Macron, Lige impénitent de Riyad, se projette au Liban : Sauve qui peut ! [1]

| France / Arabie séoudite Vs Liban | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Simple question : qui a sonné le clone élyséen de Riyad, Jupi-Macron, pour aller ainsi donner ses instructions (sic) à nos frères libanais en deuil ? Entre forgeries, mensonges & humiliations : jusqu’où descendra le régime de Paris & son MBS du pauvre dans son rôle de proxy docile d’une pétromonarchie wahhabî, surtout experte en crimes en série au Yémen, autre pays trahi par Paris, sans parler des autres ? Une forme de délire néo-mandataire semblant même agiter quelques esprits passablement dérangés du régime de Paris. Épisode 1.

« Peu après la tragédie de Beyrouth, not’ bon Roy est arrivé au Liban afin de guérir les écrouelles et partager sa pensée complexe sur la bonne manière de gouverner à un peuple en délire qui n’attendait que lui. Les dizaines de caméras et les journalistes embarqués dans le voyage présidentiel n’étaient qu’un concours de circonstances. La semaine prochaine, retrouvez not’ bien aimé souverain dans un service de soins palliatifs d’oncologie, et si la chance le permet, sur les lieux encore fumant d’une catastrophe naturelle à l’autre bout du monde ».
Samuel Atlani.

| Q. Les propos de Macron à Beyrouth ?

Jacques Borde. Une honte absolue. Incapable de réformer la France, Macron prétend désormais réformer le Liban où il promet de « changer le système » ?????.

Donc, à en croire Macron : « Cette explosion est le début d’une nouvelle ère… ». Rappelez-moi de dire quelque chose comme ça au prochain Bataclan ou Charlie Hebdo. Quelqu’un peut-il avoir la gentillesse d’informer également ce lige impénitent de Riyad qu’il est contraire au droit international d’interférer dans les affaires intérieures d’un État souverain.

Qui a sonné notre Tartarin de Brégançon qui a osé évoquer « l’exigence que la France porte depuis des mois, des années, de réformes indispensables dans certains secteurs » ?

| Q. Qu’est-ce qui vous choque le plus dans la posture du locataire de l’Élysée ?

Jacques Borde. Sa fatuité et son arrogance. « J’ai écourté mes vacances au Fort car le monde avait besoin de Moi ».

De quoi se mêle Jupi-Atlas Macron ? Infoutu de gérer la France mais prêt à gérer le Liban qu’il croit encore mandataire peut-être ? C’est l’incompétence à tous les niveaux et il se couvre de ridicule.

À se demander si cet ego et ce complexe de la supériorité ne relèvent pas plutôt de la psychiatrie. Outre les Libanais en deuil, les familles de dizaines de milliers de morts dans les EPHAD de France et de Navarre apprécieront la morgue du personnage.

| Q. Tout ceci, pour vous, manque de sérieux ?

Jacques Borde. Hélas, oui. Cette pantomine beyrouthine c’est du foutage de gueule d’un foutriquet incompétent.

Une fois n’est pas coutume, je partage les préventions de Jean-Luc Mélenchon lorsqu’il dit « D’où vient à Macron ce sentiment de toute puissance ? Quel est ce ton ? De quoi menace-t-il ? Dans quelle aventure mène-t-il la France ? La Libye de Sarkozy n’a pas suffi ? ».

De l’autre côté de l’échiquier politique, Me. Gilbert Collard, a tweeté : « A peine arrivé au Liban, Macron se prend pour le président de la République libanaise : il donne des leçons et prétend, à lui seul, organiser la coopération européenne et internationale (…). L’immense malheur des uns révèle la grande vanité de certains ».

In fine, le problème n’est pas tant que Emmanuel Jupi Macron soit allé au Liban mais qu’il y ait exprimé des promesses qu’il sera incapable de tenir.

Comme l’a noté Eber Haddad : « Perdre sa crédibilité à faire des fausses promesses alors qu’il a tant à faire en France et qu’il ne fait pas, relève au mieux de l’exercice en futilité mais surtout et en réalité de l’inconscience totale et de l’infantilisme exacerbé. La situation au Liban est compliquée depuis plus de 50 ans et ce sont sont pas des paroles en l’air qui vont changer quoi que ce soit. Macron n’a pas les moyens de sa politique, ni militaires, ni financiers, c’est aussi simple que ça ».

Quel pantin ! Jean-Dominique Merchet de s’exclamer : « Surréaliste ! Imaginons un instant qu’un chef d’Etat étranger dise cela en France... ». Il n’a pas d’autre chose à faire en France (insécurité, crimes, délits, drogue, pauvreté, et j’en passe et des meilleures) que d’aller donner des leçons de probité aux dirigeants d’un pays tiers qui vient de passer par de terribles épreuves.

D’autant que la probité on l’attend toujours en France de la part d’une clique dont il est le patron…

| Q. La thèse d’une frappe du voisin sud, Israël, évoquée sur la Toile vous y croyez ?

Jacques Borde. (Soupir) Pour y croire, il faudrait autre chose que les vœux pieux et fantasmatiques de quelques-uns. Les thèses sur les armes secrètes de Tsahal, plus farfelues les unes que les autres, ne tiennent pas la route.

Vieux tropisme géostratégique, en fait, on prête toujours des armes-mystères à ses ennemis. C’est de bonne guerre même si ça n’est pas forcément très élégant, Ni très productif. Quoi que…

Prêter plus de forces et de moyens à son ennemi, ça peut aussi servir à expliquer les raclées qu’on a pris. Et dans ce registre, Tsahal a plus donné que reçu, c’est certain. Et même le vainqueur souvent ne se prive guère. Après tout, le divin César a passablement forcé le trait pour décrire ses ennemis gaulois.

Charlotte Sawyer. Autrement, les SR classent ça dans la Déception, une forme de contre-Renseignement qui sert à semer le trouble chez l’ennemi.

Jacques Borde. On sait bien aujourd’hui que la plupart des armes secrètes du IIIe Reich ont rarement été plus loin que le planche à dessin et le prototypage. Même si certaines, une fois reprises par Occidentaux et Russes, connurent des développements intéressants.

Charlotte Sawyer. Durant toute la Guerre froide, les États-Unis nous publiaient – en amont bien sûr des auditions sénatoriales destinés à valider le budget US de la Défense – leur boulet baptisé Soviet Military Power. Ça aidait à faire passer la pilule à quelques membres des Chambres. J’en ai encore deux ou trois quelque part.

| Q. Tout était faux ?

Charlotte Sawyer. Justement pas. C’était un peu comme l’Histoire romaine de Tite-Live1, dont Dumézil2 disait qu’elle était un « mélange de faux, de faits et de fables ».

| Q. Donc pas d’attentat, selon vous ?

Jacques Borde. Un dépôt non sécurisé de nitrate d’amonium à fait boum. Ce genre de choses-là arrivent. Une tragédie de plus en lien avec ce produit.

Quant à taper ce genre de cible à des fins militaires, tout artificier (j’en ai eu au bout du fil) vous dira combien c’est aléatoire. Quelle sera l’ampleur de la détonation ? Jusqu’où ? Pour combien de victimes ?

Charlotte Sawyer. En plus gardez à l’esprit que le nitrate d’amonium, stocké et géré n’importe comment est d’une rare instabilité. Et, à ce stade du dossier, nul ne conteste qu’il y en eût.

Jacques Borde. Alors, pourquoi aller tirer une arme secrète (sic) sur un stock de nitrate d’amonium véritable bombe à retardement par nature. Une équipe d’artificier pros vous fait sauter un immeuble en une petite demi-journée de travail. Mais, là aussi, je vois mal des pros aller mettre leur nez dans un dépôt de nitrate d’amonium, laissé à l’abandon depuis quatre à six ans, selon les sources. Quant à priver le Liban du port de Beyrouth quelle stupidité (pour des ennemis du Hezb, il s’entend), il était dans cette partie du camp chrétien réfractaire aux thèses hezbollahies.

Une trame qui eût inspiré Thomas Leo Clancy Jr., dit Tom Clancy, pour un roman. Mais guère plus.

| Q. Et les histoire de drones ?

Jacques Borde. Là, c’est encore plus simple à réfuter. L’armement embarqué par les drones de combat est parfaitement connu. Aucune des photos postées sur la Toile – et je dis bien aucune – ne correspond à ces armements.

Le plus couramment utilisé aujourd’hui est le MQ-9 Reaper qui peut emporter 4 × missiles air/sol AGM-114 Hellfire, 2 × missiles air/air AIM-92 Stinger, 2 × bombes GBU-12 Paveway II.

Côté israélien, l’Heyl Ha’Avir Ve’Hahalal3 utilise des drones à partir de sa Base aérienne de Palmachim (sise) au sud de Tel-Aviv, mais pour des missions de reconnaissance. Certes, des Hermes 450 en drones de combat existent, équipés de 2 missiles antichars AGM-114 Hellfire ou, selon certaines sources, de missiles israéliens. Mais, là aussi rien qui ne corresponde aux photos circulant sur la Toile.

Complotistes de tous poil, allez vous rhabiller !

Charlotte Sawyer. Qu’après Jérusalem, qui garde le Hezbollah dans sa ligne de mire, tire à boulets rouges sur le dernier ennemi perso-arabe à lui tenir tête, c’était à attendre et rentre dans la tension dialectique entre ces deux-là.

| Q. Question de base : à qui appartenait le nitrate en question ?

Jacques Borde. Ha, ha, bonne question ! Deux thèses s’opposent :

1- ceux qui affirment que c’est le Hezbollah qui a stocké les 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium.
2- ceux qui disent que l’importateur, hors la loi dès 2014, des 2.750 tonnes de nitrate serait, en fait, l’ex-Premier ministre Najib Mikati, par l’entremise d’une de ses sociétés, et proche de Saad Hariri et de la Maison Séoud.

Donc, évitions de mettre la charrue avant les bœufs. Apparemment, existe un lourd dossier contentieux devant la justice libanaise sur les responsabilités d’uns et d’autres…

[À suivre]

Notes

1 En latin : Titus Livius, né en 59 av. J.-C. ou en 64 av. J.-C. et mort en l’an 17. Historien de la Rome antique, auteur de la monumentale œuvre de l‘Histoire romaine (Ab Urbe condita libri, AUC).
2 Georges Dumézil, linguiste, historien des religions et anthropologue français, né le 4 mars 1898 à Paris, ville où il est mort le 11 octobre 1986. Son travail sur les sociétés et les religions indo-européennes, qui fait toujours l’objet de travaux d’approfondissement et de controverses, a ouvert de nouvelles perspectives à de nombreux chercheurs en sciences humaines. Maîtrisant une trentaine de langues, il a procédé à un important travail d’étude comparative exacte et directe des textes les plus anciens des mythologies et des religions des peuples indo-européens.
3 Armée de l’air israélienne, anciennement dénommée Sherut’Avir.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

BLM, Traoré, Schiappa : Au début était le verbe mondialisé !… [2]

| Occident / Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Nommer, je …