Plus d’Acier français pour nos Rafale & nos SNLE ?

| France | Défense | La Rédaction |

Entre Embarras & honte, cette Actu tirée – & à peine modifiée – de la page Facebook de Pierre Duriot. Le titre est de la Rédaction.

Depuis cet été, une centaine d’entreprises stratégiques ont été classées en « situation fragile » par le ministère de la Défense, dont Aubert & Duval, le fabricant de l’acier des Rafale et de nos Sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE).

En effet, le groupe minier Eramet, propriétaire d’Aubert & Duval, n’exclut donc pas de mettre en vente l’entreprise. Un scenario qui n’a rien pour rassurer les employés d’Aubert & Duval.

En pleine crise de l’aéronautique, nos armées seraient, alors privées de leur matière première.

Aubert & Duval, c’est douze usines en France, et plus de 3.882 employés qui produisent des alliages pour l’armement, les réacteurs nucléaires et l’aviation civile, le tout en passe d’être repris, on ne sait quand et par on ne sait qui.

Les Duval possèdent la majorité des parts au capital d’Eramet, 36,9%), juste devant l’État, 26%. Ce dernier explique qu’il sera « très attentif au maintien de savoirs stratégiques, des compétences industrielles et des compétences humaines en France » (sic).

On sait ce qu’il en fut de cette « attention », avec bien d’autres.

Alstom, notamment.

Tout n’est qu’une question de cash, histoire de passer la crise, mais dans l’affaire, la France pourrait s’en voir une fois de plus démantelée : il ne restera bientôt plus rien de notre indépendance.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Vacances !

| Bforborde | La Rédaction | Repos bien mérité (si, si). Cette année, de manière …