Trumpy fait de la Résistance (Il n’est pas le seul…) [3]

| É-U | Présidentielles 2020 | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Tout était plié, mais, fatalitas, rien ne l’est ! William P. Barr & Emily W. Murphy, notamment, ayant tempéré les ardeurs démocrates à se jeter aussi voracement sur les offices (comme on disait sous l’ancien régime). À se demander si le slogan officiel de campagne de Joe Biden n’aurait pas dû être Dead live matter ?!… Partie 3.

« Manifestation de supporters de Trump à Washington aujourd’hui, plus d’un million de personnes. Pas le moindre dégât, aucun incendie, aucun pillage ».
Eber Haddad, sur sa page Facebook.

« « Quelques centaines », selon les media du monde entier. Si, si, on les croit ! #StopTheSteal. Et nous ajouterons au moment de clore par ce témoignage d’un participant : « Dans le calme, sans rien casser, heureux d’être ensemble soutenir Trump ! Pas comme les BLM ou autre organisation d’extrême-gauche financée par l’ignoble Soros » ! ».
L’Objecteur Médiatique.

« @RealCandaceO.·Le président du peuple est Donald J. Trump. Les media ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour mentir, réprimer, censurer et maintenant truquer cette vérité et cette élection du monde. Ce qui se passe à Washington DC aujourd’hui ne ressemble à rien de ce que j’ai jamais vu ».
Candace Owens.

| Q. Combien de marcheurs pour Trump à Washington ?

Jacques Borde. Comme il n’y avait pas un lieu unique de mobilisation, l’estimation reste difficile.

Charlotte Sawyer. Au pif, comme vous dites en français, autour d’un million, répartis sur tout Washington DC. ! Beaucoup de monde, pardon, beaucoup de « milices trumpistes », selon Laurence Haim…

Jacques Borde. La seule chose qui a troublé la fête, tout en étant passé sous silence par le cloaca mediatica maxima, ce sont les ratonnades organisées par les Antifas et BLM, en fin de journée et à 20 ou 30 contre 1, comme toujours. Une fin d’Après-midi de cristal en quelque sorte. Quelque part, la suite logique des pillages organisés – par les mêmes ? – contre les commerces (supposés ou réellement) tenus par des Juifs en Californie et à New York…

| Q. Vous avez vu ces députés baltes qui dénoncent le fait que leur pays avalise aussi tôt la victoire de Biden ?

Jacques Borde. Oui. Des Estoniens, ce me semble. Remarquez, il y a plus embarrassant encore…

| Q. Comme quoi ?

Jacques Borde. Le Parquet ukrainien ouvrirait une enquête pour corruption contre Joseph Joe Robinette Biden Jr., et son fils Hunter. Biden à l’étranger, s’il s’avère en état de se livrer à ce genre d’exercice, ça pourrait ne pas être un long fleuve tranquille.

| Q. Comment voyez-vous la suite des événements ?

Jacques Borde. Actuellement, la perte de plusieurs États confirmée, Biden n’est pas plus, temporairement en tout cas, le vainqueur de cette lice électorale que je ne suis le roi de Prusse. Et donc pas encore président. L’administration Trump, via des avocats qui coûtent très chers, ne baisse pas la garde, contrairement à ce que rêvait le cloaca mediatica maxima étasunien perdu dans les miasmes poisseux de son onanisme anti-Trump. Or, il est à rappeler (voire méditer, pour certains) que Trump et son équipe n’ont pas pour habitude de se lancer dans des procédure en justice et de perdre leurs procès. Même si, bien sûr, ça ne marche pas à tous les coups.

A contrario, ceux que je nomme les A-Démocrates ont très peur car s’ils perdent, ils devront s’expliquer. L’avenir nous dira qui est vraiment président aux États-Unis. Un dernier rappel, Al Gore était présenté à l’époque par la presse comme le nouveau président, et finalement, il a perdu les élections. Les résultats seront connus le 14 décembre 2020, voir jusqu’au 20 janvier 2021. Pas avant.

| Q. Le point fort de Trump, c’est l’économie  ?

Jacques Borde. Oui. Et son corollaire : les emplois. Mais pas seulement :

1- les États-Unis ont mis terme – en fait, ont commencé, en raison des coups tordus du Deep State – à leur politique belliqueuse au Moyen-Orient.
2- la guerre économique a été déclarée à la Chine.
3- les relations de Jérusalem ont été normalisées avec plusieurs pays arabes.
4- une crise majeure a été évitée avec la Corée-du-Nord.
5- l’hypocrisie Allemande dans l’OTAN – un des pans de la mala fides tudesca, en fait – a été enfin dénoncée.
6- la puanteur et les forgeries permanentes du cloaca mediatica maxima ont été mises en exergue.

À terme les relations avec la Russie se seraient elles aussi améliorées, sans l’intervention du Deep State et de hauts-fonctionnaires par lui corrompus.

Sans parler de la fable du réchauffement climatique, fond de commerce du Crime organisé environnementaliste, qui conduit à polluer 10 fois plus grâce à la voiture électrique…

| Q. Vous pensez donc que les Américains vont rapidement déchanter ?

Jacques Borde. Au cas où la victoire de Biden-Harris serait effective ? Même pas besoin : c’est déjà largement le cas. Mais je crois, comme Germain Souchet que « …quand les Américains se seront rendus compte que, derrière le paravent Biden, en apparence modéré, ils ont confié, pour leur plus grand malheur, les clés du pays à la gauche radicale des Kamala Harris, Nancy Pelosi et autres Alexandria Ocasio-Cortez, ils vont réaliser la portée réelle de leur choix ».

En attendant, Désolé de le rappeler, mais il y a selon la Constitution américaine seulement quatre entités qui peuvent déclarer, officiellement, l’élection du président des USA :

1- le Sénat ou la Chambre des représentants.
2- le pouvoir judiciaire.
3- le gouvernement.

Le cloaca mediatica maxima en est, du point de vue du droit, complètement exclu. Et, pour reprendre Eber Haddad : « La route est longue jusqu’au Capitole où la main sur la Bible, un des deux prétendants va prêter serment pour son intronisation. bien des surprises vont se produire d’ici là à moins que les alliés de Trump le lâchent en chemin. On en saura plus dans une quinzaine de jours ».

Sinon, comme le note Bertrand Colom :

« Ils nous ressemblent étrangement ces Américains…
« A chaque élection, c’est la même chose, les media français présentent un Président sortant accusé de tous les maux, face à un nouvel arrivant accueilli en libérateur qui va insuffler sur l’Amérique un nouvel élan d’amour et de liberté.
« Amusant, surtout lorsque le poulain en question tient plus du vieux canasson en bout de course, issus d’un système archaïque, politiquement correct, et cherchant à couronner sa carrière de la plus belle des manières, véritable homme de paille masquant péniblement les véritables influenceurs qui vont être aux manettes.
« Nous avons eu la même chose en France à la dernière élection, on en voit tous les jours le résultat, sauf que si chez eux il est trop vieux, chez nous il était trop jeune ».

| Q. Une première, ce rôle de faussaire joué par les media ?

Jacques Borde. Même pas. En fait, ça n’est pas la première fois que la presse américaine désinforme ses lecteurs, en annonçant des résultats contraires à la réalité. Mais, comme le note Eber Haddad « ça n’a jamais été à cette échelle et avec tant de mauvaise foi ».

Dewey Defeats Truman (Dewey bat Truman), affirmait la Une du Chicago Tribune du 3 novembre 1948. En réalité, le scrutin fut serré, mais c’est Truman qui va l’emporter.

| Q. Media, sondeurs, etc., d’où vient leur anti-Trumpisme, selon vous ?

Charlotte Sawyer. Il y a, comme toujours, plusieurs explications.

Primo, tous ces gens font le boulot pour lequel ils sont payés. Le Deep State leur a demandé la tête de Trump sur une pique médiatique. Ils font le job. C’est aussi simple que ça. Là, le souci c’est qu’ils l’ont plutôt très mal fait.

Secundo, tout cela a des relents de racisme social, si je puis dire. Là aussi, c’est assez simple à comprendre, establishment et urbains aisé des côtes Est et Ouest n’aiment pas les pauvres, les red-necks, ouvriers, farmers, etc., tous ceux qui ont de la sueur et de la crasse sur les mains. Même si ceux du pétrole de schiste sont ceux qui ont fait passer les États-Unis en tête des États pétroliers.

Jacques Borde. J’ai été assez peu surpris de voir sur un chaîne française, un des représentants de cette élite sociale (sic) se définir lui-même comme membre de cette aristocratie côtière, rejetant dans le néant ces États du centre du pays, peuplés de Hillbillies1 sales et ignares…

Charlotte Sawyer. Dans leur logique interne, ils n’ont pas tort : les mégapoles ou ils vivent leur vie dorée ont plus d’un siècle d’existence. « À quoi nous sert ce prolétariat crasseux et buveur de bière désormais », se disent-ils ?

Jacques Borde. David Duquesne, qui s’est exprimé là-dessus, parle d’un « refus d’appartenir au camp des ploucs et des bas de front ».

« Car », poursuit David Duquesne, « c’est ainsi que les électeurs de Trump sont présentés, des beaufs racistes qui carburent à la bière, se goinfrent de hamburgers bien gras et ont comme seul loisir le barbecue et le lynchage de noirs.
« Être associé à ces « déplorables » comme les a décrits Hillary Clinton, est un puissant repoussoir, à tel point qu’aux USA, beaucoup se cachent de voter Trump.
« Être dans le camp des citoyens du monde, ouverts à la diversité, s’inquiétant pour l’avenir de la planète, en mâchant des chewing-gums au quinola tout en flânant dans une galerie d’art contemporain en s’extasiant devant un phallus translucide éco participatif avec une garniture en fanes de carottes, vous donne la sensation ultime d’être dans le camp du bien et du Saint Progrès, de plus vous votez pour protéger vos frères en humanité, noirs, musulmanes voilées, latinos et transgenres, vous êtes le Noé des minorités que vous sauvez du déluge populiste, du racisme systémique et du fascisme inclusif venant d’autres eux-mêmes mais en ratés ».

Charlotte Sawyer. Bon, appelez-ça comme vous voulez, pour moi c’est du racisme !…

Note

1 Ploucs.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Biden, Ou la Victoire des « Voting Deads » !… [2]

| É-U | Présidentielles 2020 | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Joseph …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer