Présidentielles US : Les Derniers jours !…

| États-Unis | Présidentielles 2020 | Eber Haddad |

Petite compil, des analyses faites par un Eber Haddad, en pleine forme dialectique. Ce malgré des problèmes de santé, pour lesquels nous lui souhaitons un prompt rétablissement…

Il [Biden]a déclaré que sa campagne était terminée et qu’il allait rester chez lui,  »dans sa cave », jusqu’aux élections à cause du Coronavirus. Propos salués unanimement par tous les bien-pensants qui comptent, comme le candidat lui-même, sur les media pour faire campagne à sa place. Il ne faut pas oublier qu’on est dans une dictature oligarchique qui attend tapie en embuscade de prendre le pouvoir sous la houlette d’un corrompu manipulable à merci et d’autant plus vulnérable que la Chine  »le tient » par les organes génitaux.

En réalité, Biden arrête sa campagne parce que les révélations de ces derniers jours sur son fils, la corruption et le népotisme du candidat et le fait qu’il participe à l’appauvrissement de son pays en se laissant acheter par la Chine, ont eu un effet dévastateur sur le staff de celle-ci autant chez les bénévoles que chez les salariés qui n’ont plus le moral et ont quitté leurs postes en quantité. Ce qui rend la poursuite d’une campagne digne de ce nom impossible.

En écho de tout cela, il faut noter le nombre infime de participants lors des meetings de celui-ci mais également ceux de Kamala Harris et ceux d’Obama, roue de secours aussi dégonflée que celle de son ancien sous fifre.

Il semble bien à présent que les sondages donnant Joe Biden gagnant sont simplement des justificatifs pour contester les résultats par la suite. Il faut noter que les Démocrates ont embauché plus de 1.300 avocats pour aller batailler et contester les résultats en cas de victoire de Trump. Tout un état-major de crise a été mis en place pour essayer, une fois de plus, de voler les élections.

(…)

Alors que 50 millions d’Américains ont déjà voté, le débat du 22 octobre aura forcément moins d’impact que s’il avait eu lieu, comme c’était prévu et planifié, deux semaines plus tôt. La Commission pour les Débats Présidentiels avait, opportunément pour Biden qui en aurait subi négativement les conséquences, décidé que Trump était trop contagieux, après avoir été diagnostiqué positif au coronavirus, pour que ce débat se tienne.

Biden s’est enfermé dans sa cave pendant près d’une semaine pour se préparer à ce débat et on aurait pu s’attendre à une meilleure performance de sa part. Tel n’a pas été le cas. Biden a énoncé toute une série de faits inexacts, a parfois dit exactement le contraire de ce qu’il avait dit auparavant avec la même conviction en direct à la télé, lors d’interviews ou pendant les débats des Primaires démocrates, à tel point que même CNN, la chaine porte-parole de son parti et inconditionnellement pro Biden, s’est sentie obligée de le signaler.

C’est le cas, entre autres, du pétrole de schiste ou il a nié avoir dit qu’il était contre son extraction, s’aliénant à la fois les extrémistes de son parti qui sont contre après s’être mis à dos ceux qui sont pour, particulièrement dans les états importants électoralement comme la Pennsylvanie ou l’Ohio. C’est la première balle dans le pied que Joe s’est tiré. La deuxième c’est quand, piégé par Trump, il a avoué devant des millions de téléspectateurs/électeurs son intention de démanteler toute l’industrie américaine des hydrocarbures ce qui montre, non seulement un manque total de réalisme et une véritable méconnaissance de ce sujet mais, surtout, ne sera pas du tout pas apprécié par la plupart de Américains, qui devraient ainsi payer 5 à 6 fois plus pour se transporter ou pour se chauffer.

Quand il parle  »d’énergies nouvelles », il ne connait manifestement pas son dossier puisque celles-ci, à moins d’une décroissance monumentale qui ramènerait l’économie américaine 150 ans en arrière, ne sont pas encore en mesure, loin de là et malgré les affirmations farfelues des écologistes de pacotille, de remplacer les énergies fossiles ou nucléaires pour encore quelques dizaines d’années. Ce genre de raisonnement ne profitera réellement qu’à la Chine qui continue à construire des centaines de centrales au charbon.

Quand Biden a attaqué Trump sur la gestion de la pandémie du Coronavirus et qu’il a insisté et répété tant et plus qu’il avait un plan, il n’a pas énoncé une seule idée qui n’est pas déjà mise en pratique par l’Administration actuelle.

Biden qui avait des relations  »privilégiées » avec la Chine lui permettant ainsi d’inonder le marché américain de ses marchandises et avait favorisé son admission à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC/WTO), a accusé le Président Trump d’avoir augmenté le déficit dans les échanges avec ce pays. Un comble. Précisément le contraire de la réalité.

Biden a préconisé, pour aider les PME, d’augmenter le salaire minimum, ce qui est l’opposé de ce qui doit être fait et le plus contreproductif pour celles-ci mais surtout prouve une réelle ignorance des mécanismes économiques élémentaires.

Ce débat a présenté un Trump assagi et qui maitrisait très bien ses sujets et un Biden qui semblait parfois absent. Il devait souvent avoir recours à ses notes pour lire des réponses écrites à l’avance par son staff qui, peut-être, les avait prévues à moins que les questions leur aient été soumises discrètement au préalable, comme cela avait été le cas sur CNN par la modératrice elle-même, Dona Brazile, en 2016lors du débat avec Hillary Clinton.

Ce débat aura aussi permis à Trump d’exposer au grand jour les scandales de corruption, de malversation et de népotisme de Biden et son entourage familial, sur lesquels les médias ont fait un black-out total. L’ancien vice-président d’Obama a juré sur ses grands Dieux ne jamais avoir touché de l’argent d’une puissance étrangère et là je veux bien le croire puisqu’il n’en a jamais touché directement lui-même, mais a été  »arrosé » par son frère, son fils et autres intermédiaires.

C’est quand même assez étrange que personne n’ait fait remarquer à Biden qu’il est difficile de vivre dans une telle opulence, de multiples résidences, un avion privé, etc…, avec un salaire de Député ou Sénateur pendant 39 ans et de vice-président pour les les 8 ans qui ont suivi.

Encore une fois, personne ne connaitra l’impact de ce débat sur les résultats mais, si celui-ci est pris en compte, c’est une nette victoire pour Trump. Personnellement je doute que ce débat change une grande quantité d’intentions de vote.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Céder au Terrorisme ? Jamais

 | France / Mali | Géostratégie | Jean-François Touzé | Vive réaction de Jean-François Touzé …