Accueil / Verbatim / Turcs en Méditerranée : Qui est Charybde ? Qui est Scylla ? [2]

Turcs en Méditerranée : Qui est Charybde ? Qui est Scylla ? [2]

| Turquie / Libye | Géostratégie | Jacques Borde |

Paris s’étonne, assez stupidement faut-il, objectivement, le reconnaître, que l’un de ses navires de guerre, le Courbet, se soit fait accrocher & illuminer par le système de tir d’une frégate turque. Avec pour seule réaction d’aller cafter auprès de l’…OTAN qui, bien sûr, n’en a eu cure. Autrement dit, c’est la TDK & non la Royale qui applique sa politique de la canonnière au beau milieu de la Méditerranée. À force de se coucher ainsi devant le Turc, le régime de Paris pourrait tout autant refiler à Ankara son Charles-de-Gaulle que la Sublime porte rebaptiserait aussi sec Mustafa-Kémal. Plus sérieusement, jusqu’où s’abaissera Paris pour ne pas affronter les ambitions d’un Reccep Tayyip Erdoğan au mieux de sa forme & de ses provocations ? Épisode 2.

| Q. Et les Turcs dans tout ça, ils gardent le cap, j’imagine ?

Jacques Borde. Pire (ou mieux, selon le camp auquel on appartient) : ils poussent encore leur avantage. Ils ont déjà pas mal réussi face aux Ukrainiens du groupe Wagner et aux Égyptiens sous l’uniforme de l’Al-Jayš al-’waṭaniyy al-Lībii (LNA)1 du maréchal Ḫalīfa Bilqāsim Ḥaftar2.

Par ailleurs, selon Strategika51 « les Turcs ont appris a éliminer les drones d’attaque émiratis de type Wing Loong (une autre frégate turque a abattu avant-hier un drone d’attaque émirati Wing Loong au large de la base militaire de Watya, prise d’assaut par les forces du GNA de Tripoli avec l’aide décisive des forces spéciales turque) ».

| Q. Mais de là à illuminer une frégate française ?

Jacques Borde. Au delà du fait que géopolitiquement et humainement Emmanuel Macron, ne pèse pas bien lourd face à Reccep Tayyip Erdoğan, Strategika51 nous rappelle cette chose essentielle : à savoir que « En tant que pays belligérant dans le conflit libyen depuis son origine, la France s’est positionnée du côté des forces du maréchal Ḫalīfa Ḥaftar aux côtés de l’Égypte, les Émirats Arabes Unis et la Russie, après avoir perdu tous ses pions en Tripolitaine au bénéfice de la Turquie et de l’Italie. De ce fait, les Turcs dénient à la marine française tout rôle neutre y compris au sein de l’opération maritime conjointe Sea Guardian et perçoivent la France comme un adversaire à éliminer du théâtre libyen au même titre que la Grèce ».

Jusqu’où ? Nous verrons bien. Mais être assimilés aux… Grecs dans le discours turc en dit long sur ce que l’administration Erdoğan pense du régime de Paris.

Ensuite, comme le note encore Strategika51 : « La guerre en Libye a surtout bénéficié à la montée en puissance de la Turquie et son déploiement régional. Les dirigeants turcs en remercient encore Sarkozy en utilisant une vieille blague ottomane sur le caractère soumis des juifs hongrois (Sarkozy se prétend d’une descendance juive hongroise et grecque). Cette donnée impensable n’aurait jamais été possible sans la gabegie des stratèges de l’OTAN ».

| Q. Sarkozy et sa judéité (sic) : une énième pique antisémite ?

Jacques Borde. Pas nécessairement. Le mouvement Jön Türk (Jeune Turc)3 comptait des juifs turcs en son sein. Certes, l’Adalet ve Kalkınma Partisi (AKP)4 d’Erdoğan ça n’est pas les Jön Türkler (Jeunes Turcs).

Ce me semble, le FETÖ5 a eu quelques plumes de confession mosaïque en son sein, notamment un spécialiste des questions géostratégiques assez connu, mais dont le nom m’échappe. Désolé.

| Q. Vous avez peu parlé de la Russie ?

Jacques Borde. Elle serait encore active en Libye.

Pour ce dont on est sûr, ce sont bien des aéronefs de la Vozdushno-Kosmicheskiye S’ily (VKS)6, très certainement des MiG-29 et des Su-25, qui ont littéralement pulvérisé la colonne mixte GNA-TKK que Tripoli avait imprudemment lancé à l’assaut de Syrte.

Faut-il en déduire pour autant que Syrte est la ligne rouge à ne pas franchir aux yeux du Kremlin, comme c’est le cas pour Le Caire ? En tout cas, pour l’instant, balle au centre, pourrait-on dire.

| Q. Franchement, au stade où nous en sommes, vous croyez à une confrontation directe entre Paris et Ankara ?

Jacques Borde. Assez peu, en vérité.

Certes, Paris a tenu à montrer son désaccord lors de la réunion interministérielle de l’OTAN, des 17 et 18 juin 2020. Le Secrétaire général de l’OTAN, le Norvégien Jens Stoltenberg, ne souhaitait pas évoquer le dossier turc. Mais le ministre français des Armées, Florence Parly, l’a imposé à l’ordre du jour. Ordre du jour qui n’a débouché sur rien, au bout du compte. Alors…

Auparavant, le 20 avril 2020, dans les colonnes du Monde, le ministre de l’Europe & des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait égrené les dossiers sur lesquels Paris et Ankara s’opposent : Syrie, Libye, violation des eaux territoriales grecs, dossier chypriote.

Belle liste, en vérité. Mais, tout ça c’est de la parlote, du verbiage macroniste.

| Q. Et, vous ne croyez pas, au clash, même par accident ?

Jacques Borde. On ne peut jamais rien exclure. Mais, non, difficilement. Pour se battre, il faut au moins être deux.

Or, à chaque fois le régime de Paris recule devant celui d’Ankara.

| Q. N’exagérons rien ?

Jacques Borde. Ah, bon. Revenons sur l’incident du Courbet. Il est quand même symptomatique de la crise qui oppose Ankara et Paris.

Une frégate turque, le TCG Gökova (F-492) pour être précis, a bel et bien actionné son radar de conduite de tir contre le Courbet (F712). Ce qu’on on nomme une illumination, entre gens du métier.

Or, « Dans les armées françaises, l’illumination radar est considérée comme un acte de guerre, car c’est la dernière action avant l’ouverture du feu. En théorie, cela provoque le déclenchement immédiat du feu de celui qui est illuminé », a expliqué en off un militaire à nos confrères de Valeurs actuelles.

Et, qu’a fait le Courbet, visé à trois reprises ? Il a tourné casaque.

Sur ordres supérieurs de toute évidence. Un nain (Macron) n’affronte pas un adversaire de la stature du Cumhurbaşkanı7, le très naqshbandi8 Reccep Tayyip Erdoğan. Il n’est pas équipé pour. Intellectuellement d’abord.

Après :

Primo, les dérapages incontrôlés, ça existe aussi.

Mais je n’y crois guère, des deux côtés, ce sont de vrais marins et des professionnels de très haut niveau qui sont aux commandes.

Secundo, pour peu qu’Erdoğan ait à l’esprit de donner une bonne leçon au satrape de Paris. Là, oui, les choses pourraient se gâter. Mais, pourquoi tirer sur une ambulance ?

| Q. Pour finir, ceux qui accusent la Marine nationale de se coucher devant les Turcs, ont raison ou tort ?

Jacques Borde. Tort, évidemment. C’est le pouvoir politique qui autorise ou non l’ouverture du feu. Il est évident que le pacha du Courbet a rendu compte immédiatement de l’incident. Il a reçu des ordres, donnés par le pouvoir politique, au plus haut niveau de l’État. Et a appliqué les ordres reçus.

Le souci est qu’à ce jour, nous en sommes au 2ème incident de cette nature. Il n’est pas bon de laisser ainsi la Türk Deniz Kuvvetleri (TDK)9 se croire tout permis en Méditerranée. Ce alors, comme l’écrit Maxime Chaix, de Deep-News.media « que le pouvoir turc est de plus en plus agressif dans l’Est méditerranéen ».

| Q. Donc la voie est libre face aux ambitions turques ?

Jacques Borde. Pas tout à fait. Outre les Russes qui agissent encore, mais ont aussi le c…l entre deux chaises, tant ils sont scotchés aux Turcs sur d’autres dossiers, il y a surtout l’Égypte, voisine de la Turquie. Et, là, c’est une autre paire de manches.

Le président égyptien, ‘Abdu l-Fattāḥ Sa‘īd Ḥusayn Khalīl as-Sīssī, vient d’avertir que Syrte – au passage ville natale de feu le Guide de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne Populaire & Socialiste10, le colonel Mouammar Kadhafi – ainsi qu’Al-Joufra plus au sud, représentaient une « ligne rouge » pour Le Caire.

Si cette ligne est franchie, la sécurité de l’Égypte, qui partage une frontière poreuse avec la Libye, nécessitera une « intervention directe » des forces égyptiennes, a averti Sīssī. « Toute intervention directe de l’Égypte est devenue légitime au niveau international, que ce soit au regard de la charte de l’ONU sur la légitime défense ou qu’elle se base sur la seule autorité légitime élue par le peuple libyen : le Parlement libyen (…). Si le peuple libyen nous demande d’intervenir, c’est un signal envoyé au monde que l’Égypte et la Libye partagent (…) des intérêts communs, la sécurité et la stabilité ».

Et, là, croyez-moi, le maréchal Sīssī c’est autre chose que Macron comme commander-in-chief

Notes

1 Ou Armée nationale libyenne du maréchal Ḫalīfa Bilqāsim Ḥaftar.
2 Promu à ce grade en septembre 2016 par le Parlement de Tobrouk.
3 Ou İttihat ve Terakki Cemiyeti (Comité Union et Progrès,CUP), parti politique nationaliste, moderniste et réformateur ottoman. Ses chefs ont mené une rébellion contre le sultan Abdülhamid II, planifié le génocide arménien et mis en œuvre la turquification de l’Anatolie.
4 Ou Parti de la justice & du développement.
5 Ou Gülen Hareketi ou Gülen Cemaati. L’appellation PDY/FETÖ est celle choisie par l’administration Erdoğan.
6 Ou Forces aérospatiales russes. Créées le 1er août 2015 suite à la fusion de la Voïenno-vozdouchnye sily Rossiï (VVS, armée de l’Air) avec les Voïenno Kosmicheskie Sily ou (UK-VKS, Troupes de défense aérospatiale.
7 Ou Président de la République de Turquie.
8 Soit membre de haut vol de la Tariqa naqshbandiyya, une des quatre principales confréries soufies. Elle tire son nom de Khwaja Shâh Bahâ’uddîn Naqshband, qui est considéré comme son maître, bien que ne l’ayant pas fondée. Abû Ya’qûb Yûsuf al-Hamadânî, né en 1140, et ‘Abd al-Khâliq al-Ghujdawânî, né en 1179, sont les fondateurs des principes de cette voie soufie. Le soufisme compte 41 branches initiales de confréries soufies, dont 40 tirent leurs secrets spirituels de Ali ibn-Abi Talib, le gendre du prophète. Les Soufis expliquent ce fait par cette tradition prophétique (hadith) rapportée par Tirmidhi où Mahomet dit : « Je suis la cité de la science et Ali en est la porte ». L’initiation d’Ali a été faite par le dhikr (évocation, mention, rappel, répétition rythmique, du nom de Dieu) Lâ ilâha illa-llâh, en français : Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité autre que Dieu (tawhid).
9 Ou Marine de guerre turque.
10 Titulature officielle.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

De la Proskynèse à la Trahison pure & simple. [2]

| Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Jusqu’où peut-on humainement aller …