à ses ennemis jurés du FETÖ14, les Gülenistes.

| Q. Quid du renouvellement du contrat Palantir par la DGSI ?

Jacques Borde. Étonnant, en effet. La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) – notre FBI ou Sherut ha’Bitaron ha’Klali (SHABAK)15, pour nos lecteurs américains ou israéliens – a renouvelé son contrat d’analyse de ses données avec la société étasunienne Palantir. Or, celle-ci collabore étroitement avec la… CIA.

Officiellement, discours éculé, Il n’existerai pas d’alternative nationale : en France, on ne sait pas faire, ou on ne cherche pas à s’en donner les moyens.

Du pain béni pour la star-up californienne, spécialisée dans le Big Data qui s’occupe déjà des données d’un grand nombre de groupes stratégiques en France : Airbus, Axa, Sanofi.
Inutile de dire que les agences de Renseignement US auront ainsi un accès direct aux clients de Palantir. Idem pour ces autres sociétés étasuniennes du même acabit qui gèrent nombre de réseaux informatiques, entrepreneuriaux, mais aussi administratifs. En réalité, les États-Unis évoluent comme un poisson dans l’eau dans l’hexagone, avec ce bain de réseaux informatiques dont ils sont grandement à l’origine.

Il est vrai que pour le Renseignement intérieur, un outil français serait sans doute plus approprié, mais faute de volonté politique, on s’expose, en connaissance de cause, à des back-doors informatiques permettant toutes sortes de fuites.

Charlotte Sawyer. En résumé, votre Renseignement intérieur remplit son coffre et donne le double des clés à l’Oncle Sam. Thanks MM. les Frenchies…

| Q. Justement, passons aux États-Unis : La victoire en 2020, de Trump pourra-t-elle affecter la lutte contre la terreur takfirî ?

Charlotte Sawyer. Si elle a lieu. Possiblement, mais il est trop tôt pour être très affirmatif sur la question.

Mais le cadre d’un second mandat pourrait permettre à Trump – et, là, tout dépendra de ce que seront alors les chambres : US Senate et House of Representantatives – de ressortir des tiroirs certaines options sécuritaires retoquées précédemment.

| Q. Vous pensez à quoi ?

Jacques Borde. Notamment à son décret prévoyant la réouverture des prisons secrètes de la CIA hors États-Unis, qui avaient été fermées par l’ex-président B. Hussein Obama. Selon le New York Times, qui en parlait à l’époque, le projet de décret de trois pages, consulté par le quotidien, révoquerait des décrets signés par Obama en janvier 2009 et qui avaient ordonné :

1- la fermeture de Guantanamo (jamais fermé en fait).
2- celle des « sites noirs » de la CIA en dehors du sol étasunien.
3- l’accès de la Croix Rouge à tous les détenus des États-Unis dans le monde.
4- la fin des techniques d’interrogatoires assimilées à de la torture.

Charlotte Sawyer. Ce projet de décret de M. Trump, non confirmé par la Maison-Blanche, ne déclencherait pas à lui seul la réouverture des prisons de la CIA créées en secret sous la présidence de George W. Bush au début de la guerre contre le terrorisme. Mais il ouvrirait la voie juridique à leur réouverture.

Jacques Borde. Et, là, nous revenons sur le problème de la composition des chambres…

Le décret réitérerait l’interdiction du recours à la torture, tout en appelant à envisager une modification du manuel d’interrogatoire utilisé par l’US Army et la CIA, le fameux FM 2-22.3 (FM 34-52) Human Intelligence Collector Operations.

Quant à Guantanamo, selon le Times, le texte demanderait au Pentagone de continuer à y envoyer des prisonniers d’Al-Qaïda et d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)16. Il n’y resterait actuellement que 41 prisonniers.

Charlotte Sawyer. Rappelons qu’en février 2016, le candidat Donald Trump avait déclaré : « la torture marche », en promettant qu’il réinstaurerait la technique de simulation de noyade (waterboarding), bannie par Obama.

| Q. États-Unis : le nombre des victimes liées aux émeutes commence à grimper ?

Jacques Borde. Hélas, oui. David Dorn (77 ans), qui avait passé 38 ans au service de la police de l’État, a été retrouvé mort à proximité de la boutique d’un prêteur sur gages de Saint-Louis après avoir voulu empêcher les émeutiers de s’en prendre au commerce en question.

Ah oui, David Dorn était un Afro-américain, selon la nomenclature usitée aux États-Unis…

[À suivre]

Notes

1 Armée de l’Air turque.
2 En fait des MIM-23 Hawk optimisés. Doivent être remplacés par le Hisar-O.
3 Force aérienne arabe syrienne.
4 Ou Forces aérospatiales russes. Créées le 1er août 2015 suite à la fusion de la Voïenno-vozdouchnye sily Rossiï (VVS, armée de l’Air) avec les Voïenno Kosmicheskie Sily ou (UK-VKS, Troupes de défense aérospatiale.
5 Brigadier-général.
6 Ou chef d’état-major des armées turc.
7 Très récemment, la Royale (marine de guerre française) aurait simplement obligé un navire chargé d’armes à faire demi-tour.
8 Ou russe Группа Вагнера, également connu comme PMC Wagner, ChVK Wagner, ou CHVK Vagner.
9 Promu à ce grade en septembre 2016 par le Parlement de Tobrouk.
10 Ou Armée nationale libyenne du maréchal Ḫalīfa Bilqāsim Ḥaftar.
11 United Arab Emirates Air Force, Force aérienne des Émirats Arabes Unis.
12 Ou Président de la République de Turquie.
13 Parti des travailleurs du Kurdistan.
14 Ou Gülen Hareketi ou Gülen Cemaati. L’appellation PDY/FETÖ est celle choisie par l’administration Erdoğan.
15 Ou Shin-Beth (SHABAK étant l’acronyme), Le terme qui était tombé en désuétude semble avoir de nouveau la ferveur des media.
16 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Minneapolis : Racisme ou Kulturkampf US pur & dur ? [2]

| États-Unis | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Que s’est-il …