Heures sombres & Endkampf à tous les étages ? [2]

| Occident | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Dire que les choses sont en train de s’arranger, serait un foutu bobard. C’est pourtant exactement ce qu’essaient de nous faire croire, unis dans la même forgerie, les régimes européistes, leurs cloaca mediatica maxima mondialisés, les nervis de la gauche financiarisée européiste &, last but not least (à leur manière, bien évidemment) les Unlawful combatants1, de la terreur takfirî. À se demander ce qui peut bien unir tout ce petit monde ? Épisode 1.

« L’infâme Jean-Luc Mélenchon fait dans l’immonde. Lui qui est incroyant et anti catholique, rejette cette religion au profit d’une autre qu’il défend systématiquement tout en accusant une troisième, avec certitude, d’un crime dont il doute. Vous me suivez ? Il n’est pas sûr que Jésus était sur La Croix mais est certain que ce sont les Juifs qui l’y ont porté !!! Le comble de la diffamation et de l’accusation antisémite. Donc pour essayer de comprendre la pensée de cette pourriture de JLM : il ne croit pas en Dieu mais reprend l’accusation de « Juifs, peuple déicide » alors que ce n’était même pas le propos de son interview mais il a quand même profité pour glisser cette fausse accusation, supprimée depuis Vatican II, à des fins de provocation et de diffamation contre une minorité qui ne représente que 0,5% de la population française. Pour plaire à qui ? Entre ça et l’interdiction de Génération Identitaire sur Twitter alors que les groupes djihâdistes les plus haineux, les plus racistes et antisémites et ceux que la France est supposée combattre… au Mali, y sont surreprésentés, montre la déliquescence des mœurs politiques et médiatiques en France. C’est la même chose aux États-Unis… et un peu partout en Europe de l’Ouest ».
Eber Haddad.

| Q. Cette analyse qui voudrait que l’État marocain considère le christianisme comme un danger ?

Jacques Borde. Votre question soulève un vrai problème. Plusieurs en fait.

Jawad El Hamidi, qui préside l’Association marocaine des droits & libertés religieuses (AMDLR) s’est longuement exprimé sur la situation déplorable des chrétiens au Maroc. En fait un entretien accordé à Aide à l’Église en détresse (AED). Que nous dit au juste Jawad El Hamidi ?

Que « le Code pénal stipule que tous les Marocains sont musulmans, de sorte que ceux qui se convertissent au christianisme voient non seulement leur sécurité menacée, mais sont en plus confrontés à des problèmes juridiques (…). Les chrétiens marocains pratiquent secrètement leur foi dans des églises domestiques pour éviter les sanctions de la part des autorités ou d’être harcelés par la société ».

De facto, Ils ne pratiquent pas leur foi en public, car ils risqueraient d’être accusés de prosélytisme, ce qui est illégal au Maroc.

Idem pour les ressortissants français résidant au Maroc.

Cujus regio, ejus religio2 ! Ai-je d’abord envie de vous dire. La monarchie malékite a parfaitement le droit de décider de la pratique religieuse de ses administrés. Et le fait que le prosélytisme y soit régulé me semble plutôt une bonne chose.

Ceci dit, il est aussi du devoir des États chrétiens – si ce terme a encore un sens aujourd’hui – de faire respecter les droit religieux de leurs ressortissants à l’étranger.

La France, ce me semble, a des relations diplomatiques parfaitement normalisées avec le Maroc : traiter et résoudre ce sujet ne semble donc pas être un problème insurmontable. À condition, je pense, là, au côté français, que le régime de Paris ait à l’esprit de résoudre les dossiers concernant ses administrés.

| Q. Et comment ?

Jacques Borde. D’une manière générale, rappelons que la base des relations internationale reste la réciprocité. Donc :

1- la réciprocité reste applicable dans nos relations avec le Maroc.
2- en cas de refus du Royaume du Maroc à concéder quoi que ce soit, Paris aurait parfaitement le droit d’appliquer aux ressortissants les même restrictions religieuses imposés à nos ressortissants empêchés dans leur pratique.

Évidemment, ceci ne serait possible que dans le cas où la France, ainsi que les entités européistes, étaient dotés de pouvoirs étatiques à même de conduire ces négociations sans se coucher. Comme ils le font tous les jours avec la Turquie.

| Q. Sinon, encore un probable déséquilibré au Blanc-Mesnil  ?

Jacques Borde. Oui, à peu de choses près. Au Blanc-Mesnil. Un automobiliste arrête un forcené qui se ruait sur une #église avec un fusil chargé en criant « Allah Akbar » ! Et, le parquet glisse là-dessus et estime que ce n’est pas un acte terroriste…

En fait, les plus dangereux ne sont pas les terroristes takfirî. Ce sont ceux qui sont censés représenter la justice et nous protéger. Et qui faillent à leur mission régalienne de manière systématique. Ceux-la, et d’abord ceux-là, séides de l’entité macroniste qu’ils sont, devraient être mis hors-circuit de suite.

| Q. Très français tout ça, non ?

Charlotte Sawyer. Pas seulement, les Italiens sont en train de nous rattraper. Lentement mais sûrement. Même mode opératoire : Après les flammes, le caillassage en règle des Vigili del fuoco intervenus pour éteindre l’incendie.

Jacques Borde. Les dommages causés a proximité du camp nomade-illégal de la via Candoni à Rome se sont poursuivis, dans l’absence totale des institutions et de l’État. Depuis des années, Fratelli d’Italia (FdI) dénonce la situation de dégradation et de délinquance de ce spot migratoire, qui engendre d’énormes dégâts quotidiennement. C’est bien simple, on se croit à Calais ou Porte-de-la-Chapelle : la situation a désormais complètement échappé au contrôle de l’administration Conte.

| Q. Les accusation d’antisémitisme visant Mélenchon, vous y croyez ?

Jacques Borde. Hélas, oui. Les propos ont bien été tenus. Et, ils sont, à la fois, inacceptables et révélateurs.

Alors que Apolline De Malherbe dans l’émission Bourdin Direct, lui demandait si « les forces de l’ordre devaient être comme Jésus sur la croix et ne pas répliquer » lors des manifestations, la réponse de Jean-Luc Mélenchon, président du groupe La France Insoumise (LFI), a déclenché un tollé sur les réseaux sociaux :

Cf. « Écoutez, je ne sais pas si Jésus était sur la croix. Je sais qui l’y a mis, parait-il, ce sont ses propres compatriotes ».

Je suis sidéré (outre leur stupidité) par l’inutilité de ces propos ? Dont on voit mal à quelle fin ils ont été tenus. Si ce n’est, bien sûr, flatter dans le sens du poil les tenants la doxa takfirî et leurs Jound al-Khilafah3.

À moins que La Méluche nous annonce que le classement sans suite de l’incrimination de de « Juifs, peuple déicide » et son retrait du corpus, acté par Vatican II. Mais, je ne savais pas Mélanchon si féru d’Histoire des religions ? Ce qui, pour autant, ne serait pas une excuse pour aller se vautrer ainsi dans la fange antisémite. Frange qui décidément rassemble toujours aussi assidument les cadors de l’extrême-gauche et les idéologues d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)4 & co.

Asinus, asinum fricat.

Charlotte Sawyer. Mais, il est à noter que ce genre de dérapages est de plus en plus fréquent dès qu’il s’agit de l’aile gauche de la classe politique européiste. Donc, pas qu’en France, répétons-le.

| Q. Où donc ?

Jacques Borde. En Italie notamment, où la député du Movimento 5 Stelle, Piera Aiello, à pu gloser en pleine séance de la Chambre sur ces « Juifs déportés à Auschwitz [qui] ont eu la chance de mourir. Au lieu de cela, nous mourons tous les jours ».

La chance (sic) d’être déporté et de mourir à Auschwitz ! On ne nous l’avait jamais fait celle-là ! Idem pour mon grand-oncle déporté à Dachau, je suppose ! Va falloir que je pense sérieusement à une lettre de remerciements à la Chancellerie…

Quant à Mélenchon, il nous sort qu’il ne sait pas si Jésus a existé et a été crucifié, mais que par contre il sait qui l’a crucifié : ses propres compatriotes selon lui, donc, les… Juifs .

Passons sur cette assertion qui viole les principes de base de la logique qui privilégie un acteur pour un événement dont on doute qu’il a eu lieu.

Charlotte Sawyer. De toute évidence, Mélenchon a sorti cette phrase pour des raisons idéologiques. Et non théologiques. Nous devons alors nous poser la question: pourquoi, et à qui cette démonstration était-elle destinée ?

Jacques Borde. Observons que Mélenchon est, lui-mème, athée et ne croit pas en l’existence de Jésus. Donc, à quoi rime l’imputation mélanchonesque ?

1- Mélenchon ne s’adresse pas à la gauche athée qui vomit les Écritures et la Sainte église.
2- Mélenchon ne s’adresse pas davantage à l’électorat captif de son parti : La France Insoumise (LFI), ramassis de Bobos gauchiasses, à peu près incultes théologiquement. Ou cathos-de-pacotille façon Golias.
3- côté catho classique (un peu plus concerné sans doute), depuis Vatican II, l’imputation de peuple déicide est forclose. Il serait absurde et peu crédible qu’elle soit un tel souci pour l’athée La Méluche.
4- un antisémite chrétien pourra toujours y trouver grain à moudre, mais je ne suis pas certain que Mélenchon et LFI soient sa paroisse. Et que pèse aujourd’hui cet antijudaïsme ?

En revanche, pour les partisans de la doxa takfirî, Jésus, Issa plus précisément, est un Rasul-ïllah, un prophète à livre (El Anjil5). À un nazislamiste pur jus, Mélenchon rappelle opportunément que les Juifs ont fait exécuter un de ses prophètes.

Bonjour le discours d’apaisement entre les communautés.

Quant au pourquoi, tout un chacun sait que Mélenchon laboure cet électorat bien plus que celui des chrétiens fondamentalistes, minoritaires et penchant rarement du côté de la gauche radicale. C’est donc bien aux musulmans fondamentalistes, nos adeptes de la doxa takfirî, que Mélenchon s’adressait en prononçant cette phrase « je sais qui l’a fait crucifier ».

Charlotte Sawyer. Si ça n’est pas de l’antisémitisme, ça en a bien la couleur et la puanteur.

[À suivre]

Notes

1 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. Défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
2 Tel Prince, telle religion. Maxime latine définissant le principe politique instauré au XVIe siècle dans le Saint-Empire romain germanique, suivant lequel la religion d’un peuple devait être nécessairement celle de son souverain.
3 Ou Soldats du califat. Terme officiel de DA’ECH pour qualifier ses combattants armés. Vient en droite ligne de Jound al-Khilafah fi Ard al-Jazair, groupe armé terroriste salafiste, qui s’est fait connaître par l’assassinat d’Hervé Gourdel. A fait scission d’AQMI (officiellement en septembre 2014) et prêté allégeance à DA’ECH.
4 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
5 Ou l’Évangile.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Du Kulturkampf au Endkampf : De la Haine de soi à la Haine de l’autre ! [2]

| Occident | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Haïr, se …