Un P’tit tour chez POTUS, histoire de… [3]

| États-Unis | l’Après Minneapolis | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Éloignons-nous quelque peu de la Méditerranée & jetons un regard sur ce qui ressemble de plus en plus à l’Après-Minneapolis. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître à quelques cintrées gauchistes de plateaux-TV, l’exploitation éhontée & mensongère de l’Affaire Floyd n’a pas essoré Donald J. Teflon Trump. Pire, pour un camp démocrate qui aura tout fait – au point de livrer ses propres villes-clés (Chicago, Los Angeles, New York, Portland, Seattle, etc.) au pillage BLM-Antifa – pour mettre le pays à genoux, l’économie repart. Tranquillement mais sûrement. Épisode 3.

« La disparition des statues de ce répugnant bonhomme Arouet, philosophe approximatif, gaucho avant l’heure, bourgeois onaniste, profiteur et cupide, ami de toutes les mauvaises causes et agitateur anti-Tradition ne serait pas, en elle même, propre à me donner des regrets. Seulement voilà: nous, nous aurions le droit de le remettre à sa place — et peut être même le devoir de le faire dans une optique de revitalisation française et européenne. Pas eux. Les associations et organisations venues d’ailleurs qui s’en prennent à notre histoire, nos écrivains, nos hommes d’Etat, nos généraux peuvent toujours, si le coeur leur en dit, déboulonner leurs totems, détruire leurs emblèmes Vaudou et effacer de la surface de la terre le souvenir de leurs roitelets et potentats négriers ».
Jean-François Touzé.

| Q. L’accord de paix émirati-israélien, ça peut jouer un rôle sur les prochaines élections US, selon vous ?

Charlotte Sawyer. En tout cas, ça va dans le sens même du discours trumpien : notre POTUS est un faiseur de paix, et non de guerre, a contrario de l’ensemble des récents locataires de l’Oval Room. Et son Secretary of State, Michael Richard Mike Pompeo1, est d’une autre trempe que ceux qui l’ont précédé à ce poste.

En fait, Trump vrai pacifiste, au sens d’homme qui apporte la paix, le seul de nos présidents après Eisenhower qui n’a jamais entamé de guerre2. À tempérer avec les tentatives (réussies ou non) de regime change du mandat Eisenhower, par le biais, ô surprise, de la CIA3. Dont certaines furent lourdes de conséquences.

| Q. Et pas de peur de se faire bouffer tout cru ?

Jacques Borde. Chez nos gauchos ? Apparemment pas. Mais cela rejoint sans doute de substrat kollaborationniste qui fut celui de cette SFIO qui :

1- votera les pleins pouvoirs à Pétain.
2- fournira des bataillons entiers de fonctionnaires kollaborationnistes à Vichy et même directement à l’Occupant.

Occupant allemand qui sera le premier à se surprendre du zèle de fonctionnaires comme Bousquet et Darquier de Pellepoix qui allèrent au-delà ce que Berlin leur demandait.

Comment se surprendre dès lors ce qui se passer aujourd’hui ?

| Q. Là, vous pensez à quoi ?

Jacques Borde. À cette a-justice qui applique une forme de Charia, cédant aux revendications dites communautaristes – comprendre nazislamistes, ça sera plus clair – et libère de manière anticipée des Unlawful combatants4 de la terreur takfirî, pourtant jugés et condamnés pour des crimes de sang terroristes.

Charlotte Sawyer. Aux États-Unis, est à signaler ce phénomène de defund – démantèlement par, notamment, asphyxie financière – des force de police et leur remplacement pas des miliciens BLM et Antifas. Phènomène qui ne touche que des municipalités démocrates. Pour faire simple : les nouveaux policiers seraient souvent d’anciens pillards. Cool, non ?

| Q. Tout ça fait penser aux Khmers rouges ?

Charlotte Sawyer. Pire, l’Angkar avait un modèle en tête. Je ne suis pas certain que les décérébrés d’extrême-gauche de 2020, sachent tous même où ils vont. Il y a trop de courants, de chapelles, etc. !

Enfin, la plupart. Dans les strates supérieures de notre Deep State, en revanche, on sait exactement où on va.

| Q. L’Angkar, vous pouvez préciser ?

Jacques Borde. Oui, l‘Angkar padevat, ou Organisation révolutionnaire, ou simplement Angkar (Organisation). L’ensemble de ses militants et forces armées a été désigné sous le nom générique de Khmers rouges, sans que cette appellation et le parti soient totalement réductibles l’un à l’autre.

L’Angkar prend le pouvoir au Cambodge en 1975, au terme de plusieurs années de guerre civile et met en place le régime dit du Kampuchea prâcheathippadey’5, une dictature particulièrement meurtrière. En 1979, les Khmers rouges sont chassés du pouvoir par l’armée vietnamienne.

| Q. No Limits, alors ?

Charlotte Sawyer. Non. Aucune.

Marc Perez revient, à juste raison, sur la mort de Khaled al-Assaad dont nous vous avons parlé, qui, selon lui, « est emblématique de l’obscurantisme et de la barbarie qui est aussi grande, ou pire, au XXI ème siècle qu’aux périodes obscures du passé que l’on appelait « barbares », et que le progrès « de la civilisation », disait on, allait éradiquer. Eh bien non, pas du tout. Et la barbarie de DA’ECH, dont la finalité est de faire « table rase » de l’Histoire et des cultures qui ne leur conviennent pas est, dans son essence, la même que celle des obscurantistes qui abattent les monuments et déboulonnent les statues en en France et dans le monde… ».

Et si nos déboulonneurs de statues n’étaient pas autre chose que des Unlawful combatants ?

Jacques Borde. Ce sont en tout cas, de belles ordures. Et la bassesse du cloaca mediatica maxima US est sidérante. S’être moqué du président des États-Unis à l’occasion du décès de son frère suite à une longue maladie. Et tweeter : « Wrong Trump » (le mauvais Trump) est encore plus crapuleux.

| Q. Important le rejet d’une résolution américaine visant à prolonger l’embargo sur les ventes armes à l’Iran ?

Jacques Borde. Oui. Mais de manière symbolique. Seuls deux des quinze membres du Conseil de sécurité des Nations-unies, ont voté pour la résolution présentée par les États-Unis. Ce qui est fort peu et assez humiliant, à vrai dire.

Deux autres, la Russie et la Chine, ont voté contre. Mais, surtout, les onze membres restants, se sont abstenus, parmi lesquels la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, pourtant alliés de l’Oncle Sam.

Charlotte Sawyer. Et non, à la fois, si le texte avait obtenu neuf voix favorables, Pékin et Moscou – qui comptent bien continuer à vendre leur quincaillerie à Téhéran  – auraient mis leur veto en tant que membres permanents.

Jacques Borde. Donc, de toute manière, le texte ne serait pas passé.

Charlotte Sawyer. Notre US Secretary of State, Michael Richard Mike Pompeo, a toutefois vivement réagi à ce revers, fustigeant « L’incapacité du Conseil de sécurité à agir de manière décisive pour défendre la paix et la sécurité internationales est inexcusable (…). Les États-Unis n’abandonneront jamais nos amis dans la région qui attendaient davantage du Conseil de sécurité. Nous continuerons à travailler pour faire en sorte que le régime théocratique terroriste ne soit pas libre d’acheter et de vendre des armes qui menacent le cœur de l’Europe, du Moyen-Orient et au-delà ».

| Q. Parce que les ventes d’armes continuent ?

Charlotte Sawyer. Les embargos sont fait pour être contournés. Ils ont toutefois, deux avantages (ou inconvénients, tout dépend le point de vue où l’on se place) :

1- ils évitent les méga-contrats. Et encore.
2- ils font monter les prix.
Jacques Borde. Tout est de circonstances, en fait.
Pas d’arrivée massive de Su-30 russes au sein de la Nirouy-é Havei-é Jomhouri-é Eslami-é Iran (IRIAF)6. Ni même de de J-10 chinois. Mais un parc de blindés récents T-90MS imposant. Et, une copie conforme made in Iran : le Karrar.

À noter que le Sêpah-é Pâsdâran-é Enqelâb-é Eslâmi (Corps des Gardiens de la révolution islamique) envisage une dotation de 800 exemplaires.

Mais, si vous me permettez, le vrai revers pour Washington est ailleurs.

| Q. Où donc ?

Jacques Borde. Au terme de six années de procès, le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a jugé qu’« il n’y a pas de preuve de quelque implication que ce soit de la direction du Hezbollah » dans l’assassinat de Rafic Hariri en février 2005. Seul, un membre présumé (sic) du parti, Salim Ayyash, a été reconnu coupable.

Après avoir entendu près de 300 témoins et examinés plus de 3.000 pièces à convictions, les juges ont estimé qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour condamner les trois autres suspects, Hassan Merhi, Hussein Oneissi et Assad Sabra.

« La Syrie et le Hezbollah ont peut-être eu des motifs d’éliminer M. Hariri et ses alliés politiques, mais il n’y a aucune preuve que les dirigeants du Hezbollah aient été impliqués dans le meurtre de M. Hariri et il n’y a aucune preuve directe de l’implication syrienne », a, en outre, déclaré le juge président, David Re7.

Même Saad Hariri a accepté la décision du tribunal, déclarant que « Le tribunal a statué, et au nom de la famille de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, et au nom des familles des martyrs et victimes, nous acceptons la décision du tribunal (…). Nous avons tous découvert la vérité aujourd’hui ».

Une page se tourne ? Espérons-le.

Notes

1 Ex-directeur de la CIA, élu républicain du Kansas, siégeait à la Commission du Renseignement au Congrès sortant et a participé à la Commission d’enquête sur l’attaque du consulat des États-Unis à Benghazi, en septembre 2012, où l’ambassadeur Christopher Stevens et trois autres Américains ont été tués.
2 Eisenhower met ainsi fin à la Guerre de Corée et refuse de s’engager militairement au côté de la France en Indochine.
3 Renversement du gouvernement du Premier ministre iranien Mohammad Mossadegh en août 1953 (Opération Ajax), celui du gouvernement de Jacobo Árbenz Guzmán au Guatemala en juin 1954 (Opération PBSUCCESS), tentative échouée en Indonésie en 1958. Accord écrit, le 17 mars 1960, à l’ouverture de camps d’entraînements anticastristes dont l’aboutissement est, en avril 1961, quelques mois après son départ de la Maison-Blanche, le débarquement raté de la Baie des Cochons.
4 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
5 Ou Kampuchéa démocratique.
6 Armée de l’air islamique iranienne.
Le juge Re est diplômé en droit (licence et maîtrise) de l’Université de Sydney (Australie). De 1986 à 2001, il a exercé en Australie en tant qu’avocat, procureur, conseil à titre privé et a travaillé pour le ministère de la Justice dans le cadre de la réforme du droit pénal. Sur le plan international, à partir de 2002, Re a occupé les fonctions de premier substitut du Procureur au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye, et de juge international au sein de la Chambre pour les crimes de guerre du Tribunal d’État de Bosnie-Herzégovine, à Sarajevo.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Erdogan : Sultan néo-ottoman & « Victor » de l’Occident ? [1]

| Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | L’Embarras des chancelleries occidentales …