Biden Vs Trump : & en attendant janvier 2021 ?… [2]

| É-U | Présidentielles 2020 | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Rien n’y fait, ni les turpitudes médiatiques, ni les (rares) admonestations de Joseph Joe Robinette Biden, Jr., ni les menaces à peine voilées (mais ça, ça a commencé avant même son élection) de certains, Donald J. Teflon Trump, campe sur ses positions. Bon, & en attendant ? Eh bien, son équipe juridique peaufine ses dossiers, vie diplomatique & big business continuent. Histoire de dire, comme nous en a prévenu Jean-François Touzé, que quoi qu’il arrive Washington restera le faiseur de pluie pour le reste du monde. Alors… Partie 2.

« Les forces de progrès trouvent hyper dangereux pour la démocratie un type qui n’a déclaré la guerre à personne, mais trouvent enthousiasmant de confier la mallette nucléaire à un type qui confond le sucre et la moutarde, et qui appelle sa petite-fille avec le prénom de son fils décédé il y a 5 ans ».
Julien Verges, sur sa page Facebook.

« Je voudrais maintenant alerter chaque État qui envisage de certifier cette élection d’y repenser sérieusement. Parce qu’ils certifieraient leur propre fraude. Leur propre complicité et fraude ».
Me. Sidney K. Powell.

« Pourquoi Joe Biden forme-t-il si rapidement un cabinet alors que mes enquêteurs ont trouvé des centaines de milliers de votes frauduleux, assez pour ‘retourner’ au moins quatre États, ce qui est plus qu’assez pour gagner les élections ? Espérons que les tribunaux et / ou les législatures auront le COURAGE de faire ce qui doit être fait pour préserver l’intégrité de nos élections, et des États-Unis d’Amérique eux-mêmes. LE MONDE EST EN TRAIN DE VOIR !!! ».
Donald J. Trump.

« Non, les élections de 2020 étaient une arnaque totale, nous avons gagné par beaucoup (et nous espérons renverser le résultat frauduleux), mais nous devons sortir et aider David et Kelly, deux GRANDES personnes. Sinon, nous jouons directement entre les mains de quelques personnes très malades. Je serai en Géorgie samedi ! ».
Donald J. Trump.

« Enfin, la stratégie de l’équipe du Président Trump pour rester au pouvoir est assez simple. Si aucun candidat ne ressort comme le vainqueur confirmé de ces élections – ce qui est le cas sur le plan juridique, en dehors de la médiasphère – ce ne sera plus au Collège électoral de désigner le président, mais aux Etats par représentation unique. Autrement dit, la Californie qui détient 55 Grands Électeurs, n’aurait qu’une voix, de même que tous les autres Etats Américains. Or, le Président Trump détient 30 Etats, tandis que Biden n’en détient que 19. Ceci est prévu par l’Article 12 de la Constitution. Vous voyez que Biden est encore loin d’avoir gagné ».
Pierre Rehov, sur Atlantico.

| Q. Biden et son équipe accusent Trump de fracturer le pays en une période cruciale ?

Jacques Borde. Ben, voyons. Au-delà que la fraude telle que mise en place contre Trump est un crime fédéral, rappelons simplement qu’il y a quatre ans, entre l’élection et la prise de fonctions de Donald J. Teflon Trump, des Démocrates, et pas le péquenot au fin fond de l’Illinois, mais des célébrités et des personnalités du parti, appelaient déjà :

-à son assassinat.
-au coup d’État militaire.
-au viol de sa fille.
-à ce que son fils de 12 ans soit mis dans une cage avec des pédophiles (ça c’est l’acteur Peter Fonda)

Cela avant même qu’il ait pris ses fonctions, donc avant qu’il y ait quoi que ce soit à lui reprocher. Et c’est Trump, qui fracturerait le pays !

| Q. Où en est-on de la constatations des résultats tels qu’annoncés par les media ?

Charlotte Sawyer. Un peu long, mais pas si compliqué qu’on pourrait le penser. Me. Rudolph William Louis Rudy Giuliani III a présenté les axes juridiques qui seront développés devant la Cour suprême. Ces axes étant au nombre de quatre :

A- son équipe aurait la preuve de l’existence d’un nombre suffisant de votes illégaux et contraires à la Constitution pour déclencher le processus d’élection de Trump par la Chambre des Représentants. Après leur annulation, à l’issue du recours en justice, il s’entend.
B- existent des preuves supplémentaires de fraude avérée portant sur les bulletins-papiers et/ou, selon les États, les machines-à-voter. Ces preuves sont corroborées par des analyses de statisticiens, des affidavits de témoins oculaires ou des lanceurs d’alerte, dont des employés de Dominion, la compagnie fabriquant les machines-à-voter.
C- une troisième catégorie de preuves porte sur l’implication de ressortissants étrangers dans la création et la gestion des logiciels utilisés pour commettre la fraude décrite au point B.
D- l’ensemble des preuves recueillies démontrerait la coordination de ces activités dans plusieurs États américains, voire à l’étranger, dans le cadre d’une entreprise criminelle. Difficile d’affirmer si remonter la filière conduira jusqu’à l’équipe de campagne de Biden elle-même, mais il y aurait, d’ores et déjà, suffisamment de motifs pour l’ouverture d’une enquête criminelle.

Le point A, serait, à lui seul, suffisant pour assurer à Donald Trump une victoire décisive. Le point B étant un atout supplémentaire dans le jeu de l’équipe juridique de Trump, qui pourrait également justifier la poursuite de l’enquête. C et D étaient des questions distinctes de Sécurité nationale.

Irrégularités concernant les bulletins-papiers :

1- les observateurs républicains ont été empêchés de surveiller l’ouverture et le dépouillement des bulletins de vote envoyés par la poste, dont un bon nombre ont été ouverts sans que l’on puisse vérifier qu’ils étaient correctement signés. Ces votes devraient être considérés comme « nuls et non avenus », en particulier lorsque les enveloppes de sécurité portant la signature ont été jetées, modus operandi rendant le recomptage caduc.
2- l’application de la loi s’est faite de manière inégale et partisane. En Pennsylvanie, dont la Cour suprême de l’État a assoupli les règles de vote avant l’élection, les électeurs absents des comtés démocrates étaient autorisés à « corriger » leurs bulletins de vote, pas les électeurs des comtés républicains.
3- des électeurs se sont présentés dans des bureaux de vote pour pour s’entendre dire qu’ils avaient déjà voté. Ainsi, à Pittsburgh les Démocrates avaient rempli des bulletins de vote par correspondance pour 15.000 personnes, en espérant qu’elles ne se présenteraient pas.
4- les fonctionnaires électoraux auraient reçu l’ordre d’ignorer les irrégularités éventuelles des bulletins de vote et d’antidater ces derniers si nécessaire, afin de bloquer une ordonnance de la Cour suprême ordonnant leur saisie.
5- il y a eu des votes en surnombre et certaines circonscriptions ont enregistré plus d’électeurs que de résidents, surtout dans le Michigan et le Wisconsin. En Géorgie, des gens ont voté deux fois. Ailleurs, plus.

Irrégularités concernant les machines-à-voter :

1- des bulletins de vote en faveur du seul Joe Biden ont été passés à plusieurs reprises dans les machines-à-voter, selon les témoignages de 60 observateurs électoraux du Michigan. Entre 60.000 et 100.000 bulletins auraient été affectés.
2- machines-à-voter et logiciels de vote seraient la propriété d’entreprises ayant des liens avec des régimes étrangers hostiles aux États-Unis et à l’actuelle administration, a indiqué Me. Sidney K. Powell. Me. Powell a ajouté que des votes américains ont été comptés à l’étranger et que les machines-à-voter Dominion ainsi que leur logiciel Smartmatic étaient contrôlés par des intérêts étrangers, qui maniaient les algorithmes pour modifier les résultats.
3- il y a eu des anomalies statistiques, telles que d’énormes lots de votes exclusivement pro-Biden, qui ne peuvent s’expliquer autrement que par une manipulation. Cela s’est produit aux petites heures du matin alors que le décompte des votes était suspendu, apparemment du fait de l’affluence des votes pour… Trump. afflux qui aurait planté l’algorithme. Il a alors fallu arrêter les machines-à-voter pour y faire entrer de nouvelles fournées de bulletins pro-Biden, qui portaient tous étrangement le même numéro de série.
4- la Constitution, qui prévoit des voies de recours et des garanties procédurales contre la corruption et l’influence étrangère, ont été ignorée par les media qui se sont arrogé le droit de proclamer par eux-mêmes le vainqueur, a dénoncé Me. Jenna Ellis.

Et, Me. Rudolph William Louis Rudy Giuliani III de conclure :

« Et maintenant, si vous n’êtes pas capables d’écrire sur tout ce que vous avez entendu ici, vous ne méritez pas d’être appelés journalistes. Mais je ne me fais pas d’illusions, car je sais que si vous en parlez, ce sera pour vous plaindre soit du manque de preuves, soit de la longueur de mon intervention ».

Giuliani a prédit une victoire probable de Trump car un nombre suffisant de votes ont été faussés, représentant plus du double de l’écart séparant Biden de Trump dans les États-clés.

Jacques Borde. Quant à l’Affidavit, un des plus anciens outils juridiques étasuniens – les Rangers texans, me disait Charlotte, en faisaient un usage fréquent à la fin de la Civil War (1865) – il est monnaie courante. Les avocats de Trump présentent déjà plus de 200 personnes témoignant sous serment avoir constaté des fraudes lors de ces élections. Il faut savoir que le témoignage sous serment est aux États-Unis quelque chose de très sérieux : mentir dans ce contexte vous envoie en prison, et les prisons américaines ne sont pas comparables aux françaises…

| Q. Et plus récemment ?

Jacques Borde. Si vous prenez l’audience publique du 26 novembre 2020 en Pennsylvanie, rapportée par Me. Rudy Giuliani, qui est juste un exemple, parmi d’autres, de ce qui se passe aux USA :

-1.823.148 votes par courrier ont été émis en Pennsylvanie.
-Approximativement 1.400.000 votes par courrier sont revenus.
-2.589.242 votes par courrier ont été comptabilisés.
-plus de 700.000 de trop. Oups !

[À suivre]

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Biden Vs Trump : & en attendant janvier 2021 ?… [1]

| É-U | Présidentielles 2020 | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Rien …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer