Des Stratégie(s) de Décapitation à la Guerre civile !… [2]

| Guerre Vs ISIS/DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Je ne sais si le terroriste Tchétchène auteur de la décapitation de Samuel Paty est au courant, mais ce terme même de Décapitation a un sens précis dans le vocabulaire des militaires occidentaux : il s’agit de l’élimination ciblée d’ennemis. Sikul Memukad ou prévention ciblée1, disent, de leur côté, les Israéliens. Je m’interroge, car ce mis-en-examen, maîtrisant pitoyablement le Français, aurait réussi, par ailleurs, à associer à son geste barbare, un communiqué d’une rare clarté & rédigé impeccablement. Serait-ce que, par ce crime hautement symbolique – hautement héraldiste même dans la logique djihâdiste takfirî – ISIS/DA’ECH & consorts ont décidé de franchir un étape de plus dans ce qui s’apparente de moins en à moins à des opérations hit & run (frapper & détaler) mais à cette Guerre civile qui ensanglanta l’Algérie pendant une décennie ? Épisode 2.

« Qu’Allah maudisse Charlie et enflamme leurs tombes à la chaleur du soleil ! ».
Idriss Sihamedi, fondateur de Baraka City (3 septembre 2020).

« Non… Jamais Charlie ! Un peu plus deux semaines après la décapitation de Samuel Paty par un fou d’Allah tchétchène qui aurait tout aussi bien être pakistanais, algérien, malien ou… Français au regard de notre droit du sol scélérat, et au moment où l’intelligentsia défend l’idée que les dessins de Charles Hebdo devraient être montrés à nos enfants dans le cadre d’une éducation civique qui, il est vrai, se réduit depuis longtemps aux seuls droits de l’homme, il convient de s’élever à la fois contre cette systématisation de la doxa libertaire et contre le lavage de cerveau que subissent les écoliers dès leur plus jeune âge. Faire des dessinateurs et écrivaillons d’un journal qui, depuis sa création n’a cessé d’œuvrer contre tous les fondamentaux de notre nation — ses institutions, son armée, ses principes, ses valeurs, ses racines chrétiennes, ses héros a la gloire immarcescible — des maîtres et des icônes des libertés nationales c’est entériner, couronner même, la réussite du grand plan d’inversion de toute chose. Moches, pas drôles, vulgaires, ringardes et inutilement insultantes, les caricatures de Charlie n’ont strictement rien a faire dans nos écoles qui doivent être le lieu de l’instruction, du savoir et du respect. Tout le contraire de ce que prônent les post-gauchistes de cet hebdomadaire qui exige pour lui la liberté d’expression mais combat depuis toujours les vraies libertés francaises. Nous, nationaux français, nous n’avons que mépris et hostilité pour ces scribouillards anarchistes et irresponsables. Le fait qu’ils aient été les malheureuses victimes en 2015 de la guerre de conquête de plus de mille ans qui nous est faite ne change rien à ce jugement. Ce n’est pas par la provocation que l’on écrasera l’offensive islamique mais par une riposte d’État globale contre cette idéologie des ténèbres, ceux qui la servent et ceux qui s’en servent, menée avec dureté, brutalité et force, accompagnée de mesures de guerre et de lois d’exception dérogatoires aux principes du droit commun ainsi que par l’arrêt total de l’immigration et l’expulsion de toux ceux qui devront l’être ».
Jean-François Touzé.

| Q. Que diriez-vous des réactions du gouvernement à cette affaire ?

Jacques Borde. Clairement, le régime de Paris est en train de perdre pied.
Comme l’a relevé Jean Messiha, sur sa page Facebook : « Tétanisé par l’explosion d’un réel islamiste qu’il s’acharne à nier, le système antinational dirigeant est mobilisé tous azimuts depuis 48h pour allumer des contrefeux. Il invente des menaces fantasmagoriques ‘progressistes’ pour tenter de contrebalancer par la fiction un réel devenu d’extrême-droite ! ».

| Q. Mais, vous n’avez pas l’air étonné qu’on tombe à bras raccourcis sur Abdelhakim Sefrioui et son Collectif Cheikh Yassine ?

Jacques Borde. Même pas. Les chiens ne font pas des chats. Cela me rappelle ce que me disait un anciens des SR extérieurs français qui se souvenait que lorsque le pouvoir politique avait demandé à notre émérite barbouzerie kakie qui il fallait choisir comme interlocuteur au sein du FLN, nos hommes de l’ombre auraient répondu, en substance, « Prenez Ben-Bella, c’est le moins futé de la bande ».

Bon, s’il s’agissait de rouler le FLN dans la farine, on ne peut pas dire que l’idée était excellente. Là encore, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec Ahmed Ben Bella, un des neuf chefs historiques du Comité révolutionnaire d’unité & d’action (CRUA), à l’origine du Front de libération nationale (FLN) algérien. À aucun moment, je n’ai eu l’impression d’avoir affaire à quelqu’un cadrant avec la description pour le moins décalée (sic) de nos Barbouzes.

Qui à conseillé qui à l’Élysée sur l’opportunité d’alpaguer Abdelhakim Sefrioui, sans toucher à l’UOIF ? Aucune idée. Un warning shot2 qui, évidemment, ne servira à rien quand au fond.

| Q. Les diatribes du ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin à propos du Halal ?

Jacques Borde. Cela relèverait presque de l’internement psychiatrique. Ainsi, le rombier qui est infoutu de juguler les activités illégales : trafics d’armes et de stupéfiants dans les zones de non-droit et de Charia, aurait dans l’idée de s’en prend au Halal. Autrement dit, le beau Gégé a dans le viseur une activité parfaitement légale pour combattre Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)3 & co. !

C’est pitoyable. Un peu comme si on avait lutté contre l’Euskadi Ta Askatasuna (ETA)4 en interdisant le jambon de Bayonne. Ou tenté d’éradiquer l’Óglaigh na hÉireann (IRA)5 en prohibant la Guiness et l’Irish Mist6 !…

Là, nous sommes typiquement dans la vulgate coloniale-socialiste et bassement raciste emblématique de la gauche systémique dont la vision du Halal est celle des petits Kebabs de banlieues fréquentés par ces jeunes que n’ose plus interpeller la police, alors que le Halal est une branche dédiée de l’agroalimentaire, générant sa part de bénéfices. Ce au même titre que la nourriture asiatique.

| Q. Importante ?

Jacques Borde. Écoutez, je ne suis pas un spécialiste de la question. Mais, je me souviens être allé, il y a une petite dizaine d’année au Salon International de l’Alimentation (SIAL) qui, sous un pavillon entier, avait réuni toutes les entreprises françaises impliquées dans le Halal. Notamment une foultitude de PME offrant pâtés, saucissons, cassoulet, coq-au-vin, choucroutes, etc., halalisés (sic) pour satisfaire une clientèle arabo-musulmane, plutôt aisée vus les prix pratiqués et désireuse de profiter de la cuisine française. Que ce soit en France, au Levant et dans le Golfe.

Après avoir conduit à la mort des pans entiers de la restauration française, le régime de Paris a-t-il aussi l’intention de liquider cette niche (profitable) de notre agroalimentaire, plutôt que de fermer les mosquées salafo-takfirî de l’hexagone ?

| Q. Quid de la mobilisation des Musulmans, suite à l’Affaire Paty ?

Jacques Borde. Hélas, rien de nouveau sous le soleil de la Sunna, si je puis dire. Tellement peu de réactions à prendre en compte.

C’est ce que souligne, avec un certains cynisme Jean Messiha, lorsqu’il nous dit « Y a un truc que je pige pas. L’écrasante majorité des musulmans condamne avec fermeté la #decapitation de #SamuelPatty, dit-on. Bien. Alors pourquoi ces mêmes musulmans, si prompts à descendre dans les rues au moindre sentiment de discrimination, sont invisibles depuis 3 jours ? ».

Concédons à certains qu’avec le climat de terreur entretenus par les gangs takfirî dans les rues et les cités, faire preuve de civisme n’est guère tentant ! Eh, oui, n’est assurément pas Zineb qui veut !…

| Q. Face à l’Islamisme, sommes-nous au pied du mur ?

Jacques Borde. Si vous voulez mon avis, ça fait des lustres que nous y sommes. Mais comme l’a dit Me. Richard Malka, l’avocat de Charlie-Hebdo :

« C’est maintenant ou jamais. Ceux-là, on les entend pleurer depuis hier, et ils sont déjà à la recherche d’éléments de langage pour qu’on ne fasse rien », regrette Me. Malka. « Ils veulent qu’il ne se passe rien ». Jean-Luc Mélenchon est « dans la compromission la plus totale » selon lui.
« On est dans le déni. On est dans la renonciation. J’ai de la peine pour les vrais militants républicains de ce mouvement. À la recherche de quelques voix, on est passé de la République à l’indigénisme. On ne peut pas être en même temps Obono et Charlie Hebdo ».

Me. Malka parle bien sûr ici de la député insoumise, Danièle Obono, qui avait notamment déclaré qu’elle n’avait « pas pleuré Charlie ».

« On a tué des juifs. On a tué des policiers. On a tué des passants dans la rue à Nice. On a tué des jeunes aux terrasses. On a tué des journalistes. On a tué des enseignants. On s’attaque aux lois qui sont les piliers de notre République. Et on n’a rien fait depuis vingt ans », déplore Me. Malka.

C’est la dérobade de Munich, face au réarmement et aux OPA du IIIe Reich. L’étape suivant, c’est la Kollaboration avec l’Occupant. Qui, pour certains, a déjà commencé.

| Q. Les Réactions ont-elles été à la hauteur ?

Jacques Borde. Absolument pas. Me. Richard Malka nous le dit bien : « L’indignation et l’émotion de certains me sont insupportables. Ce sont les mêmes qui depuis vingt ans utilisent cette arme de destruction massive de notre République que sont les accusations d’islamophobie, la victimation, la culpabilisation permanente.
« Ce sont les mêmes qui ont manifesté le 10 novembre dernier à l’appel du Collectif contre l’islamophobie en France. Ce sont les mêmes qui nous insultent d’islamophobes dès que l’on dénonce le fanatisme religieux. Ce sont les mêmes qui empêchent les gouvernements d’agir depuis vingt ans en les accusant, en les tétanisant ».

| Q. Des noms, peut-être ?

Jacques Borde. Oui, Me. Malka nomme notamment le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, et la sénatrice Europe écologie-Les Verts, Esther Benbassa, qui avaient manifesté le 10 novembre 2019 « contre l’islamophobie » « à côté de personnes qui portaient l’étoile jaune comme si la France étaient devenue nazie ». Une démarche qui avait beaucoup choqué.

| Q. La classe politique est-elle à la hauteur ?

Jacques Borde. Comme toujours, cela dépend de qui on parle. Sur les plateaux de télévision Xavier Bertrand affirme vouloir « faire la guerre à l’islamisme ». Mais, dans la réalité, le bonhomme aurait fait financer le Lycée (islamiste) Averroès et la radio, tout aussi islamiste, Radio Pastel. Avec l’argent de Hauts-de-France, bien sûr….

[À suivre]

Notes

1 Deviendra, parce qu’à l’évidence, la traque des responsables de la Tragédie de Munich était autant réactive que préventive.
2 Coup de semonce.
3 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
4 Ou Pays basque & liberté.
5 Ou Irish Republican Army, historiquement les Volontaires d’Irlande.
6 Liqueur à base de Whiskey et de miel.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Les Relations (souvent) ambiguës Jérusalem-Washington [1]

| États-Unis / Israël | Géopolitique | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer