Captagon : Arme de soumission massive ? [2]

| Guerre Vs ISIS/DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Hannibal ad portas, disaient les Anciens Romains. DA’ECH ad portas, devrait s’écrier, à son tour, l’administration Conte. Sauf que, dépassée & peu compétente quant aux questions de terrorisme & de sécurité, elles sous-estime les menaces. Pourtant, il serait temps : c’est bien sa police qui a averti urbi & orbi de la saisie, dans le port de Salerne (Italie), de QUATORZE (14) tonnes d’amphétamines, sous la forme de 84 millions de comprimés de Captagon produits par DA’ECH. Cette amphétamine servant exclusivement à doper ses combattants, nos Latins-crétins (sic) peuvent-ils vraiment croire que cet arrivage est, seulement comme ils le laissent entendre, destiné au business de la drogue ? Alors, Paris & Bari nos futurs Kigali ? Épisode 2.

« Bonjour à Di Maio qui découvre maintenant que les départs doivent être bloqués pour arrêter l’immigration clandestine. Ensuite, vous nous expliquerez pourquoi vous n’avez jamais envisagé de mettre en œuvre le blocage naval que Fratelli d’Italia continue de proposer depuis des années ».
Giorgia Meloni.

« Les débarquements continuent et les fuites de migrants se multiplient des centres d’accueil italiens. De Taranto à Caltanissetta, juste pour mentionner quelques-uns des derniers cas. Nous ne pouvons pas nous permettre plus de crises dans la crise et utiliser du temps et des ressources dans la recherche de fugitifs qui arrivent en Italie et qui violent même la quarantaine. Ça suffit, le gouvernement écoute Frères d’Italie et arrête les débarquements maintenant ».
Giorgia Meloni.

| Q. Bon, et le Captagon dans tout ça ?

Jacques Borde. Soyons sérieux : j’ai du mal à croire que d’aussi grandes quantités de cette drogue du djihâd aient été introduites en Europe pour faire du fric. Et seulement ça.

Avec de telles quantités sous la main, Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)1, même en ne gardant qu’une portion réduite de ce total – nous parlons de, tout de même de 84 millions de comprimés – aurait eu de quoi soutenir et entretenir la folie meurtrière de plusieurs dizaines de milliers de ses Unlawful combatants2 pendant des mois et sur plusieurs fronts à la fois.

De fait, ce que nous – par là, j’entends, les Occidentaux – avons gagné en cette saisie de Salerne, c’est du temps. Sauf que :

1- il s’agit de quelques mois, au maximum, ISIS/DA’ECH adorant les dates symboliques, notamment les fête de Noël. Ou les happening culturels type Bataclan. Ou encore les cibles religieuses, juives et chrétiennes principalement.
2- ISIS/DA’ECH conseille également à ses ouailles takfirî les frappes opportunistes. En clair : vous tapez quand et comme vous le sentez avec les moyens du bord.
3- à quoi bon si personne ne sort des sentiers battus de l’hypothèse municho-centrée3 – intellectuellement rassurante, au demeurant – du seul trafic de stupéfiant ?
4- le Captagon – parfaitement connu de sa clientèle potentielle, camés et junkies vont aussi sur la Toile – n’est pas un produit très usité sur le marché européen de la drogue. Pourquoi, alors, avoir tenté d’en introduire de telles quantités à des fins seulement commerciales ?

Alors, Paris et Bari nos futurs Kigali ?

| Q. Doper de la sorte ses combattants, c’est fréquent ?

Jacques Borde. Oui, plutôt. Ce ne sont pas les exemples qui manquent. Ainsi, les Indiens des plaines consommaient des substances variées. Mais pas seulement pour aller au combat face aux Tuniques bleues.

Les Italiens ont, d’ailleurs, une excellente connaissance – la Guerre italo-éthiopienne (1935-1941) – du problème posé par des troupes fortement motivées et… dopées, ils affrontèrent avec les difficultés que l’on sait les troupes du Tafari Negusse Negest Haïlé Sélassié Ier4 (ou Force de la Trinité). MM. Conte et Di Maio seraient bien inspirés d’aller consulter quelques ouvrages dans les académies militaires italiennes…

Plus près de nous, lors de la Guerre des Malouines, les pilotes de Harrier et Sea Harrier, tellement sollicités (sic) et shootés ont suivi des stages de remise en forme (sic) dès leur retour au pays.

Fait passablement occulté par les media britanniques.

Quelque part, en dopant massivement ses personnels, Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām ne fait que reprendre une pratique assez courante bien qu’hétérodoxe.

Ensuite, n’oublions pas cette règle d’or du FBI, en-deça de quelque mètres, un attaquant à l’arme blanche qui agit par surprise aura l’avantage sur un soldat équipé classiquement.

| Q. Qui doit intervenir en pareil cas ?

Jacques Borde. Face à des terroristes takfirî, dopés de surcroit, les premiers sur place doivent juguler – comprendre tuer sans la moindre once de pitié tout hostile qu’ils croisent, quitte à l’… achever – la menace le plus rapidement possible. Au Bataclan, c’est le facteur temps qui, in fine, aura fait le plus de victimes. Que le primo-intervenant soit flic, militaire, municipal, garde forestier, voire (comme dans certains pays) un simple citoyen, on s’en tape. Voyez l’Affaire du Thalys, rondement réglée sans l’intervention d’un moindre uniforme.

Mais, hélas, tout est aussi politique.

| Q. Que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Prenez les émeutes sanglantes menées aux États-Unis par la vermine BLM et Antifa. À Portland, une fois les Forces de l’ordre (FDO) impliquées, les fauteurs de troubles ont vite compris à qui ils avaient affaire. Quant aux images les plus récentes de New York, on se croirait en plein remake de Gangs of New York. Et je vous parle pas de Seattle où la municipalité de gauche s’apprêterait à remplacer ses officiers de police par des miliciens BLM et Antifas

| Q. Dans cette affaire, les media sont biaisés ou partisans ?

Jacques Borde. Ce que, bis repetitas, je définirait plutôt comme le cloaca mediatica maxima, est à la fois :

1- biaisé. Parce, dans son immense majorité, les personnels médiatiques – qui n’ont plus rien à voir avec le métier de journaliste, donc inutile à leur sujet, d’utiliser ce mot – sont, en quelque sorte, les petits soldats, ou des Unlawful combatants si vous préférez, obéissant aux ordres de l’oligarchie européiste.
2- partisan. Parce que ceux qui composent ce cloaque sont, y compris dans des media supposément de droite, des idiots utiles de la gauche financiarisée esclavagiste européiste.

| Q. Et, concrètement, ça donne quoi ?

Jacques Borde. Pour faire plus clair, je vais vous citer, intégralement, ce post de Pierre Duriot :

« Je ne sais pas si vous avez suivi, mais quand un voyou d’ascendance étrangère, au casier judiciaire bien rempli, meurt lors d’une arrestation parce qu’il est de santé fragile et qu’au lieu de rester tranquille, il continue à prendre des risques, ses copains font des manifestations géantes, en plein confinement, cassent pour des centaines de milliers d’euros de matériel, toutes les télévisions en parlent et sa petite sœur, en congé de complaisance, pour cause de militantisme, reçoit des compliments, venant même de l’étranger. Par contre, quand une jeune femme d’ici meurt, traînée sur la route par deux Nord-Africains, présumés meurtriers, une marche du souvenir, silencieuse, par des gens abasourdis, mais recueillis, ne doit pas être trop ostensible, afin de ne pas faire le jeu de ce qu’on appelle « l’extrême droite », qui comme chacun sait, met le pays à feu et à sang et dont les sympathisants emplissent les prisons et transforment leurs lieux de résidence en bunker interdits aux flics et aux lois, français. Le mieux, pour éviter toute publicité pour l’extrême droite serait ans doute, que les habitants de ce pays acceptent de se faire tuer un par un, en silence, par les racailles que l’on connaît, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus assez de monde pour envisager une marche blanche ? ».

| Q. Vous ne reconnaissez même pas à ce cloaque, comme vous l’appelez, une forme d’honnêteté ?

Jacques Borde. Certainement pas. Reconnaissons-lui, en revanche, son ignorance crasse.

Un petit exemple :

Une foultitude de nos féministes 2.0, se gargarisent des expressions male tears et je bois vos male tears… etc., qu’elles traduisent improprement par larmes d’hommes.

Ce qui, en fait, signifie que la plupart de ces donzelles sont des illettrées.

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. Tout simplement parce que l’expression male tears est de l’argot de rue américain signifiant semence ou sperme.

Du coup, quand ces cruches disent boire vos male tears… Oups ! L’illettrisme et l’inconscient sont des choses redoutables.

Ces ingénues n’ont souvent même pas le niveau pour comprendre. Elles se contentent juste de répéter des trucs qu’elles entendent, ou voient passer sur la Toile. Comme des perroquets. Évitons, ici, le mot singe qui pourrait être mal interprété.

Mais nous ne sommes pas mieux lotis ailleurs en Europe.

Voir les arguments avancés contre Sarah Champion, pourtant député du Labour, qui, élue de Rotherham (épicentre des gangs de violeurs pakistanais), a été accusée d’agir « comme un assassin néofasciste » parce qu’elle a osé affirmer que « la Grande-Bretagne a un problème avec les Pakistanais britanniques qui violent et exploitent des filles blanches ».

Propos mesurés qui ne faisaient que rejoindre les attendus de plusieurs cours de justice outre-Manche.

| Q. Ces milices noires arrivent qui en Europe ( Angleterre, Londres) et pourraient apparaître en France à l’automne 2020….

Jacques Borde. Parlons de milices suprémacistes africanistes (ou indigénistes) plutôt. Nos compatriotes de couleurs n’ont rien à voir en cette affaire.

Là, c’est très simple : la Loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées permet de dissoudre tout groupe de ce type présent sur le territoire français. Ses dispositions ont été codifiées au Code pénal en 1992 et au Code de la sécurité intérieure en 2012. Aux magistrats de faire, une fois n’est pas coutume, leur travail.

Après, si sur ça aussi, ils ferment les yeux !…

Notes

1 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
2 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. Défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
3 Référence aux Accords de Munich ou fut préférée la honte face à la menace du militarisme allemand renaissant.
4 Pour l’état civil : Tafari Makonnen. Fils du ras Mekonnen Welde Mikaél, les Rastas le considèrent comme le « dirigeant légitime de la Terre » et le Messie, en raison de son ascendance selon la tradition éthiopienne de la dynastie dite salomonique, qui remonte aux rois Salomon et David par la reine de Saba.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

BLM, Traoré, Schiappa : Au début était le verbe mondialisé !… [1]

| Occident / Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Nommer, je …