Accueil / Verbatim / De la Proskynèse à la Trahison pure & simple. [2]

De la Proskynèse à la Trahison pure & simple. [2]

| Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Jusqu’où peut-on humainement aller pour garder ses prébendes & poltrone, comme disent nos amis italiens ? Visiblement États profonds (Deep State) & voyoucraties politiques – d’Europe ou d’outre-Atlantique, qu’importe – ont décidé de placer la barre très haut. Entre laisser ses citoyens mourir faute de vrais soins (Europe du Sud), limiter au maximum le recours à ses forces armées, dissoudre ses forces de police (Amérique), rebaptiser les bases militaires mal-nommées (sic), rien ne semble vouloir arrêter les machines cosmopolites dans leur soif du pouvoir & de viols des peuples ! Épisode 2.

« Enlèvement de statues historiques. Prochaine étape : on brûle les livres comme en 1933 en Allemagne nazie ? ».
Huguette Vanhille Devisscher.

« Une chose est certaine pour en terminer sur le terrain factuel à destination des puristes: il y a plus de preuves de la présence d’antisémitisme lors de cette manifestation du comité Adama que de celle de racisme dans l’affaire Traoré…Sur le fond, ce déni de l’antisémitisme dans le milieu prétendument antiraciste et spécifiquement islamo-africain, je ne le connais que trop bien professionnellement. Il aura fallu bien des massacres, de Fofana pour Ilan Halimi, de Coulibaly dans l’Hypercasher, d’un autre Traoré pour Sarah Halimi, pour pouvoir sortir, un peu, mais un temps seulement manifestement, du déni ».
Me. Gilles-William Goldnadel,

| Q. Vous parlez de proskynèse, vous pouvez préciser ?

Jacques Borde. Oui, bien sûr. Du grec proskynesis (προσκύνησις)1. En fait, un rituel d’origine perse qui consiste à s’incliner ou se prosterner devant une personne de rang supérieur. Fort mal vu des Grecs : introduits devant le Roi des rois Xerxès2, les Spartiates Sperthias et Boulis vont refuser de s’y plier arguant que ce n’est pas dans leur coutume de se prosterner devant un homme. Alexandre le Grand tenta de l’imposer vers 327 av.J.-C. mais il est confronté à la résistance des Macédoniens, Callisthène en tête, lors de l’affaire de la Proskynèse de Bactres. Par la suite, Alexandre abandonne l’idée.

Les auteurs grecs de l’époque classique assurent que pour obtenir une audience devant le souverain perse, le demandeur devait s’engager à effectuer la proskynèse devant le roi. Plutarque, de son côté, écrit que juste avant l’audience de Thémistocle face au grand roi, le Chiliarque Artaban précise les conditions de celle-ci dans ces termes :

« Pour nous, parmi d’autres très belles lois que nous avons, la plus belle est celle qui ordonne de révérer le roi et de faire la proskynèse devant lui comme devant l’image du dieu (Eikôn Theou) qui gouverne le monde. Si donc approuvant nos usages, tu consens à te prosterner, tu pourras le voir et lui parler ; mais si tu n’es pas d’accord là-dessus, tu devras avoir recours à d’autres comme intermédiaires, pour communiquer avec lui, car l’usage traditionnel n’admet pas que le roi donne audience à un homme qui refuse de se prosterner »3.

Chez les Parthes, au Ier siècle av. J.-C., le rituel implique une génuflexion puis, chez les Sassanides, au IIIe siècle, une prosternation totale avec l’obligation de rester dans cette position jusqu’à ce que le roi ordonne de se relever.

| Q. Ces statues qu’ont met à bas, vous en pensez quoi ?

Jacques Borde. Effectivement, c’est à quoi nous assistons est une doxa remplaciste qui progresse un peu partout, plusieurs statues ont été déboulonnées ou vandalisées. La statut de Churchill à Londres a été tagué d’un vengeur : « Was a racist ».

Des idiots utiles de la Ligue de défense noire africaine (LDNA) ont, eux, appelé à déboulonner une statue de Jean-Baptiste Colbert, ministre de Louis XIV.

Charlotte Sawyer. Une statue de Christophe Colomb a été décapitée à Boston et une autre traînée dans un lac en Virginie.

Tout ça au nom du supposé antiracisme des africanistes et/indigénistes et de notre bonne vieille gauche antisémite US. Les poubelles de l’anti-Trumpisme, en somme.

Jacques Borde. Comme l’a dit Pierre Rodolphe Tran-Van : « La purge continue. Comme les Taliban, DA’ECH ; la vengeance des derniers de la classe. Les rôles secondaires de l’histoire veulent se venger des premiers rôles ».

Asinus, asinum fricat. Qui se ressemble, s’assemble. Choisissez la formulation que vous voudrez.

| Q. Mais que veulent les Démocrates, au juste ?

Jacques Borde. Franchement, on se le demande. À part, bien sûr vouloir la peau de Trump.

Charlotte Sawyer. Tout ça peut prendre des proportions surprenantes, voire kafkaïennes. À Minneapolis, le maire d’extrême-gauche, Jacob L. Frey, a :

1- décidé de limiter drastiquement les capacités de réaction de la police.
2- quasiment laissé les émeutiers BLM et Antifas mettre la ville a feu et à sang. Comme votre régime Macron à Dijon, en quelque sorte.

Et, maintenant, ce même Jacob Frey appelle le pouvoir fédéral au secours pour remettre sa ville sur pied.

Jacques Borde. Plus généralement de Bamyan à Boston, les statues tombent et sont fracassées avec la même haine sectaire. Alors : Al-Qaïda, DA’ECH4 et professionnels de l’Antiracisme (sic)= mêmes financements, deux causes différentes, un même objectif de destruction des nations, des richesses de leurs cultures et de leur histoires.

La posture démocrate à Minneapolis aura fait réagir une source levantine en termes peu amènes : « Maintenant, les résidents de Minneapolis peuvent ressentir à quoi ressemble une ville après l’invasion des troupes américaines, par exemple, Bagdad ».

| Q. Les élus démocrates avaient une raison précise d’aller se prosterner au Capitole ?

Charlotte Sawyer. Oui. Et pas une petite. Tout ça, c’est du Barnum politique :

Le Justice & Policing Act, qui sera présenté devant les deux chambres par les Démocrates visant, entre autres, à « mettre fin aux brutalités policières, obliger la police à rendre des comptes, améliorer la transparence et créer des changements profonds et structurels qui protègent le droit de tous les Américains à la sécurité et à une justice égalitaire » (sic).

Jacques Borde. Mais, son avenir au Sénat, à majorité républicaine, reste incertain. Donald J. Teflon Trump, qui brigue un second mandat a accusé son adversaire Joe Biden et les Démocrates de vouloir « couper les vivres de la police ». Et, a contrario, a plaidé pour « des forces de l’ordre efficaces et bien payées ».

Charlotte Sawyer. À l’évidence, la petit séance de proskynèse effectuée au Emancipation Hall du Capitole par le Speaker of the US House of Representatives5, Nancy Antoinette P. Pelosi, le Senate Minority Leader6, Charles Chuck Ellis Schumer, ainsi qu’une vingtaine de parlementaires, dont plusieurs membres du Congressional Black Caucus (rassemble des élus afro-américains), n’est qu’une manière comme une autre pour le camp démocrate de mettre la pression sur le camp présidentiel, à des fins bassement électorales. Cela et rien d’autre.

| Q. Vous pensez que, ainsi biaisé, le débat sur la sécurité va beaucoup peser sur ces élections ?

Jacques Borde. Aucune idée, je ne lis par dans le marc de café. Mais, oui, certainement, la question de la sécurité des Américains pèsera au moment de mettre le bulletin dans l’urne.

Charlotte Sawyer. Un exemple : le 31 mai 2020 Chicago a été le théâtre de 18 meurtres en une seule journée, la journée la plus meurtrière en 60 ans. Chicago qui a la loi anti-armes à feu la plus stricte du pays est le berceau des politiciens les plus corrompus des États-Unis… et, bien sûr, la ville :

1- est entièrement contrôlée par le Parti démocrate.
2- est le fief du clan Obama.

En sus, on y compte comme hommes honorables – comme disait Marc-Antoine à propos des assassins de César – : Rahm Emmanuel, premier Chef de Cabinet d’Obma, David Axelrod, son directeur de campagne, Jessie Jackson, Louis Farrakhan, de la Nation of Islam (NOI)7, de bien d’autres personnages tout aussi honorables (sic). On voit le résultat de leurs politiques après plus d’un demi-siècle d’emprise démocrate. Comme Minneapolis, démocrate depuis 60 ans sans discontinuer.

Les adeptes de la victimisation perpétuelle ne fournissent aucune explication à ce sujet… étonnant, non ?

| Q. Bon, et comment se positionne la communauté noire dans l’Affaire de Minneapolis ?

Jacques Borde. En fonction de ses idées, tout simplement. Sur ce terrain, dans une vidéo virale qui a recueilli 1,5 million de vues, la militante conservatrice (noire) Candace Owens a expliqué pourquoi elle refuse d’accepter George Floyd comme martyr de la communauté afro-américaine.

Dans son clip de 18 minutes, Owens condamne clairement le meurtre de Floyd mais examine également le casier judiciaire de Floyd et conteste le récit qui en fait un héros.

« Je ne vais pas accepter le récit selon lequel c’est le meilleur que la communauté noire puisse offrir (…). Personne ne pense qu’il aurait dû mourir lors de cette arrestation, mais ce que je trouve méprisable, c’est que tout le monde prétend que cet homme a vécu héroïquement alors que c’est faux (…). Nous sommes les seules à se battre et à crier et à exiger du soutien et de la justice pour les gens de notre communauté qui ne sont pas bons (…). On nous vend beaucoup de mensonges au détriment de la communauté noire et blanche et au détriment de l’Amérique dans son ensemble ».

Owens a également remis en question le récit de la brutalité policière : « Un policier a 18 fois plus de chances d’être tué par un Noir que l’inverse (…). Certains policiers font-ils de mauvaises choses ? Oui. Ça va toujours exister parce que ce sont des êtres humains. Et parfois, les êtres humains sont nuls … la société n’est pas perfectible (…). Ce n’est pas une excuse pour peindre la société avec un pinceau large et ce n’est certainement pas une excuse pour accepter un récit démocrate ».

Plutôt que de célébrer George Floyd comme modèle, Owens cite certains de ses propres héros afro-américains, dont Kobe Bryant, Thomas Sowell, Walter Williams et Shelby Steele. « George Floyd n’est pas mon martyr… il peut être le vôtre. Et c’est tout ce que j’ai à dire à l’Amérique noire ».

Charlotte Sawyer. Well ! Pas vraiment le narratif éculé du cloaca mediatica maxima. Le vôtre et le nôtre…

[À suivre]

Notes

1 Littéralement : envoyer un baiser vers.
2 Ou Xerxès Ier (Xšayaṛša), né vers 519 av. J.-C. et mort en 465 av. J.-C. (ou 475 av. J.-C.1), Shah-in-shah (roi des rois) perse, membre de la dynastie des Achéménides qui régnèrent sur un empire s’étendant de l’Indus à la mer Égée et du Syr-Daria au golfe Persique et au Nil, incluant ainsi l’Égypte antique durant la XXVIIe dynastie.
3 Thèm. 27.4-5.
4 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
5 Présidente (et chef de la majorité démocrate) à la Chambre des Représentants.
6 Ou chef de la minorité démocrate du Sénat.
7 Ou Nation de l’islam.

 

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

États profonds dans les cordes : Un peu, beaucoup, ou plus ? [1]

| Kulturkampf / Deep State | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Novembre …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer