Biden : Du Narratif hâtif à la Triche tout aussi hâtive ? [2]

| É-U | Présidentielles 2020 | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Bien qu’il soit trop tôt pour dire le nom du vainqueur de ces présidentielles US, force est d’admettre est, qu’à peine élu (sic) Joseph Robinette Biden, Jr., dit Joe Biden, sera un Lame duck décrédibilisé par ses méthodes (sic) pour attendre l’Oval room. D’ores & déjà, ses plus rudes adversaires, au plan géostratégique, les Iraniens se tordent de rire rien qu’à l’énoncé de son nom. Quant à la théorie (chère, notamment, au Deep State) du Regime change supposée amener miel & démocratie qui y croit encore ? Y compris au fin fond du du Michigan & du Wisconsin, hauts lieux des turpitudes électorales d’A-Démocrates pourris jusqu’à l’os… Partie 2.

« Surveillez le comptage abusif des bulletins. Comme pour le vaccin, souvenez-vous que je vous l’avait dit ».
Donald J. Trump, président des États-Unis.

« Nous avons été privés du droit de contrôler si un seul de ces bulletins était légitime. C’est du jamais vu. C’est illégal. C’est anticonstitutionnel ».
Me. Rudolph William Louis Rudy Giuliani III.

« Quelqu’un peut-il m’envoyer la page de la Constitution US où on dit que le Président est nommé par les media ? J’ai beau chercher je n’arrive toujours pas à la retrouver… ».
Eber Haddad.

« Une illustration de plus de la partialité absolument grotesque des réseaux sociaux est dans ce changement intervenu sur le compte Facebook du Président Trump qui n’est plus, selon les ‘sages’ qui dirigent cet instrument de propagande, que ‘candidat politique’ depuis aujourd’hui et non pas Président des États-Unis, ce qu’il est officiellement jusqu’au 20 Janvier 2021… S’ils font ça au Président des États-Unis que feront-ils au citoyen normal ? Les États-Unis ont perdu en 5 jours le prestige et la dignité qu’ils ont mis presque deux siècles à acquérir. Ce pays est mal barré, ces élections sont indignes même d’une dictature sud-américaine… ».
Eber Haddad.

| Q. À propos, vous ne croyez pas à la thèse d’un copycat djihâdiste pour Vienne ?

Jacques Borde. Vous voulez dire par rapport à Conflans ? Pas vraiment. En fait, Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)1 a son propre agenda vis-à-vis de l’Autriche. Vienne est en train d’expulser du pays les Imams de mosquées projetés – notez que c’est bien volontairement et en tout connaissance de cause que j’utilise ce terme militaire de projection – par le Cumhurbaşkanı2, Reccep Tayyip Erdoğan. Donc, je répète, rien à voir avec Conflans ou Nice.

Mais surtout, comme l’a fort bien noté, Ahmed Mzi, sur sa page Facebook :

« Les caricatures de Mahomet ont bon dos, le colonialisme aussi, les racines chrétiennes également. L’attentat de Vienne aura été révélateur de tout un tas de mauvaises raisons qui animent les discours victimaires. Force est de constater que les pays non colonisateurs, ne publiant pas de caricatures désagréables du prophète et d’obédience protestante, ou même musulmane, rencontrent les mêmes problèmes que les nôtres et avec les mêmes gens. Et ce quelle que soit leur générosité en matière d’aides sociales et d’accommodements avec l’islam. De plus, l’argument du blasphème provocateur ne tient pas. L’aspect provocateur de ces dessins s’entendrait bien sûr dans un pays officiellement musulman et on ne voit pas trop en quoi les critères de provocation religieuse devraient s’appliquer ici. Comme le dit l’adage : ‘les plus gênés s’en vont’. Plus certaine est la volonté de restauration de l’empire Ottoman, suivez mon regard, par le sultan Erdoğan, quand les troupes du prophète enfoncèrent la porte de l’Europe, à Vienne, en 1683. Le même exhorte ses expatriés turcs à ne pas s’assimiler et aux dirigeants européens que leur volonté d’assimilation est un ‘crime contre l’humanité’, rien moins. La lutte contre le blasphème masque mal la volonté de conquête ».

Ce à quoi nous assistons, de la part d’Ankara, c’est à la tentative de restauration de l’Empire ottoman. Ni plus, ni moins.

De facto, les groupes relevant de la doxa takfirî sont la version moderne des Janissaires, ou Yeniçeri3, et des Başıbozuk4, ces supplétifs, peu férus en droits de l’Homme, dont usait la Sublime porte.

| Q. Passons aux États-Unis : vous ne trouvez pas que Trump s’égare inutilement dans certains méandres, judiciaires notamment ?

Charlotte Sawyer. C’est l’avis des Démocrates et du cloaca mediatica maxima, mais pas celui du Senate majority leader, Addison Mitchell McConnell Jr., dit Mitch McConnell,.« Nous avons un système en place pour ce genre de situation. Et le président Trump est à 100% dans son droit d’examiner les allégations d’irrégularités et de considérer les options légales ».

Ceci dit, il est évident qu’il se passe quelque chose :

1- Trump annonce sur Twitter qu’il a gagné.
2- Facebook rétrograde Biden de Président à « personnalité poltique ».
3- Me. Rudolph William Louis Rudy Giuliani III, un des avocats de Trump, utilise désormais le terme d’annulation des élections.
4- le US Secretary of State, Michael Richard Mike Pompeo5, est en Europe à, semble-t-il, remonter quelques bretelles.
5- Zuckerberg et le patron de Twitter sont convoqués devant le Congrès.
6- Fox News attaque frontalement Bill Gates

Ça sent la poudre dans la fourmilière. Mais ce qui est littéralement hallucinant, c’est le double langage des ténors démocrates qui s’esbaudissent comme des ados boutonneux aux agissements, la plupart du temps illégaux, des Antifas et BLM, et agonissent Trump et les siens à chacune de leur prises de parole.

| Q. Et vous ne faites aucune différence entre Antifas et BLM ?

Charlotte Sawyer. Absolument pas. Pas l’ombre d’une. À leur sujet, je fais miens, les propos de Me. Rudolph William Louis Rudy Giuliani III, pour qui « Black Lives Matter est une organisation marxiste (…) violente qui prône le meurtre d’officiers de police ce qui a mené à la mort d’officiers de police et à des émeutes importantes partout où en théorie on devait manifester de manière pacifique ».

| Q. Pourquoi a-t-on eu cette immixtion de Michelle Obama dans la campagne ?

Charlotte Sawyer. Vu l’ego démesuré qui caractérise le clan Obama, pour paraître, bien sûr. Ensuite, on parle de Biden et on a laissé parler Michelle Obama, qui n’est rien, élue par personne, pour cacher le fait que Joseph Joe Robinette Biden Jr. n’avait absolument rien à dire, rien a proposer. Ce sont les autres qui ont fait sa campagne. Ça ne vous frappe pas ?

Par ailleurs, je suppose que la dame (sic) veut se faire bien voir du mouvement Black Lives Matter (BLM). Pour son cabinet : des clients potentiels.

| Q. Clients potentiels ?

Charlotte Sawyer. Oui. Un manque de clients pour cette avocate un peu sur la touche aujourd’hui. Ce faisant, elle passe complètement à côté en se posant en victime, alors qu’elle fait partie de l’élite noire. Ce bad trip victimaire n’a aucun sens en fait.

| Q. À propos de clients (sic) : jusqu’où remontent les bizarreries ?

Jacques Borde. Ça c’est à la justice fédérale de le décider. Mais rien n’empêche de penser à quelques éléments effectivement croquignolesques…

| Q. Comme ?

Jacques Borde. Comme Dominion Voting System, la société qui gère le logiciel de vote (très controversé) qui a servi aux votes dans les États disputés, serait dirigée par le mari du Speaker of the US House of Representatives6, Nancy Antoinette P. Pelosi,

Je dis ça, je dis rien…

| Q. Donc, selon vous, Trump a raison de s’accrocher ?

Charlotte Sawyer. Il le n’accroche pas ! Il se bat. Contre une injustice et une forgerie.

Et, comme l’a fort bien relevé Eber Haddad, dont j’ai posté son texte sur mon blog, « Trump ne représente pas que lui-même, contrairement à ce qu’affirme les media qui ont apparemment oublié les presque 72 millions d’électeurs ayant voté pour lui, et il a l’obligation légale, constitutionnelle et même morale de n’accepter que des résultats sûrs et incontestables et on en est encore bien loin ».

| Q. En raison des fraudes ?

Jacques Borde. Oui, mais pas seulement. Certes, comme l’a écrit Guy Millière, Senior Fellow au Gatestone Institute (New York) :

« Oui, des fraudes massives ont eu lieu. Il n’y a même jamais eu une élection présidentielle américaine au cours de laquelle les fraudes ont été aussi massives, et pour trouver des fraudes se situant à la hauteur de celles commises le 3 novembre et lors des deux jours qui ont suivi, il faudrait se tourner vers ce qui se passe au Venezuela sous Chavez et Maduro et vers d’autres régimes totalement viciés d’Amérique latine. Ces fraudes sont établies. Des avocats et des enquêteurs travaillant pour le parti républicain ont enquêté, et rédigé des plaintes qui ont été présentées à des juges. Les dossiers vont sans doute remonter assez vite jusqu’à la Cour Suprême. Les crimes commis dans le cadre de ces fraudes sont des crimes fédéraux. C’est extrêmement grave. L’élection du 3 novembre a été sale, sordide, crapuleuse, pas du tout impeccable. Elle a été indigne des États-Unis ».

Charlotte Sawyer. De ce simple fait, non « Les Républicains ne se conduisent pas ‘en mauvais perdants’ », comme le prétend faussement le cloaca mediatica maxima, « …ils n’ont pas perdu. Ils ont été confrontés à un vol. Les fraudes ont été destinées à transformer la victoire de Donald Trump en apparence de victoire de Joe Biden le lendemain matin, et, donc, à voler l’élection et à violer le suffrage universel ».

Jacques Borde. Du coup, « Non, Joe Biden n’est pas le ‘Président élu’. Les fraudes électorales dans sept États du pays (peut-être davantage) l’ont fait passer devant Donald Trump, mais les décomptes de voix qui ont permis ces résultats sont contestés (à juste titre), et ne pourraient être certifiés que de manière arbitraire et en violation totale des lois en vigueur. Des décisions de justice vont intervenir et nul chiffre ne peut être certifié pour le moment ».

C’est à ce moment-là, et à ce moment-là seulement, que nous découvrirons le nom du prochain président des États-Unis. Qui, comme tout président des États-Unis qu’il sera, ne nous fera pas spécialement de cadeaux !…

Notes

1 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
2 Ou Président de la République de Turquie.
3 Littéralement nouvelle milice. Ordre militaire composé d’esclaves d’origine européenne et initialement de confession chrétienne avant leur conversion à l’Islam, constituant l’élite de l’infanterie ottomane à l’apogée de l’Empire.
4 Ou Bachi-bouzouk, ou Bachibouzouk (du turc başıbozuk, littéralement « sa tête ne fonctionne pas »), cavalier mercenaire de l’armée de l’Empire ottoman, avec un armement non standardisé, et en pratique très léger, et une discipline faible. Essentiellement utilisés pour terroriser les peuples conquis, les Bachi-bouzouks sont connus pour avoir été particulièrement actifs dans les Balkans. Ils participèrent notamment au siège de Vienne et à la chute de Constantinople.
5 Ex-directeur de la CIA, élu républicain du Kansas, siégeait à la Commission du Renseignement au Congrès et a participé à la Commission d’enquête sur l’attaque du consulat des États-Unis à Benghazi, en septembre 2012, où l’ambassadeur Christopher Stevens et trois autres Américains ont été tués.
6 Présidente (et chef de la majorité démocrate) à la Chambre des Représentants.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Trumpy fait de la Résistance (Il n’est pas le seul…) [1]

| É-U | Présidentielles 2020 | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Tout …