Du Kulturkampf au Endkampf : De la Haine de soi à la Haine de l’autre ! [2]

| Occident | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Haïr, se Haïr, n’est-ce pas, quelque part, un peu la même chose ? Un sentiment qui mène bien souvent à la destruction pure & simple de l’autre. Le moins qu’on puisse dire est que l’homme a consacré à la Haine de soi & à la Haine de l’autre (surtout) une bonne partie de son temps, de son imagination & de ses actions. Pas les plus belles, hélas, à compter dans l’histoire de l’Humanité. Épisode 2.

| Q. On ne sent pas les Américains très présents sur la question libyenne ?

Charlotte Sawyer. Pour l’instant, non. Mais l’Oncle Sam ne se tient jamais bien loin des « rives de Tripoli », pour reprendre les paroles de l’Hymne de nos Marines, dans son allusion à la Bataille de Tripoli1. Notre implication en Libye, ça reste une question d’Histoire. Donc, n’enterrons pas le sujet trop précipitamment.

En attendant, le 22 juin 2020 a eu lieu une rencontre entre Fāyez Muṣṭafā al-Sarrāj, primus inter pares du Gouvernement libyen d’union nationale (GNA), et le patron du US Africa Command (AFRICOM), le général Stephen J. Townsend. Les deux hommes ont parlé de lutte anti-terroriste et de « coopération stratégique ».

Du discours pour le moment, mais il suffirait aux États-Unis de projeter sur les « rives de Tripoli » une (voire deux) Marine Expeditionary Unit (MEU)2 pour changer la donne. Chaque MEU, forte d’environ 2.200 Marines, déployée à partir d’un navire d’assaut amphibie étant une force expéditionnaire prête pour une réponse immédiate pour faire face à n’importe quelle crise. Sans parler des autres navires US d’ores et déjà présents dans la région…

Sinon, des MEU, notre USMC3 en a sept en magasin, si je puis m’exprimer ainsi.

| Q. Et pourquoi, les Américains n’agissent-ils pas de suite ?

Charlotte Sawyer. Pour deux raisons essentiellement. La première est que nous sommes dans les starting blocks de la présidentielle US. Et, sur ce point, POTUS n’a nullement l’intention de se mettre une guerre sur les bras.

Jacques Borde. Pourquoi se presser, par ailleurs ? Les deux gros bras qui se toisent – en attendant mieux, ou pire, c’est selon – sont tous les deux des alliés de Washington. Le plus musclé (sic) des deux étant outre cela membre de l’OTAN :

1- d’un côté du ring : le président égyptien, ‘Abdu l-Fattāḥ Sa‘īd Ḥusayn Khalīl as-Sīssī.
2- de l’autre : le Cumhurbaşkanı4, Reccep Tayyip Erdoğan.

Les meilleurs des guerres, nous enseigne Sun-Zu, sont celles qu’on gagne sans engager ses propres troupes. Alors du côté de la Maison-Blanche, c’est Wait & seen ou Festina lente, si vous préférez.

| Q. Et Paris ?

Jacques Borde. Paris, ou plutôt le régime de Paris, otanien lui aussi, est en train de disparaître de la scène méditérannéenne.

| Q. De quelle manière ?

Jacques Borde. L’administration Macron, dans une décision rare, a fait savoir à l’OTAN que la France suspendait sa participation à toute opération de l’Alliance dans la partie orientale de la Méditerrannée. Et ce, cela tourne au gag de potache, jusqu’à l’obtention de réponses à des « demandes » (sic) concernant ses différends avec la Turquie.

Argument avancé par Paris : En attendant d’avoir obtenu satisfaction, « nous avons décidé de retirer temporairement nos moyens de l’opération Sea Guardian. Il ne nous parait pas sain de maintenir des moyens dans une opération censée, parmi ses différentes tâches, contrôler l’embargo avec des alliés qui ne le respectent pas ».

En clair, Ankara et son omniprésente Türk Deniz Kuvvetleri (TDK)5, qui du coup se voit débarrassé de la malgré tout encombrante, bien que pas du tout dissuasive, présence (sic) française.

| Q. Ces différends avec la Turquie, c’est l’affaire du Courbet je suppose ?

Jacques Borde. Tout à fait. Ainsi que celle du Forbin.

Au sujet de la première, le ministre française des Armées, Florence Parly6, avait affirmé que « Cette affaire est à nos yeux très grave (…). On ne peut pas accepter qu’un allié se comporte comme cela, fasse cela contre un navire de l’OTAN sous commandement OTAN menant une mission OTAN ».

Du coup, Parly avait mis « les points sur les i », en présence du Secrétaire général de l’OTAN, le Norvégien Jens Stoltenberg, qui, benoîtement, avait promis d’ « enquêter afin de clarifier la situation et faire toute la lumière » sur l’incident dénoncé par la France.
Sauf que, patatras, le 1er juillet 2020, l’enquête diligentée par l’OTAN s’est refusé à confirmer les accusations lancées par Paris contre Ankara.

Touché, coulé !

Du coup, Paris qui a déjà rappelé le Charles-de-Gaulle, a décidé de retirer ses billes de Sea Guardian. Or, la nature a horreur du vide.

Quant aux piques qu’adresse, Emmanuel Macron, à l’administration Erdoğan, le moins qu’on puisse dire est qu’elles glissent telle la pluie sur les plumes d’un canard.

« Par le soutien qu’elle apporte depuis des années aux acteurs illégitimes, la France a une part de responsabilité importante dans la descente de la Libye dans le chaos. De ce point de vue, c’est en réalité la France qui joue un jeu dangereux », avait rétorqué Ankara, par la voix de son porte-parole des Affaires étrangères, Hami Aksoy.

Charlotte Sawyer. C’est ce que je vous avais dit précédemment : votre régime de Paris ne joue pas dans la même catégorie que le roué et très naqshbandi7 Reccep Tayyip Erdoğan.

| Q. Avait-on le choix ?

Jacques Borde. On a toujours le choix. On l’avait à Munich : on a vu où ça nous a mené !

Surtout que ça commence à devenir un habitude. Il y a quelques semaines, c’est un autre de nos navires, j’ai le nom sur le bout de la langue, qui a été intercepté (sic) en Mer de Chine par la Zhōngguó Rénmín Jiěfàngjūn Häijūn8. Là encore, le régime de Paris a avalé son chapeau, et fait comme si de rien n’était.

| Q. Haro sur Macron, donc ?

Jacques Borde. Oui, et non. Certes, le locataire de l’Élysée a été, comme à son habitude, en dessous de tout. Mais, ça n’est pas la première fois que l’Europe se couche devant Ankara.

Charlotte Sawyer. Chypre, est particulièrement emblématique l’aplatissement plus bas que terre des Européens. Cela fait maintenant plus de quarante ans que l’est de l’ile est occupée illégalement par la Türk Silahli Kuvvetleri (TSK)9, sans que ni l’Union Européenne ni l’OTAN d’ailleurs ne bougent le petit doigt.

Jacques Borde. Entre la Grèce, pays membre de l’Union, membre de l’OTAN et mère de l’Europe et de sa culture, et la Turquie ottomane et pantouranienne, Bruxelles a choisi : c’est Reccep Tayyip Erdoğan que le nain géopolitique européiste préfère.

| Q. Mais pourquoi ?

Jacques Borde. Parce que la Turquie est membre de l’OTAN, sa première composante terrestre même.

Charlotte Sawyer. Une Turquie qui contrôle les détroits, ce qui est l’essentiel aux yeux de l’hêgêmon thalassocratique étasunien. Qui, de toujours, raisonne très maritimement.

Jacques Borde. Quant à l’Europe, qu’attendre de son primus inter pares, Berlin ? Outre la lâcheté face au danger qui est la marque amère de la Bundeskanzlerin10 Angela D. Merkel, Allemagne et Turquie sont de vieux compères.

Sur notre dos. Mais, là aussi, rien de nouveau.

[À suivre]

Notes

1 Lors de la Guerre de Tripoli, 1801-1805.
2 Auparavant appelée Marine Amphibious Unit (MAU).
3 Pour US Marine Corps.
4 Ou Président de la République de Turquie.
5 Ou Marine de guerre turque.
6 Maintenue à son poste dans le gouvernement Castex. La seule nouvelle positive (sic) en ce qui concerne cette énième mouture du régime de Paris.
7 Soit membre de haut vol de la Tariqa naqshbandiyya, une des quatre principales confréries soufies. Elle tire son nom de Khwaja Shâh Bahâ’uddîn Naqshband, qui est considéré comme son maître, bien que ne l’ayant pas fondée. Abû Ya’qûb Yûsuf al-Hamadânî, né en 1140, et ‘Abd al-Khâliq al-Ghujdawânî, né en 1179, sont les fondateurs des principes de cette voie soufie. Le soufisme compte 41 branches initiales de confréries soufies, dont 40 tirent leurs secrets spirituels de Ali ibn-Abi Talib, le gendre du prophète. Les Soufis expliquent ce fait par cette tradition prophétique (hadith) rapportée par Tirmidhi où Mahomet dit : « Je suis la cité de la science et Ali en est la porte ». L’initiation d’Ali a été faite par le dhikr (évocation, mention, rappel, répétition rythmique, du nom de Dieu) Lâ ilâha illa-llâh, en français : Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité autre que Dieu (tawhid).
8 Ou Marine de l’Armée populaire de libération chinoise.
9 Forces armées turque.
10 Chancelière fédérale.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Turcs en Méditerranée : Qui est Charybde ? Qui est Scylla ? [2]

| Turquie / Libye | Géostratégie | Jacques Borde | Paris s’étonne, assez stupidement faut-il, …